Avertir le modérateur

pratiquants de falun gong

  • Lutte de pouvoir mouvementée aux plus hauts rangs du parti communiste chinois

    Arrestation du chef de la police de Chongqing, Lutte de pouvoir, Chine, Wang Lijun, Bo Xilai, arrestation d’un membre du parti communiste chinois, corruption maire adjoint de Chongqing, prélèvement d’organes, pratiquants de Falun Gong, Hu JintaoL’arrestation du chef de la police de Chongqing suggère que le secrétaire général du parti communiste de la ville est en péril

     

    Une onde de choc a été déclenchée dans les milieux politiques chinois par l'arrestation de Wang Lijun. Le 2 février, Wang a été démis de son poste de chef de la police et maire adjoint de Chongqing dans le Sichuan. Des rumeurs sur internet déclarent que Bo Xilai, l’ancien supérieur de Wang Lijun, l’ayant promu et confié des tâches importantes, s'était rapidement distancé de lui avant que la Commission centrale du Contrôle de Discipline ne décide d'enquêter sur Wang Lijun.

    Wang Lijun a été le bras droit de Bo Xilai et a été en charge de lutter contre la mafia locale. Après que Bo Xilai ait été nommé secrétaire général du parti communiste de la ville de Chongqing en décembre 2007, il a fait venir Wang Lijun depuis Jinzhou dans la province nord-est de Liaoning jusqu’à Chongqing en juin 2008. Avec l'aide de Wang Lijun, Bo Xilai s’est débarassé l'ancien réseau officiel de Chongqing, la plupart étaient d’anciens fonctionnaires du précédent secrétaire du parti communiste, sous couvert de lutte contre la mafia.

    Dès son arrivée Bo Xilai s'était appuyé sur Wang Lijun. Si Bo Xilai avait pu devenir membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central, il aurait certainement gardé Wang Lijun avec lui. En d'autres termes, n’ayant pu protéger Wang Lijun, il est peu probable qu’il puisse se protéger dans les prochains jours.

     

    Les dangereuses erreurs faites par Bo Xilai

    Tout le monde sait que Bo Xilai n’était pas en bons termes avec d'autres hauts fonctionnaires du parti communiste chinois (PCC). Le 11 juin 2011, Bo avait conduit 500 membres d'une « troupe de chant rouge » - entendez des chants communistes -, pour effectuer une représentation à Pékin. Aucun des neuf membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central, ne se sont présentés. Bo Xilai a fait une grosse erreur en montrant à son insu au peuple chinois la façon dont il était isolé des fonctionnaires de haut niveau.

    Après son retour à Chongqing, le 5 octobre, il a publié la calligraphie d’une signature de Deng Ken, le frère cadet de Deng Xiaoping, sur la première page du quotidien Chongqing (le Chongqing Daily), comme un moyen d'indiquer le soutien de Deng sur sa personne.

    Le lendemain, il a publié une interview exclusive de Hu Jinxing, le cousin de l'actuel dirigeant chinois Hu Jintao, à la deuxième page du Chongqing Daily. Dans l'interview, Hu Jinxing louait avec emphase les réalisations de Bo Xilai. Bo Xilai faisait ici sa deuxième erreur. Apparemment il n'avait pas pu obtenir le soutien de Hu Jintao, alors il était allé le demander à Hu Jinxing.

    Le 10 novembre, tandis que Hu Jintao était à Hawaï pour assister à la réunion de l'APEC, Bo Xilai a effectué des manœuvres militaires de grande envergure à Chongqing. Ce fut la troisième erreur de Bo Xilai et cela exposait sa détermination et son intransigeance par rapport au pouvoir. Alors que Hu était hors de Chine, Bo Xilai a voulu lui montrer sa capacité à mobiliser son armée. Peu importe comment le PCC fait l'éloge de Bo Xilai dans sa lutte contre la corruption, Hu n’avait pas peur de lui comme d’un rival. Mais cette fois, Bo Xilai a envoyé le message qu'il avait assez de capacités et la détermination de faire un coup d'état militaire. À ce stade, il était inévitable que les deux parties mettent toutes leurs cartes sur la table.

    Beaucoup de gens peuvent ne pas avoir remarqué le rapport de l’agence de presse Xinhua le 15 janvier qui était révélateur. Deux hauts responsables militaires Xu Caihou et Guo Boxiaong - vice-présidents du Comité militaire central - et Li Ji'nai - directeur du Département politique général de l’armée de Libération du peuple - ont déclaré que l’armée chinoise devaient «suivre le commandement du président Hu Jintao. ». Ils ont également ajouté que leur déclaration était faite pour assurer que le 18e Congrès national du PCC soit un succès et que l’armée devait, à tout moment, dans n'importe quelle circonstance, écouter le commandant en chef des armées Hu Jintao.

    Après que le déploiement militaire ait été terminé, le 2 février, Wang Lijun a été démis de ses fonctions en tant que chef de la police et maire adjoint de Chongqing.

     

    Alliance brisée et chute rapide

    Si nous analysons la succession des évènements de façon chronologique, il est possible de proposer une hypothèse. Hu Jintao avait déjà décidé de se débarrasser de Bo Xilai, et il a envisagé de cibler Wang Lijun en premier. Si Bo Xilai s’était opposé pour protéger Wang Lijun, en se couvrant l’un et l’autre, ils auraient pu avoir encore une chance de lutter contre Hu Jinatao. Mais Bo Xilai fait partie de ceux qui trahissent si rapidement et facilement, qu’il a immédiatement abandonné Wang Lijun pour se protéger lui même.

    Wang Lijun savait qu’il était en danger de mort dès qu’il serait abandonné par Bo Xilai, parce qu'il était au courant de trop de ses secrets. Alors la seule solution qu’il avait pour se protéger, était de s’enfuir de Chongqing.

    Le 9 février, Victoria Nuland, le porte-parole du Département d'État américain, a confirmé que Wang Lijun avait rencontré les agents consulaires des États-Unis à Chengdu. Wan Lijun savait très bien qu'il était impossible pour le consulat des États-Unis de lui accorder l'asile politique. Il est alors très probablement allé au consulat pour faire une scène et attirer l'attention sur lui. En quittant Chongqing et en restant assez longtemps dans le consulat des États-Unis, Wang Lijun assurait sa sécurité, et gagnait un peu de temps avant que Pékin n’intervienne.

    Plusieurs organes de presse hors de Chine, ont signalé que le maire de Chongqing, Huang Qifan, était descendu à Chengdu avec 70 véhicules de police pour tenter d'enlever Wang Lijun et le ramener à Chongqing. Cependant, c’est le comité de discipline du Parti communiste chinois qui a arrêté Wang Lijun. Wang Lijun a  été transféré à Beijing à partir de l'aéroport Shuangliu de Chengdu le 8 février dans la matinée. Il affirmait dans une lettre ouverte signée de son nom, qu'il allait engager une lutte à mort contre Bo Xilai, après sa trahison.

    Même si Bo Xilai est un membre du Bureau politique du Comité central du PCC, cela ne peut pas garantir sa propre sécurité. Chen Xitong, ancien secrétaire du parti de Pékin, et Chen Liangyu, ancien secrétaire du parti de Shanghai, ont tous les deux été limogés à la suite d'un scandale de corruption, bien que la véritable raison de leur chute ait été très probablement les querelles politiques internes du parti.

    La fin qui attend Bo Xilai est bien pire que de ne plus être au Comité permanent du Bureau politique. Parce que Bo Xilai a fait ses preuves dans la cruauté et le vice, qu’il n'a pas d'alliés dans le cercle supérieur du parti, et qu’il a essayé de survivre au sein du PCC tout en brisant les règles, elles mêmes corrompues, du PCC. Il n’est pas surprenant de voir sa carrière politique prend une telle tournure ou de le voir arrêté prochainement après cet incident.

    The Epoch Times a rapporté le 8 février: «Selon une fuite de câbles diplomatiques américains sur Wikileaks, lorsqu'il était encore ministre du Commerce, Bo Xilai a été écarté pour le poste de vice-Premier ministre au moment où il a été battu par Wen Jiabao lors du 17e Congrès, ceci en raison des poursuites judiciaires internationales déposées contre lui par des pratiquants de Falun Gong à travers le monde. Bo Xilai avait été rétrogradé au rang de secrétaire du parti de la ville de Chongqing, ce qui correspondait à la dernière étape de sa carrière politique », déclarait le câble.

    Bo Xilai a en effet brutalement persécuté les pratiquants de Falun Gong en tant que maire de la ville de Dalian, gouverneur du Liaoning et ministre du Commerce, Wang Lijun ayant toujours été son homme de main le plus actif. Ils ont tous les deux commis une série de crimes contre l'humanité avec les prélèvements d'organes systématique sur les pratiquants de Falun Gong.

    Leur chute a lieu dans le cadre de luttes politiques au sein du parti, mais montre aussi la rude rétribution de la justice pour les torts qu'ils ont fait contre les pratiquants de Falun Gong et contre d’autres, torts qui leur avaient permis de gravir les échelons dans les rangs du PCC.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Lutte-de-pouvoir-mouvementee-aux-plus-hauts-rangs-du-parti-communiste-chinois.html

  • Un prix pour l'avocat chinois des droits de l'homme, Gao Zhisheng

    Gao Zhizheng Avocat chinois.jpgLe prix Index of Censorship a été décerné à Londres à l’'avocat chinois des droits de l'homme, Gao Zhisheng. Il a été reconnu son travail en faveur des groupes vulnérables ou persécutés en Chine, comme les victimes d’erreurs médicales, les chrétiens ou les pratiquants de Falun Gong. En l’absence de Gao, arrêté par le régime communiste et dont on est sans nouvelle depuis un an, c’est son épouse réfugiée aux États-Unis qui, par message vidéo, a accepté le prix. Elle a rappelé que son mari a subi les violences et la torture pour apporter son soutien aux plus démunis, « Le cas de mon mari est la véritable représentation de la crise actuelle des droits de l’homme en Chine » a-t-elle déclaré.

    Lire la suite sur: http://www.sondelespoir.org/makeArticle.asp?catID=639&id=185124

    Radio Son de l'Espoir.jpg

  • Le spectacle de Shen Yun à Hong-Kong annulé en raison d’un refus de visas

    Les organisateurs du spectacle de Shen Yun à Hong-Kong ont tenu une conférence de presse le 23 janvier 2010 pour protester contre les autorités de Hong-Kong qui aurait cédé aux pressions politiques de Beijing. (Li Ming/The Epoch Times)
    Les organisateurs du spectacle de Shen Yun à Hong-Kong ont tenu une conférence de presse le 23 janvier 2010 pour protester contre les autorités de Hong-Kong qui aurait cédé aux pressions politiques de Beijing. (Li Ming/The Epoch Times)

    HONG KONG- Les représentations de Shen Yun à Hong-Kong vont être annulées cette année suite au refus des autorités de Hong-Kong de délivrer des visas à six membres clés de l’équipe de production, ont annoncé les organisateurs locaux le 23 janvier à midi.

    Les personnalités publiques de Hong-Kong ont critiqué cette décision prétendant que c'était le résultat des pressions politiques faites par Pékin. Parmi les artistes de Shen Yun, il y a des pratiquants de Falun Gong, une pratique spirituelle interdite et persécutée en Chine. Certaines des performances contiennent des représentations artistiques de citoyens chinois se mettant debout pour en finir avec la persécution en Chine.

    Six jours avant le début du spectacle, prévu le 27 janvier, les Services de l'Immigration de Hong-Kong ont informé la compagnie que sept membres de la production se verraient refuser leur visa, en disant qu’ils pouvaient être remplacés à Hong-Kong par des ouvriers locaux. Plus tard, ils ont accordé le visa à un membre supplémentaire, après que l’organisateur ait demandé plusieurs fois une réévaluation.

    Kan Hung Cheung, un des porte-paroles des organisateurs, a fait remarquer que quatre de ces six membres de la production ont des rôles irremplaçables dans le spectacle comprenant l'éclairage, les effets sonores et le support technique. Leurs rôles étaient spécifiés dans leur demande de visa, a-t-il ajouté.

    «Avoir une équipe au complet est essentiel pour n'importe quelle compagnie des arts du spectacle. Cela tient du bon sens,» a dit M. Cheung. «Il est évident que les Services de l'Immigration ont refusé leur entrée parce que Beijing voulait nuire au spectacle.»

    Les organisateurs du spectacle, l'Association Falun Dafa de Hong-Kong, les bureaux locaux de la télévision New Tang Dynasty et du journal La Grande Époque, ont dit que le gouvernement de Hong-Kong devait «assumer les conséquences de leur décision». «Malheureusement le gouvernement de Hong-Kong a voulu coopérer avec le Parti communiste chinois pour annuler le spectacle,» a dit M. Cheung. «Nous protestons fortement contre cela.»

    Albert Ho Chun-yan, membre du Parti Démocrate de Hong-Kong et du conseil législatif, condamne les autorités de Hong-Kong pour ce qu'il croit être un alignement sur les ordres de Pékin avec la suppression de la liberté d'expression à Hong-Kong. Il a exigé une explication pour savoir comment était-il possible que la compagnie trouve des remplaçants à Hong-Kong en dix jours. Mais les Services de l'Immigration n'ont pas répondu.

    Indignation des membres de Conseil général

    Certains des membres des Conseils des différents quartiers de Hong-Kong avaient déjà acheté leurs billets pour Shen Yun et attendaient le spectacle avec impatience, ont-ils précisé.

    Chui Pak-Tai, un membre du Conseil général du district de Wong Tai Sin de Hong-Kong, a condamné le gouvernement de Hong-Kong dans les mêmes termes qu'Albert Ho. «Le gouvernement de Hong-Kong est si incompétent,» a-t-il dit. «Ils ont humilié Hong-Kong. Leurs sales combines sont juste épouvantables.»

    Le membre du Parti Démocrate du Conseil général du district de Sao Kung, Lam Wing-Yin, a dit qu’il se sentait concerné par l'indépendance de Hong-Kong vis-à-vis de la Chine, en voyant l'interférence de la politique dans ce cas.

    «La Chine avait promis que Hong-Kong resterait inchangée pendant 50 ans,» a-t-il dit en se référant au Pacte de 1997 entre la Grande-Bretagne et la Chine, quand Hong-Kong a été rendu aux autorités chinoises, ce qui stipulait que Hong-Kong resterait sous le système de gouvernance britannique pendant 50 ans. «Rien dans notre vie ne devrait avoir changé ici, y compris notre liberté, notre culture et nos arts,» a dit Lam. «C’est exactement grâce à cela que nous pouvons montrer que la Chine a fait des progrès et s’est ouverte et que Hong-Kong peut continuer à être un endroit unique au monde.»

    «Mais, malheureusement, au cours de la dernière décennie, Hong-Kong a subi trop de restrictions sur les questions politiques, culturelles et médiatiques,» a-t-il dit. «Tout cela fera finalement que Hong-Kong va se détériorer pour devenir une des villes régulières de la Chine.» Il a dit que la population de Hong- Kong devrait demander à la Chine de montrer des progrès significatifs quant à la préservation de la démocratie à Hong-Kong, de la liberté et des droits de l'homme.

    Un journaliste renommé exprime sa préoccupation

    Le journaliste senior bien connu, Ching Cheong, a dit que les actions du gouvernement de Hong-Kong étaient malheureuses. «Hong-Kong a été un endroit où le droit d’entrée et de sortie était protégé et la population de Hong-Kong devrait chérir une telle liberté,» a dit Ching, qui a été emprisonné pendant plus de trois ans en Chine pour avoir «révéler des secrets d'état» à Taïwan. «Je ne veux pas voir une telle liberté être remise en question par des pouvoirs politiques," a-t-il dit.

    M. Cheong recommande vivement aux citoyens de Hong-Kong de faire attention à cet incident.

    Tiré de La Grande Epoque: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Le-spectacle-de-Shen-Yun-a-Hong-Kong-annule-en-raison-dun-refus-de-visas.html

  • L’avocat Gao Zhisheng serait toujours vivant

    «Arrêtez de harceler les avocats des droits de l’homme » pouvait on lire lors d’une manifestation à Hong Kong en Chine début 2009. Des manifestants, dont un groupe d’avocats internationaux, appellaient à la libération de l’avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng. AFP PHOTO/MIKE CLARKE
    «Arrêtez de harceler les avocats des droits de l’homme » pouvait on lire lors d’une manifestation à Hong Kong en Chine début 2009. Des manifestants, dont un groupe d’avocats internationaux, appellaient à la libération de l’avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng. AFP PHOTO/MIKE CLARKE

    SYDNEY— Il a été rapporté que l'avocat des droits de l'homme chinois, Gao Zhisheng, était toujoursen vie. Contrairement aux rapports récents selon lesquels Gao aurait été tué par les forces de sécurité chinoise, «une source bien placée» du  bureau de la sécurité chinoise a déclaré à un journaliste australien que l'avocat était en vie.

    «A l’heure actuelle, Gao est toujours vivant… il n’a pas disparu», a dit la source à John Garnaut, le correspondant à Pékin de Fairfax News. L'avocat Gao, connu pour être l'avocat des droits de l'homme le plus courageux de Chine, a défendu des pratiquants de Falun Gong, des pétitionnaires et des Chrétiens alors qu’aucun autre avocat n'avait osé le faire.

    Il a été arrêté, emprisonné, torturé et harcelé pendant les cinq dernières années et est maintenant porté disparu depuis 11 mois. La semaine dernière, des rapports étaient arrivés à Gao Zhiyi,  le frère de Gao, disant que Gao s'était «perdu et qu’il avait disparu». Plusieurs ont craint que ce ne soit un signe que Gao était mort, des suites des tortures subies dans les mains du Bureau de la Sécurité publique de Chine.

    Cependant la source du journal Herald a dit que son organisation savait où Gao est détenu mais qu’il ne pouvait pas transmettre ces informations. Il n'a donné aucune indication sur l'état de santé du courageux avocat ou de ses perspectives de libération futures.

    Gao Zhisheng est chrétien. Il a refusé de rester inactif devant la corruption, l'injustice, la persécution des pratiquants de Falun Gong et l'échec de l'autorité de la Loi en Chine. Il a écrit des lettres ouvertes au Congrès national de la Chine, au dirigeant chinois Hu Jintao et au Premier ministre Wen Jiabo, détaillant individuellement des cas d'injustice et mettant en évidence l'hypocrisie des législateurs en Chine. En 2007, il a écrit une lettre au Congrès américain demandant à ses membres de réfléchir à deux fois avant d’aller aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, à cause du bilan atroce des droits de l'homme en Chine.

    «Le comportement que l'on juge généralement dégradant pour l’être humain est mis en application dans mon pays comme une simple tâche politique», a t-il écrit. «Aujourd'hui, comme nous nous approchons des Jeux Olympiques de Pékin, je vous demande de prêter attention au désastre en cours des droits de l'homme en Chine et je souhaite que vous transmettiez mon appel au monde entier.»

    Les autorités chinoises ont rassemblé tous leurs efforts pour ruiner la vie de Gao.  Son cabinet a été fermé. A plusieurs reprises, on a attenté à sa vie. Gao, sa femme et leurs deux enfants ont été placés en assignation à domicile, subissant des abus physiques et psychologiques plusieurs mois durant. En 2007, Gao a réussi à envoyer un compte rendu terrifiant des 50 jours de torture  qu’il a subie par les responsables de la sécurité chinoise. Les descriptions qu’il a faites ont été déchirantes et cela a déclenché une véritable onde de choc à travers plusieurs groupes de droits internationaux.

    Edward McMillan-Scott, vice-président du Parlement européen, qui avait communiqué avec Gao Zhisheng personnellement, David Kilgour, ancien secrétaire d'État Asie-Pacifique pour le Canada et David Matas, avocat des droits de l'homme international, comptent parmi les rares hommes d'État qui ont vigoureusement fait campagne pour la défense de Gao.

    En vain. En février 2009, Gao Zhisheng a été enlevé dans sa ville natale de la province du nord de Shaanxi par sept voyous. Sa femme, Geng He et leurs deux enfants avaient réussi à s'échapper de la Chine avant sa disparition. Ils ont reçu l'asile politique aux Etats-Unis en mars 2009. Cependant la famille vit toujours dans un stress continuel. Gege, la fille de 13 ans de Gao, a été récemment hospitalisée aux Etats-Unis suite aux pressions mentales qu’elle a subies.

    Article sur le même sujet:

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Gao-Zhisheng/Lavocat-Gao-Zhisheng-subit-des-tortures-inimaginables.html

    Tiré de La Grande Epoque: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Lavocat-Gao-Zhisheng-serait-toujours-vivant.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu