Avertir le modérateur

radio son de l'espoir

  • La Chine fait pression sur l’Indonésie pour fermer la radio libre de langue chinoise 106.5 fm Radio Erabaru

    Depuis le 14 novembre 2009, 106.5 fm radio Erabaru basée en Indonésie, partenaire de la radio libre Sound of Hope de langue chinoise, est menacée d’interruption suite à des pressions du régime chinois sur le gouvernement indonésien. Destinée à la très large communauté chinoise en Indonésie, la radio Sound of Hope (SOH) internationale et la radio Erabaru offrent la première et seule alternative aux médias officiels chinois pour cette communauté qui a beaucoup souffert de l'instabilité politique du pays. Radio Erabaru émettait depuis mars 2005 sur autorisation du Comité de diffusion indonésien de la province de l’île de Riau.

    En plus de ses programmes musicaux, culturels, médicaux, pratiques, ses informations locales et sur la Chine, 106.5 fm radio Erabaru se faisait un devoir de traiter, en toute objectivité, des sujets plus sensibles : répression des Tibétains, des Ouïghours, des Chrétiens et des pratiquants du Falun Gong, sans oublier les épidémies et scandales sanitaires ou écologiques qui ravagent la Chine. Son objectif : informer.

    Le 21 octobre 2008, le ministère de la Communication a envoyé à radio Erabaru une injonction de cesser sa diffusion. Malgré les demandes répétées de radio Erabaru, le ministère n’a pas donné de raison à ce refus malgré son excellente candidature. Par contre la radio a pu obtenir la copie d’une lettre de l’ambassade de Chine en Indonésie adressée au Ministère des Affaires étrangères, au Ministère de l’Intérieur, à l’Agence de renseignement nationale et au Comité de diffusion indonésien. Dans cette lettre les représentants chinois, usant d'arguments diffamatoires notamment à l'encontre du mouvement Falun Gong, demandent expressément au gouvernement indonésien de fermer radio Erabaru au prétexte que SOH nuit à l’image de la Chine. Le 23 octobre 2008, radio Erabaru avait porté l’affaire devant les tribunaux et essuyé plusieurs échecs. Le dernier recours a eu lieu le 14 novembre 2009. La décision est en délibéré.

    En Indonésie, le Centre d’aide juridique à la Presse, le Conseil de la Presse et l’Alliance du journalisme indépendant sont très inquiets et mobilisés pour sauver cette radio. Mais dans un pays qui a cédé aux pressions chinoises, ces appuis risquent d'être insuffisants. Sound of Hope et Radio Erabaru lancent maintenant un appel à la communauté internationale et aux instances de protection de la liberté de la presse internationales. Si Radio Erabaru se tait, c'est un espace de liberté qui meurt. Pouvons-nous laisser faire ?

    Communiqué de SOUND OF HOPE RADIO NETWORK

    www.soundofhope.org

  • Brèves : Aujourd’hui la Chine

    PRESSIONS DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE CHINOIS CONTRE LES AVOCATS DANS LE SCANDALE DU LAIT CONTAMINÉ
    Un groupe d’avocats qui a pris le nom d’« avocats volontaires pour le scandale de Sanlu », du nom de la fi rme au coeur du scandale, dit avoir reçu des pressions par certaines branches du ministère de la justice et par des membres infl uents du barreau, qui ont forcé certains avocats à se retirer du collectif. D’après un des avocats, dans certaines provinces comme celle du Hebei il est interdit d’aider les familles de victimes, alors que dans d’autres il faut passer par l’autorisation préalable des autorités.

    DES PARENTS ARRÊTÉS POUR AVOIR PARLÉ DU DÉSASTRE DE BEICHUAN
    Le 24 septembre, des inondations dans la région frappée par le tremblement de terre du Sichuan ont causé la mort de 400 à 500 personnes, ce que les médias officiels chinois ont très peu mentionné. Des parents d’enfants tués dans l’école secondaire de Beichuan ont répondu aux questions de journalistes étrangers et en conséquence ont été arrêtés par la police. Un père a indiqué aux journalistes que de l’argent leur avait été offert en échange de leur silence, et que ceux qui ne l’avaient pas accepté avaient été arrêtés et accusés de fabriquer des rumeurs. Les personnes arrêtées n’ont à ce jour pas été libérées et pourraient être mises en examen.

    FERMIERS EXPROPRIÉS AVEC L’AIDE DE PLUSIEURS CENTAINES DE POLICIERS
    Le gouvernement du comté Guangning dans la ville de Zhaoqing, province de Guangdong, a mobilisé le 15 octobre près d’un millier de policiers pour commencer un projet immobilier dans les champs entourant les neuf villages du district Jiangbu, et le village Jinji du comté Wuhe. De nombreux habitants ont été blessés à coups de matraque et de grenades lacrymogènes. De nombreux policiers restent stationnés sur le lieu de construction et arrêtent les représentants des villageois. Monsieur Lu du village Mabu décrit la scène: «je n’ai jamais vu cela, ces soi-disant serviteurs du public ne nous ont même pas traité comme des humains, il y avait une confusion terrible, ils frappaient tout le monde quel que soit l’âge, les femmes autant que les hommes».

    D’après les habitants du village Mabu, les personnes arrêtées sont âgées de 60 à 70 ans. La police a fait irruption à leur domicile en enfonçant la porte, et les a forcé à signer le contrat de cession de terres contre leur libération. Monsieur Li, un habitant de Chayuan, indique : « Ils rentrent et arrêtent des innocents qui n’ont pas participé aux manifestations, juste parce que ces personnes ont dit auparavant qu’elles n’étaient pas d’accord avec le comportement des autorités. » Les responsables du comté de Wuhe ont commencé à exproprier les fermiers en juillet 2007, en absence d’un acte d’appropriation légitimant le projet de construction d’une usine de plasturgie qui occupera un terrains de 1.000 acres. Les villageois ont depuis pétitionné sans succès des dizaines de fois auprès du gouvernement. Interrogés, les responsables du comté nient toute violence policière et affi rment qu’aucune arrestation n’a eu lieu.

     

    Tiré de Radio Son de l’Espoir

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu