Avertir le modérateur

ue

  • Échec des tentatives de suppression des publicités de Shen Yun à Bruxelles

    Chine, Belgique, UE, Shen Yun, censure, liberté, culturelle, théâtre nationale, Xi Jinping

    Les autorités chinoises ont exercé des pressions sur la Belgique afin de couvrir ou d’enlever les affiches promouvant un spectacle de danse classique chinoise, lors de la visite, cette semaine, de Xi Jinping à Bruxelles.

    Shen Yun Performing Arts se produit au Théâtre National du 2 au 6 avril. Shen Yun, qui joue chaque année dans plus de 100 villes à travers le monde, a entrepris de faire revivre la culture traditionnelle chinoise, inspirée du divin. Il ne peut cependant pas se produire en Chine continentale.

    M. Xi Jinping réside à l’hôtel Sheraton à Bruxelles, qui est proche du Théâtre National. A moins de 5m de l’entrée de l’hôtel, un panneau d’affichage Shen Yun est bien visible. Du 2 au 6 avril, six représentations de Shen Yun Performing Arts sont prévues au théâtre. Ces représentations se dérouleront alors que les dirigeants mondiaux, dont le Président Barack Obama se retrouvent à Bruxelles pour un sommet sur l’Afrique. La Belgique étant le siège de l’Union Européenne, du Parlement Européen et de l’OTAN.

    La campagne d’affichage pour Shen Yun gérée par l’agence BHS Promotion n’a pas répondu directement aux questions envoyées par courriel. Un représentant de BHS Promotion a expliqué à l’EU Observer avoir été contacté par le département central de la police à Bruxelles qui leur a demandé d’enlever les affiches promouvant Shen Yun, affirmant qu’elles posaient des « problèmes diplomatiques.» Plus tard, la police a annulé sa demande.

    Dans le même temps, le département central de la police a aussi envoyé une lettre à l’Association Belge du Falun Gong, organisateur de la représentation en Belgique. Elle lui demandait de couvrir ou d’enlever toutes les affiches de Shen Yun.

    Selon l’EU Observer, Nicholas Schols, porte-parole de l’Association Falun Gong, a expliqué aux journalistes en Belgique que la police lui avait affirmé qu’une « cellule interne de crise subissait des pressions de la part du Consulat Chinois ».

    M. Schols a ajouté que, plus tard, la police avait annulé sa demande, tout comme ils avaient annulé la demande auprès de l’agence de publicité. Cependant, en dépit de la pression du Consulat chinois, la représentation à venir de Shen Yun a obtenu le soutien des dirigeants Européens.

    Edward McMillian-Scott, vice-président du Parlement Européen, a envoyé une lettre au maire de Bruxelles, déclarant que le parti communiste chinois (PCC) diffuse chaque année des menaces similaires. Il a déclaré que c’est une bonne nouvelle que le problème ait été résolu. Régulièrement, le PCC tente en effet d’exercer des pressions sur les pays et les théâtres afin d’annuler les représentations de Shen Yun.

    Ces pressions pour la représentation d’avril constituent la troisième tentative des autorités chinoises de causer des problèmes à Shen Yun, lors de son passage à Bruxelles. En mars 2013, le Théâtre National avait temporairement cessé de vendre des tickets de Shen Yun après la révélation de pressions qu’il avait subi de la part des autorités chinoises. Selon le site Internet Minghui, par la suite le Théâtre National avait repris ses activités normales et publié une déclaration affirmant: « Nous avons un contrat. La Belgique est une société libre. Le théâtre respecte le droit à la liberté d’expression. »

    Deux ans plus tôt, le PCC avait aussi tenté sans succès d’annuler une représentation de Shen Yun à Bruxelles, dans le même théâtre. Selon Minghui, il a été découvert qu’une équipe de l’ambassade chinoise avait contacté le dirigeant du théâtre et lui avait demandé d’annuler la représentation. Le directeur avait rejeté la demande.

    Dans ce qui était presque certainement une conséquence inattendue de l’ingérence du PCC, l’Association Belge de Falun Dafa qui présente Shen Yun, a organisé une conférence de presse le 28 mars, appelant le gouvernement et les médias belges à enquêter sur les efforts visant à supprimer la publicité pour Shen Yun et à maintenir la liberté culturelle dans le pays. 

    Ceci a beaucoup attiré l’attention des médias dans de nombreux points presse belges.

    La RTBF, plus grand diffuseur en langue française de Belgique, a couvert l’incident lors de son bulletin diffusé à une heure de grande écoute.

    M. Schols, porte-parole de Falun Gong, a aussi présenté la destruction de la culture chinoise par le parti communiste chinois et la persécution de la pratique de Falun Gong. « Le gouvernement Belge a été mis sous pression, et il y a résisté » a-t-il déclaré.

    L’Avenir, un journal local et la Libre Belgique, ont tous les deux couvert l’événement. « Pourquoi l’image d’une élégante danseuse chinoise rend-t-elle le Président Xi soucieux ? » demande un article de la Libre Belgique. « Cette représentation dépeint, non seulement les traditions de la Chine, vieilles de 5000 ans, mais aussi la persécution des pratiquants de Falun Gong par le Parti communiste » affirme l’article. Le Parti Vert flamand a aussi appelé la police de Bruxelles à « empêcher la Chine d’exporter sa censure culturelle. »

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/4/2/n3509601/echec-des-tentatives-de-suppression-des-publicites-de-shen-yun-a-bruxelles.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu