Avertir le modérateur

royaume

  • Zhuge Lian, symbole d’intelligence et de stratégie

    Chine, culture, société, politique, stratégie, militaire, éthique, royaume

    Zhuge Liang (181-234 ap. J.-C.) était un conseiller politique réputé, stratège militaire, génie en mécanique et en mathématiques. C’est grâce à ses conseils et à ses stratégies que Liu Bei fonda avec succès le royaume de Shu. Zhuge Liang consacra toute sa vie au royaume en tant que régent, puis chancelier après la mort de Liu Bei.

    Vivant comme un jeune ermite, Zhuge Liang était connu sous le surnom de «dragon accroupi», pour sa grande sagesse, dans les cénacles intellectuels. L’histoire raconte que, après avoir refusé deux fois, ce n’est qu’à la troisième visite de Liu Bei que Zhuge Liang accepta d’abandonner son style de vie solitaire pour lui venir en aide. En effet, ce dernier était alors une figure militaire sans grande étoffe qui cherchait à rétablir la dynastie Han en cette période de chaos.

    Zhuge Liang fut le cerveau qui contribua à construire l’alliance avec le royaume oriental de Wu et à gagner la Bataille de la Falaise rouge. C’est sur ses conseils que Liu Bei put passer du statut de petite figure militaire à celui d’empereur du royaume de Shu. Une grande confiance se développa si fortement entre eux que, sur son lit de mort, Liu Bei confia son royaume et son fils à Zhuge Liang, allant même jusqu’à lui demander de monter sur le trône si son fils ne parvenait pas à être un bon dirigeant.

    En tant que régent, Zhuge Liang manifesta une grande loyauté envers le fils de Liu Bei. Il vécut sa vie sans ménager ses efforts pour aider à consolider le royaume et à développer le territoire.

    Apaiser les clans du sud grâce à l’éthique

    À la mort de Liu Bei, tandis que Zhuge Liang était occupé à concilier les relations avec le royaume de Wu à l’Est, le royaume de Shu fut harcelé par les clans du sud dirigés par leur chef nommé Meng Huo. Bientôt Zhuge Liang lança une campagne contre les clans du sud et captura Meng Huo qui refusa ensuite de se rendre. Après l’avoir reçu autour d’un bon repas, Zhuge Liang le libéra, lui permettant de réorganiser ses clans et de se battre à nouveau dans des batailles.

    Ce cycle de capture-libération insolite se répéta pendant un bon moment. Quand il le captura pour la septième fois, le chef fut convaincu de ne pas être au niveau de Zhuge Liang, tant sur le plan de la stratégie militaire que de la dignité humaine. Il se rendit donc et fut nommé gouverneur local pour apaiser la population. La paix dura de nombreuses années.

    Lancer les campagnes au nord contre le royaume de Wei

    Après avoir pacifié les clans du sud, Zhuge Liang commença une série de campagnes vers le nord contre le royaume de Wei. Nombreuses sont les histoires intrigantes qu’il nous a léguées, dont la plus connue fut celle où il utilisa, selon la légende, la stratégie du fort vide.

    Lorsqu’un responsable militaire arrogant du royaume de Shu perdit un passage important du fait de son arrogance, Zhuge Liang, avec quelques fonctionnaires civils et une poignée de soldats se retrouvèrent confrontés aux grandes troupes Wei dans un fort vide. Pour bluffer les ennemis, Zhuge Liang ordonna d’ouvrir toutes les portes du fort et de placer de vieux civils pour balayer la voie. Lui-même commença à jouer de la cithare traditionnelle calmement avec deux serviteurs se tenant debout à ses côtés dans la tour de la ville. Son rival de longue date, le commandant des troupes Wei en marche fut dérouté, soupçonna un piège et se retira. Plus tard Zhuge Liang expliqua à ses fonctionnaires ravis que cela n’aurait pu fonctionner si ce commandant n’avait pas été suspicieux au point de croire que Zhuge Liang ne prendrait jamais de risques.

    Zhuge Liang prônait les principes de loyauté et d’intégrité dans le royaume de Shu, n’ayant jamais rompu ses promesses envers ses officiers ou ses soldats. Sa vie fut remplie de récits légendaires, parfois associés à des pouvoirs surnaturels. Il inventa les boeufs en bois et le cheval flottant qui pouvaient transporter les approvisionnements de manière efficace en plaine, ou sur les cours d’eau. Il fabriqua une arbalète de tir multi-vis pour ses troupes et des lanternes à air chaud pour la signalisation militaire. En outre, il conçut le labyrinthe des sentinelles de pierre qui disposait de huit entrées. Une fois à l’intérieur, les troupes ennemies, ne pouvaient plus s’échapper.

    Zhuge Liang est mort de maladie à l’âge de 54 ans, en l’an 234 de notre ère, lors de sa cinquième expédition militaire dans le nord vers le royaume de Wei. Il a gagné le respect de tous les royaumes, et sa mort fut pleurée à la fois par le royaume de Shu et par ses ennemis. Dans la culture chinoise, son nom est associé à la «stratégie imbattable» et au «dévouement au royaume».

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/10/28/n3508950.htm

  • Sunzi et L’Art de la guerre

    Sunzi, Sun tse, l'art de la guerre, Chine, philosophie militaire,stratégie et management,royaume, histoire chinoise Sunzi, aussi connu sous le nom de Sun Zi ou Sun Tzu, était dans l’histoire chinoise un militaire, général et stratège de haut rang. Il a été considéré comme le grand professeur de stratégie et de management de tous les temps.

    Le vrai nom de Sunzi était Sun Wu et il est né en 535 av. J.-C. Il était, à l’origine, un noble du royaume de Qi de la dernière période du Printemps et de l’Automne. Après l’éclatement des guerres au royaume de Qi, il s’est enfui vers le royaume de Wu et vécut une vie de réclusion en se dévouant exclusivement à l’étude de l’art de la guerre. L’Art de la guerre est un traité militaire chinois de valeur qui a été attribué à Sunzi qui servait en tant que général auprès du Roi du royaume de Wu.

    Un jour le Roi convoqua Sunzi et lui dit: «Vous avez écrit quinze chapitres sur l’Art de la guerre et il semble que la théorie de chaque chapitre est presque parfaite. Quoiqu’il en soit c’est une théorie et personne ne sait si toutes les théories peuvent être mises en pratique».

    Sunzi répondit au Roi: «Pouvez-vous envoyer quelqu’un et me permettre de démontrer mes théories? Ensuite vous pourrez comprendre l’art de la guerre». Le Roi donna alors immédiatement l’ordre d’envoyer dans son palais 180 domestiques qui devaient se comporter comme des militaires. Sunzi les divisa d’abord en deux équipes et assigna deux concubines, qui étaient parmi les favorites les plus appréciées du Roi, pour être les capitaines de chaque équipe.

    Au début de l’exercice, ces domestiques ne l’ont pas pris sérieusement et n’ont pas exactement suivi les instructions que Sunzi leur transmettait. En conséquence, bien que de façon répétitive il ait clairement donné des explications aux domestiques, l’exercice reflétait la confusion.

    Encore et encore, Sunzi demanda aux domestiques de ne pas prendre ces exercices comme un jeu et les avertit de ne pas faire de fautes sinon ils risqueraient d’être punis par la loi militaire. Après que l’exercice ait recommencé une nouvelle fois, les domestiques riaient toujours et ne prêtaient pas plus attention à Sunzi.

    Sunzi regarda avec colère les capitaines et leur dit: «Toutes les deux en tant que capitaine vous n’avez pas respecté vos obligations de supervision et vous devez accepter la sanction». Alors sur ordre militaire, les concubines furent exécutées. Ayant perdu deux concubines, le Roi n’était pas d’humeur à étudier l’exercice. Sunzi se trouva fort désappointé et dit au Roi: «donc vous vouliez juste vous battre seulement sur le papier et n’aviez pas l’intention de rectifier l’armée».

    Le Roi fut éclairé par Sunzi et comprit qu’il avait en effet un talent exceptionnel pour l’art de la guerre. Alors Sunzi fut nommé général et a par la suite conquis l’Ouest des Chu et le Nord de la Terre du milieu.

    Au cours de sa vie, Sunzi non seulement accomplit des exploits militaires illustres, mais transmit de précieuses théories de l’art militaire et tout spécialement le traité L’Art de la guerre qui est composé de seulement treize chapitres et 5.000 mots qui reflètent pleinement sa pensée militaire.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/Sunzi-et-LArt-de-la-guerre.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu