Avertir le modérateur

philosophie chinoise

  • Proverbe chinois sur la vérité

    Shakyamuni, bouddha, vérité, proverbe, Chine, philosophie chinoise, sens de la vie, bouddhisme, taoisme, new tang dynasty,Siddhārtha,

    " Trois choses ne peuvent pas être cachées longtemps: le soleil, la lune, et la vérité "

    Bouddha Shakyamuni

  • La plus jolie fille de Linfen

    Chine.jpgSes camarades de classe l’appellent la fille la plus belle de Linfen et ce, pour une bonne raison. Ils pensent qu’elle est unique et très spéciale. Agée de 20 ans, Meng Peijie a été, dès l’âge de 8 ans, la tutrice unique de sa mère adoptive paralysée, pendant les 12 dernières années.

    L’histoire de Peijie a fait la une de Xinhua du 21 juin et a été mise en ligne par ses camarades de classe du collège de Shanxi à Linfen, lesquels ont été touchés par sa gentillesse et son abnégation envers sa mère adoptive. Peijie est née en 1991 dans la Province de Shanxi. Elle a été orpheline dès l’âge de 5 ans car, suite à l’accident de voiture de son père, sa mère l’envoya dans une famille adoptive et décéda peu de temps après. Trois ans plus tard, la mère adoptive de Peije, Liu Fangying, est devenue invalide suite à une maladie, et son père adoptif a abandonné la famille, laissant une enfant de 8 ans prendre en charge sa mère adoptive paralysée, ainsi que courses, cuisine et cours à l’école.

    En 2009, Peijie a été admise au Collège de Linfen, assez éloigné de sa maison, mais cela ne l’a pas empêché de continuer à prendre soin de sa mère adoptive. Liu a décrit le programme chargé de sa fille durant ces 12 dernières années. Elle a expliqué que Peijie se lève à 6 heures du matin, l’aide à changer ses draps, la lave et l’habille, lui donne son petit-déjeuner. Ensuite elle court à l’école. Pendant sa pause déjeuner, elle revient en courant faire la cuisine, lui fait à manger, lui donne une douche et lui fait un massage, s’occupe du linge à laver, change les draps si besoin, et part en courant à l’école. Après l’école, elle se dépêche de rentrer chez elle pour préparer le diner et faire le ménage. A 21 heures, en général elle commence à faire ses devoirs.

    «Tu ne me connais pas, mais je te connais. Gardes la tête haute et reste forte!»

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-plus-jolie-fille-de-Linfen.html

  • Sagesse des anciens

    sagesse des anciens.jpgSu Dongpo était un poète célèbre de la dynastie Song (960-1279), il était très intéressé par le bouddhisme. Un jour alors qu’il étudiait les Ecritures, il sentit qu’il s’était éveillé et qu’il n'avait aucune pensée parasite à l'esprit. Ravi, il écrivit un poème disant qu'il était comme un roc solide, qui ne pouvait être perturbé par huit choses : le gain, la perte, la calomnie, la flatterie, la louange, le ridicule, la peur ou la joie.

    Tout de suite après, il envoya quelqu’un porter le poème à son ami, un moine vivant de l'autre côté de la rivière, car il voulait savoir ce qu’il en pensait. Le moine écrivit sur le poème "Absurde" puis le rendit Le poète se mit en colère et prit le bateau pour aller voir le moine. Quand il arriva sur le quai, le moine l’attendait. Il demanda au moine: "Pourquoi as-tu dit que mon poème est absurde?". Le moine sourit et dit : “Dans ton poème tu dis que tu ne seras pas perturbé par le gain, la perte, la calomnie, la flatterie, la louange, le ridicule, la peur ou la joie, pourquoi es-tu alors perturbé par un seul mot ?"

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201011/53854.html

  • L’Art d’enseigner dans l'ancienne Chine (1)

    Confucius_tang_dynasty.jpgDans l’ancienne Chine, l’éducation officielle était largement basée sur le confucianisme. Lorsque Confucius donnait des conférences à Xingtan (littéralement : Autel de l’abricot), il avait 3000 étudiants

    Il est dit que le confucianisme est basé sur les conférences de Confucius et que celles-ci constituent l’origine de d’approche confucéenne de l’enseignement.

    Dong Zhongshu (179 av J.C – 104 av J.C), érudit impérial influent sous la dynastie Han, a largement promu le confucianisme plus que toutes les autres idéologies, ainsi, le confucianisme était à l'époque, l’idéologie dominante

    Sous les Dynasties Sui (580 – 618) et Tang (618---907), le système d’examen impérial qui insistait sur l’étude du confucianisme, est graduellement arrivé à son apogée, et son influence sur l’éducation classique chinoise a duré des siècles.

    Au cœur de sa méthode officielle d’enseignement, l’idéologie confucéenne est un système exhaustif de réflexions couvrant de larges aspects de la vie sociale et spirituelle dans les anciens temps. Dans le "Grand Enseignement ", Confucius a écrit : "Se cultivant eux-mêmes, leurs familles étaient harmonieuses, leurs familles étant harmonieuses, leurs états étaient correctement gouvernés. Leurs états étant correctement gouvernés, le royaume entier était tranquille et heureux."

    Eduqués avec une telle philosophie, les anciens chinois insistaient sur le fait de cultiver la moralité, de nourrir sa noblesse de caractère et de respecter le ciel et la terre. On acceptait que la vie suive des chemins prédestinés et qu'en cultivant son caractère moral, ont finisse par atteindre une bienheureuse paix de l'esprit ainsi qu’une perspective saine de cette vie terrestre, du divin, et des valeurs sociales.

    La racine du confucianisme consiste en "bienveillance, droiture, bienséance, sagesse, fidélité. " De nombreuses vertus, telles que la loyauté, la piété filiale, le courage, l’équité, la transparence, la droiture, la diligence, etc., en dérivent. Le Confucianisme régulait efficacement toutes les strates de l’ancienne société chinoise, et définissait les valeurs et standards moraux pour être une bonne personne.

    La bienveillance et la bienséance constituent les valeurs essentielles du Confucianisme. En maintenant un état d’esprit bienveillant, les gens étaient naturellement droits. Sans bienséance, il n’y a ni fidélité ni loyauté. Sans fidélité, rien ne peut être établi.

    La culture traditionnelle chinoise est profondément enracinée dans le Confucianisme, le Bouddhisme et le Taoïsme. Le confucianisme se focalisait sur le fait d' "entrer dans le monde profane", alors que le Bouddhisme et le taoïsme enseignaient à "transcender le monde profane". Parce qu’il interagissait directement avec la société ordinaire, le confucianisme a eu le plus grand impact sur la société humaine, ou le monde profane.

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/201104/55844.html

  • La richesse des expressions de la langue chinoise (2)

    paradis.jpg

    (Image tiré de ce site)

    Suite de cet article.

    Une troisième source des expressions chinoises sont les récits historiques chinois. S'agissant des expressions ayant cette origine, quelques-unes sont des citations directes de l'ancienne littérature chinoise. Certaines sont formées par la synthèse d'anciens articles chinois, et d'autres par l'apport de cultures étrangères ou populaires, ou celui d'expressions populaires.

    De nombreuses expressions chinoises viennent de récits historiques issus du Confucianisme, du Taoïsme, et du Bouddhisme. (Nous en parlerons plus tard.)

    De plus, certaines expressions chinoises proviennent de récits historiques chinois, tels que "Wan (intacte) Bi (jade) Gui (retourner) Zhao (Nation de Zhao)." (完璧归赵) Cette expression fait référence à une histoire dans l'histoire au sujet de Lin Xiangru, le Premier Ministre de la Nation de Zhao, qui apporta un jade d'une valeur inestimable à la Nation très puissante de Qin en échange de terre. Il rapporta le jade intact, faisant preuve de stratégie et de courage, en découvrant que le Roi de Qin voulait garder la pierre sans donner la terre en échange à la Nation de Zhao.

    "Fu (porter) Jing (une sorte de bâton) Qing (demander volontairement) Zui (punition)" (负荆请罪) fait référence à une histoire au sujet de Lian Po, qui fut un général célèbre de la Nation de Zhao. En voyant que Lin Xiangru, le Premier Ministre de la Nation de Zhao, ne voulait pas l'affronter pour le bien de la nation, Lian Po prit un bâton sur son dos et alla trouver Lin pour lui demander de s'en servir pour le punir.

    "Yi (première série) Gu (tambours) Zuo (égayer) Qi (la morale)" (一鼓作气) se traduit par égayer les esprits des soldats avec le premier roulement de tambour.

    Pour finir, "Po (casser) Fu (les bateaux de cuisine) Chen (couler) Zhou (les bateaux)" (破釜沉舟) fait aussi référence à un récit historique dans lequel Xiang Yu, un général de la Nation de Chu, après avoir traversé un fleuve pour combattre l'ennemi, ordonna à ses troupes de bien manger puis de casser les bateaux de cuisine et les faire couler, de manière à ne donner aucune autre alternative à ses troupes que de se battre jusqu'à la victoire.

    Une quatrième source des expressions chinoises est la littérature chinoise. Voici quelques exemples:

    "Shi Wai (hors du monde séculier) Tao Yuan (jardin de pêches)" (世外桃源) se réfère à un lieu situé hors du monde séculier, rempli de paix et de bonheur. L'expression était originalement issue de La Vallée des fleurs de pêchers, un célèbre essai de Tao Yuanming, un poète très célèbre de la Dynastie Jin de l'Est.

    "Cheng (chevaucher) Feng (le vent) Po (briser) Lang (les vagues)" (乘风破浪) se traduit par chevaucher le vent et briser les vagues. Cela se réfère à quelqu'un qui a de grandes aspirations à réussir face à de grands défis.

    "Lao (vieux) Ji (un coursier) Fu Li (dans une écurie)" (老骥伏枥) est extrait du poème traitant de Cao Cao durant la période des Trois Royaumes. Il se réfère à un vieux coursier d'étable qui aspire encore à galloper des milliers de kilomètres.

    Dans "Shui (l'eau) Luo (s'éloigne) Shi (la pierre) Chu (émerge)" (水落石出), la pierre émerge lorsque l'eau s'éloigne; ce qui signifie que la vérité finit toujours par être révélée. Ce proverbe est issu à l'origine d'un essai de Su Shi, un poète célèbre de la Dynastie Song.


    Influences spirituelles

    Le Confucianisme, le Taoïsme, et le Bouddhisme constituent les courants dominants de la culture traditionnelle chinoise. Les pensées de ces trois religions sont reflétées dans les proverbes chinois. De nombreux proverbes chinois tirent leur origine d'histoires confucéennes, taoïstes et bouddhistes.

    Depuis plus de deux mille ans, la pensée confucéenne a tenu le rôle dominant dans la culture traditionnelle chinoise. Il y a de nombreux proverbes qui reflètent les aspects du Confucianisme; par exemple, la cultivation de la moralité et du comportement. Voici quelques exemples:

    "Jian (voir) Li(intérêt) Si (penser à) Yi (principe)" (见利思义) se réfère au fait que, devant ses propres intérêts, on doit s'examiner soi-même pour voir si l'on se conforme aux principes du monde. Cette expression vient de Lun Yu – Xian Wen (Les Annales de Confucius—Questions de Xian). Zi Lu (un disciple de Confucius) demanda à Confucius quel type de personne était Cheng Ren (un adulte). Confucius répondit, "Devant ses intérêts, on doit d'abord vérifier s'ils se conforment aux principes; dans l'adversité, on ne doit pas oublier ce que l'on a promis. Ce sont les critères de base pour être un Cheng Ren."

    Un autre exemple est...

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/201103/55466.html

  • Un sénateur: «Je peux voir la joie et l’intelligence»

    Le sénateur du Tennessee, Reginald Todd, avec sa femme et une amie de la famille.
    Le sénateur du Tennessee, Reginald Todd, avec sa femme et une amie de la famille. (Dai Bing/La Grande Époque)

    Memphis, Tennessee – Un sénateur américain a montré une profonde et philosophique réaction face au spectacle de la Divine Performing Arts (DPA).

    Le premier spectacle à Memphis par la DPA le 8 février a attiré de nombreuses personnalités, maires, sénateurs, professionnels des médias. Le sénateur de l'’État du Tennessee, Reginald Todd, en fait partie. Architecte et styliste en même temps qu'élue, le côté créatif de sa profession couplée avec son engagement civique lui a inspiré une appréciation particulièrement fine du spectacle.

    «Je peux voir la lutte des gens, je peux voir le même type d’esclavage que nous avons connu. Je peux aussi voir le même type de situation difficile que nous avons surmontée». Une des danses, Dignité et Compassion, est mise en scène dans une prison en Chine, où un prisonnier de conscience pratiquant le Falun Dafa est cruellement torturé à la limite de la mort.

    «Je peux voir la joie et l’intelligence et aussi que ces gens sont toujours ensemble dans leur situation difficile. Ils ne se sont pas effacés comme les autres nations ou comme la plupart des races le font. C’est une naissance unifiée, si vous voulez, c’était dur de surmonter mais ils l’ont fait, et ils l’ont fait avec respect toujours l’un avec l’autre. J’aime cela».

    Pour le sénateur, le spectacle montre «une culture vue sous un angle différent, spécialement quand vous ne l’avez pas vu. J’aime le mouvement. J’aime le message. C’est assez différent. C’est un genre comme certains mouvements, certaines structures ou certains messages que nous envoyons dans notre musique».

    Un peu comme si la culture afro-américaine partageait un sens commun avec la culture chinoise, et que certains sentiments transmis par la danse et la musique étaient universels. «Bien que ce soit d’une culture différente, c’est très rafraîchissant. C’est très beau. J’aime beaucoup, vraiment!».

    DPA_poster-small_04-Mimi_web.jpgLe sénateur ajoute que le spectacle a accru son respect pour la culture chinoise, ce dont les organisateurs – qui souhaitent créer un trait d'union entre l'Occident et l'Orient – ne peuvent que se réjouir: «Je n’ai pas pu comprendre le langage, mais maintenant je peux sentir les conditions difficiles qu’ils ont vécues à travers leurs messages qu’ils envoient par cette musique. Je peux le percevoir. Je le peux».

    Il a aimé la partie visuelle de la représentation, les couleurs, les costumes et les toiles de fonds. Pour M. Todd, «cela représente quelque chose que nous ne connaissons pas sous cet aspect, et voir la façon dont cela est présenté, même à travers les couleurs, cela dit quelque chose à propos de ce peuple».

    «Cela explique quelque chose à propos de la culture, et si vous le manquez, je ne dirais pas que c'est de l'étroitesse d'esprit, mais beaucoup parmi nous ne savent pas lire entre les lignes. Cependant je pense que c'est assez ouvert pour voir exactement ce qu’il se passe de l’autre côté du monde».


    Pour en savoir plus: http://fr.divineshows.com/paris

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu