Avertir le modérateur

piété filiale

  • Le Palais Taoïste de la Montagne du Phoenix Chantant

    palais taoïste,montagne du phoenix,chantant,piété filiale,histoire,légende,morale,lü dongbin,chineOn raconte que sous la Dynastie Ming, un boucher du nom de Zhao vivait à l'extérieur de la porte Sud de Kunming. Un jour, Zhao décida de tuer une vache, mais il ne trouvait nulle part son couteau de boucher. Il y avait, non loin un veau couché et qui gémissait tristement. Zhao le fouetta à plusieurs reprises. Le veau se leva, révélant la présence du couteau à l'emplacement où il était couché. Zhao comprit que le veau avait peut-être pressenti la mise à mort de sa mère et qu'il avait caché le couteau sous son propre corps en gémissant tristement.
    La piété filiale du veau toucha Zhao. Il renonça à son projet, et emmena la mère et son petit dans les Montagnes de l'Ouest, où il vécut une vie de reclus.


    Zhao était une personne qui s'emportait très facilement. Il savait qu'on pouvait facilement le mettre en colère, si bien qu'il récitait souvent ces paroles : “Eteint le feu dans ton cœur, pour ainsi rencontrer Lü Dongbin.” Lü Dongbin est un sage Taoïste célèbre.


    Un jour, un vieux Taoïste arriva à son domicile. Zhao accueillit le Taoïste en préparant du thé chaud. Il versa même le thé pour le Taoïste dans une précieuse tasse en porcelaine qu'il utilisait seulement pour les occasions spéciales. Le Taoïste se saisit de la tasse et, délibérément, la laissa tomber. Zhao regarda médusé sa tasse en porcelaine à présent réduite en morceaux, la colère se reflétant sur son visage.

    Se retournant pour regarder le Taoïste, Zhao remarqua qu'il avait disparu. La tasse brisée était à présent intacte et posée sur la table. Sous la tasse, il y avait un morceau de papier ou il lut : “Dongbin était là, mais le feu dans le cœur s'est embrasé une fois de plus.”


    Zhao comprit que le Taoïste n'était autre que Lü Dongbin. Zhao eut profondément honte d'avoir encore en lui une telle colère. Zhao mourut peu de temps après.


    Quelques années plus tard, Yongbin Chen un fonctionnaire du gouvernement arriva à Kunming pour prendre ses fonctions. Un jour qu'il visitait les Montagnes de l'Ouest, il eut une sensation intérieure de familiarité avec les lieux environnants. Chen découvrit l'histoire de Zhao gravée sur une stèle en pierre et fut surpris de constater que la date du décès de Zhao était exactement la même que sa propre date de naissance. Chen commença à imaginer qu'il était la réincarnation de Zhao.


    En y repensant, Chen se souvint que lorsqu'il était en poste dans la Province du Fujian, un Taoïste était venu le voir et lui avait demandé : “As-tu éteint le feu dans ton coeur?” La question l'avait rendu perplexe. Après une brève discussion, le Taoïste repartit, mais avant son départ, il invita Chen à une nouvelle rencontre dans le futur dans la Montagne du Phoenix Chantant.


    Après son arrivée à Yunnan, Chen entendit dire qu'il y avait dans cette localité la Montagne du Phoenix Chantant et décida de s'y rendre. Il vit un Taoïste fou assis sur une pile de pierres, tenant deux bouteilles avec les goulots se faisant face. Le Taoïste sourit et demanda à Chen : “Ca fait un moment, monsieur. Vous avez bonne mine. Cette fois-ci, de quel côté allez vous sauter?”


    Les serviteurs de Chen se mirent à crier sur le Taoïste qui disparut soudainement . Chen comprit immédiatement que les deux bouteilles avec les goulots se faisant face représentaient le caractère chinois signifiant “Lu”, et debout sur la pile de pierres représentait le caractère chinois pour “Yan”. “Yan Lu” était le nom usuel de Lü Dongbin, ce qui signifiait que le Taoïste était Lü Dongbin.


    Les légendes populaires racontent que Chen rencontra Lü Dongbin à trois reprises dans la Montagne du Phoenix Chantant. Lü révéla à Chen que la montagne était un lieu béni. Ainsi, durant les trois années où Chen gouverna la localité, il ordonna la construction du “Palais de l'Anneau de Jade” pour vénérer le sage Lü Dongbin. De nos jours, le palais est une célèbre attraction touristique.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201009/52870.html

  • Le duc de Zhou, un bon modèle de piété filiale et de bienveillance

    Chine, duc de Zhou, piété filiale, bienveillance, empereur de chine, dynasties chinoises, contes traditionnels chinoisLe duc de Zhou était le frère cadet du roi Wu du royaume de Zhou. Dans l’histoire chinoise, il était connu pour être un bon modèle de piété filiale et de bienveillance.

    Il était, en outre, particulièrement talentueux. Grâce à sa piété filiale et à sa bienveillance, il était différent de ses autres frères. Ainsi, par deux fois, il a aidé son frère le roi Wu à aller vers l’Est à la conquête de la dynastie Shang.

    Avec l’aide précieuse du duc de Zhou, le roi Shang a pu vaincre la dynastie Shang. Le roi Wu avait adopté la politique de bienveillance et de générosité recommandée par le duc de Zhou: «Installer les personnes sur leurs domaines et ne pas les tuer». Ainsi, les Shang et les nobles qui ont été faits prisonniers ont été maintenus sur leur domaine et les greniers ont été ouverts pour nourrir leur peuple affamé.

    Il a également introduit les rites des Zhou, la musique et proposé «l’exemplarité de la vertu et la prudence de la sanction» ainsi que «le respect de la vertu et la protection du peuple». De cette façon, la politique et la gouvernance sous la dynastie Zhou étaient transparentes et bien conduites. Ses propositions ont servi de référence aux politiciens de toutes les générations qui ont suivi.

    Après la mort du roi Wu, son fils et prince héritier le roi Cheng lui succéda sur le trône de la dynastie Zhou. Comme le roi Cheng était encore trop jeune, le duc de Zhou assura la régence du royaume de Zhou pendant six ans. Lorsque le roi Cheng grandit, le duc de Zhou lui laissa le pouvoir et lui conseilla de ne pas adopter une conduite qui se base sur la sensualité, le confort et privilégie le jeu et la chasse.

    La manière que le duc de Zhou adopta, pour recruter des personnes talentueuses et méritantes, a été considérée comme un modèle par les politiciens qui lui ont succédé. De façon à n’oublier aucune personne avisée, le duc de Zhou pouvait arrêter toute occupation en cours pour les rencontrer. Par exemple, il pouvait interrompre son bain, tenant ses cheveux longs mouillés à la main ou encore arrêter son repas pour rencontrer immédiatement les personnes talentueuses qui pouvaient soudainement surgir pour exprimer leurs propositions sur la manière de conduire la nation.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/Le-duc-de-Zhou-un-bon-modele-de-piete-filiale-et-de-bienveillance.html

    La Grande Epoque, Epoch Times France, média français, presse , actualité Chine, Chine

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu