Avertir le modérateur

science

  • Cinq raisons pour questionner la chronologie officielle de l’histoire

    Science, évolution, histoire, humanité, archéologie, réacteur nucléaire, peinture rupestre, empreinte de pas

    Empreinte fossilisée d’une botte ayant marché sur un trilobite, un arthropode marin aujourd’hui disparu. Les trilobites ont disparu il y a environ 260 millions d’années.(Epoch Times)


    À l’école, nous avons appris que les dinosaures se sont éteints il y a environ 65 millions d’années, que de petits mammifères ont survécu et ont évolué pour engendrer les autres mammifères et, il y a environ 250 000 ans, un mammifère simien a évolué jusqu’à engendrer l’homme moderne, n’est-ce pas?


    Des artéfacts découverts récemment nous amènent à nous poser la question à savoir si l’humanité n’aurait pas été présente depuis bien plus longtemps que ce que nous avons cru originellement. Et est-ce que ces anciens humains vivaient vraiment des vies primitives comme nous le supposons en général?


    Peut-être est-il temps de mettre à jour nos connaissances de l’histoire de l’Antiquité et nos livres de sciences. Voici des trouvailles préhistoriques qui laissent les scientifiques perplexes à propos de l’histoire de l’humanité :


    1. Le mécanisme d’Anticythère – fabriqué il y a plus de 2000 ans

    Découvert à l’origine en 1901, ce n’est qu’après avoir utilisé des outils de balayage ou de scanneurs modernes au XXIe siècle qu’on a pu discerner les engrenages complexes composant le mécanisme. Fabriqué par les Grecs – cet ordinateur antique peut calculer précisément les changements astronomiques.


    Science, évolution, histoire, humanité, archéologie, réacteur nucléaire, peinture rupestre, empreinte de pas2. Peintures rupestres – peintes il y a 15 000 à 50 000 ans

    À l’intérieur de différentes grottes, partout dans le monde, existent des peintures rupestres préhistoriques de sociétés, faites avec force détails, de nature surprenante – comme des gens portant des chemises, des pantalons, des bottes et des chapeaux.


    3. Le marteau de London – datant de 110 à 115 millions d’années et encastré à l’intérieur d’une pierre de plusieurs millions d’années


    Découvert à London, au Texas, en 1936 par deux randonneurs – le marteau (dont l’emploi est inconnu) n’est pas seulement vieux de 110 à 115 millions d’années, mais a aussi été trouvé encastré dans une pierre ayant plusieurs millions d’années.


    4. Empreinte de pas sur un fossile de trilobite – empreinte d’une chaussure faite il y a 200 à 600 millions d’années

    En juin 1968, la découverte d’un fossile de trilobite incrusté à l’intérieur de l’empreinte fossilisée d’une chaussure semble tout à fait incroyable, car les trilobites ont disparu il y a environ 280 millions d’années. L’âge de l’empreinte d’une chaussure fossilisée – de pointure 13 – est estimé être d’environ 200 à 600 millions d’années.


    5. Réacteur nucléaire dans la République du Gabon en Afrique – datant de 1,8 milliard d’années

    En 1972, une usine française a importé du minerai d’uranium d’Oklo, au Gabon, et a par la suite découvert qu’un des isotopes importants de cet uranium était appauvri, comme si une réaction nucléaire avait eu lieu. Des scientifiques de partout dans le monde sont venus étudier ce phénomène et ont ainsi découvert un réacteur nucléaire sous-terrain. Certains supposent que c’était un réacteur «naturel», alors que d’autres signalent que cela aurait été fort peu probable. Depuis ce temps, l’endroit a été complètement détruit par l’exploitation minière, laissant planer le mystère.


    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/3/7/n3510938/cinq-raisons-pour-questionner-la-chronologie-officielle-de-lhistoire.htm

  • La méditation entraîne une transformation des émotions dans le cerveau

    méditation, chine, neurologue, émotion, santé, cerveau, positif, science, chercheurs

    Des neurologues américains ont découvert que huit semaines d’entraînement à la méditation de la compassion peuvent produire des changements à long terme dans le cerveau et entraîner le développement de traits de caractère positifs.

    L’équipe a observé que la méditation améliore la stabilité affective ainsi que la réponse au stress en modifiant l’activité de l’amygdale – une région du cerveau impliquée dans la régulation des émotions et de l’attention.

    «Cette étude vient s’ajouter à un nombre croissant de preuves, provenant d’études scientifiques, confirmant que la pratique de la méditation a des effets mesurables sur le corps et le cerveau», c’est ce que confirme à Epoch Times, par courriel, Dre Gaëlle Desbordes du Massachusetts General Hospital.

    Pour observer les effets de la méditation, des participants adultes ont été formés pendant huit semaines soit avec la technique de la méditation de la compassion, soit avec la technique de la pleine conscience ou de la conscience attentive (pour développer une conscience vigilante de sa respiration, de ses pensées et de ses émotions). Un troisième groupe, un groupe témoin, a reçu pour sa part une formation sur la santé.

    Trois semaines avant et après l’entraînement, on a procédé à un examen scintigraphique du cerveau des participants pendant qu’on les soumettait au visionnement d’une série d’images à contenus émotionnels variés. 

    Le groupe formé à la technique de la conscience attentive a démontré une réduction de l’activation de la fonction du complexe amygdalien face à tous les stimuli émotionnels.

    «Ceci suggère que l’entraînement à la technique de la pleine conscience a réduit la réactivité émotionnelle, ce qui est cohérent avec l’hypothèse principale selon laquelle la méditation de la pleine conscience réduirait la perception du stress et améliorerait la stabilité émotionnelle», répond Dre Desbordes à Epoch Times.

    Dans le groupe de la méditation de la compassion, le contenu émotionnel positif a généré des résultats similaires en ce qui a trait aux scintigraphies cérébrales; par contre, les participants qui ont médité de manière accrue ont démontré une augmentation des activités du complexe amygdalien en réponse à des images de gens se trouvant dans différentes situations de souffrance.

    «Nous pensons que ces deux formes de méditation cultivent différents aspects de l’esprit», a affirmé Dre Desbordes dans un communiqué de presse. «Parce que la méditation de la compassion est faite pour renforcer les sentiments de compassion, le constat de l’augmentation de l’activité du complexe amygdalien à la vue de la souffrance paraît logique.»

    «Il y a aussi eu corrélation entre l’augmentation de l’activité de l’amygdale et une diminution des données concernant les symptômes de dépression dans le groupe de la méditation de la compassion, ce qui suggère qu’avoir plus de compassion envers les autres peut aussi présenter des avantages pour soi-même», ajoute-t-elle.

    Aucun effet n’a été observé chez les participants du groupe témoin.

    «En tout et pour tout, les résultats sont cohérents avec l’hypothèse principale selon laquelle la méditation peut générer des changements bénéfiques durables dans la fonction neurologique, spécifiquement dans la région régissant les processus affectifs», stipule-t-elle dans le communiqué.

    Les chercheurs concluent que la pratique de la méditation a des impacts sur les processus affectifs dans la vie de tous les jours – pas seulement pendant la méditation – et peut aussi entraîner, à long terme, le développement de certains traits de caractère.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/6/n3510836/la-meditation-entrane-une-transformation-des-emotions-dans-le-cerveau.htm

  • Différence entre médecine chinoise et occidentale

    Chine, médecine chinoise, médecine, santé, science, moderne, se soigner, maladie, rhume, mal de tête

    Il existe une grande différence entre la médecine chinoise et la médecine occidentale.

    La plus grande différence qui existe entre la médecine chinoise et la médecine occidentale est leur fondement. La première prend racine dans la culture traditionnelle chinoise, alors que la seconde est le fruit d’une des branches de la science empirique moderne.

    Dans la société actuelle dominée par la médecine occidentale, les gens ont tendance à douter de l’efficacité de la médecine traditionnelle chinoise. Même en Chine, l’efficacité de celle-ci est souvent contestée.

    En réalité, durant les 5000 ans d’histoire chinoise, les Chinois ont toujours eu recours à la médecine chinoise pour se soigner et se protéger contre les maladies et autres épidémies. Elle a par ailleurs contribué à la croissance démographique de la Chine tout au long de son histoire.

    Parmi plus de 300 méthodes de médecine traditionnelle dans le monde, la médecine chinoise est de plus en plus demandée et devient de plus en plus populaire. Son efficacité se confirme par le nombre croissant de personnes qui choisissent de l’étudier partout dans le monde.

    Tout d’abord, la médecine chinoise est un ensemble de connaissances pratiques qui visent à soigner toute une série de maladies, des plus communes comme un rhume aux plus graves comme une tumeur ou une maladie cardiovasculaire. Beaucoup de Chinois se fient à ces connaissances dans leur quotidien.

    «Prenons le cancer du pancréas par exemple, au niveau international, le pronostic vital des personnes non opérables est de quatre à six mois. Dans notre institut à Shanghai, les patients non opérables atteints de cette maladie qui suivent notre traitement vivent entre trois à cinq ans. La plupart de ces patients ne peuvent pas se faire soigner par un traitement classique comme une opération chirurgicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie», a expliqué le professeur He Yumin de l’Institut de médecine traditionnelle chinoise de Shanghai.

    Un proverbe quelque peu satirique dit : «Une personne qui suit un traitement occidental meurt souvent en sachant exactement pourquoi, alors qu’une personne qui se soigne avec la médecine chinoise vit sans savoir pourquoi.»

    La médecine occidentale se concentre surtout sur la suppression des symptômes d’une maladie en utilisant les méthodes directes : soigner le mal de tête lorsqu’on a mal à la tête, soulager la douleur au pied lorsqu’une personne a mal au pied. La médecine chinoise se base sur une analyse de l’ensemble du corps humain, puisque tout est relié, chaque partie est interdépendante d’une autre. Par conséquent, cette vision holistique lui confère une plus grande opportunité de pouvoir traiter des maladies souvent très complexes comme le cancer, le sida ou la maladie d’Alzheimer.

    L’organisation mondiale de la santé définit la condition de «sous-santé» comme un état entre la santé et la maladie, où physiquement la personne n’est pas malade, mais souffre de toutes sortes de malaises et même de douleurs. La médecine occidentale ne sait souvent pas comment traiter ces cas, mais la médecine chinoise excelle dans ce domaine par un examen sur les conditions générales du corps et une analyse des symptômes.

    La médecine occidentale conventionnelle ne reconnaît pas l’existence de méridiens ou canaux énergétiques dans le corps humain, parce que les connaissances anatomiques ne peuvent pas en faire la preuve. La photographie de Kirlian découverte en 1939 utilise un appareil photo qui ne nécessite pas de pellicule ou d’émulsion et qui peut capturer le flash de lumière entre les électrodes rendant l’image du corps de plasma biologique de l’objet. Une telle photo a été prise par les scientifiques de l'université d'État de Kirov sur un corps humain et on y voit beaucoup de zones lumineuses dans tout le corps qui correspondent aux méridiens et aux points d'acupuncture enseignés dans la médecine chinoise.

    Pour les Chinois, s’attacher à la médecine chinoise a aussi une valeur culturelle parce que c’est une manifestation de la culture traditionnelle chinoise dans le domaine de la santé. La médecine occidentale préconise «qu’il faut voir pour le croire»; la médecine chinoise suit un autre principe qui est basé sur le yin et le yang et une philosophie d’interdépendance et d’opposition. La médecine chinoise croit en l’existence de canaux énergétiques et de points d’acupuncture même si on ne peut pas les voir à l’œil nu.

    De plus, la tradition chinoise pense que toute matière dans cet Univers possède un côté physique et un côté spirituel (le tangible et l’intangible). Les deux parties forment une entité complète.

    Par exemple, quand on attrape un rhume, la médecine occidentale dit que c’est causé par une infection virale, mais la médecine chinoise dit que c’est causé par un déséquilibre entre le yin et le yang parce que les canaux d’énergie sont bloqués. La médecine occidentale est comme un guerrier dans un jeu vidéo combattant les virus sur la ligne de front. La médecine chinoise quant à elle élimine le virus avec une main invisible en arrière-scène.

    L’authentique médecine chinoise s’inspire de la culture chinoise d’origine divine. Ce qui est dommage, c’est que l’essence même de celle-ci est perdue. Ce qui reste de cet héritage se résume à de simples formules de prescription. En Chine, les étudiants en médecine sont formés à partir de la médecine occidentale, mais l’essence même sur laquelle repose leur propre culture ne leur a pas été enseignée.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/11/7/6/n3504897/difference-entre-medecine-chinoise-et-occidentale.htm

  • Liens entre le corps et l'esprit

    Science, méditation, guérir, corps, esprit, médecine, vertu, culture, chine, cerveau,lao Tseu, asie On arrive à démontrer scientifiquement que les relations entre l'esprit et le corps ne font qu'un. Les grands sages chinois savaient bien de quoi ils parlaient! L’expérience de la méditation et de cultiver la vertu, comme celle de pardonner, rendent le corps et le mental de l’être humain plus performant.

    Les sages de la Chine ancienne et d'autres sages d'Asie, par exemple les yogis, connaissaient le lien entre l'esprit et le corps, alors que les traditions occidentales ont tendance à les dissocier. Ils connaissaient aussi le pouvoir d’une vertu comme le pardon.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, le pardon était considéré comme une grande vertu. De grands hommes tel l'empereur Wu de la dynastie Liang (464-549), étaient réputés pour être honnêtes envers les autres, faire peu de cas de leurs propres sentiments ou ressentiments et cependant avoir nombre de personnes distinguées et avisées autour d'eux.

    Une équipe de l'université d'Harvard s'est penchée sur les effets que pouvaient avoir la vengeance. Elle a porté son étude sur la relation entre un individu et une équipe mais aussi entre différents individus. Le rapport a été publié dans la revue Natural en mars 2008. Ils ont découvert que la vengeance, non seulement n'apporte aucun bénéfice à la personne qui veut se venger, mais de plus, affecte négativement l'équipe ou le groupe dont fait partie cette personne. «En fait», explique David Rand, un des co-auteurs de l'étude, «quand quelqu'un assouvit sa vengeance, il se forme une réaction en chaîne et tout le monde en pâtit.»

    Martin Nowak, le directeur de recherche, en conclut que les gens qui réussissent sont ceux qui ne s'emportent pas durant les conflits. Au contraire, prendre sa revanche n'apporte rien de bon, ni à soi ni aux autres.

    Dans les sociétés qui pratiquent la vengeance comme la vendetta en Corse au siècle dernier ou encore en Albanie de nos jours, c'est toute une famille, voire tout un clan ou un village entier qui tombent dans le malheur.

    Mais ceux qui arrivent à sourire, à ne pas se préoccuper du conflit ou de l'affront, vont établir un champ positif autour d'eux. On va admirer leur sang-froid et leur détachement. L'empereur Wu, qui appliquait ces principes, a su ainsi créer l'une des dynasties les plus stables et les plus prospères de l'histoire de la Chine.

    La méditation

    Notre second sujet de réflexion porte sur la méditation, largement pratiquée en Asie par les bouddhistes notamment. La méditation pour vous, qu'est-ce que cela signifie? Vous relaxer, faire le vide, acquérir la paix intérieure?

    Le magazine New Scientist publiait en novembre 2005 un article intitulé «La méditation construit le cerveau», relatant les travaux de scientifiques de l'université du Kentucky. Ils avaient voulu vérifier les assertions suivantes souvent entendues dans la bouche de ceux qui pratiquent la méditation: «J'ai plus d'énergie, j'ai besoin de moins de sommeil, je me sens mieux». Dix volontaires ont participé à l'étude et ont été testés, avant et après 40 minutes d'activités différentes: sommeil, méditation, lecture ou conversation légère et agréable. Chaque sujet a été placé dans toutes les situations.

    Les chercheurs se sont aperçus qu’après ce moment écoulé, tous les sujets étaient plus reposés ; mais pour certaines personnes, sortir du sommeil, être pleinement éveillé et en forme pouvait prendre un certain temps. La seule méthode qui pouvait conduire à une amélioration immédiate des performances était la méditation, sans qu'aucun des sujets ne l'ait pratiquée auparavant.

    Une autre étude publiée par le New Scientist le 2 septembre 2005 va encore plus loin. L'article s'intitule «Si la méditation est bien, Dieu y arrive encore mieux». Des chercheurs ont réparti des étudiants en trois groupes qui devaient se concentrer de la façon suivante:

    -    le premier sur l'idée «je suis content»,

    -    le deuxième devait simplement se détendre,

    -    le troisième devait se concentrer sur l'idée que Dieu est amour et paix.

    Le premier et le deuxième groupe sont sortis de leur méditation tout simplement détendus. Les étudiants du troisième groupe ont connu des améliorations sensibles de leur santé physique et mentale. Certaines douleurs ont été atténuées par exemple.

    Pour quelle raison? Cela reste encore un peu mystérieux. Le docteur Richard Davidson de l'université de Wisconsin-Madison relève que de nombreuses études scientifiques ont montré qu'une attitude positive pouvait avoir une répercussion sur l'état de santé d'une personne. Son équipe est arrivée à déterminer qu'une activité plus importante de la zone gauche du cortex préfrontal, par rapport à la zone droite, menait à une meilleure immunité. Son hypothèse : le cortex préfrontal est une région du cerveau où est gérée l'affectivité, c'est-à-dire la manière dont une personne répond émotionnellement à une situation. «Les émotions jouent un rôle important en modulant les systèmes corporels qui influencent votre santé», explique Davidson.

    Une nouvelle étude établit ce lien. 52 personnes ont été vaccinées contre la grippe. On a commencé par étudier leur activité cérébrale en leur demandant notamment de se souvenir durant une minute de deux évènements: un qui les a rendus très heureux et l'autre qui les a submergés de chagrin. Les scientifiques ont mesuré pendant ce temps leur activité cérébrale, des deux côtés du cortex, puis ont fait la même mesure après que les sujets ont consigné leurs souvenirs par écrit durant cinq minutes. Le résultat est que les personnes avec une activité plus importante du coté droit du cerveau étaient celles qui étaient davantage négatives.

    Pendant les six mois qui suivirent, les chercheurs prélevèrent à trois reprises du sang de chaque personne pour établir le taux d'anticorps développés par le vaccin, afin de voir l'immunité. A la fin des six mois, il s'est avéré que les personnes ayant une activité cérébrale côté gauche plus importante avaient une meilleure immunité.

    Article de Sound Of Hope: http://www.soundofhope.org/

  • Eau potable empoisonnée en Chine; un rapport d’état en écarte la cause

    Chine, eau potable, environnement, cybercitoyens, écologie, usine chimique, science

    Suite à l’indignation provoquée chez les «cybercitoyens», les exigences d’avocats de Pékin, et la pression des média, le Ministère chinois de la Terre et des Ressources a récemment sorti un rapport sur la qualité des eaux souterraines de la nation. Le rapport a négligé d’évoquer aussi bien l’étendue que la sévérité du problème, disent les critiques.

    L’attention publique s’est saisie d’intérêt pour les eaux souterraines début février à la suite de commentaires postés sur un blog par le journaliste Dong Fei au sujet du rejet sous terre d’eau remplie de déchets industriels dans la province orientale de Shandong en Chine. On dénonça aussi des usines chimiques et de papier dans la province de Jiangsu, juste au sud de Shangdong, et à Huabei (une région rassemblant plusieurs provinces en Chine du nord) comme utilisant des puits pour se débarrasser de leurs eaux usées.

    A la mi-février 2.9 millions de «citoyens du Net» avaient publié des messages internet avec photos à l’appui de pollution des eaux dans leurs villes en réponse à une requête de Dong.

    Trois avocats de Pékin demandèrent ensuite publiquement que les autorités publient des données officielles sur la pollution des eaux souterraines en Chine et les média chinois rebondirent sur le sujet.

    Vers la fin mars, un rapport de 400 pages apparut, intitulé Données 2011 sur la Qualité des Eaux Souterraines sur des Sites Sous Surveillance Nationale.

    L’environnementaliste Zhao Zhangyuan, membre à la retraite de l’Académie Chinoise de Recherche des Sciences de l’Environnement, déclara au très étatisé Jinghua Times (une filiale du porte-parole officiel du Parti Communiste People’s Daily), que le rapport faisait usage de critères de référence dépassés, datant de 1993, qui ne testent pas les nombreux polluants organiques qui constituent le gros de la pollution moderne.

    Le Centre d’Etudes de l’Académie Chinoise des Sciences Géologiques de Nanjing examina les eaux souterraines près du Delta de la Rivière Yangtze —une zone fortement urbanisée dans l’est de la Chine et qui inclut Shanghai— et découvrit qu’elles contenaient des éléments chimiques cause de cancer tels que le dichloroéthane  et le dichlorométhane, ainsi que d’autres produits chimiques organiques connus pour affecter le système nerveux, les reins et le foie, tels que le toluène et le chloroforme. Aucun de ces éléments n’est couvert par les normes de 1993.

    Les indications disponibles suggèrent que la Chine souffre de pollution phréatique à une échelle bien plus importante que les autorités n’ont bien voulu le dévoiler.

    Des examens effectués par l’Etude Géologique de Chine depuis 2006 indiquent que dans la région de Huabei, seuls 22.2% des eaux profondes de la région sont potables. La nappe phréatique forme pourtant l’essentiel de l’approvisionnement en eau potable de la région.

    L’étude indiquait que sur l’ensemble de la région, on trouvait les eaux souterraines fortement polluées près de la surface. Bien qu’à des niveaux plus profonds on les trouvât un peu plus propres, 12.86% s’avérèrent également polluées.

    Une eau potable?

    Selon l’Institut de Recherche sur l’Industrie de Qianzhan...

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/6/7/n3508437.htm

  • Zhang Heng, grand inventeur chinois

    Zhang Heng, inventeur chinois , science, Chine,dynastie des Han orientaux, homme honnête,astronome, mathématicien, peintre  Sous la dynastie des Han orientaux, Zhang Heng (78-139 ap. J.-C.) fut un inventeur, astronome, mathématicien, peintre et spécialiste de la littérature. Parmi ses inventions, on trouve la sphère armillaire et le sismomètre qui ont permis aux personnes d’établir leur carte d’astronomie et de détecter les tremblements de terre.

    Selon les historiens chinois, Zhang Heng était un homme honnête et diligent. Tout au long de sa vie, il se comporta selon une éthique et sut prendre de la distance avec les groupes ou courants politiques. En conséquence, sa carrière n’a jamais connu la trajectoire digne de celle d’une météorite. Il aurait déclaré, un jour, qu’il n’accordait aucune importance à la promotion, mais qu’il était passionné par l’éthique et la recherche.

    En 117 ap. J.-C., en partant des théories et de sa propre observation, Zhang Heng inventa un équipement appelé la sphère armillaire. Ce dispositif était entraîné par des roues hydrauliques. La sphère armillaire inaugurait le premier dispositif alimenté par l’eau dans le monde. Ce mécanisme permettait ainsi la rotation complète du cercle sur une journée, à l’aide d’un mécanisme alimenté par des roues à aubes.

    À cette époque, les personnes doutaient du fait que la sphère armillaire soit capable de refléter une vraie donnée en astronomie. Pour prouver son travail, Zhang Heng décida de rendre l’enjeu public. Lors du test, il resta à l’intérieur et put localiser précisément la position des étoiles en fonction de la «sphère céleste». La position était confirmée en fonction de ce que les personnes situées à l’extérieur observaient. Ainsi, on commença à croire que la sphère armillaire pouvait mesurer les phénomènes d’astronomie. À partir de la sphère, Zhang Heng lista plus de 2 500 étoiles et construisit la première carte d’astronomie chinoise.

    Selon l’histoire chinoise, en 132 ap. J.-C., Zhang Heng inventa le premier détecteur de tremblements de terre au monde, le sismomètre, après des années de collecte de données et d’études de théories traitant des tremblements de terre.

    En 138 ap. J.-C., le sismomètre indiqua qu’un tremblement de terre avait lieu dans le nord-ouest. Pour autant, les personnes dans la capitale – Luoyang –, ne ressentirent absolument rien et les bureaucrates et lettrés critiquèrent l’appareil pour cause de mauvais fonctionnement. Quelques jours plus tard, un coursier en provenance du nord-ouest rapporta qu’il y avait eu un tremblement de terre et qu’il s’était déroulé exactement au moment où l’avait indiqué le sismomètre. Les habitants furent impressionnés par l’appareil. Ce fut le premier tremblement de terre détecté par un appareil dans l’histoire de l’humanité. Zhang Heng, en tant que pionnier de la recherche sismique, en tira une renommée mondiale.

    Zhang Heng était un mathématicien qui travailla sur pi comme étant une valeur comprise entre 3,1466 et 3,1622. Bien que la valeur décrite soit inférieure à celle que nous connaissons aujourd’hui, le résultat, pour une valeur datant de 1800 ans, est d’une précision étonnante.

    Les découvertes de Zhang Heng dans le domaine de la science ont été honorées par les générations suivantes. En 1970, l’ONU nomma un cratère lunaire Zhangheng, en hommage à Zhang Heng. En 1977, l’astéroïde 1802 porta son nom. Une reconnaissance bien méritée pour ce grand astronome chinois.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/2/n3508302.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu