Avertir le modérateur

sécurité sanitaire

  • Quelles sont les vraies raisons du report du sommet Chine-Europe ?

    Le régime chinois montre qu’il craint la France et le peuple français

    Le 26 novembre la nouvelle tombe. Le gouvernement chinois informe l’Union Européenne qu’il reporte le sommet annuel Chine-Europe prévu à Lyon le 1 décembre. Ce 11ieme sommet de coopération économique devait avoir lieu en France et à cette occasion les membres de l’Union Européenne avaient un ensemble de dossiers sur lesquels la Chine avait à rendre des comptes et faire des améliorations concrètes.

     

    1. Importation de produits toxiques :

    Veille sanitaire des produits alimentaires importés (Œufs et laits premiers âges à la mélanine, etc.) et veille réglementaires sur les produits manufacturés (Bottes et Fauteuil allergisants, peluches et jouets toxiques, etc)

     

    2. Torture et répression des « opposants »

    Le dernier rapport sur la torture de l’ONU révèle le regret des Nations Unies sur les violations des droits de l’homme avec l’utilisation systématique et institutionnalisée de la torture.

     

    3. Sur la liberté d’expression :

    Hu Jia a été emprisonné à 3 ans de prison pour avoir publié sur son blog que les méthodes du régime de Pékin pour organiser les JO étaient inhumaines. Il est torturé et sa femme et leur enfant en résidence surveillée. Une Euro-Député allemande profitant d’une réunion de coopération en Chine a été arrêtée par la police chinoise par ce qu’elle voulait voir HU Jia.

    Gao Zhisheng, avocat des droits de l’homme en Chine arrêté avant les JO pour avoir révélé la réalité de la persécution du Falun Gong en Chine, est torturé dans un endroit inconnu. Sa femme et son jeune enfant sont surveillés et maltraités par la police chinoise

    La censure de la télévision NTDTV et de la radio SOH par Eutelsat, 1er opérateur satellite Européen, sous les pressions politiques et commerciales directe du régime chinois, pour empêcher ces deux médias indépendants de diffuser en Chine des informations libres et non censurées par le régime de Pékin.

     

    4. Sur une politique internationale douteuse

    Le refus de visas à des délégations d’Euro Députés pour des raisons obscures, la non ouverture de dialogue avec les délégations tibétaines et le maintien de la répression par le régime, les promesses d’améliorations des relations extérieurs définitivement non tenues, le rôle d’appui aux dictatures africaines.

     

    Un régime communiste n’est pas digne de confiance

    En refusant de venir à Lyon, le régime de Pékin montre à l’international son esprit manipulateur et paranoïaque et sabote une fois de plus le dialogue Europe-Chine. En prétextant une rencontre de l’UE avec le Dalaï Lama (notamment la commémoration avec le prix Nobel de la Paix en Pologne auquel Nicolas Sarkozy participe le 6 décembre), le régime chinois veut surtout éviter le bilan d’une accumulation trop importante de mensonges et de promesses non tenues, de corruptions à tous les niveaux de l’état, de violations des droits avec la torture institutionnalisée, le contrôle de la population par les armes, la peur, l’argent et la délation.

     

    Le gouvernement chinois sait aussi qu’en annulant le sommet, celui ci ne pourra plus avoir lieu en France, les agendas étant bloqués et la présidence française de l’Union Européenne prenant fin le 31 décembre 2008. Le régime chinois a voulu ainsi éviter les manifestations s’étant passé sur le passage de la flamme à Paris. A Lyon, un niveau de sécurité militaire était déjà en train d’être installé sur la ville pour recevoir le premier ministre chinois, en contradiction directe avec l’esprit de coopération économique entre 2 pays en temps de paix

     

  • Les prélèvements d'organes confirmés par un ancien prisonnier - Suite

    Suite de :http://campsd-extermination-en-chine.20minutes-blogs.fr/archive/2008/11/03/les-prelevements-d-organes-confirmes-par-un-ancien-prisonnie.html

    Comment ces anciens détenus ont-ils su que des organes de pratiquants du Falun  Gong étaient prélevés? Les pratiquants de Falun Gong ont leur propre croyance spirituelle. Ces détenus pensaient qu'ils étaient tout simplement entêtés. Tout ce qu'il fallait pour que les pratiquants soient libérés était qu'ils  s'engagent par  écrit à ne plus jamais pratiquer le Falun Gong, mais ils ne le faisaient pas. En conséquence, ils étaient battu et torturé. Quelques fois, les gardiens privaient les pratiquants de nourriture. D'autres fois, ils les nourrissaient avec les restes pour cochons ou  de la nourriture  pleine de moisissures. Je sais par expérience qu'il y a deux gardiens dans chaque centre de détention de Wuxi dont le travail consiste à rouer de coups les détenus. Ils battent et torturent les pratiquants jusqu'à ce qu'ils soient quasiment morts. Quelques fois, les prisonniers souffrent de blessures internes qui les empêchent de manger. Quelques fois, leurs lèvres et leurs bouches sont blessées à cause des coups de pieds qu'ils ont reçus, les rendant incapables de s'alimenter. Après leur avoir administré des solutions salines pendant deux jours, les gardiens arrêtent tout et les ignorent. Arrivés à ce stade là, ces pratiquants sont à moitié morts. Le jour suivant, ils sont tirés hors de leur cellule et leurs organes prélevés. Nous ne les  revoyons jamais.

    Comment ces détenus ont-ils eu la certitude que les pratiquants sont tués pour leurs organes, au lieu de penser qu'ils avaient été libérés? Vous m'avez demandé comment les anciens détenus étaient sûrs que ces pratiquants étaient tués pour leur organes plutôt que d'avoir été libérés? Premièrement, ces gens n'ont pas promis d'arrêter de pratiquer le Falun Gong, donc il n'y a aucun espoir qu'ils aient été libérés. Deuxièmement, les pratiquants sont emmenés dans une pièce isolée. De nombreux docteurs en blouses blanches entrent dans cette pièce et font les prélèvements et après, on ne les revoient plus. Un jour, un nouveau prisonnier est arrivé dans notre cellule.


    Il nous a raconté qu'à l'extérieur, il y avait la famille d'un pratiquant qui se disputait avec les gardiens. Ils ont demandé pourquoi leur parent était mort si soudainement et pourquoi son corps avait été incinéré avant qu'il ne leur soit présenté. Les détenus étaient perplexes. Après tout, ce pratiquant était vivant quand il avait été retiré de la cellule, deux jours plus tôt. Comment avait-t-il pu mourir si soudainement? Il a du être assassiné. Pourquoi avoir refusé le droit à sa famille de voir le corps avant l'incinération? C'est parce que ses organes lui avaient été prélevés. Réfléchissez-y. Ils prélèvent les organes de prisonniers  exécutés, pourquoi n'iraient-ils pas un cran au-dessus?


    Cela s'est-il produit dans chaque cellule? A quelle fréquence?
    J'ai été emprisonné pendant deux ans et détenu dans 17 cellules différentes. Dans chaque cellule, et souvent plus d'une fois, un détenu racontait que  des  pratiquants avaient été tués pour leurs organes. Même si je n'ai pas été témoin oculaire de ces crimes, j'ai vu la violence avec laquelle  on battait les pratiquants du Falun Gong. Les gardiens pouvaient les ligoter à une planche avec les membres étirés, en les maintenant attachés pendant de longues heures. On ne leur permettait pas d'aller aux toilettes. J'ai aussi été témoin de gardiens  maintenant ouverte la bouche de pratiquants avec des tiges de bambous effilées pour les gaver. Je n'ai pas la moindre idée s'ils ont maintenant  changé leur  façon de faire.


    En d'autres termes, les prisonniers dans les centres de détention étaient au courant qu'il y avait des prélèvements d'organes sur des pratiquants du Falun Gong vivants dès 2002, avant que ces crimes ne soient dévoilés au monde?

    C'est exact. Les prisonniers des centres de détention étaient au courant de cela en 2002. Quand, après avoir quitté la Chine, j'ai lu des articles sur les prélèvements d'organes, j'ai totalement cru à l'exactitude des renseignements .

  • Les prélèvements d'organes confirmés par un ancien prisonnier - Partie 1

    Début 2006, La Grande Époque a  dévoilé pour la première fois que le Parti communiste chinois pratiquait de façon criminelle des prélèvements d'organes sur des pratiquants du Falun Gong vivants. Depuis lors, de nouveaux témoignages continuent  d'émerger.Récemment, un témoin de  Wuxi, dans la province de Jiangsu a révélé ce qu'il avait découvert durant  son emprisonnement  au Centre de détention N°2 de   la ville de Wuxi. Selon ce témoin, de nombreux cas de prélèvements d'organes auraient été pratiqués.


    Il a été emprisonné de 2005 à 2007 pour avoir tenu des propos  contre le contrôle illégal  de la liberté d'expression individuelle et  des  médias en Chine. Durant son incarcération, il a appris que non seulement les prisonniers qui attendaient dans le couloir de la mort étaient tués pour leurs organes, mais que c'était également le cas pour les pratiquants du Falun Gong. Pour la sécurité de la famille du témoin  restée en Chine, nous ne dévoilerons pas son identité.

    En quelles circonstances avez- vous  pu découvrir qu'on prélevait  des organes sur les pratiquants du Falun Gong?


    Entre le mois de mars 2005 et début 2007, j'ai été illégalement emprisonné dans le Centre de détention N°2 de la ville de Wuxi. Les gardiens de la prison me déplaçaient fréquemment,  de cellule en cellule. A chaque fois que j'étais déplacé dans une autre cellule, ces  gardiens méprisables disaient aux détenus de la nouvelle cellule que j'étais fou et qu'ils ne devaient pas me parler. On a même donné des instructions aux détenus pour qu'ils me rende la vie dure. Durant ma détention, j'ai été enfermé dans 17 cellules différentes. Les détenus qui étaient là depuis  longtemps m'ont raconté qu'entre 2002 et 2003, on prélevait les organes d'environ deux à trois pratiquants de Falun Gong dans chaque cellule.

    Comment ce sujet a t-il été abordé?


    Dans le centre de détention, chaque détenu doit passer, au moins, deux visites  médicales par an.  Durant la visite médicale, les anciens détenus m'ont tranquillement dit : "C'est le moment de prélever les organes de ces gens. Regarde ces jeunes hommes robustes. Ce sont leurs organes qui vont être prélevés."

    Qui étaient ces "jeunes hommes robustes"?


    Des détenus qui sont dans le couloir de la mort et des pratiquants du Falun Gong. Les docteurs examinaient attentivement ces personnes-là, mais ne prêtaient guère attention aux autres détenus. Ce n'est plus un secret bien gardé, que sont prélevés des organes sur des prisonniers condamnés à mort. Les exécutions sont planifiées avant le 1er octobre de chaque année et avant le Nouvel An chinois, si bien que les visites médicales sont faites en janvier et en septembre quand les docteurs vérifient la santé des prisonniers pour déterminer quels organes conviennent pour des transplantations. Ces  détenus âgés avaient remarqué que les pratiquants du Falun Gong faisaient   l'objet d'examens pratiqués avec un soin inhabituel. Cela signifie qu'ils étaient leur cible.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu