Avertir le modérateur

propagande en chine

  • Hongkong : 150 000 personnes commémorent le massacre de Tiananmen

    Une fois par an, et pour quelques heures seulement dans la soirée du 4 juin, le parc Victoria, qui, de jour, accueille amateurs de jogging et poussettes en promenade, se pare de solennité.

    A la tombée de la nuit, des dizaines de milliers de petites bougies blanches cintrées d'un cône en papier s'allument. Dans un calme presque religieux la foule s'assoit, alors que défilent sur l'estrade des témoins, des "dissidents" et des anciens, les vétérans de la lutte pour la démocratie en Chine et à Hongkong, comme Szeto Wa, président de "l'Alliance de soutien aux mouvements démocratiques et patriotiques en Chine", organisateur de l'événement. Intermèdes musicaux.

    Puis les haut-parleurs diffusent un message poignant du mouvement des mères de Tiananmen. On annonce aussi la mise en ligne du livre "N'oublions pas", une compilation d'écrits de journalistes qui étaient présents à Tiananmen dans la nuit du 3 au 4 juin. Le message est très clair : Hongkong se doit de perpétuer le souvenir de cette nuit sanglante, au moins jusqu'à ce qu'elle trouve la place qui lui est due dans les livres d'histoire et dans la mémoire collective chinoise. Car pour un bon nombre des 8 000 étudiants de Chine continentale qui font leurs études à Hongkong, l'événement est une révélation.

    La plupart admettent ne quasiment rien savoir sur "l'incident de 1989". D'autres affirment en parler sur internet en Chine mais en utilisant des noms de code qui changent régulièrement pour échapper aux contrôles. Dans les rues avoisinantes du quartier commerçant de Causeway bay c'est la cohue. Le parc est plein. Depuis la première veillée de commémoration, en 1990, la Police n'a jamais fait une estimation aussi élevée de la foule : 113 000 personnes. Les organisateurs, eux, ont affirmé que 150 000 personnes avaient participé, le même chiffre que l'an dernier.

    Tiré de: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/06/05/hongkong-150-000-personnes-commemorent-le-massacre-de-tiananmen_1368105_3216.html

  • Le régime chinois censure la référence d'Obama au communisme

    Une femme lit un journal à Pékin le 21 janvier 2009
    Une femme lit un journal à Pékin le 21 janvier 2009, le lendemain de l'investiture de Barack Obama. Les médias chinois ont censuré des parties du discours d'Obama, un geste dicté et défendu par les autorités. (Liu Jin/AFP/Getty Images)

    L'histoire de la Chine moderne est écrite, ou masquée, par les censeurs. Heureux de l'approche «d'engagement» de l'administration Bush, il semble que le régime chinois accueille la venue de Barack Obama avec un peu de nervosité. En quoi un président se disant ouvert sur le monde pourrait-il représenter un obstacle aux ambitions de grandeur du gouvernement chinois, surtout que sa secrétaire d'État, Hillary Clinton, est l’épouse du président américain qui s’est rapproché le plus du Parti communiste (PCC)?

    Avec une économie qui ralentit à faire frémir les grands argentiers et les mandarins rouges, pour des raisons qui ne sont pas toutes liées à la crise mondiale comme certains essaient de le faire croire, il semble que ce sont les penchants protectionnistes de M. Obama qui causent le plus d'inquiétude. Et peut-être aussi cette rhétorique appelant à «l'espoir», au «changement» et à la «démocratie». Non entachées encore par la machine de Washington, les paroles d'Obama sur la liberté dans le monde ont plus de poids que celles de George W. Bush.

    Pékin a-t-elle peur que son peuple en laisse se mette à rêver comme les Américains? Que, malgré des années de brainwashing, il réalise finalement que la venue d'un Noir à la présidence confirme que la démocratie existe et fonctionne en Occident?

    «Mais la Chine s'ouvre et a tellement changé», disent les défenseurs du régime communiste. Elle fait même «maintenant pleinement partie de la communauté internationale», selon Michel Cormier de Radio-Canada. Des Jeux olympiques et hop! Le tour est joué.

    Elle a tellement changé que lorsque Barack Obama, 44e président des États-Unis, a prononcé le mot «communisme», la télévision d'État a interrompu la diffusion en direct du discours d'inauguration.

    «Souvenez-vous que les précédentes générations ont tenu tête au communisme et au fascisme pas seulement avec des missiles et des chars, mais avec des alliances solides et des convictions durables», a déclaré Barack Obama au Capitole.

    À la China Central Television (CCTV), immense machine de censure et de propagande, ces mots d'Obama ont déclenché une petite panique. L'animatrice s'est même laissée surprendre et semblait désorientée. De nulle part, elle a commencé à discuter de la crise économique aux États-Unis avec la correspondante sur place, qui semblait tout autant prise de court.

    Dans le discours d'Obama publié par l'agence officielle Xinhua, le mot «communisme» a été effacé. Le régime a défendu cette censure en avançant le droit éditorial.

    Outre le «communisme» – qui décidément est encore important pour l'élite au pouvoir afin de protéger un passé sanglant et honteux, et de préserver la domination de l'appareil étatique actuel – les paroles d'Obama sur la dissidence ont aussi subi le couperet.

    «À ceux qui s'accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude, et en bâillonnant la dissidence, sachez que vous êtes du mauvais côté de l'histoire, mais que nous vous tendrons la main si vous êtes prêts à desserrer votre poing.» Malheureusement pour Obama, les États-Unis ont tendu la main au PCC en 1972 et ce sont ses argents qui ont en grande partie permis de maintenir au pouvoir l'actuel régime corrompu et répressif. Pékin finance maintenant la dette américaine. Obama veut tendre la main alors qu'on lui fait une clé de bras.

    La Grande Epoque

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu