Avertir le modérateur

vertu

  • L'étoffe du temps – Les douze motifs de l'Empereur chinois

     

  • L'Essence de l'Art Martial Chinois—La Vertu

    art martial, chine, Jet li, vertu, wu shu, kung fu, patrimoine culturel chinois, art martiaux

    Tout comme d'autres développements culturels (tels que la croyance traditionnelle chinoise en l'avancement de la moralité personnelle et sociale) en Chine, l'art martial chinois est passé par un processus de changements et de dégradations.


    1. Un bref résumé de l'histoire des arts martiaux chinois

    Qu’est-il arrivé aux arts martiaux chinois ces dernières années? En tant que patrimoine culturel unique en son genre, pourquoi les arts martiaux se sont-ils autant dégradés de nos jours en Chine?

    Tout d'abord, c'est le résultat de la dégradation générale de la moralité de la société. L'histoire nous montre que les civilisations humaines, les arts et les cultures se sont tous développés à partir de la moralité humaine. La moralité est le point commun des différentes cultures, arts et civilisations. Par exemple, les physiciens devraient suivre les critères moraux du corps médical, les gens pratiquant les arts martiaux les exigences morales du domaine des arts martiaux—appelées vertus des arts martiaux; les hommes d'affaires les critères moraux du domaine des transactions d'affaires, ils devraient se livrer à des échanges équitables; les politiques devraient suivre les exigences de la politique, ils devraient servir les gens et ne jamais être corrompus. Dans tous les domaines de la vie, les gens suivent les exigences morales de leur profession. Si une certaine pratique artistique ou une certaine profession ne remplit pas les critères moraux qui lui correspondent, il est sûr que tôt ou tard cette pratique artistique ou cette profession perdra sa valeur.

    L'art martial chinois vient de la Chine ancestrale. La façon dont les maîtres d'art martiaux chinois ont transmis leurs connaissances et leurs techniques aux générations suivantes est particulière. Dans les temps anciens, les gens menaient des vies simples et ils avaient de hauts critères moraux. Les pratiquants des arts martiaux avaient l'habitude de se retrouver dans des montagnes reculées entourées de lacs, ils pouvaient alors rencontrer des maîtres dotés de grands pouvoirs et s'en inspirer. De tels pratiquants des arts martiaux suivaient souvent des directives rigoureuses et continuaient à pratiquer les arts jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'état du "Tao". Ces gens devenaient alors les fondateurs de diverses formes d'arts martiaux ou de combats d'épée. À cette époque, un véritable pratiquant des arts martiaux pouvait bouger ses poings selon sa volonté; un véritable pratiquant des arts de l'épée pouvait manier son épée comme si elle faisait partie de son propre corps. Les maîtres des arts martiaux apparaissaient dans la société de temps en temps et pouvaient vagabonder partout. Sous la lune ou à l'aube, ces maîtres pouvaient guider leurs disciples. Les disciples étaient souvent sélectionnés par les maîtres eux-mêmes à travers un processus strict. Seuls les gens qui avaient une haute moralité étaient choisis. On disait que l'on ne devait jamais révéler ses capacités à quelqu'un à moins que l'on ne tombe sur quelqu'un qui soit doté de grandes vertus.

    Quelques années plus tard, ces disciples pouvaient devenir eux-aussi des maîtres. Si de tels maîtres ne parvenaient pas à trouver des gens dotés d'une haute moralité, ces maîtres commençaient à ouvrir des écoles d'arts martiaux ouvertes au public. Des étudiants se lançaient dans la ‘cultivation’ de la moralité tout en recevant des cours d'arts martiaux. Pour ceux qui avaient développé de hautes exigences morales, leurs maîtres leur révélaient le secret de leur art martial. Par conséquent, deux méthodes ont été adoptées pour enseigner les arts martiaux au public: sélectionner des étudiants pour leur transmettre l'enseignement ou bien enseigner les arts martiaux aux étudiants en leur demandant de suivre de hauts critères moraux.

    Le but ultime de ces deux différentes méthodes est en réalité le même : la moralité est l'exigence la plus importante pour tous les pratiquants d’arts martiaux.

    La transmission des arts martiaux chinois de maître à disciple tire donc son origine du fait de cultiver la moralité. L'exigence d'avoir une vertu élevée pour les pratiquants d'arts martiaux provenait des exigences concernant la moralité sociale. De nos jours, la moralité sociale en Chine a été complètement détruite; chacun peut être témoin d'une telle destruction. Les arts martiaux chinois ont aussi suivi le même processus d'autodestruction, c'est pourquoi nous assistons à une telle dégradation du développement des arts martiaux chinois.

    Si l'on perd sa foi envers les développements spirituels et si l'on commence à refuser de croire aux divinités, Taos, ou à des divinités similaires, on sera vite guidé par le matérialisme et par l'hédonisme. Tout ce qui est fait par un individu athée, que ce soit un évènement culturel, une forme d'art ou une capacité technique, perdra ses valeurs essentielles. Si un individu ayant un critère de moralité très bas pratique l'art ou une profession technique, le résultat final sera encore pire.

    Lao Zi a dit un jour: "Une nation ayant des armes létales devrait éviter d’y recourir ." Sun Zi a dit: "Capturer l’armée ennemie toute entière sans faire aucun blessé est la meilleure stratégie, détruire l'armée de l'ennemi est seulement la deuxième meilleure stratégie." Pour les pratiquants d’arts martiaux, leurs vertus se sont développées à partir de leur foi et de leurs critères moraux. Avec ces vertus, on peut facilement distinguer le bien du mal, et ces vertus seront assurément louées par la société. De tels pratiquants d’arts martiaux puniront assurément les mouvements pervers en maintenant les mouvements justes.

    Avec le déclin de la moralité sociale, les maîtres d’arts martiaux ont aussi commencé à rechercher la gloire et l'intérêt personnel : peu à peu, l'exigence de vertu pour un pratiquant d'arts martiaux est devenue de moins en moins élevée. C'est aussi le résultat des soi-disant développements sociaux de l’état de droit dans l'histoire humaine. Les exigences morales ont ainsi été mises de côté. Oui, les compétiteurs d'arts martiaux peuvent gagner des médailles d'or pour leur nation, et les maîtres d'arts martiaux peuvent attaquer ces mauvais éléments dans la société et protéger les innocents. Cependant, la capacité de distinguer le juste du pervers, le bien du mal, la justice de l'injustice est toujours l'exigence la plus importante et la plus fondamentale que doit avoir un pratiquant d'arts martiaux.

    Dans les anciens temps les gens accordaient de l'importance à la foi et à la moralité et prenaient légèrement la renommée et l'intérêt personnel. Chaque étudiant qui avait été choisi pour apprendre devait avoir de hauts critères moraux. De telles personnes atteignaient assurément un haut niveau en arts martiaux du fait de l’importance qu'ils accordaient au développement moral. En cette période de la fin de la Loi, la moralité de la société toute entière a énormément décliné; les pratiquants d’arts martiaux manquent aussi de vertus et leurs capacités peuvent difficilement atteindre le niveau significatif de maître.

    Si une personne perd sa foi dans les divinités, dans la politique elle ne pourra plus servir autrui correctement et se tenir à l'écart de la corruption, dans les affaires elle ne recherchera assurément que le profit, médecin elle ne respectera pas les exigences médicales de base. Si une industrie se développe sans aucune contrainte morale, elle génèrera nécessairement des pollutions de l'environnement. Si un pratiquant d'arts martiaux ne suit pas les critères de la vertu, il aidera certainement les gens pervers à attaquer les personnes vulnérables et dégénérera à coup sûr en un voyou. S'il n'y a pas de moralité au sein d'une profession dans la société, cette société sera certainement dans un état exécrable et la nation dans une situation périlleuse. Si le monde entier commence à négliger la moralité, alors des désastres surviendront bientôt et l'espèce humaine sera certainement condamnée!

    Etre capable de discerner le bien du mal, attaquer les gens pervers en aidant les personnes justes sont les vertus les plus importantes que doivent avoir des pratiquants d’arts martiaux. Si l'on ne sait pas distinguer le bon du mauvais, on perdra certainement sa réputation en tant que pratiquant d’arts martiaux si l'on se met à commettre de mauvaises actions. Un tel pratiquant des arts martiaux plantera la graine de sa propre destruction à venir. Toute personne qui a perdu les critères de moralité humaine ne tardera pas à être détruite, et le résultat est garanti. De nos jours, la moralité a tant décliné que la conscience sociale s’est perdue. Les Chinois dans leur ensemble ont atteint un état où beaucoup manquent d'âme humaine. Comment allons-nous faire revivre la culture traditionnelle chinoise?

    2. Comprendre les caractéristiques universelles

    Les anciens sages avaient déjà prédit que durant la période de la fin de la Loi (c’est-à-dire maintenant), les trois grandes religions seraient ruinées. La société humaine serait en danger de destruction intégrale. Il y aurait un être éveillé qui apparaîtrait dans ce monde, diffusant Dafa, sauvant les êtres et relevant les critères moraux une fois de plus pour l'espèce humaine.

    [...]

    Lire la suite de l'article sur: http://fr.clearharmony.net/articles/a115431-L-Essence-de-l-Art-Martial-Chinois%E2%80%94La-Vertu.html

  • Liens entre le corps et l'esprit

    Science, méditation, guérir, corps, esprit, médecine, vertu, culture, chine, cerveau,lao Tseu, asie On arrive à démontrer scientifiquement que les relations entre l'esprit et le corps ne font qu'un. Les grands sages chinois savaient bien de quoi ils parlaient! L’expérience de la méditation et de cultiver la vertu, comme celle de pardonner, rendent le corps et le mental de l’être humain plus performant.

    Les sages de la Chine ancienne et d'autres sages d'Asie, par exemple les yogis, connaissaient le lien entre l'esprit et le corps, alors que les traditions occidentales ont tendance à les dissocier. Ils connaissaient aussi le pouvoir d’une vertu comme le pardon.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, le pardon était considéré comme une grande vertu. De grands hommes tel l'empereur Wu de la dynastie Liang (464-549), étaient réputés pour être honnêtes envers les autres, faire peu de cas de leurs propres sentiments ou ressentiments et cependant avoir nombre de personnes distinguées et avisées autour d'eux.

    Une équipe de l'université d'Harvard s'est penchée sur les effets que pouvaient avoir la vengeance. Elle a porté son étude sur la relation entre un individu et une équipe mais aussi entre différents individus. Le rapport a été publié dans la revue Natural en mars 2008. Ils ont découvert que la vengeance, non seulement n'apporte aucun bénéfice à la personne qui veut se venger, mais de plus, affecte négativement l'équipe ou le groupe dont fait partie cette personne. «En fait», explique David Rand, un des co-auteurs de l'étude, «quand quelqu'un assouvit sa vengeance, il se forme une réaction en chaîne et tout le monde en pâtit.»

    Martin Nowak, le directeur de recherche, en conclut que les gens qui réussissent sont ceux qui ne s'emportent pas durant les conflits. Au contraire, prendre sa revanche n'apporte rien de bon, ni à soi ni aux autres.

    Dans les sociétés qui pratiquent la vengeance comme la vendetta en Corse au siècle dernier ou encore en Albanie de nos jours, c'est toute une famille, voire tout un clan ou un village entier qui tombent dans le malheur.

    Mais ceux qui arrivent à sourire, à ne pas se préoccuper du conflit ou de l'affront, vont établir un champ positif autour d'eux. On va admirer leur sang-froid et leur détachement. L'empereur Wu, qui appliquait ces principes, a su ainsi créer l'une des dynasties les plus stables et les plus prospères de l'histoire de la Chine.

    La méditation

    Notre second sujet de réflexion porte sur la méditation, largement pratiquée en Asie par les bouddhistes notamment. La méditation pour vous, qu'est-ce que cela signifie? Vous relaxer, faire le vide, acquérir la paix intérieure?

    Le magazine New Scientist publiait en novembre 2005 un article intitulé «La méditation construit le cerveau», relatant les travaux de scientifiques de l'université du Kentucky. Ils avaient voulu vérifier les assertions suivantes souvent entendues dans la bouche de ceux qui pratiquent la méditation: «J'ai plus d'énergie, j'ai besoin de moins de sommeil, je me sens mieux». Dix volontaires ont participé à l'étude et ont été testés, avant et après 40 minutes d'activités différentes: sommeil, méditation, lecture ou conversation légère et agréable. Chaque sujet a été placé dans toutes les situations.

    Les chercheurs se sont aperçus qu’après ce moment écoulé, tous les sujets étaient plus reposés ; mais pour certaines personnes, sortir du sommeil, être pleinement éveillé et en forme pouvait prendre un certain temps. La seule méthode qui pouvait conduire à une amélioration immédiate des performances était la méditation, sans qu'aucun des sujets ne l'ait pratiquée auparavant.

    Une autre étude publiée par le New Scientist le 2 septembre 2005 va encore plus loin. L'article s'intitule «Si la méditation est bien, Dieu y arrive encore mieux». Des chercheurs ont réparti des étudiants en trois groupes qui devaient se concentrer de la façon suivante:

    -    le premier sur l'idée «je suis content»,

    -    le deuxième devait simplement se détendre,

    -    le troisième devait se concentrer sur l'idée que Dieu est amour et paix.

    Le premier et le deuxième groupe sont sortis de leur méditation tout simplement détendus. Les étudiants du troisième groupe ont connu des améliorations sensibles de leur santé physique et mentale. Certaines douleurs ont été atténuées par exemple.

    Pour quelle raison? Cela reste encore un peu mystérieux. Le docteur Richard Davidson de l'université de Wisconsin-Madison relève que de nombreuses études scientifiques ont montré qu'une attitude positive pouvait avoir une répercussion sur l'état de santé d'une personne. Son équipe est arrivée à déterminer qu'une activité plus importante de la zone gauche du cortex préfrontal, par rapport à la zone droite, menait à une meilleure immunité. Son hypothèse : le cortex préfrontal est une région du cerveau où est gérée l'affectivité, c'est-à-dire la manière dont une personne répond émotionnellement à une situation. «Les émotions jouent un rôle important en modulant les systèmes corporels qui influencent votre santé», explique Davidson.

    Une nouvelle étude établit ce lien. 52 personnes ont été vaccinées contre la grippe. On a commencé par étudier leur activité cérébrale en leur demandant notamment de se souvenir durant une minute de deux évènements: un qui les a rendus très heureux et l'autre qui les a submergés de chagrin. Les scientifiques ont mesuré pendant ce temps leur activité cérébrale, des deux côtés du cortex, puis ont fait la même mesure après que les sujets ont consigné leurs souvenirs par écrit durant cinq minutes. Le résultat est que les personnes avec une activité plus importante du coté droit du cerveau étaient celles qui étaient davantage négatives.

    Pendant les six mois qui suivirent, les chercheurs prélevèrent à trois reprises du sang de chaque personne pour établir le taux d'anticorps développés par le vaccin, afin de voir l'immunité. A la fin des six mois, il s'est avéré que les personnes ayant une activité cérébrale côté gauche plus importante avaient une meilleure immunité.

    Article de Sound Of Hope: http://www.soundofhope.org/

  • Vertu des femmes dans la Chine ancienne

    vertu, femme, Chine, mari, mariage, homme, obligation, amour, sentimentLes anciens chinois croyaient que le "mariage" était une combinaison de moralité et d'obligations comprenant "l'élégance, le devoir, l'affection et l'amour." Le mariage est un contrat à vie dans lequel le mari et la femme placent leur confiance l'un dans l'autre. Les anciens chinois affirmaient que le mari était dans l'obligation de montrer de "l'élégance ainsi que de la moralité," pendant que la femme devait faire preuve de vertus telles que "les convenances dans le comportement, la parole, la conduite et le travail."

    Quelle est la signification derrière les "obligations du mari"? C'est que le mari devait accomplir ses obligations morales. Le mot chinois "Fu" (mari) se traduit littéralement par "soutien." L'homme est le soutien principal de la famille. Tous les membres de la famille comptent sur lui. Il a la responsabilité de ses parents, de sa femme et de ses enfants, et il a des obligations morales envers sa famille et la société.

    Depuis les temps anciens, il y a un dicton : "Cent ans d'endettement lient un mari et une épouse même s'ils ne sont ensemble que pour seulement une nuit."

      "'Quand tu es gentil avec moi, je suis content, et quand tu n'es plus gentil avec moi, le sentiment disparaît.' Alors est-ce fiable? Peut-on utiliser les liens sentimentaux pour maintenir un mariage? Chez les êtres humains, il n'y a pas seulement une obligation morale d'impliquée, mais aussi entre mari et femme, vous êtes redevables l'un envers l'autre. Alors s'agissant de la femme, lorsqu'elle a remis toute sa vie entre vos mains, l'homme doit réaliser: "Cette femme m'a confié sa vie entière. Je dois être responsable envers elle."'

    Depuis la Dynastie Zhou, la Chine a chéri quatre vertus des femmes: "Convenance dans le comportement, la parole, la conduite et le travail." Ces quatre vertus étaient les premières attentions dans Neizhai, Tianguan (Ministère du ciel), Zhouli (Rites de Zhou) et étaient les quatre caractéristiques qu'une femme exceptionnelle devait avoir. " Lienuzhuan " (biographies des femmes exceptionnelles) dans Houhanshu (le livre postérieur de la Dynastie Han) dit:

    " Maintenant ce qu'on appelle la vertu féminine n'a pas besoin d'être une capacité brillante, exceptionnellement différente des autres. Les mots féminins ne doivent être ni intelligents au cours de la discussion ni vifs dans la conversation. L'aspect féminin n'exige ni un joli ni un parfait visage et forme. Le travail féminin n'a pas besoin d'être un travail effectué plus habilement que les autres.

    "Garder soigneusement sa chasteté; contrôler avec circonspection son comportement; que chaque mouvement soit emprunt de modestie; et modeler chaque acte sur le meilleur usage, ceci est la vertu féminine. Choisir ses mots avec soin ; bannir le langage vulgaire; parler au bon moment; et non lasser les autres avec beaucoup de conversation, c'est ce qu'on peut appeler les caractéristiques de la parole féminine. Nettoyer et frotter la saleté ; conserver les vêtements et les parures frais et propres; se laver la tête et le corps régulièrement, et maintenir sa personne libre de saletés honteuses, c'est ce qu'on peut s'appeler les caractéristiques du maintien féminin. Avec l'ardeur sincère pour coudre et pour tisser; ne pas aimer le bavardage et le rire idiot, dans la propreté et l'ordre à préparer le vin et la nourriture pour servir aux invités, c'est ce qu'on peut appeler les caractéristiques du travail féminin.
    Ces quatre qualifications caractérisent la plus grande vertu d'une femme. Aucune femme ne peut s'en passer. "

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200509/22078.html

    Photo: http://www.tianyundesign.com/

  • Mystérieux caractères chinois : « De » - la vertu

    Chine, apprendre le chinois, Caractères chinois, écrire, Chinois, idéogramme,vertu, moralité, éthique, culture, traditionnel, significationLa partie gauche du caractère chinois qui désigne la vertu, la moralité et l'éthique, 德 (« de »), est formé par l'idéogramme ㄔ, un caractère qui a été dérivé depuis des milliers d'années du symbole désignant « la jambe et le pied. »

    Il représente un style bienséant de marche ou de comportement. La partie droite est composée d'une suite de quatre symboles différents 十目一心 (shímùyīxīn),  dans laquelle « 一 » (yī) représente le chiffre 1, qui reflète la genèse de l'univers à travers la séparation du Yin et du Yang.

    十 (« shí »), le symbole du chiffre 10, signifie la perfection et l'achèvementtout en suggérant que seules les Divinités sont réellement parfaites. 目 (« mù ») est le caractère désigant l'œil et 心 (« xīn ») le cœur humain. Ainsi, la série de caractères 十目一心 signifient que « les divinités observent le cœur humain. »

    Vu dans son ensemble, l'idéogramme 德 implique que les actes des êtres humains doivent se conformer aux lois divines, c'est-à-dire qu'ils doivent être vertueux.

    Dans la Chine ancienne, les gens parlaient souvent d'« accumuler des mérites » (« de »). Ceux qui possédaient beaucoup de mérite et agissaient avec moralité et éthique étaient assurés de se réincarner favorablement après leur mort. Les enseignements bouddhistes disaient que la vie de chaque personne était déterminée par la quantité de mérite 德 (« de ») qu'il ou elle avait accumulée ou par la quantité de bien ou de mal qu'il ou elle avait commis dans une vie antérieure.

    L'idéogramme 德 montre combien les enseignements bouddhistes et taoïstes ont autrefois influencé la culture chinoise. Malheureusement, la pensée chinoise moderne trouve parfois ces caractères « trop compliqués ».

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/4/n3508566.htm

  • Ban Zhao, la première historienne chinoise

    femme, lettre, historien, Chine, culture, dynastie des Han de l’Est, Préceptes des femmes, vertu, harmonieBan Zhao (45-120 ap. J.-C.) est connue pour avoir été la première historienne et femme de lettres de la dynastie des Han de l’Est. Mariée à l’âge de 14 ans, elle se consacra à la littérature et à sa famille après la mort de son époux.

    Son père avait débuté des recherches pour le HanShu (Le Livre des Han), pour compléter le Shiji (Mémoires historiques) de Sima Qian qui avait relevé l’histoire de la dynastie des Han de l’Ouest jusqu’à l’empereur Wu. Malheureusement, il mourut  avant d’avoir achevé son œuvre. La tâche fut ensuite poursuivie par son fils, Ban Gu, qui rencontra le même destin, après avoir consacré près de deux décennies à transformer le travail de recherche en une nouvelle histoire de la dynastie des Han, plus complète. Finalement ce fut Ban Zhao, une femme talentueuse qui avait assisté son frère des années durant, qui finalisa la première édition de ce grand livre. Par la suite, Le Livre des Han fut considéré comme un modèle pour les écrits historiques par les historiens chinois.

    Ban Zhao fut par la suite autorisée à enseigner et expliquer le livre aux chercheurs au sein de la bibliothèque royale. Grâce à ses connaissances approfondies, elle reçut à la cour le titre de «Personne de talent».

    L’impératrice fut très impressionnée par ses connaissances et son sens de l’éthique en tant que veuve, et souvent la sollicita pour enseigner auprès des dames de la famille royale.

    À soixante-dix ans, Ban Zhao écrivit Préceptes des femmes, aussi appelé Leçons à l’usage des femmes, de manière à transmettre des règles au sein de sa propre famille et immédiatement le livre circula dans tout le pays. Il donnait un aperçu des vertus que les femmes devaient respecter pour maintenir l’harmonie au sein de leur famille. Il fut considéré, des siècles durant, comme un guide pour la conduite des femmes.

    Quand Ban Zhao mourut, l’impératrice et le peuple lui rendirent un profond hommage.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/30/n3508412.htm

  • La véritable signification de la Vertu

    caractères chinois,vertu,de,lao tseu,primal,philosophie,chine,daoïsme

    Le caractère chinois "De" (vertu)

    Dans le Daoïsme, Vertu où “De” réfère à la qualité innée, où la vraie nature d’un être humain. Laozi disait que c’est seulement en étant vrai envers soi-même qu’on peut retourner à sa vraie nature originelle.

    Toujours vrai et inébranlable,
    Redevenir comme un petit enfant
    Toujours vrai et indéfectible
    Retourner à l’infini,
    Toujours vrai et ingénieux
    Retourner à l’état de Nature

    Concernant les bénéfices de la vertu Laozi explique :

    Cultivez la Vertu en vous-même, et la Vertu sera réelle.
    Cultivez la Vertu dans la famille, et la Vertu abondera.
    Cultivez la dans le village, et la Vertu croîtra.
    Cultivez la dans la nation, et la Vertu sera abondante.
    Cultivez là dans l’univers, et la Vertu sera partout.

    Laozi décrit la Vertu primale comme suit :
    Influer, mais sans posséder
    Travailler, mais sans prendre de crédit
    Mener mais sans dominer
    Telle est la Vertu Primale

    Cliquez ici pour entendre la prononciation chinoise du mot Vertu ou De.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61775.html

  • Yi: Vertu, Justice, Loyauté

    caractère chinois, apprendre le chinois, Loyauté, Chine, Droiture, Justice, idéogramme, vertu

    Le symbole 義 a un sens profond riche, et il intègre des valeurs comme la justice, l’honnêteté, la loyauté, et la fiabilité. Prononcé Yi, il est composé de 羊 (le mouton) au-dessus et de 我 (je, moi-même) en dessous.

    Le mouton, 羊, est obéissant et gentil. Il est considéré comme un symbole de bonne fortune et de prospérité.

    Le caractère 我 fut originellement créé à partir de l’écriture ossécaille (une écriture chinoise du XVe siècle avant notre ère), dans laquelle il avait la signification d’un outil de combat fabriqué avec une dent tranchante, bien qu’il prit par la suite le sens de «je» ou «moi-même».

    羊 et 我 combinés pour donner 義 peut être littéralement interprété pour vouloir dire «je suis un mouton».

    Dans la Chine antique, un mouton ou un agneau était sacrifié pour honorer les dieux. La signification intrinsèque de ce caractère est que, selon ce rituel, quelqu’un peut faire un sacrifice au nom de la justice ou de la vertu.

    Le caractère chinois 義 rappelle aux gens comment ils devraient diriger leur vie: de manière altruiste.

    Yi (義) appartient à une catégorie particulière d’idéogrammes appelée huiyi (sens multiples fusionnés). Ils sont composés d’idéogrammes ayant différentes significations et leur contenu propre est une combinaison  de ces différentes significations.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/2/12/n3507913.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu