Avertir le modérateur

voice of america

  • Taiwan démonte les antennes diffusant des informations non censurées vers la Chine

    Taiwan, tours de diffusion, Sound Of Hope, Voice Of America, Radio Free Asia, information, presse,  non censuré, Radio Taiwan International, Chine, liberté, Chen Guangcheng, avocat, droits de l’homme, SOH

    Avant de devenir une cause célèbre en Occident, l’avocat aveugle des droits de l’homme, Chen Guangcheng, enfermé dans son domicile du Shandong, écoutait souvent les informations et les reportages sur les droits de l’homme de la radio Sound Of Hope. Toutefois, actuellement, les ondes radio de cette station indépendante sont menacées par les bulldozers et les décrets bureaucratiques alors que la plus importante station radio dirigée par le gouvernement taïwanais, Taiwan Radio International, s’apprête à abattre des dizaines de tours onéreuses envoyant des signaux à ondes courtes en Chine et dans le monde, sous ce qui est largement considéré comme une pression du Parti communiste chinois.

    La première tour diffusant des ondes courtes, située à Tianma, à Tainan, dans le sud de Taiwan, est tombée le 1er juillet selon Sean Lin, vice-président de SOH, qui vit à Washington. Son collègue, Allen Zeng, PDG de Sound Of Hope, a désespérément tenté, durant deux mois, de mettre fin au processus, mais n’a rencontré qu’une sourde oreille de la part des autorités taïwanaises de diffusion.

    Il y a environ 28 structures hautes de 75 mètres (246 pieds), situées à Tianma et Huwei à Taiwan. Sound Of Hope les a louées, pendant neuf ans, houspillant la Chine continentale avec des diffusions de quatre ou cinq heures chaque nuit, devenant un des plus importants clients de RTI. 

    Ces dernières années, Radio Taiwan International a de moins en moins utilisé les ondes courtes. Construites avec l’aide et les fonds de l’armée américaine en 1970, la technologie faisait partie de la stratégie de tenter de diffuser des nouvelles non censurées aux gens en Chine, où les médias internes sont asservis au Parti communiste chinois, avec l’idée d’aider le pays à soutenir une transition démocratique. Voice Of América et Radio Free Asia diffusent également en Chine continentale, où les communistes ont bloqué leurs signaux et les ont catalogués de «stations ennemies».

    Maintenant, plutôt que de porter des nouvelles libres aux masses de Chine, RTI s’est focalisée sur une audience taïwanaise intérieure, qu’il peut servir parfaitement bien via Internet. Les diffusions d’ondes courtes ont un rôle minime ainsi les stations ont, pendant quelque temps, cherché à réduire les coûts et à faire tomber les tours.

    Cependant, ce changement n’explique pas les circonstances particulières du moment ni la soudaineté de la décision de détruire les tours, qui, à l’origine, devaient être simplement mises hors service à la fin de cette année; ni le secret et la non-communication des fonctionnaires de RTI lors de la mise en œuvre; ni leur refus systématique de n’importe quel projet avec Sound Of Hope et Radio Free Asia pour prendre les tours des mains de RTI, plutôt que ce dernier ne les démolisse toutes par la force.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/5/n3508568.htm

  • Interruption de la diffusion NTDTV par Eutelsat, la Cour demande une expertise

    FRANCE, Paris- Procès NTDTV-Eutelsat à la Cour de Justice de Paris le 15 juin 2010 (Epoch Times)
    FRANCE, Paris- Procès NTDTV-Eutelsat à la Cour de Justice de Paris le 15 juin 2010 (Epoch Times)

    La Cour d’Appel de Paris vient de rendre son verdict dans l’affaire opposant la télévision chinoise New Tang Dynasty (NTDTV) à l’opérateur satellite Eutelsat. Depuis la coupure, avant les Jeux Olympiques de Pékin, du signal satellite vers la Chine de NTDTV en juin 2008, le doute planait sur l’opérateur Eutelsat quand au respect des principes de liberté et de pluralisme de l’information. La Cour d’Appel vient donc de donner raison à la chaîne de télévision chinoise, en ordonnant une mesure d’expertise visant à définir si oui ou non il y a eu coupure intentionnelle de NTDTV par Eutelsat, pour comme le dit Reporters Sans Frontières, répondre à des intimidations commerciales de Pékin
    .
    Rappel des faits

    Le mardi 15 juin, la chaîne sinophone NTDTV a fait appel auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris. En première instance en novembre 2009, le Tribunal de commerce avait refusé de nommer un expert pour enquêter sur l'interruption par l'opérateur Eutelsat de la diffusion de la télévision indépendante en Chine.

    Le juge avait justifié sa décision en estimant que la chaîne n’avait pas de relations contractuelles directes avec Eutelsat au moment de l’interruption de la diffusion. Une explication battue en brèche par l’avocat de NTDTV : « Jamais Eutelsat ne passe de contrat directement avec une chaîne. L’entreprise contracte avec des grossistes qui eux-mêmes ensuite passent des contrats avec les chaînes. Si on suivait le raisonnement du tribunal de commerce, Eutelsat ne pourrait jamais être rendu responsable de la moindre coupure subie par aucune chaîne. »

    En 2009, Eutelsat a également cédé aux pressions de Téhéran à propos d’émissions en persan sur BBC et de Voice of America. En janvier 2010, l’opérateur a aussi été accusé d’avoir cédé à des pressions russes après l’interruption de diffusion de la chaîne Perviy Kavkazskiy, non affiliée au pouvoir du Kremlin.

    Depuis l’interruption de la diffusion de NTDTV en Chine, la population chinoise est privée du droit à l’information libre. Parmi les informations censurées depuis juin 2008, l’épidémie de grippe A, le scandale du lait contaminé à la mélamine et les innombrables manifestations de droits civils qui ont lieu en Chine chaque jour.

    En janvier 2009, le Parlement Européen a adopté une résolution demandant à la Commission Européenne de prendre les mesures nécessaires à un rétablissement de la diffusion de NTDTV en Chine, pour garantir aux Chinois l'accès à une information libre et non censurée.


    La Cour d’Appel de Paris ne croit pas en la bonne foi d’Eutelsat

    Lors du procès du 15 juin, l’avocat de NTDTV Me Joseph Breham, plaidant pour Me William Bourdon, mettait le doigt sur le cœur du problème en reprenant les documents techniques fournis par Eutelsat. Alors que le répéteur C4 était le transpondeur le plus rentable et le moins consommateur d’énergie du satellite W5 (seul satellite permettant la diffusion de NTDTV en Chine), pourquoi Eutelsat a préféré l’éteindre à la place du répéteur C2 pourtant moins rentable et plus énergivore ? Pour NTDTV depuis juin 2008 la réponse est claire, c’est parce que, comme en 2005, la télévision chinoise indépendante a été la cible de Pékin et qu’Eutelsat a répondu à l’appât des contrats commerciaux chinois.

    C’est pourquoi le 30 juin, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict « en ordonnant une mesure d’expertise ayant pour mission d’établir tous éléments motivés permettant de dire si le choix de coupure du répéteur C4 du satellite W5, a été dicté par les critères techniques par Eutelsat et qu’elles auraient été les conséquences économiques et financières d’un autre choix ». Cette expertise aura aussi pour mission de dire si « la société de droit américain UNIVERSAL COMMUNICATIONS NETWORK (UCN) (exploitant la télévision NTDTV) a subi un préjudice résultant de ce choix, en précisant, notamment si cette société pouvait avoir recours à un autre opérateur de satellite et si le système actuel est équivalent aux services rendus par l’ancien. »

    Pour s’appuyer sur ce verdict les trois juges chargés de l’affaire ont retenu dans leur ordonnance le fait que « bien qu’Eutelsat n’est pas signataire du contrat avec UCN, il n’en demeure pas moins que le satellite dont elle est propriétaire est indispensable à l’exécution de ce contrat ou (et) participe à l’exécution de celui-ci (Eutelstat reconnaissant même l’existence d’un “groupe de contrats”) »

    La Cour a également considéré que « les pièces apportées par NTDTV rendaient crédibles les allégations de cette dernière selon lesquelles Eutelsat n’aurait pas choisi l’interruption du répéteur C4 pour les raisons économiques qu’elle allègue mais pour des raisons politiques excluant la bonne foi dans son obligation de fourniture de service et empêchant par là même cette dernière de respecter ses obligations. »

    Sur le même sujet :
    Appel en justice de la chaîne NTDTV interrompue par Eutelsat
    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Appel-en-justice-de-la-chaine-NTDTV-censuree-par-Eutelsat.html

    NTDTV en Chine ou quand l’information devient vitale
    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/NTDTV-en-Chine-ou-quand-la-TV-devient-vitale.html

    Eutelstat censure la chaîne en chinois NTDTV pour satisfaire les autorités de Pékin
    http://fr.rsf.org/chine-eutelstat-censure-la-chaine-en-10-07-2008,27817.html

     

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Interruption-de-la-diffusion-NTDTV-par-Eutelsat-la-Cour-demande-une-expertise.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu