Avertir le modérateur

sras

  • Le dénonciateur du SRAS révèle le vol d’organes par l’armée chinoise

    Chine, médecin, organe, sras, organe, armée chinoise, prélèvements, forcés, prisonniers exécutés, médecine, épidémie

    Le médecin chinois qui a fait les manchettes internationales en 2003 lorsqu’il a révélé le camouflage de la maladie mortelle SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) par Pékin dévoile maintenant un autre secret sombre de la Chine : l’implication des hôpitaux militaires dans les prélèvements d’organes sur les prisonniers – parfois lorsque les victimes sont encore en vie.

    «L’absolue vaste majorité des stocks de foies en Chine vient de prisonniers exécutés. Il n’y avait pas de loi à l’époque; nous allons exécuter ce prisonnier. Que la famille soit d’accord ou non, aussitôt que les prisonniers sont morts ils vont sur place chercher les organes», raconte Jiang Yanyong, un ex-chirurgien militaire de 80 ans, en entrevue avec la chaîne Cable TV de Hong Kong.

    «On parle de quelle proportion? Les ambulances du 301e hôpital militaire, avec un groupe de chirurgiens, se rendaient sur le site de l’exécution.» Aussitôt que les prisonniers recevaient une balle, les chirurgiens se mettaient au travail, indique-t-il. Le 301e hôpital militaire est l’hôpital général de l’Armée populaire de libération à Pékin, contrôlé directement par la Commission militaire centrale.

    Ces pratiques ont évolué et pris une direction encore plus sinistre et mercenaire lorsque les médecins ont compris que plus l’organe était frais, mieux c’était.

    Pas vraiment mort

    «Pour les transplantations de foie, la chose la plus importante est de diminuer le temps pendant lequel il n’y a pas de circulation dans le foie. Aussitôt qu’ils sont tués, le sang cesse de circuler. Donc, si le temps est plus long, le taux de survie de l’organe est plus bas.»

    Dans un environnement où il n’y a pas de supervision institutionnelle ou de remparts éthiques, le prévisible est survenu. Sur les sites d’exécution, toutes les ambulances du 301e transportaient des chirurgiens.

    «Ainsi, plus tard, les prisonniers étaient tirés de manière à ce qu’ils ne meurent pas sur le coup. Ils étaient ensuite immédiatement montés [dans les ambulances] et leurs organes étaient prélevés et mis de côté. C’était leur manière de faire.»

    Les révélations de Jiang Yanyong, rendu célèbre pour avoir été le premier médecin en Chine à dévoiler aux médias étrangers l’épidémie du SRAS – qui était camouflée par les autorités – sortent de l’ordinaire pour un individu qui est encore en Chine. Elles sont présentées dans une entrevue de 15 minutes avec le diffuseur de Hong Kong et, ce qui est inhabituel, les révélations nomment spécifiquement des médecins militaires chinois toujours en poste et énumèrent les crimes qu'ils auraient commis.

    [...]

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/15/3/16/n3510974/le-denonciateur-du-sras-revele-le-vol-dorganes-par-larmee-chinoise.htm

  • Pollution de l’air: plus de 600 morts à Hong Kong en 2010

    pollution.jpg

    La pollution de l’air devrait cette année faire à Hong Kong deux fois plus de victimes que l’épidémie de SRAS en 2003. Les statistiques rendues publiques par le Département d’épidémiologie de l’Université de Hong Kong montre que depuis début janvier, 594 personnes sont mortes prématurement à cause de la pollution suffocante de cette ville de sept millions d’habitants. Par comparaison, le SRAS qui avait déclenché une panique internationale aurait tué 299 personnes à Hong Kong

    D’après l’Index Environmental Hedley (HEI), que publie en temps réel l’université de Hong Kong, la pollution a déjà coûté cette année à la région plus de  1,3 milliard de dollars hongkongais (soit environ 130 millions d’euros). Plus de 4,3 millions de consultations médicales liées à la pollution de l’air ont été enregistrées, qui ont conduit à 45.000 hospitalisations à ce jour.

    En l’absence de signes marquants d’une volonté de se donner les moyens de réduire le smog permanent de la ville, la pression grandit à l’encontre de l’administration de Donald Tsang pour que des mesures de protection de l’environnement drastiques soient prises.

    «Cela doit devenir la priorité du gouvernement», insiste Joanne Ooi, présidente du Clean Air Network. Le groupe associatif traverse régulièrement la ville dans une camion recouvert de ballons gonflables noirs pour attirer l’attention publique. «L’impact de la pollution de l’air sur la santé s’aggrave, et c’est extrêmement dangereux. Il n’y a pas de pire problème à Hong Kong.»

    Depuis le début de l’année, les responsables locaux des questions environnementales demandent au gouvernement de remettre sur la table des discussions une proposition de 2008 pour accroître la taxation sur les véhicules utilitaires de plus de 15 ans.

    En 2008, ... Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Pollution-de-lair-plus-de-600-morts-a-Hong-Kong-en-2010.html

  • NTDTV lance le satellite de la liberté pour la Chine

    New York – 1er septembre 2008 – NewTang Dynasty Television (NTDTV) est fière d’annoncer le lancement du programme du Satellite de la Liberté pour la Chine (Freedom Satellite for China, FSC). Il vise à lever des fonds pour louer ou acheter les moyens techniques satellitaires en vue d’assurer la diffusion de programmes télévisés et radiophoniques indépendants en Chine qui soient libres de toute interférence politique.

    NTDTV et la radio Sound of Hope (SOH) diffusent leurs programmes indépendants en Chine depuis 2004grâce au satellite d’Eutelsat W5. Ces médias de langue chinoise sont les seuls qui échappent au contrôle du régime communiste et qui sont accessibles par les Chinois.

    Malheureusement, Eutelsat a interrompu leur diffusion le 16 juin 2008, au motif d’une prétendue panne technique sur le satellite. Le 10 juillet 2008, Reporters sans frontières (RSF) a dévoilé des preuves selon lesquelles le président d’Eutelsat Giuliano Berretta a mis fin à la diffusion de NTDTV pour s’attirer les faveurs de Pékin dans l’espoir d’obtenir des contrats. Avant la diffusion sans précédent de NTDTV en Chine, depuis plus de cinq décennies, le régime communiste chinois exerçait un contrôle total sur tous les médias en Chine.

    La «fenêtre de liberté de l’information» offerte par NTDTV et SOH était un véritable espoir pour le peuple chinois, mais causait une peur frénétique au sein du régime. D’après RSF, le régime communiste chinois a demandé de manière répétée à Eutelsat de cesser la diffusion de NTDTV. Le 16 juin2008, quand les téléspectateurs ont cessé de recevoir les programmes de NTDTV, l’un d’eux a écrit: «NTDTV c’est comme une bouffée d’air pur, sans elle on a l’impression d’étouffer.»

    Le Parti Communiste chinois ne peut pas survivre sans la censure. En raison du contrôle des médias par le régime, des informations vitales n’ont pas pu atteindre les gens qui en avaient le plus besoin. L’absence d’information sur l’épidémie du SRAS en 2003, le silence total des médias sur les prévisions du séisme du Sichuan en mai 2008 sont autant d’exemples qui illustrent comment la censure peut aggraver les dommages causés par des catastrophes naturelles et en faire des catastrophes provoquées par l’homme lui-même, causant la mort de populations entières d’innocents.

    Les reportages de NTDTV sur des sujets censurés par le régime et ses analyses de la censure en Chine constituent une véritable bouée de sauvetage pour les habitants de la Chine. Alors que ce pays devient une puissance mondiale, il est vital pour le reste de l’humanité que les Chinois aient accès à une information libre. C’est la raison pour laquelle NTDTV lance le programme du Satellite de la Liberté en Chine. NTDTV demande à tous ceux qui croient aux libertés dans le monde de les rejoindre pour préserver une fenêtre de liberté de l’information en Chine. Un compte bancaire a été ouvert spécialement pour le Satellite de la Liberté pour la Chine. Ce fonds va servir exclusivement à financer le projet. Les dépenses seront totalement transparentes et accessibles au public. Pour en savoir plus sur le Satellite de la Liberté pour la Chine, vous pouvez consulter le site www.ntdtv.com/fsc.en ou appeler le 001 800-558-9045 ou encore écrire à l’adresse funding@ntdtv.com. Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Votre générosité se concrétisera par plus de liberté d’information pour les Chinois, plus de paix et de prospérité pour l’humanité.

    La Grance Époque - Paris

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu