Avertir le modérateur

tienanmen square

  • En mémoire au 4 juin 1989 à Tienanmen Square

    En mémoire au 4 juin 1989 des images rares en vidéo de Tank Mank, ce célèbre chinois faisant face aux tanks de l'armée et dont l'image a fait le tour du monde.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=GRb4VY2dU4c

  • 4 juin 2013: Se souvenir du massacre de Tienanmen square

    Reportage des 20 ans du massacre de la place Tienanmen en 2009

    En Chine, les personnes qui se souviennent du massacre de la Place Tiananmen exigent un compte rendu public de ce qui s'est passé.

     Le 4 juin marque la commémoration du massacre de la place Tiananmen en Chine. Avec les JO en ligne de mire, des voix s'élèvent demandant au Parti communiste chinois de rendre public les événements survenus il y a maintenant 24 ans. Mais le PCC ne reconnaît pas le massacre. Bao Tang, arrêté pour avoir soutenu les protestataires, s'est exprimé à ce sujet.

    Le fonctionnaire le plus âgé ayant été enfermé pour avoir sympathisé avec les protestations de 1989 sur la Place Tiananmen exige des dirigeants du régime de rendre publique ces événements.

    En 1989, les manifestations des étudiants ont encouragé plus d'un million de personnes à se rendre dans les rues de Pékin. Une protestation qui s'est terminée avec la suppression militaire du mouvement le 4 juin 1989. Aujourd'hui encore, mentionner ce massacre est tabou dans les medias chinois.

    [Bao Tong, Ancien assistant de Zhao Ziyang]:
    «Je suis très inquiet. Lorsque les Jeux Olympiques commenceront et qu'il y aura tant de journalistes représentant des visiteurs et que des personnes d'autres pays arriveront en Chine et demanderont à connaître la vérité quant aux événements de la Place Tiananmen, je ne sais pas ce que les autorités leurs répondront.»

    Bao était à l'époque l'assistant du chef du Parti, Zhao Ziyang, qui s'est opposé à la décision d'envoyer l'armée pour supprimer le mouvement pro-démocratique.

    Zhao est mort en 2005 après plus de 15 années de réclusion à domicile. Bao vit dans l'ombre d'une surveillance constante depuis qu'il a été relâché de prison. Mais il est resté franc par rapport aux événements de 1989.

    Le PCC a emprisonné un grand nombre de protestataires et leurs défenseurs en prétextant le crime de «subversion» et a rejeté les demandes contestant cette décision.

    À ce jour il n'y pas de statistiques officielles disponibles sur le nombre de personnes qui ont été tuées.

    [Mr. Liu, résident de Pékin]:
    «Je pense que les étudiants durant les événements du 4 juin avaient un bon argument. Je crois personnellement que cet argument est la corruption des fonctionnaires. Je pense que les étudiants avaient raison. Le régime n'aurait pas dû les oppresser. Ils auraient dû utiliser une approche différente pour communiquer avec les étudiants... Ils auraient dû leurs fournir des explications, mais elles ne sont jamais venues...»

    Tiré de: https://www.youtube.com/watch?v=-xnF_3BWsKo

  • 22 ans après le massacre de Tiananmen, la répression continue

    Le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition.
    Le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition. (NTD)

    Le 4 juin 1989, le régime chinois réprimait brutalement le mouvement démocratique sur la Place Tiananmen à Pékin. Depuis 22 ans ont passé et le parti communiste chinois n'a jamais reconnu sa responsabilité après avoir envoyé les forces militaires mettre fin aux manifestations étudiantes.

    Deux décennies plus tard, le régime chinois continue à réduire au silence tout mouvement d'opposition. De nombreuses personnes considèrent la dernière vague de répression lancée en février de cette année, comme la plus violente depuis le massacre de la place Tiananmen.

    Des centaines, voire des milliers de manifestants sont morts dans ce massacre, désigné en Chine comme l'incident du 4 juin. La plupart des victimes étaient des étudiants appelant à la démocratie et à une plus grande liberté politique. Selon Tang Baiqiao, un des leaders du mouvement étudiant de l'époque, le peuple chinois souhaite toujours la même chose.

    «Désormais, le public chinois a le droit et la responsabilité de résister à la tyrannie. Ils ne peuvent plus permettre au PCC de les écraser selon sa volonté. Les Chinois, quelles que soient leur origine ethnique, leur âge ou leur croyance, ont le désir de mettre fin à la dictature, pour que le pays puisse retrouver une forme de civilisation», a-t-il déclaré.

    De nombreux observateurs doutent que le régime chinois tienne compte de ces appels. Un groupe de partisans pour la défense des droits humains en Chine déclare que le régime garantit encore moins les droits des citoyens chinois qu'il y a une vingtaine d'années. Au contraire, selon ce groupe de partisans, il impose «la répression la plus sévère envers toute forme de dissidence et d'activisme» depuis le massacre de la Place Tiananmen.  

    Le groupe américain pour la défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch, estime que le régime chinois n'est pas disposé à répondre de manière pacifique au mécontentement populaire. Sophie Richardson, directrice de la branche asiatique du groupe affirme dans une déclaration sur Internet que les récents efforts du régime pour museler la dissidence, «rappellent étrangement la campagne de dénégation du massacre de Tiananmen».  

    Bien qu'il soit toujours interdit de mentionner publiquement le massacre de la Place Tiananmen de 1989 en Chine continentale, de grandes manifestations en mémoire des victimes ont eu lieu à Hong Kong et à Taiwan.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/22-ans-apres-le-massacre-de-Tiananmen-la-repression-continue.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu