Avertir le modérateur

zhen shan ren

  • Une exposition d'artistes chinois à Bordeaux du 20 août au 1er septembre

    Chine, artistes, art, exposition, bordeaux, marché de Lerme, Zhen Shan Ren, persécution

    Du 20 août au 1er septembre, une exposition « L’art de Zhen-Shan-Ren » consacrée à un ensemble de peintres contemporains de la diaspora chinoise se tiendra au marché de Lerme à Bordeaux. Ces artistes se sont rassemblés il y a quelques années et, sous l’impulsion du peintre et sculpteur Zhang Kunlun très connu en Chine, mais exilé aux Etats-Unis, ont produit des œuvres qui ont été exposées dans 40 pays et 200 villes. En chinois, Zhen- Shan-Ren signifie Authenticité, Bienveillance et Tolérance. A travers des peintures à l’huile dans le style classique occidental, des pastels, des portraits chinois plus modernes, ils se veulent porteurs d’un message spirituel et d’un appel à un monde plus libre et plus tolérant

    L’exposition détaille à la fois la vie spirituelle intérieure de l'artiste et le courage manifesté face la tragédie qui les a touché en Chine. Des peintures à l’huile réalistes et des aquarelles chinoises réalisées par des artistes dont la plupart sont chinois donnent un aperçu unique de la discipline spirituelle du Falun Gong.

    Pour les amateurs d'art, venez découvrir cette incroyable exposition d'artistes chinois

    Du 20 août au 1er septembre

    À Bordeaux, Marché de Lerme.

    Entrée gratuite - Ouverture tous les jours de 10h à 19h

    Plus d'informations sur: http://fr.falunart.org/

  • Explication de texte: les oeuvres des artistes chinois de l'exposition Zhen Shan Ren

    En anglais, des explications sur la signification artistique et intérieure de quelques oeuvres de l'exposition Zhen Shan Ren. Ici le thème est: une résistance pacifique.
    Tiré de: http://fr.falunart.org/oeuvres-dart/iv-resistance-non-violente/

  • Au Canada, les immigrants chinois trouvent la liberté pour vivre leurs croyances

    Droits de, homme, Canada, immigrants chinois, falun gong, exposition, art, Zhen Shan Ren, artistes chinois, art moderne, art contemporain, camps travail forcé, torture, différences culturelles, humanité, sciences humaines, multiculturalisme, liberté, croyance, professeur

    Un historien qui a quitté la Chine après le massacre de la place Tiananmen, un ingénieur en informatique qui ne s'est jamais senti à l'aise en parlant de Hong Kong, sa ville natale, ainsi qu’un artiste; tous ont en commun des expériences similaires en arrivant au Canada. Chacun s'est épanoui grâce à la liberté qu'ils ont pu apprécier au Canada. Ils profitent de leur nouveau pays tout en exprimant leurs convictions les plus profondes, ce qui est impossible à réaliser en Chine.

    Vivre ses valeurs

    Su Ming, un commentateur et membre du conseil d'administration de la Fédération pour une Chine démocratique (FDC), est arrivé au Canada il y a 24 ans. Il a déclaré : « Le Canada m'a accepté et m'a donné asile, ce qui prouve que mes philosophies étaient compatibles avec les valeurs canadiennes. Le Canada est un pays libre et démocratique, où je peux dire ce que je veux dire et continuer à dénoncer le Parti communiste chinois (PCC).»

    Avant l'incident de la place Tiananmen en 1989, Su Ming était directeur d'un institut de l'Académie chinoise des sciences sociales et historien. Il a raconté que, lors du massacre, certains de ses collègues ont été tués, blessés et se sont enfuis. «[Après le massacre de la place Tiananmen] ils [le régime chinois] me tenaient responsable de la plupart de ces émeutes.»

    Toutefois, Su Ming estime que plaider pour la justice pour le peuple est juste et qu'un intellectuel devrait être un homme libre qui a une personnalité et une pensée indépendantes. «C'est-à-dire, ils doivent parler pour le peuple, surveiller et critiquer le gouvernement du point de vue social et de la justice, de la conscience et de la morale», a déclaré Su.

    «J'ai fait des choses basées sur ces valeurs, mais le résultat était offensant pour le régime totalitaire.» Après son arrivée au Canada, Su a trouvé que c'était un endroit convenable pour remplir sa philosophie personnelle de vie. Il a accompli ce qu'il pense comme étant de sa responsabilité et un devoir en Chine. «Comme un homme, j'ai fait ce que je devais faire et j'ai dit ce que je devais dire.»

    Su a souligné que, dans les universités partout dans le monde, les sciences humaines, les sciences sociales et les sciences naturelles sont étudiées. Mais en Chine continentale, selon Su, seules les sciences sociales et les sciences naturelles sont enseignées.

    «Il n'y a pas d'humanité, ce qui signifie la négation de la nature humaine de l'homme, de la culture humaine et de l'esprit humain», a déclaré Su. «L'idée du Parti communiste était, “par le biais des sciences naturelles, de résoudre les problèmes sociaux”, mais je pense que c'est une erreur.»

    Bien que ce soit réprimé par le PCC, Su a toujours insisté pour vivre selon ses propres valeurs. «Nous naissons en tant qu'être humain, ce qui est une grande bénédiction et satisfaction. Nous devons agir en fonction de nos valeurs dans la vie.»

    Beaucoup de Chinois qui sont venus au Canada étaient incapables de s'intégrer parce qu'ils pensaient que les différences culturelles entre les peuples asiatiques et occidentaux étaient un obstacle majeur.

    «Les cultures qui peuvent durer des milliers d'années sont toutes des cultures humaines», a déclaré Su. «Confucius a dit que la nature des gens est la même, mais que leurs habitudes sont très différentes, ce qui signifie que l'humanité est pareille, mais il y a des différences dans les habitudes de vie.»

    Depuis son arrivée au Canada à l'âge de 39 ans, Su Ming a appris l'anglais diligemment et s'est bien adapté à la société canadienne. Il a travaillé pour le gouvernement de la ville de Toronto pendant longtemps et n'a jamais cessé de se battre pour la liberté et la démocratie en Chine. Su a résumé pourquoi il ne peut jamais arrêter de parler du système communiste : «Les communistes sont toujours fous là-bas. Certes, je ne peux pas arrêter de parler de ça tant que je suis vivant. Si les Chinois continuent à supporter ce système, le comportement du peuple ira du simple soutien, à la sympathie, à la pitié. Alors, ce sera fini pour le peuple chinois.»

    Au service de la communauté

    Li Shude n'a jamais parlé en public lorsqu’il était à Hong Kong. Il a expliqué à Epoch Times : «Je ne suis allé à aucune manifestation lorsque je vivais à Hong Kong. Même si j'avais quelque chose à dire, je ne voulais pas le dire.»

    ....

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/5/n3508570.htm

  • Exposition d'art de Zhen-Shan-Ren à Périgueux – "Un immense encouragement à ne jamais désespérer"

    Périgueux, art, Zhen Shan Ren, exposition d'art, artistes chinois, Chine, culture

    L’exposition L’art de "Zhen-Shan-Ren "("Authenticité-Bienveillance-Tolérance") a déjà fait le tour du monde avec plus de 50 pays parcourus. En France, l’exposition tourne de ville en ville, après Caen en avril dernier, elle a été présentée à Périgueux au Théâtre de l’Odyssée du 21 au 25 mai 2013.

    L’exposition L’Art de Zhen-Shan-Ren est un ensemble d’œuvres réalisées par un groupe d’artistes en majorité chinois qui expriment leur sensibilité dans leur quête d’un art ouvert au divin. Cette exposition raconte l’histoire de la discipline spirituelle Falun Gong : de la beauté de cette pratique ancestrale à sa répression par le régime totalitaire depuis 1999. Une partie de l’exposition évoque les épreuves terrifiantes que les pratiquants du Falun Gong en Chine – dont les artistes eux-mêmes - ont traversées.

    Dany Lacoud, aquarelliste, qui est venue voir l’exposition a ressenti une puissante émotion face à la qualité du travail des artistes, mais aussi une douleur profonde en découvrant la persécution. " Je suis tout à fait dans l'émotion déjà par un très beau travail de peintures qui nous amène à une telle souffrance ! Humainement c'est insoutenable ! " a-t-elle déclaré. "En fait tout est caché parce que l’on ne sait rien de tout ça. On n’entend que le côté mercantile de la Chine, mais pas le reste. C'est vraiment douloureux. Je repars avec une douleur, avec un plexus complètement noué tellement c'est violent. C'est vraiment impensable que ça existe encore, on est vraiment en régression dans cette société" a expliqué Dany Lacoud. " À notre niveau, il faut que chacun fasse un petit travail autour de lui. Il faut que chacun œuvre pour arrêter ça" a-t-elle suggéré.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201306/113417.html

  • Tout juste magnifique !

    exposition d'art,zhen shan ren,caen,artiste peintre,chine,croyance

     Les peintures de la collection L’Art de Zhen Shan Ren ont été présentées à La Galerie Place des Arts à Caen

    L’exposition internationale L’Art de Zhen-Shan-Ren (Authenticité – Bienveillance- Tolérance), déjà présentée dans plus de 200 villes d'une quarantaine de pays, fait le tour des villes françaises. Elle vient d’être présentée pour la sixième fois en France et pour la première fois à Caen, du 19 au 23 mai 2013 à la Galerie Place des Arts.

    Exposition d'art, Zhen Shan Ren, Caen, artiste peintre, Chine, croyance

    Véronique Le Madec, artiste peintre : " Les tableaux sont plus que véridiques. "

    Pour Véronique Le Madec, artiste peintre, l’exposition est "très touchante", parce que " les tableaux sont plus que véridiques". " Malheureusement, ça existe encore… en tant qu’humain, ça me touche beaucoup et en tant que peintre, je savais déjà que j’avais la liberté de parole, mais c’est encore plus fort."


    Véronique Le Madec a été particulièrement attirée par le tableau " Les larmes de peine et de joie" où le peintre dépeint sa vision du Jugement dernier. "Cette envolée de couleurs ! Si on ne regarde pas en détail le tableau, je ne vois que la couleur et cette forme en ‘S’ et alors le tableau est pour moi plein d’espoir. Par contre le thème c’est tout l’inverse : si l’on s‘approche du tableau et que l’on voit toute la misère qui est sur cette toile, le peintre l’a transformée et a donné son message à travers la couleur" a expliqué Véronique Le Madec.


    "Je suis heureuse d’être venue, sincèrement, j’encourage vraiment les gens à venir et à prendre le temps de lire le narratif et pas seulement se contenter de regarder la peinture en elle-même, mais lire tous les petits commentaires, c’est très important. Le message derrière les peintures est important à véhiculer "

    Exposition d'art, Zhen Shan Ren, Caen, artiste peintre, Chine, croyance

    Bernard Zeller, artiste peintre : "J'ai rarement vu une exposition aussi puissante, aussi forte".


    Bernard Zeller, artiste peintre, a été très touché par la puissance du message de la collection l’Art de Zhen Shan Ren. " Je crois que j'ai rarement vu une exposition aussi puissante, aussi forte, c'est quelque chose qui bouleverse. Ça paraît facile comme peinture, on aime bien les premières images, c'est facile à décrypter puis on trouve … que c'est plus fort que la réalité. C'est un style moderne, mais qui nous rappel la tradition, c'est bouleversant !" a-t-il expliqué. " A travers l'exposition, j'ai découvert que des gens étaient encore persécutés pour leur croyance. C'est difficile à admettre !" a ajouté Bernard Zeller.

    Lire la suite de l'article sur:http://fr.clearharmony.net/articles/201304/112745.html

  • L’Art Zhen Shan Ren présenté au public jurassien

    Zhen Shan Ren, Chine, Jura, art, chemin, liberté, Conseil Général, France, peinture classique

    Christophe Perny, président du Conseil Général du Jura, au vernissage de l'exposition L'Art de Zhen Shan Ren le 30 octobre à Lons-Le-Saunier. (Wangxinci/NTD)


    L’exposition internationale L’Art de Zhen-Shan-Ren (Authenticité – Bienveillance – Tolérance) a été accueillie du 29 octobre au 9 novembre 2012 au Conseil Général du Jura à Lons-le-Saunier. Les œuvres ont été réalisées par un groupe d’artistes en majorité chinois qui, sous l’impulsion du peintre et sculpteur Kunlun Zhang, installé au Canada, partagent une même vision.
    La technique et le style des peintures sont globalement de style classique occidental. Les artistes appliquent les techniques de peinture à l’huile utilisées jadis par les anciens maîtres. Les artistes nomment leur forme d’art la «nouvelle renaissance».

    Plusieurs œuvres de la collection sont nées du creuset de leur propre expérience et ont permis aux nombreux visiteurs de découvrir le Falun Gong, une école de Qi Gong, ainsi que la persécution brutale dont les pratiquants sont victimes à l’heure actuelle en Chine.


    «Il y a toujours le chemin de liberté»
    Cette exposition qui rentre dans la thématique 2012, Années des Libertés, a trouvé toute sa place dans le hall du Conseil Général comme l’a rappelé le président Christophe Perny, lors du vernissage.
    «Les Jurassiennes et Jurassiens ont pu venir découvrir non seulement la qualité des œuvres, mais aussi tout le sens qu’il y a, à travers ces images dures et violentes qui expriment bien une réalité d’aujourd’hui. Quand on regarde ces tableaux, c’est l’expression d’une souffrance, et puis il faut se dire (…) que devant nous il y a toujours le chemin de liberté. On peut parfois croire qu’à l’heure où nous vivons, les choses sont figées, arrêtées, mais on a vu cette année avec les révolutions du ‘Printemps arabe’ que rien n’est jamais définitif pour les dictateurs».

    Les visiteurs ont été captivés par la qualité exceptionnelle des peintures. Ils ont exprimé des émotions fortes face aux tableaux présentant la cruauté de la persécution que les pratiquants du Falun Gong subissent de la part du régime. La plupart ne connaissaient pas cette facette de la Chine d’aujourd’hui. Parmi eux, certains ont ressenti un sentiment de paix et de calme en présence des œuvres dépeignant la beauté de la méditation.


    «Une exposition qui nous interpelle»

    Gérard Bailly, sénateur UMP du Jura, qui est venu voir l’exposition, a été très touché par les exactions dont sont victimes les pratiquants du Falun Gong: «C’est une magnifique exposition qui nous interpelle tous, puisque dans notre pays aujourd’hui où les tolérances sont très grandes, on n’apprécie guère que dans d’autres pays la liberté de penser et la liberté de ses propres convictions puissent ne pas être exprimées». «Nous souhaiterions que ces exactions prennent fin dans les meilleurs délais et que les gens puissent penser dans le respect des autres», a-t-il ajouté.

    Après avoir vu le tableau Prélèvements criminels d’organes, de Xiqiang Dong, qui dénonce les pratiques de prélèvements forcés d’organes à grande échelle sur les corps des pratiquants de Falun Gong, Gérard Bailly a précisé: «Concernant le trafic des organes, dans notre pays le prélèvement d’organes est très réglementé, il faut être volontaire et je souhaite que ce soit ainsi quelque soit le pays sur la Terre où nous vivons».


    La révélation «d’une beauté particulière»

    Au sujet des prélèvements d’organes, Jean-Marie Sermier, député UMP du Jura, s’est senti aussi particulièrement concerné: «J‘ai eu même plusieurs fois à intervenir en tant que député de la nation, notamment en posant les questions au gouvernement sur les problèmes de prélèvement d’organes faits d’office sur ces personnes. On sait aujourd’hui qu’en France un certain nombre de personnes greffées ont acheté leurs organes et, notamment, qu’ils les ont achetés en Chine».

    «Il s’agit d’avoir une réelle remontée de tous les pays contre cette pratique chinoise», a-t-il suggéré. «Je voudrais féliciter tous les artistes qui ont participé à cette exposition, parce que c’est une exposition particulièrement touchante, d’une beauté particulière, qui fait passer ce message absolument catastrophique de la persécution en Chine, par les autorités chinoises, de ceux qui pratiquent le Falun Gong: c’est une pratique qui est parfaitement humaniste», a conclu Jean-Marie Sermier.

    Pour Serge Outrey, conseiller général du canton de Nozeroy, le prélèvement d’organes contraint, «c’est inhumain, c’est impensable, c’est inimaginable!». «L’homme a tellement d’imagination et malheureusement, il l’utilise aussi pour la torture, pour l’anéantissement des autres, mais surtout de lui-même», a-t-il expliqué.

    L’exposition L’Art de Zhen Shan Ren a touché le cœur et la sensibilité du public de Lons-Le-Saunier. Un visiteur de l’exposition a déclaré: «Merci pour cette très belle exposition, qui nous fait comprendre la réalité de la souffrance du peuple chinois et c’est important que les gens sachent que cela existe encore».

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201212/111091.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu