Avertir le modérateur

wang yang

  • Les Réformistes Chinois croisent le fer avec la ligne dure du Parti

    Chine, Réformistes, Parti, politique,Wang Yang, Guangdong, démocratie D’ordinaire le régime communiste chinois exige de ses cadres une certaine obéissance et une adhésion sans faille à la ligne du Parti, tout écart pouvant être fatal pour le fonctionnaire coupable. Cependant, dans la dynamique région méridionale du Guangdong, Wang Yang, le secrétaire du Parti se fait connaître ouvertement comme un réformateur, ouvert aux nouvelles idées. 

    Cette attitude détonne avec les autres cadres qui se contentent de garder le statu quo et la mainmise du Parti sur le pouvoir. Wang s’est étroitement aligné sur la position du leader actuel Hu Jintao et de son Premier Ministre Wen Jiabao, qui a indiqué clairement qu’il souhaite une plus grande liberté en Chine. Seulement cette position réformiste constitue une menace pour les cadres qui ont bâti leurs carrières en sévissant contre le peuple.

    A présent les personnages clés du «clan de ceux qui ont les mains pleines de sang» affrontent la censure. Ces cadres ont gravi les échelons en participant avec zèle au projet d’éradication de la méthode de méditation Falun Gong, conformément aux ordres de leur leader de l’époque Jiang Zemin.
     
    Dans la tempête politique qui secoue la direction du parti communiste chinois (PCC), la province du Guangdong est devenue un champ de bataille important. C’est dans cette province que Hu et Wen ont essayé les réformes pour une Chine plus ouverte et c’est là aussi que les membres restant du «clan de ceux qui ont les  mains pleines de sang»  se sont attelés à les bloquer.

    Hu et Wen ont déjà pris les mesures pour contraindre Zhou Yongkang, le plus haut responsable de la ligne dure. Zhou – qui est le chef de la Commission des Affaires Politiques et Législatives du régime (PLAC) – a dirigé tout l’appareil de la sécurité intérieure du régime, les millions de policiers des forces de l’ordre, les tribunaux et des millions de forces de police paramilitaires. Zhou qui est actuellement l’objet d’une enquête, a été contraint de rendre les clés du pouvoir du PLAC à un de ses anciens subordonnés.  

    Cela déplaît fortement aux deux alliés les plus puissants de Zhou, à savoir Li Changchun, l’actuel chef de la propagande du Parti et Zeng Qinghong, le chef du Congrès National du Peuple. Les deux alliés ont agit dans les coulisses dans une démarche de vengeance, d’autoprotection, mais aussi pour contrer les avancées de Hu et Wen. 

    Propagande et liberté de la Presse, dos à dos
    Avant la tenue du 18ème Congrès National qui aura lieu cette année, Li se sert de sa position de chef de la propagande pour monter les médias contre Wang dans le Guangdong. Lors de ce Congrès, sept des neuf membres du tout-puissant Comité Permanent du Politburo seront remplacés, dont Zhou et Li. Une source bien placée a révélé à Epoch Times que le Congrès pourrait marquer le début de la fin du régime communiste, d’où les jeux de coudes pour se positionner avantageusement avant un Congrès critique pour tous.

    Récemment, Li a dépêché Tuo Zhen, vice-président de l’Agence Xinhua, l’un des médias officiels du Parti Communiste Chinois à la tête du Ministère de la Propagande de la Province du Guangdong. Yang Jiang, adjoint de Li à la Propagande, en provenance également de Xinhua est devenu Secrétaire du Parti pour le Southern Media Group et les onze journaux qu’il contrôle au Guangdong.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Les-Reformistes-Chinois-croisent-le-Fer-avec-la-Ligne-Dure-du-Parti.html

  • Wang Yang, un réformiste de Guangdong, pourrait avoir sa place au soleil

    Wang Yang, Chine, réforme, fonctionnaires, Parti communisteWang Yang, l’une des personnes les plus éminentes de la faction réformiste du Parti communiste chinois (PCC), va poursuivre sa politique dans la province de Guandong, après avoir été gardé à son poste de secrétaire du Parti de cette région et suite aux rumeurs qu’il obtiendra probablement un siège au Comité permanent du Politburo, l’organe politique le plus puissant en Chine.

    En tant que Secrétaire du Parti de la province du Guandong depuis 2007, Wang a formé une sorte de coalition avec le Premier ministre Wen Jiabao et le Président chinois Hu Jintao afin d’introduire une réforme dans la province du Guandong.

    La réforme soutenue par Wang Yang représente une menace pour les cadres qui ont fait leur carrière dans la sécurité et les organes de propagande.

    Comme l’a indiqué  le journal  l’Economic Observer: «La raison de l’alliance de Wang Yang, Secrétaire du Parti de Guangdong, avec Wen Jiabao lors de l’essai de la réforme à Guandong ne provient pas seulement du  fait qu’ils viennent de la même province et ont fait partie de la Ligue de la jeunesse communiste, mais aussi parce que Wang Yang cherchait un modèle économique pour la ville de Guangdong qui répondait aux attentes des citoyens. Par conséquent, ils ont fait une proposition à la Banque mondiale, ainsi qu’à d'autres organisations internationales  pour la mise en œuvre d’un plan sur cinq ans».

    L'importance de Wang Yang s’est accrue suite à la récente éclipse de Bo Xilai, qui  défendait les idéologies politiques opposées et la  politique économique mettant l’accent sur l'Etat.

    Bo était un garde rouge dans sa jeunesse et son organisation d’étudiants a été formée directement  par Mao Zedong. L’attitude critique de son père, Bo Yibo, a donné à Bo Xilai une occasion de prouver son zèle révolutionnaire en frappant son père et en lui cassant trois côtes. Yang Guang, un survivant de la Révolution culturelle, cite les paroles de Bo Yibo: «Quand j'ai vu qu'il n'avait pas peur de couper les liens avec les membres de sa famille, j’ai compris qu'il était un bon élément pour la prochaine génération de la direction du Parti».

    Wang était un révolutionnaire qui restait ferme dans sa croyance dans un système économique transparent et principalement privé plutôt qu’étatique, un système que les experts considèrent comme essentiel pour un développement économique durable en Chine. La croissance du pouvoir  politique de Wang s’est illustrée par sa gestion réussie de l’agitation sociale dans le village de Wukan, qui a été résolue par un compromis, au lieu de la violence.

    Un climat économique international défavorable a peut-être en partie aidé Wang à introduire les réformes dans le Guangdong. «L’échec de la réforme est autorisée, mais l’inaction n’est pas autorisée» était l’un des slogans lancé ces dernières années. Les partisans affirment que la politique de libéralisation économique dans le Guangdong est un exemple potentiel que d'autres régions de la Chine pourront suivre.

    Wang a également déclaré récemment que le peuple chinois ne devrait pas remercier le Parti communiste pour ses succès ou son  bonheur, une déclaration qui est fondamentalement à l’opposé des six dernières décennies de propagande du Parti.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Wang-Yang-un-reformiste-de-Guangdong-pourrait-avoir-sa-place-au-soleil.html

  • Un haut responsable officiel du Parti s'élève contre la campagne de propagande

    Le Secrétaire du Parti de la province du Guangdong, Wang Yang, connu comme un libéral dans le contexte communiste chinois, a récemment déclaré que le peuple chinois ne doit pas son bonheur au Parti.
    Le Secrétaire du Parti de la province du Guangdong, Wang Yang, connu comme un libéral dans le contexte communiste chinois, a récemment déclaré que le peuple chinois ne doit pas son bonheur au Parti. (Lintao Zhang/Getty Images)

    Un Haut responsable officiel du Parti communiste, qui se définit lui-même comme un réformiste, a déclaré dans un récent rapport sur le travail, par ailleurs surfait, que: «le peuple chinois ne devrait pas remercier le Parti pour son bonheur». Au milieu d’un long discours empreint du jargon du Parti, la remarque a été rapidement extraite et largement diffusée sur Internet, rencontrant l’approbation des internautes.

    Wang Yang est le Secrétaire du Parti de la province du Guangdong et il s’attend à recevoir un siège au Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) lorsque le régime tiendra son 18ème Congrès, vers la fin de l’année (ou peut-être au début de l’année prochaine, selon les rapports).

    Il est connu comme un «libéral» dans le contexte communiste chinois et il a ouvertement combattu la ligne dure néo-maoïste de Bo Xilai, récemment disgracié et évincé de ses fonctions au sein du Parti. Wang Yang préconise une politique publique orientée vers le marché et une plus grande liberté économique pour les Chinois - cependant, il fait souvent preuve de prudence en disant que la Chine ne devrait pas «imiter» l’Occident.

    Lors d’un congrès du Parti, qui a eu lieu dans la province de Guangdong du 9 au 11 mai 2012, Wang Yang a déclaré: «Nous devons en finir avec l’idée erronée que le bonheur du peuple est une faveur accordée par le Parti et le gouvernement».

    Cela contraste avec la propagande habituelle du Parti, qui met en scène le PCC comme le gracieux bienfaiteur de toutes les bonnes choses offertes au peuple chinois.

    Wang Yang a ajouté que «La recherche du bonheur est le droit du peuple» et que le rôle du gouvernement est de donner «aux masses populaires», (jargon du Parti), la liberté d’«explorer hardiment leur propre voie vers le bonheur».

    Les sites d’informations sur l’internet chinois annonçaient que Wang Yang a dit que les gens ne doivent pas leur bonheur au Parti communiste. Les observations faites par les internautes étaient de vraies acclamations. «Un haut responsable bon est difficile à trouver. Les gens du Guangdong sont très chanceux», stipulait-on dans la rubrique des commentaires de l’article publié sur Sohu.com, un portail internet majeur. Un autre écrivait: «Je voulais juste dire que je vous soutiens, et je suis très reconnaissant. J’espère que votre vie est paisible». Un autre a déclaré: «Ces mots entrent dans l’histoire».

    Cependant, il y a eu une limite à la circulation des nouvelles. Les reportages à la télévision d’Etat sur le discours de Wang Yang n’ont pas mentionné les remarques.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Un-haut-responsable-officiel-du-Parti-seleve-contre-la-campagne-de-propagande.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu