Avertir le modérateur

protestants

  • Campagne de démolition des églises chrétiennes en Chine

    Chine, église chrétienne, démolition, chrétiens, protestants, groupe religieux

    L’une des répliques mémorables du roman classique Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll est la reine de cœur hurlant: «Qu’on lui coupe la tête!» chaque fois qu’elle est contrariée.

    Xia Baolong, secrétaire du Parti communiste de la province du Zhejiang, semble avoir été inspiré par le personnage de conte alors qu’il menait une tournée d’inspection dans la province plus tôt cette année. En pointant le doigt vers la croix d’une église dans la petite ville de Baiquan, il aurait déclaré qu’elle était «trop visible et éclatante». Cela doit donc être «rectifié», a-t-il dit. La croix a été abattue et une plus petite placée sur le mur.

    Les remarques péremptoires de M. Xia Baolong se sont multipliées tout au long de la tournée d’inspection et ont provoqué une vague de démolition d’églises dans toute la province, sous le vague prétexte du développement économique et du renouvellement urbain.

    Le 28 avril dernier, la cible était l’église officielle de Sanjiang dans la ville de Wenzhou. Les équipes de démolition se sont attaquées à l’église et abattu sa façade alors que des fidèles essayaient de les arrêter par leurs protestations. Un témoin a rapporté au Telegraph: «J’ai vu trois ou quatre excavatrices devant en train de démolir l’église et trois ou quatre à l’arrière en train de démolir le bâtiment annexe. J’ai aussi vu une petite excavatrice entrer dans l’église pour démolir l’intérieur».

    Une photo non vérifiée a plus tard été postée en ligne montrant que toute la structure s’était effondrée.

    L’assaut de l’Église de Sanjiang ne représente qu’un exemple d’une vaste campagne lancée dans toute la province du Zhejiang et au-delà.

    Dans la ville de Hongzhou, province de Zhejiang, 200 personnes de l’administration locale ont descendu la croix du clocher d’une petite église. «Ils ont dit que la croix était trop visible et devrait être placée à l’intérieur du bâtiment de l’église après en avoir diminué la taille», a déclaré le pasteur Sheng de l’église du Mouvement patriotique des trois autonomies affilié à l’État chinois. Un responsable lui a précisé que cette amputation n’était qu’une «rectification».

    Les responsables du canton de Yongjia ont exigé que la congrégation se débarrasse de la croix ainsi que de tout le dernier étage de l’église. Des rapports de la province du Anhui indiquaient récemment que la destruction des églises et des croix a aussi commencé à toucher les autres provinces.

    Les bâtiments de la province du Zhejiang ne sont que les premières victimes d’une guerre tous azimuts contre les églises et sans doute en fin de compte contre tous les édifices religieux en Chine, sous couvert de campagnes de rénovation urbaine et de développement économique.

    La population chrétienne de Wenzhou, près de 15% des 9 millions de citoyens de la ville, ont surnommé leur ville la «Jérusalem de la Chine», un terme potentiellement inquiétant pour le Parti communiste athée.

    La popularité des groupes religieux est depuis longtemps une cause d’inquiétude pour le Parti, qui a lancé des campagnes concertées contre le bouddhisme et le taoïsme dans les premières années de l’établissement de son règne. Des décennies plus tard, la popularité des pratiques de qi gong et en particulier du Falun Gong, a conduit à une nouvelle vague de persécution.

    Le forum du Centre de recherche Pew sur la religion et la vie publique projette que la Chine comptera environ 160 millions de chrétiens protestants en 2025.

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/14/5/3/n3509740/campagne-de-demolition-des-eglises-chretiennes-en-chine-.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu