Avertir le modérateur

shen yun performing arts

  • Au revoir, mon vieil ami

    Jade
    Jade avec son souvenir suédois (Annie Li)

    « Le grand spectacle est éternel. Il y a toujours un lever de soleil quelque part ; la rosée n'est jamais complètement sèche, une pluie tombe sans fin; la vapeur se lève éternellement. Eternel soleil, éternels aubes et crépuscules, sur la mer, les continents et les îles, chacun son tour, au fur et à mesure où tourne la terre ronde. »- John Muir (Etats-Unis naturaliste, explorateur et écrivain, 1838-1914)

    Le temps est une rivière poursuivant toujours son chemin, s’écoulant sans jamais rien changer, se chargeant de mémoires à s’y perdre. En réfléchissant sur mon petit ruisseau, je trouve normal que nos deux dernières semaines en Europe aient rencontré certains de ses cours d'eau célèbres: la mer Baltique, l'Elbe et le Danube bleu. Cette année marque la fin de mon troisième tour complet d'Europe, un lieu intime comme un ami bien-aimé. Chaque visite apporte de nouvelles idées à notre connaissance, mais comme de vrais amis, certaines choses ne changent jamais.

    Berlin sera encore plein d'ours (d’une variété domestiquée), tandis que Stockholm aura un ours occasionnel, mais généralement, préfère l'élan. Prague sera une étroite descente pavée, bordée de musiciens de rues avec des magasins aux toits pentus. Les aires de repos allemands seront peuplés de toilettes offrant des bons de 50 cents, après avoir payé une taxe de 50 cents (bien que cette année la taxe soit de 70 cents). Toutes les aires de repos vendront du café (fraîchement préparé par les mains de l'homme ou un distributeur automatique), idem pour la crème glacée fabriquée par la même société sous de multiples noms. Aux États-Unis, nous savons que c'est Good Humor. En Europe, nous savons que c'est Algida, Miko, Eskimo, Streets et beaucoup, beaucoup d'autres noms.

    Lire la suite: http://fr.shenyunperformingarts.org/blog/article/read/9a51QyzzqeA#.TgT3vqGX9mo.facebook

  • Le directeur financier du Théâtre National de Bruxelles: «Je suis vraiment impressionné»

    Shen_Yun_2011.jpgShen Yun au cœur de l’Europe

    BRUXELLES, Belgique – Après dix représentations en France, Shen Yun Performing Arts a offert ce mardi 29 mars sa première représentation en Belgique. En plein centre de la capitale politique de l’Europe, au Théâtre National, la compagnie d’arts traditionnels chinois a ouvert une série de six représentations de son programme 2011, devant un public cosmopolite à l’image de la grande ville européenne.


    Jean-Pierre Braine, directeur financier du Théâtre National, faisait partie des spectateurs de cette première, et malgré sa grande habitude des spectacles présentés par le Théâtre, un des plus prestigieux lieux artistiques de Belgique, en ressort cloué : «Je suis vraiment impressionné, je ne m'attendais vraiment pas à un spectacle comme celui-là.»


    M. Braine confie avoir été prévenu par son directeur technique, qui avait assisté aux répétitions, que Shen Yun était différent des spectacles habituels - sachant que le Théâtre National a plus de 65 ans d’existence: «J'ai discuté ici avec le directeur technique de la maison, juste avant le début il m'a dit: ‘Tu vas voir, au niveau vidéo, on voit rarement quelque chose d'aussi bien réglé’».


    Une impression confirmée après deux heures de représentation: «Il y a d'abord...

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Shen-Yun-Performing-Arts/Le-directeur-financier-du-Theatre-National-de-Bruxelles-Je-suis-vraiment-impressionne.html

  • Au sujet de la Compagnie Shen Yun Performing Arts

    Voir la vidéo ICI

    Shen Yun Performing Arts, une organisation à but non lucratif basée à New York, est fière d’être la première Compagnie de danse et de musique classiques chinoises au monde. Les membres de la compagnie, qui ont grandi en Occident, sont principalement d'origine chinoise. La mission de Shen Yun est de faire revivre l'esprit de la culture traditionnelle chinoise.

    Mais comment Shen Yun s’est-il développé, en cinq ans seulement, de quelques artistes passionnés à une compagnie qui comprend maintenant trois ensembles de danseurs et trois orchestres qui voyagent simultanément à travers le monde ?

    L'histoire de Shen Yun commence par un groupe d'artistes talentueux de la diaspora chinoise partageant une même vision de renouvellement culturel. Beaucoup de ces chorégraphes, compositeurs, danseurs et chanteurs avaient précédemment unis leurs forces dans des productions de moindre envergure. Toutefois, ils voulaient élever leur vision au niveau supérieur. Ainsi à New York en 2006, ils s’unirent avec la mission explicite de faire revivre la culture traditionnelle chinoise.

    Au cours des 60 dernières années sous le règne du Parti communiste chinois - et particulièrement pendant des campagnes telle que la Révolution culturelle – beaucoup de la culture traditionnelle de la Chine a été détruite. Mais la Chine a une histoire de 5.000 ans trempée dans des valeurs fortes et l'idée que l'humanité et le divin sont entrelacés. Cette idée est présente dans le nom de « Shen Yun », qui dans le contexte se traduit comme « la beauté des êtres divins qui dansent. »

    Au moment où l'influence du Bouddhisme, du Taoïsme et du Confucianisme était forte dans l’Empire du Milieu, l'art était un moyen de se relier à l'univers supérieur. Les artistes cultivaient la vertu et s’engageaient dans l'étude et la méditation parce qu'ils croyaient que pour créer de l'art véritable digne du ciel, il doit tout d'abord y avoir la beauté et la pureté intérieures. Aujourd'hui, les artistes de Shen Yun suivent le chemin de cette noble tradition.

    Parmi les artistes de la compagnie se trouvent des membres de groupes renommés et d’écoles de musique ainsi que des gagnants de concours internationaux de chant et de danse.

    Les chorégraphes accomplis de Shen Yun visent à présenter la danse classique chinoise, une forme d'art encore nouvelle en Occident, sous sa forme la plus pure et la plus belle.

    Tiré de: http://fr.shenyunperformingarts.org/company/about-the-company

  • Les efforts du régime chinois pour bloquer le spectacle Shen Yun

    Shen Yun au Radio City Hall, New York. (Larry DAI / The Epoch Times)
    Shen Yun au Radio City Hall, New York. (Larry DAI / The Epoch Times)

    Depuis quatre ans que la compagnie artistique Shen Yun Performing Arts a commencé sa tournée mondiale, elle fait revivre la culture traditionnelle chinoise comme art scénique de pure beauté et de pure compassion. Elle se produit dans des centaines de villes dans le monde entier, avec un total de plus de 500 représentations, apportant à des millions de spectateurs la «grâce divine de l’Orient» et remportant un franc succès à la fois pour sa qualité artistique et pour son message de défense des droits de l'homme.

    Alors que les trois compagnies de Shen Yun Performing Arts continuent leur tournée mondiale sereinement, le Parti communiste chinois (PCC) lance une nouvelle vague d'actions contre ce spectacle organisé sans son aval et dont la liberté de ton le dérange. Envoi de perturbateurs lors des représentations, lobbying politique intense, lettres de menaces, mobilisation des associations d'étudiants chinois, les moyens sont nombreux.

    Méthodes rôdées

    Les organisations périphériques d’agents-espions qui œuvrent hors de Chine pour le PCC, c’est-à-dire les fédérations d’étudiants et de chercheurs, une partie des communautés territoriales de Chinois et des agents informateurs, ont mené des actions spécifiques visant directement les spectacles Shen Yun. Parmi les plus utilisées, quitter bruyamment la salle de spectacle, envoyer des «lettres de réclamation» aux entreprises sous-traitant la vente de billets ou aux salles de spectacles. Les espions et informateurs du PCC répandent aussi des fausses rumeurs dans la communauté chinoise ou dans les entreprises occidentales, comme par exemple «pendant le spectacle, ils s’arrêteront pendant 15 minutes pour enseigner exclusivement le Falun Gong…», «le spectacle est terrifiant», et «les enfants seront choqués».

    Depuis le début de cette année, les Chinois de quelques villes américaines ont à plusieurs reprises reçu des «avertissements» de la part de fédérations d’étudiants et de chercheurs, leur «conseillant» de ne pas aller voir Shen Yun.

    Tentatives ratées

    Jusqu'à aujourd'hui, par un amusant effet boomerang, les multiples tentatives de sabotage du PCC ont au contraire offert une publicité gratuite au spectacle Shen Yun. Surpris par l’ambiance paisible de la salle de spectacle, les Chinois recrutés pour créer des perturbations n'ont en général pas réussi à «accomplir leur mission».

    A titre d'exemple, en 2007, avant la représentation de Shen Yun dans la capitale australienne Cambera, l’ambassade de Chine a écrit à chaque membre du parlement australien pour calomnier le spectacle et ordonner de ne pas aller le voir. Résultat, quasiment tous les députés australiens sont allés à la représentation, au point qu'un député a déclaré avec humour qu’ils auraient pu tenir une session plénière pendant l’entracte.

    D’après un reportage de la BBC du 25 janvier 2008, un responsable de la culture de la ville de Linkoping en Suède a reçu l'appel d’un «employé de l’ambassade chinoise demandant l’annulation du spectacle. Dans le cas contraire, les relations entre la ville de Linkoping et la Chine pourraient se détériorer». Cependant cette action du PCC a provoqué les critiques de tous les grands médias du pays et la représentation de Shen Yun à Linkoping a connu un succès sans précédent.

    Début 2009, l’ambassade de Chine en Corée du Sud a échoué dans sa tentative d'empêcher la signature du contrat de Shen Yun Performing Arts avec les salles de spectacle coréennes. La représentation à Séoul a été un succès et les onze représentations dans la ville de Daegu ont eu un effet retentissant dans tout le pays. En Allemagne enfin, une lettre officielle de menace émanant du consulat de Chine à Francfort, a été dévoilée par les médias, créant un buzz autour du spectacle et accélérant la vente des billets.

    Quitte ou double : les associations d'étudiants chinois

    C’est peut-être parce que les anciennes méthodes ne sont plus efficaces, que cette année, le PCC utilise principalement les associations d’étudiants et de communautés territoriales pour saboter le spectacle Shen Yun. Ils menacent dans l’ombre les Chinois en leur disant qu’ils seront pris en photo s’ils vont voir Shen Yun et qu’ils ne pourront alors plus retourner en Chine.

    Déjà en 2007,  le WOIPFG (Organisation Mondiale d'Investigation de la Persécution de Falun Gong) basé à New York, avait déclaré dans un rapport d’enquête, que les associations des étudiants chinois d’outremer étaient d’ores et déjà apparentées à une structure d’espions du PCC, exécutant des missions politiques directement assignées par les ambassades et consulats sous les ordres du PCC. Par exemple, en mars 2004, beaucoup de fédérations d’étudiants et de chercheurs chinois d’universités américaines ont missionné des groupes d’étudiants pour qu’ils écrivent aux députés du Congrès, exécutant les ordres du consulat chinois basé à Chicago. Le consulat proposait même des modèles de lettres.

    Ces chefs d’associations des étudiants chinois sont nombreux à percevoir de l’argent de l’ambassade chinoise, avec un système de bonus-malus en fonction du succès de leurs opérations et beaucoup n’ont déjà plus le statut d’étudiant.

    La réponse nord-américaine

    Ces actions ne sont pas partout réalisées impunément : Wang Pengfei, officier du ministère de l’Éducation travaillant à l’ambassade du PCC au Canada, a dû rentrer en Chine après que sa demande de prolongation de visa diplomatique a été rejetée : il avait utilisé des étudiants de l’association des étudiants chinois de l’Université d’Ottawa pour récolter des informations sur les sympathisants du mouvement bouddhiste Falun Gong.

    D'après M. Cliff, un agent spécial du FBI depuis 20 ans, «il existe aux États-Unis une clause de recensement des agents étrangers. Il s’agit d’une loi établie en 1938 par le Congrès car à la veille de la seconde Guerre Mondiale, de nombreux agents au service du régime nazi étaient apparus aux États-Unis. Ils œuvraient pour répandre des opinions afin de troubler les gens et de manipuler l’opinion publique».

    «Pour aider la population à distinguer le vrai du faux, il fallait que les gens soient informés du statut spécial de ces personnes répandant ces idées et ces rumeurs. Si les gens savaient qu'ils étaient des partisans nazis, ils sauraient naturellement quelle attitude adopter face à eux et à leurs dires.»

    D’après cette loi, toute personne faisant de la propagande pour un autre gouvernement que celui des États-Unis doit se faire connaître auprès du ministère de la Justice américaine, sous peine d'amendes et d'une condamnation maximale de dix ans d’emprisonnement.

    Le mur se lézarde en Chine

    Cependant, au sein même du régime chinois, les lignes de position bougent. Récemment, Zhang Kaichen, chef de la communication du centre municipal des services de propagande du PCC de la ville de Shenyang a déclaré, dans un élan du cœur, après avoir vu Shen Yun Performing Arts pour la première fois: «C’est le spectacle le plus pur, le plus naturel, le plus beau, le plus touchant que j’ai jamais vu dans ma vie. Je regrette d’avoir attendu jusqu’à aujourd’hui pour voir pour la première fois quelque chose d’aussi touchant.»

    Zhang Kaichen pense que ce dont les Chinois ont le plus besoin actuellement, ce sont des chefs-d’œuvres artistiques et culturels comme le spectacle Shen Yun. «Shen Yun exprime l’amour que nous les Chinois portons à la vie et à l’existence. C’est l’étincelle de la moralité, la renaissance morale dont les Chinois ont besoin aujourd’hui. C’est un véritable chef-d’œuvre culturel.»

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Les-efforts-du-regime-chinois-pour-bloquer-le-spectacle-Shen-Yun.html

  • "Je n'aurais pas vécu en vain," dit un ancien chef de commune

    taiwan - Shen Yun - 14 04 10.jpg
    M. Liu Yuyan (à gauche) ancien chef de la Commune de Minsyong, président de l'Association Evergreen de Minsyong et président honoraire de l'Association de Charité Xiang He (The Epoch Times)


    CHIAYI, Taiwan—La Compagnie Shen Yun Performing Arts de New York, longuement attendue par les gens du centre et du sud de Taiwan, est arrivée à Chiayi le 27 mars dans le cadre de sa tournée mondiale.


    À la fin du spectacle, les gens sont sortis avec un sourire heureux. Liu Yuyan, ancien chef de la Commune de Minsyong, président de l'Association Evergreen et président Honoraire de l'Association de Charité Xiag He, voyait Shen Yun pour la première fois. : "Je n'ai pas pu en détourner les yeux un instant "est la première chose qu'il a dite en sortant.


    M. Liu pensait au départ que Shen Yun était simplement un spectacle culturel composé de danse et de musique. Il était venu voir le spectacle après que le directeur de la Bibliothèque de la Commune Minsyong le lui ait fortement recommandé. Après avoir vu le spectacle, il était très impressionné, ressentant que Shen Yun était parmi les meilleurs spectacles qu'il n'avait jamais vus.


    J'ai aimé tous les programmes et j'ai été abasourdi par certains d'entre eux. Il a dit d'un ton tout excité: "J'ai été totalement concentré pendant tout le spectacle. C'est la première fois que je vois un spectacle d'une telle grandeur et avec cette sorte de danse.


    "Chaque mouvement des danseurs était si doux et souple, au-delà de l'imagination de néophytes comme nous." M. Liu a été très impressionné par le port des danseuses."Je peux sentir combien d'effort elles doivent mettre dans ce spectacle."


    "Beaucoup de soin a été mis dans chaque détail, incluant les décors" a dit M. Liu. Il a admiré les fonds de scène si vivants et dynamiques, les mouvements divins des danseurs, les costumes exquis et la noble musique de l'orchestre d'accompagnement.


    Il terminé en disant que Shen Yun avait élargi sa vision. Quand on lui a demandé son sentiment sur Shen Yun en quelques mots, il a dit la voix pleine d'émotion: "Je n'aurais pas vécu en vain."

    Lire l'article original en chinois http://shenyun.epochtimes.com/b5/10/3/31/n2862337.htm

    Pour davantage d'information sur la tournée mondiale de DPA veuillez consulter : http://www.divineperformingarts.org/

  • Shen Yun Performing Arts : une nouvelle Renaissance pour l’humanité?

     HOLLANDE, Amsterdam: L'affiche de Shen Yun Performing Arts à l'entrée du théatre Rai à Amterdam le 07 mars 2010.
    HOLLANDE, Amsterdam: L'affiche de Shen Yun Performing Arts à l'entrée du théatre Rai à Amterdam le 07 mars 2010.

    HOLLANDE, Amsterdam. En regroupant l’ensemble des arts de la scène et du spectacle pour montrer l’essence de la culture chinoise traditionnelle, le spectacle Shen Yun a renoué une nouvelle fois avec le succès lors de la représentation finale à Amsterdam le dimanche 7 mars 2010. Première étape de sa tournée européenne, Shen Yun Performing Arts a montré au théâtre Rai d’Amsterdam une qualité technique et artistique parfaitement incroyable. A la sortie les spectateurs émerveillés ont ressenti quelque chose de très profond et de fondamental dans ce spectacle.

    Une réussite à tous les niveaux

    Après deux standing ovation lors des deux premières représentations de la tournée en Europe, la salle du Rai théâtre d’Amsterdam était quasiment pleine lors de la dernière séance du dimanche 7 mars 2010.

    En réunissant l’ensemble des arts classiques de la scène et du spectacle, Shen Yun Performing Arts propose une formidable découverte de la culture chinoise. Cette culture qui a apporté une gestuelle magnifique et une signification profonde aux chorégraphies des danseurs.

    Composé de 80 artistes danseurs, chanteurs et musiciens, le spectacle  reprend le meilleur des arts classiques et des valeurs fondamentales –  la compassion, la tolérance, le courage, la foi – en donnant aux spectateurs une expérience au sommet de l’art de notre humanité... et plus encore.

    Le spectacle est un bijou de précision à tous les niveaux. Le spectateur au fond de la salle appréciera la chorégraphie dans sa totalité, ainsi que l’éclat, la dynamique des couleurs et la beauté des fresques géantes. Le spectateur en milieu de salle verra des expressions corporelles plus fines des danseurs et des danseuses et saura en capter au vol la signification profonde portée par chaque mouvement. Quand au spectateur proche de la scène, il pourra voir l’expression des danseurs, une expression remplie de compassion, de joie et de pureté.

    La synchronisation des danseurs et des danseuses, les uns montrant force et grâce, les autres douceur et légèreté, était parfaitement en accord avec la musique vibrante et rythmée de l'orchestre live. Rythmes et musiques que les danseurs ont suivi pas à pas, note par note pendant près de deux heures.

    Le jeu des présentateurs avec le public et les explications données à l’entrée de chaque danse, accompagnait élégamment le spectateur dans ce voyage à travers une chine nouvelle, ouverte, à la fois moderne et traditionnelle. En se complétant minutieusement, ces différentes composantes ont laissé au spectateur une richesse culturelle et artistique et un message porté par des valeurs universelles.

    Un message et des valeurs universels

    Le spectacle a ébloui aussi par sa pureté et son extrême beauté. Cependant au-delà de la prouesse technique et artistique, il a montré une épopée de la Chine depuis la naissance de la culture chinoise, jusqu’à l’époque d’aujourd’hui où le régime chinois persécute le Falun Dafa, une méthode traditionnelle très ancienne. Nous pouvons y découvrir aussi les danses ethniques et culturelles tibétaines et mongoles, reproduisant la gestuelle et les costumes de ces anciennes cultures chinoises. Le tableau final montre les portes du palais impérial de Pékin s’ouvrant à nouveau à la culture chinoise authentique dont les racines se trouvent dans le bouddhisme et le taoïsme. C'est-à-dire à une culture basée sur la compassion et la tolérance envers son prochain,  l’harmonie entre l'homme et la nature, le respect de la vérité.

    Ce qu’en disent les spectateurs

    Reshmi Parsan est consultant interne au Ministère des Transports des Pays-Bas.  Elle a dit au sujet de la danse « Rien Ne peut bloquer le chemin divin » sur la persécution du Falun Gong en Chine, «je trouve vraiment intéressant que cette actualité puisse nous être apportée par la danse et la musique. Cela permet de mieux en prendre conscience».

    Frans Wijkel, un professeur retraité d'ingénierie, a partagé  le cadeau d'anniversaire que sa femme avait reçu de leurs enfants, pour venir voir le spectacle.  « C'était très agréable et impressionnant. J'ai adoré les danses» a dit M. Wijkel. «Il y a tant d'aspects à cela,  il y a par exemple l'harmonie et l'espoir. C’est particulièrement important de nos jours avec tous ces problèmes financiers.»

    Pour Jacob Groeneveld, designer indépendant, c’est la danse finale qui l’a particulièrement touché. Dans cette danse, l’empereur de Chine décide de diffuser largement les enseignements de Bouddha auprès de la population. Pour lui, le spectacle représente ce que serait une «idée de Dieu». « C'était très bon, le spectacle représente pour moi ce que j'ai appris de mon père et ma mère… et j'y crois,» a-t-il dit.

    Le spectacle s'est terminé par une nouvelle standing ovation. La prochaine représentation de Shen Yun Performing Arts aura lieu les 9 et 10 mars 2010 à Bruges et se produira ensuite parmi d'autres à Lausanne, Lyon et Paris,

    La Grande Époque est partenaire avec le spectacle Shen Yun Performing Arts. Pour en savoir plus sur la tournée: http://www.shenyunperformingarts.org/

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/Shen-Yun-Performing-Arts-une-nouvelle-Renaissance-pour-lhumanite.html

  • L’épouse de Gao Zhisheng : «Très raffiné, vraiment magnifique !»

     Mme Geng He, l’épouse de l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel
    Mme Geng He, l’épouse de l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel

    NEW YORK – Shen Yun Performing Arts est monté sur la scène du célèbre Radio City Music Hall de la ville de New York, le 14 février, devant un public enthousiaste. Les troisième et quatrième des sept représentations de son spectacle, ont été données pour le Nouvel An chinois, le premier jour de l’Année du Tigre.

    Mme Geng He, l’épouse de Gao Zhisheng l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel, a assisté avec ses deux enfants à la représentation en soirée, au Radio City. Mme Geng s’est enfuie de Chine vers les États-Unis en mars 2009, après des années de harcèlement et de multiples enlèvements de son mari par le Parti communiste chinois. Le 5 février, cela a fait un an que M. Gao a été kidnappé par la police. Il n'a pas été vu depuis, ni par sa famille, ni par ses supporters, ni par aucun observateur indépendant.

    Abstraction faite de sa situation difficile, Mme Geng a répondu avec empressement aux journalistes en leur souhaitant : « Bonne année ! »

    «Je suis très heureuse de pouvoir assister à ce spectacle d'aujourd'hui. C’est d’un grand raffinement, vraiment magnifique ! »

    Le tableau : «Tambours de l'Ouest, » a fait réfléchir Mme Geng sur le sort de son mari, ainsi que sur le sien : «l y avait un tableau, une danse du Nord-Ouest. Lorsque mon fils l'a vu, il a dit : «Maman, j'ai déjà entendu cette musique, dans la voiture de papa.» Le décor montrait un village qui ressemblait beaucoup au village de Gao Zhisheng, à Shanbei [dans la province du Shaanxi].

    Elle a été touchée par l’ensemble du spectacle – mais elle n’a pu s’empêcher de penser à son mari.

    «Vraiment, je pense que tout était tellement magnifique, sauf que mon mari n'était pas à mes côtés. Je n'ai toujours pas reçu de nouvelles de lui», a-t-elle poursuivi d’une voix tremblante.

    Mme Geng a perçu le niveau élevé de dévouement démontré par les interprètes de Shen Yun pour réaliser cette production : «J’ai pu voir que les artistes ont déployé beaucoup d'efforts, sur une longue période, pour produire un tel spectacle.»

     

    M. Gao est reconnu pour son travail acharné et son dévouement envers les causes qu'il défend. En 2001, il a été nommé l'un des dix meilleurs avocats du pays par le ministère chinois de la Justice. Mais en 2005, il a écrit trois lettres ouvertes aux hauts dirigeants chinois et au Congrès national du Peuple, contestant la persécution des pratiquants de Falun Gong et d'autres groupes par le Parti communiste chinois. Par la suite, les autorités du PCC, ont fermé son cabinet d'avocat, l’ont emprisonné plusieurs fois et l’ont de plus en plus harcelé, lui et sa famille.

    Le 5 février, un an après son dernier enlèvement, des supporters ont présenté une pétition avec le Groupe de travail des Nations-Unies sur les disparitions involontaires, réclamant la libération de M. Gao.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Lepouse-de-Gao-Zhisheng-Tres-raffine-vraiment-magnifique.html

  • Annulation à Hong Kong de sept spectacles qui affichaient complets

    Albert Ho Chun-yan, membre du Conseil législatif de Hong Kong, considère que le refus d’accorder les visas, est le résultat de la pression politique de Pékin.
    Albert Ho Chun-yan, membre du Conseil législatif de Hong Kong, considère que le refus d’accorder les visas, est le résultat de la pression politique de Pékin. (Li Ming/La Grande Époque)

    Six jours avant la première représentation du spectacle le 27 janvier, les Services de l’immigration de Hong-Kong ont informé la compagnie que sept membres clés de la production n’obtiendraient pas de visas d’entrée.

    En conséquence de quoi, le 23 janvier, les organisateurs locaux ont dû annoncer que Shen Yun était annulé à Hong-Kong. Les 7.000 résidents de ce centre financier mondial qui détenaient des billets pour la première très attendue de Shen Yun devront donc attendre pour voir ces danses et musiques traditionnelles chinoises auxquelles le régime communiste est opposé.

    «Problème de visa» ou interférence politique?
    Le refus d’accorder les visas est officiellement justifié par le fait que certains membres du personnel étranger de la compagnie n’étaient pas «professionnellement indispensables» au spectacle. Plusieurs personnalités publiques de Hong-Kong affirment par contre que la décision n’est que la conséquence d’une pression politique de Pékin.

    Cette hypothèse est étayée par le fait que certaines scènes de Shen Yun illustrent la répression et la résistance pacifique du Falun Gong, présentée sous forme d’allégorie. Pour les organisateurs, pas de place au doute: c’est la sensibilité du sujet pour les autorités de Chine continentale qui a motivé le refus des visas.

    Bien que les présentateurs aient fait leur demande de visa dès le 13 octobre 2009, les refus n’ont été signalés qu’une semaine avant le début des spectacles. Pour Albert Ho Chun-yan, membre du conseil législatif et président du parti Démocrate à Hong-Kong, le refus de dernière minute était intentionnel et politiquement motivé.

    Selon lui, les Services de l’immigration agissent sous la pression du Parti communiste chinois (PCC) pour empêcher les représentations de Shen Yun à Hong-Kong. Albert Ho soupçonne que la stratégie des autorités ait été de bloquer le processus d’obtention des visas aussi longtemps que possible et finalement de refuser les visas aux membres clé de la compagnie.

    D’après le communiqué de presse de Shen Yun Performing Arts, ses organisateurs avaient «expliqué clairement» aux autorités de Hong-Kong que les membres de la production étaient partie intégrante du spectacle.

    «Notre personnel de production est hautement qualifié et répond aux exigences artistiques spécifiques de Shen Yun qui sont exceptionnellement techniques et détaillées. Ils ne peuvent pas être remplacés et le spectacle ne peut pas se faire sans eux», ajoute le communiqué. Parmi leurs tâches: les éclairages, les bruitages et les effets vidéo.

    «Je suis persuadé que c’était une décision politique de haut niveau depuis le début», explique Monsieur Ho. «Cela pourrait être une interférence du Bureau des affaires de Hong-Kong et Macao ou du Service central de liaison du gouvernement populaire de la région administrative spéciale de Hong Kong.»

    Albert Ho poursuit: «Toute organisation qui a un lien avec le Falun Gong aura à faire face à beaucoup de problèmes si elle essaye de tenir un spectacle et tout peut arriver. [À cet égard] Hong-Kong est catastrophique et les Services de l’immigration sont une de ses plaies, ils sont totalement incapables de respecter le principe: un pays, deux systèmes‘».

    Si les accusations d’interférence politique sont vraies, ce ne serait pas la première fois que le PCC essaie d’entraver les représentations de Shen Yun. La presse internationale s’est déjà fait l’écho, ces trois dernières années, de pressions exercées sur des propriétaires de salles de spectacle, sur des parlementaires et même jusqu’à des gouvernements.

    La Grande Époque s’est procurée une copie scannée de la lettre de refus des services de l’Immigration de Hong-Kong. Par des appels téléphoniques et des courriers électroniques adressés aux autorités de Hong-Kong, La Grande Époque a cherché à savoir s’il était fréquent que des visas soient refusés à des artistes, et si c’était le cas, à quand remontaient les derniers refus. Le gouvernement hongkongais n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

    Des promesses brisées selon les sympathisants
    Lam Wing-Yin, ancien membre du conseil Démocratique du District de Sai Kung, s’interroge à haute voix sur l’indépendance de Hong-Kong vis à vis de la Chine. «Le gouvernement chinois avait promis que Hong-Kong resterait libre pour les 50 ans à venir», soupire t-il en se référent au pacte de 1997 entre la Grande-Bretagne et la Chine lors de la rétrocession de Hong-Kong aux autorités chinoises, stipulant que Hong-Kong resterait sous le système de gouvernance britannique pendant 50 ans.

    «Notre vie ici aurait dû rester la même, y compris notre liberté, notre culture et notre art», déclare Lam. «Justement c’est ainsi que Hong-Kong aurait pu rester un endroit unique au monde».

    L’ONG Supporting Human Rights in China a aussi envoyé une lettre ouverte au gouvernement de Hong-Kong. On peut y lire, «‘Un pays, deux systèmes’, à l’évidence ne fonctionne pas, comme le montre cette décision discriminatoire. Si Hong-Kong veut que le reste du monde la considère comme faisant partie du monde libre, il va falloir reconsidérer cette décision rapidement, pour montrer que les mêmes lois s’appliquent à tous».

    Pour le journaliste Ching Cheong aussi (une célébrité du territoire), les actions du gouvernement de Hong-Kong sont malvenues.

    «Hong-Kong a été un lieu où la libre circulation des personnes était protégée et nous, les habitants de Hong-Kong, devrions chérir une telle liberté», explique Ching, qui fut emprisonné plus de trois ans en Chine. «Je ne voudrais pas voir cette liberté interférée par des forces politiques»

    En même temps qu’une annonce publique est faite aux détenteurs de billets à Hong-Kong et que l’on procède à leur remboursement, les organisateurs locaux ont indiqué qu’ils se rendraient devant les salles les nuits où les spectacles auraient dû se tenir. Ils y procéderont au remboursement de ceux qui avaient acheté des billets, tout en leur donnant les raisons de l’annulation des spectacles.

    «Nous sommes reconnaissants aux milliers d’habitants de Hong-Kong qui étaient impatients de voir nos représentations», conclut le communiqué de la production de Shen Yun. «Nous attendons avec impatience de retourner bientôt à Hong-Kong pour présenter des spectacles à une échelle plus grande encore».

    Tiré de The Epoch Times: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Annulation-a-Hong-Kong-de-sept-spectacles-qui-affichaient-complets.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu