Avertir le modérateur

politburo chinois

  • Xi Jinping maintient sa mise en garde contre la corruption

    Xi Jinping, le nouveau dirigeant chinois, poursuit sa bataille officielle contre la corruption. De nouvelles lois ont été créées pour empêcher les responsables chinois d'empocher de grosses sommes d'argent. Alors qu'il présidait une réunion du Politburo ce lundi, Xi Jinping a souligné la nécessité que les autorités punissent les responsables corrompus et que l'avenir du régime en dépend.

    Le Parquet et le Tribunal suprêmes du peuple assistaient à cette réunion. Le même jour, ils ont publié un document déclarant que verser une somme supérieure à 10 000 yuans, soit près de 1 600 dollars, est considéré comme un crime. Ceux qui seront pris dans une telle transaction auront affaire à la justice. Selon les observateurs, cette déclaration n'est pas suffisante.

    [Gong Shengli, Économiste et auteur]:
    «Si les responsables ne publient pas leurs avoirs, la nouvelle administration ne pourra pas établir sa crédibilité et ne pourra pas lutter contre la corruption.»

    Mais demander aux responsables de rendre publics leurs avoirs n'est pas chose facile. En novembre dernier, même wang Qishan, le directeur de la Commission centrale de l'inspection de la discipline du Parti communiste, a avoué que de telles mesures seraient difficiles à appliquer.

    [Tang Baiqiao, Militant pour la démocratie]:
    «La plupart des biens que les responsables possèdent n'ont pas été acquis légalement. Tous ceux dont la richesse sera inspectée risquent d'être punis par la loi. La publication de leurs avoir pourrait donc n'être qu'une loi inutile. Car si elle est appliquée, les responsables devront être jugés. Et ils ne vont donc pas prendre ce risque.»

    Le 26 décembre dernier, le groupe médiatique Bloomberg a publié des informations sur les richesses possédées par des proches et les enfants de huit hauts responsables du parti communiste. Les familles de Wang Zhen, Deng Xiaoping et Chen Yun, ont autrefois contrôlé ou contrôlent toujours des entreprises d'état d'une valeur de 1,6 trillions de dollars, soit plus d'un cinquième de la production économique annuelle de la Chine.»

    Le 27 décembre dernier, le quotidien officiel China Youth avançait qu'il faudrait au moins 20 ans avant que la publication des avoirs ne puisse être appliquée. Une loi similaire sur la déclaration officielle des avoirs avait déjà été introduite en 1994. Elle est toujours en suspens à l'heure actuelle.

    En avril 2012, la police a enquêté sur plus de 10 personnes de Guangzhou qui avaient publiquement appelé l'ancien dirigeant Hu Jintao et d'autres responsables chinois à déclarer leurs fortunes certains de ces citoyens de Guangzhou ont depuis disparu et leur trace n'a toujours pas été retrouvée aujourd'hui.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2013-01-02/793799776306.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu