Avertir le modérateur

reporters sans frontière

  • Deux journalistes radio condamnés pour "diffusion illégale" de programmes radios

    Chine, sound of hope, emprisonnement de journalistes au Vietnam, Vietnam, pressions chinoises sur le Vietnam, justice internationale, ournalistes radio citoyens,THe EPoch Times, Reporters sans frontière,Radio Era Baru en Indonésie, diplomatie chinoise ingérente  Reporters sans frontières est révoltée par la condamnation, le 10 novembre 2011, de Vu Duc Trung et de son beau-frère Le Van Thanh, tous deux journalistes radio citoyens, à trois et deux ans de prison ferme. Accusés de "diffusion illégale d’informations", ils ont été condamnés à l’issue d’un procès expéditif.

    "Cette condamnation est outrageuse et sévère. Nous avions mis en garde la Justice vietnamienne contre toute tentative d’utiliser abusivement la loi. La diffusion, sans licence, de programmes qui n’étaient ni en vietnamien ni à destination d’une audience vietnamienne, n’aurait pas dû être qualifiée autrement que de "délit administratif". Par ce verdict, les autorités ont montré qu’elles relayaient la colère de leurs homologues chinois, envers qui les critiques exprimées dans les programmes de la radio étaient dirigées", a déclaré Reporters sans frontières.

    "Nous appelons la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement vietnamien afin que Vu Duc Trung et Le Van Thanh soient immédiatement libérés, ainsi que tous les journalistes et blogueurs qui subissent actuellement le durcissement de la répression. Nous appelons également le Premier ministre, M. Nguyen Tan Dung, à considérer les demandes qui figurent dans la lettre que nous lui avons adressée en septembre dernier", a ajouté l’organisation.

    La Cour suprême du peuple a prononcé, le 10 novembre, la condamnation des deux journalistes, en vertu de l’article 226 du Code pénal, qui interdirait "la diffusion illégale d’informations sur les réseaux de télécommunication". Selon des témoignages relayés sur le site web du journal The Epoch Times, l’avocat des journalistes, Tran Dien Trien, a demandé à connaître les lois interdisant la diffusion de programmes vers la Chine, mais n’aurait reçu aucune réponse.

    En marge du procès, une trentaine de militants Falun Gong, groupe religieux auquel appartiennent les journalistes, venus manifester leur soutien à Vu Duc Trung et Le Van Thanh, ont été interpellés par la police et emportés dans un autobus.

    Vu Duc Trung et Le Van Thanh diffusaient depuis le 26 avril 2009 les programmes de la station The Sound of Hope Network, sur une distance de 800 kilomètres, depuis leur ferme dans la ville de Thach Loi, à l’est d’Hanoï.

    Le 5 avril dernier, Reporters sans frontières s’était dite inquiète de la possible influence du gouvernement chinois. Le 7 septembre, l’organisation avait également dénoncé la condamnation à six mois de prison, sous la pression de la diplomatie chinoise, du directeur de la station Radio Era Baru, basée en Indonésie et également liée au mouvement Falun Gong.

    Tiré de: http://fr.rsf.org/vietnam-nouvelle-traduction-deux-10-11-2011,41378.html

  • La conférence internationale 2008 sur les droits de l’homme en Chine, s’est réunie en Europe

    Co-organisée par Reporters Sans Frontières, le groupe du Parti Libéral au Parlement européen et la Fondation démocratique de Taiwan, la conférence internationale 2008 sur les droits de l’homme en Chine s’est réunie au siège du Parlement européen à Bruxelles, le 2 octobre. Le but principal de la conférence était d’estimer la situation des droits de l’homme en Chine après les Jeux Olympiques, et d’adopter un rapport pour que les Nations Unies examinent les abus des droits de l’homme par le régime communiste Chinois. Douze organisations internationales des droits de l’homme et plusieurs membres vétérans du Parlement européen ont assisté à la conférence. Lors du séminaire sur le thème de la liberté de religion et de croyance, les représentants de la Coalition d’Investigation sur la Persécution de Falun Gong en Chine (CIPFG), les Amis du Tibet, le Congrès Mondial Ouighour, et d’autres organisations ont pris la parole et exposé les récents abus contre les religions et les croyances par le régime communiste Chinois. Le sujet de Falun Gong a reçu une large attention.

     

    Lors du séminaire sur la liberté de religion et de croyance, le sujet de Falun Gong a reçu une large attention M. Eve de la CIPFG s’exprime lors de la conférence


    M. Graham Watson, dirigeant du groupe du Parti libéral au Parlement européen, a déclaré lors de son discours d’ouverture : ‘’S’il vous arrive de vous trouver à Washington DC, le dimanche après-midi, vous pourrez vous rendre à l’ambassade chinoise, et vous y verrez de nombreux pratiquants de Falun Gong occidentaux et chinois effectuant les exercices de Falun Gong et luttant pour la liberté de croyance.’’ Il a noté que plus de soixante pour cent des cas de tortures en Chine sont liés à Falun Gong. Une enquête indépendante de 2006 a de plus confirmé les atrocités des prélèvements d’organes par le régime communiste Chinois sur un grand nombre de pratiquants de Falun Gong.


    M. Eve de la CIPFG a dit dans son allocution qu’en décembre 2007, la même conférence sur le problème des droits de l’homme qui s’était réunie ici, avait principalement pour but d’estimer la situation des droits de l’homme avant les Jeux Olympiques et de demander à ce que la Chine améliore ses droits de l’homme. Cependant, depuis cette période, au moins huit mille trente sept pratiquants de Falun Gong ont été illégalement détenus en Chine. Il a spécialement mentionné la persécution des pratiquants de Falun Gong par le régime communiste Chinois pendant et après les Jeux Olympiques, et mentionné, Mme Xu Na et M. Liu Jin. Xu Na est peintre. Elle est l’épouse du pratiquant de Falun Gong, Yu Zhou. Pour sa pratique de Falun Gong, Yu Zhou a été persécuté à mort par le régime communiste Chinois au début de cette année. Le 25 novembre, Xu Na a été illégalement condamnée par les autorités chinoise à trois ans d’emprisonnement. Amnesty International a considéré Xu Na comme prisonnière de conscience et initié une action de secours urgente. Le pratiquant de Falun Gong, M. Liu Jin a été illégalement condamné à trois ans et demi d’emprisonnement, le 3 novembre, parce qu’il avait téléchargé et distribué des matériaux liés à Falun Gong.


    M. Eve a indiqué que le régime communiste Chinois a toujours utilisé le ‘’crime d’utilisation d’une secte perverse pour miner l’exécution de la loi’’ afin de déclarer les pratiquants de Falun Gong coupables. Cependant, selon l’avocat de la défense, ce crime n’a absolument aucune base légale dans les lois chinoises. Il n’est pas vrai non plus. De plus, la constitution chinoise garantit la liberté de religion et de croyance. Ainsi, les cas contre les pratiquants de Falun Gong sont eux-mêmes illégaux. Le régime communiste chinois a aussi déclaré coupables les avocats de la défense qui représentent les pratiquants de Falun Gong, y compris les célèbres avocats Gao Zhisheng et Li Heping. M. Eve a aussi mentionné que le Groupe de travail sur les droits de l’homme de Falun Gong a remis un rapport sur les droits de l’homme en Chine aux Nations-Unies. Le groupe anti-torture des Nations Unies a déjà demandé que la Chine permette l’implication d’un groupe d’investigation indépendant, en enquêtant sur l’action de récolter des organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie et de traduire les responsables en justice. A la fin de son discours, M. Eve a appelé le comité anti-torture des Nations Unies à presser la Chine à autoriser le groupe international indépendant à enquêter sur sa persécution de Falun Gong.


    ." Le vice-Président du Parlement européen, M. Edward McMillian-Scott, qui présidait le séminaire a déclaré : ‘’La persécution la plus importante en Chine actuellement se déroule contre les groupes religieux, en particulier la persécution contre Falun Gong. C’est une sorte de génocide et la cour internationale devrait constituer un cas là-dessus.’’


    M. Willy Fautre, directeur de Reporters Sans Frontières, a dit durant son résumé des problèmes de liberté de croyance en Chine, ‘’la Chine n’a actuellement pas de liberté de croyance. De plus, il n’y a pas eu d’amélioration de quelque sorte après les Jeux Olympiques.’’

  • Quand la corruption chinoise s'importe en France

    Rappel des faits:

    Le 16 juin 2008, pretextant une panne technique sur le satellite W5 émettant NTDTV en Chine (New Tang Dynasty Télévision: chaîne chinoise indépendante du régime de pékin), Eutelsat a décidé de couper la diffusion de la télévision. Une enquête de Reporters sans Frontière a révélé par la suite que cette panne a été un pretexte pour satisfaire les demandes du régime de Pékin pour couper cette chaîne dont la ligne éditoriale est libre de la censure chinoise. Afin d'avoir les "grâces commerciales" du régime de Pékin, la première entreprise européenne de télévision par satellite dont le siège se situe en France a laissé la corruption gagner sur l'intégrité et le respect des valeurs essentielles de l'Europe.

    Voir l'article de RSF: Eutelstat censure la chaîne en chinois NTDTV pour satisfaire les autorités de Pékin

    http://www.rsf.org/article.php3?id_article=27817

     

    Pour rétablir NTDTV en Chine, vous pouvez signer cette pétition en ligne: http://www.ipetitions.com/petition/ntdtv/?e

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu