Avertir le modérateur

persécution du falun gong en chine

  • Un temple bouddhiste utilisé pour le lavage de cerveau des pratiquants de Falun Gong

    temple bouddhiste, temple bouddhiste et lavage de cerveau en Chine, lavage de cerveau en chine, persécution du Falun Gong en Chine, Falun Dafa,période des Trois Royaumes

    Selon des sources en Chine, des parties d’un temple bouddhiste à l’extérieur de la municipalité de Pengzhou dans la province du Sichuan ont été transformées en centre de détention improvisé pour les résidents locaux qui pratiquent le Falun Gong. Depuis juin 2010, au moins 14 pratiquants de Falun Gong y ont été détenus, avec de nombreux rapports de mauvais traitements et de torture.

    Des nouvelles de mauvais traitements dans le Temple Sansheng émergent au sein de la campagne de plusieurs millions de dollars visant à "transformer " la vaste majorité des pratiquants de Falun Gong en Chine, principalement par l’utilisation des centres de lavage de cerveau.

    Le Temple Sansheng (三圣寺) date de la période des Trois Royaumes (220-280 Av. J.C) et est enregistré au Bureau des affaires religieuses du gouvernement provincial du Sichuan. Il est situé à prés de 50 kilomètres de la capitale provinciale, Chengdu, dans une zone éloignée de Fenglechang dans la municipalité de Guihau, sous la juridiction de l’agglomération de Pengzhou. Les photos envoyées de Chine montrent une petite pagode sur le site, avec des descriptions en ligne sur les sites Internet officiels montrant l'environnement pittoresque

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201111/58522.html

  • Manifestation Vendredi 6 août devant l’Ambassade de Chine

    Pour la première fois depuis le massacre de Tiananmen, la Préfecture de Paris autorise une manifestation devant l'Ambassade de Chine.


    20 juillet 2009 Ambassade de Chine à Paris : Pour la première fois depuis 1989, une association des droits de l'homme, en l'occurrence Falun Gong France, a obtenu de la Préfecture de police de Paris l'autorisation de manifester juste devant l'Ambassade de Chine.

    A l'instar d'autres associations des droits de l'homme, depuis 1999, l'Association Falun Gong France se voit refuser systématiquement ses déclarations de manifester devant l'Ambassade de Chine à Paris alors que les membres de ce mouvement bouddhiste sont violemment réprimés par le régime communiste chinois. Une exception unique sur le continent européen où, dans toutes les grandes capitales, y compris à Moscou, ce droit de manifestation est strictement respecté.

    En 2009 et 2010 l'Association a donc porté plainte et obtenu gain de cause auprès du Tribunal administratif de Paris et ce sont les deux seules fois en onze ans où elle a pu manifester en face de la représentation du pouvoir chinois à Paris, mais grâce à une ordonnance judiciaire.

    Vendredi 6 août, la Préfecture de police de Paris a accepté de signer la déclaration de manifestation de l'Association UNIFA, antenne de l'Association Falun Gong France. Les sympathisants de la cause du Falun Gong ont donc pu manifester pacifiquement ce vendredi 6 août de 14h30 à 18h face à l'Ambassade de Chine, avenue George V à Paris.

     

    Communiqué de Presse: Association Falun Gong France

  • Une chronologie de la persécution

    La persécution du Falun Gong depuis 1999 connaît censure et propagande de la part du parti communiste chinois même au delà des frontières de la Chine. Les médias internationaux et les gouvernements n'osent pas en parler.  Pourtant cette persécution semble être d'une cruauté et d'une injustice jamais rencontrées auparavant. Elle représente un moment historique clé de la Chine qu'il est important de connaître pour comprendre la complexité de la Chine. Laurent Gey

     

    Nous croyons que lorsque la vérité sur la persécution de Falun Gong en Chine sera totalement révélée, la persécution prendra fin, car le monde ne pourra simplement pas le tolérer. Que les dirigeants communistes en Chine se soient donnés tant de mal pour dissimuler leurs actions depuis 1999 indique qu’ils le pensent aussi.

    À cette fin, l'article qui suit s'intègre dans une série spéciale visant à révéler plus complètement la persécution de Falun Gong en Chine sous tous ses aspects et en faire la chronique. Nous invitons nos lecteurs à prêter attention ce mois-ci, au quotidien, à d'autres articles documentant les crimes contre l'humanité commis par le Parti communiste chinois au cours des onze dernières années de la persécution de Falun Gong.

    **************

    1996
    À mesure que Falun Gong devient plus populaire, les premiers signes de répression par l'état apparaissent. Peu de temps après avoir été nommés best-sellers, les livres de Falun Gong sont interdits de toute publication. Le premier article de critique du Falun Gong parle principal média géré par l'État apparaît dans le Guangming Daily le 17 juin. M. Li part aux États-Unis


    1997
    Le Bureau de sécurité publique mène une enquête afin de déterminer si Falun Gong doit être considérée comme une «secte diabolique», mais l'enquête conclut : "aucune preuve trouvée à ce jour." (http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    1998-1999
    La police perturbe les pratiques d'exercices matinales du Falun Gong dans les parcs et fouille le domicile d’adhérents de Falun Gong qui aident à organiser des activités de groupe.

    Les attaques contre Falun Gong continuent dans les médias d'Etat. Falun Gong répond aux critiques en rendant visite et parfois en pétitionnant devant les locaux du journal local ou de la télévision afin d'expliquer ce qu'est le Falun Gong et laver sa réputation. De tels événements ont lieu à Pékin, Tianjin, Guangzhou et d'autres grandes villes.

    Les médias chinois et les enquêtes gouvernementales indiquent qu'au moins 70 millions de personnes en Chine pratiquent le Falun Gong.(http://faluninfo.net/article/517/?cid=4


    Avril 1999
    He Zuoxiu, un éminent marxiste-athée, dénigre le Falun Gong et le qigong en général dans un magazine universitaire de Tianjin. Les pratiquants de Falun Gong locaux se rassemblent à Tianjin, et demandent au magazine de réparer les dommages causés à leur réputation.

    Bien que le rassemblement soit pacifique, les 23 et 24 avril, la police anti-émeute est envoyée, et 45 pratiquants sont arrêtés et certains battus. Lorsque les pratiquants demandent aux autorités de Tianjin de libérer ceux qui ont été arrêtés, on leur dit que les ordres sont venus de Pékin et que s'ils veulent faire une requête ils doivent se rendre à la capitale.


    25 avril 1999
    Le lendemain, le 25 avril 1999, plus de 10 000 adhérents du Falun Gong de Pékin, des alentours de Tianjin et d'autres villes de la région se rassemblent à l'extérieur du bureau des appels du conseil d'état à Pékin.

    Le bureau est situé juste à côté de Zhongnanhai, le complexe résidentiel des dirigeants du Parti communiste. Malgré l'accusation ultérieure par le Parti que le Falun Gong avait "assiégé" Zhongnanhai, le rassemblement était en fait remarquablement pacifique et ordonné, avec des pratiquants veillant à laisser libres les entrées et les sorties, et les trottoirs - comme l’ont également rapporté les médias étrangers.

    Les adhérents demandent que ceux qui ont été arrêtés à Tianjin soient libérés, que l'interdiction de publication des livres du Falun Gong soit levée et qu'ils puissent recommencer à pratiquer sans l'interférence du gouvernement.

    Puis, le Premier Ministre Zhu Rongji rencontre les représentants du Falun Gong dans son bureau. A la fin de la journée, ceux ayant été arrêtés à Tianjin sont libérés et le rassemblement se disperse calmement.
    Toutefois quelques heures plus tard, le dirigeant communiste d’alors, Jiang Zemin, s’oppose à la position apaisante de Zhu, et déclare que s’il ne peut pas venir à bout du Falun Gong, le Parti deviendra la « risée » de tous. ( http://faluninfo.net/article/518/?cid=4)


    10 juin, 1999
    Jiang Zemin créé le bureau 610, une agence de sécurité secrète ayant mandat de spécialement éradiquer le Falun Gong. Jiang lui accorde un pouvoir absolu sur chaque niveau de la police, du gouvernement et sur le système judiciaire et plus tard le bureau 610 devient le principal outil servant à arrêter, torturer et assassiner Falun Gong ( http://faluninfo.net/topic/17/)


    Juillet 1999
    Depuis le rassemblement du 25 avril jusqu'à la mi juillet, les pratiquants dans toute la Chine rapportent être suivis et interrogés par des policiers en civil, tandis que le Parti compile des listes de pratiquants et fait ses derniers préparatifs pour l'interdiction qui va suivre.

    Le 20 juillet 1999, la police commence à arrêter des adhérents qu’ils considèrent comme des organisateurs clés. Le 22 juillet 1999, un bombardement médiatique commence. Les ondes, les écrans de télévision et les colonnes des journaux se remplissent d’attaques du Falun Gong. Des camionnettes équipées de haut-parleurs sillonnent les rues et les campus, avertissant les gens que pratiquer Falun Gong est désormais illégal. Parmi les stipulations de l’interdiction, protester de l’interdiction est également interdit. (report)


    Octobre 1999
    Des adhérents de Falun Gong tiennent une conférence de presse secrète pour les médias étrangers à Pékin visant à dénoncer la persécution à laquelle ils font face. A la fin de la conférence, les participants sont arrêtés. Mme Dong Yan, l'une des adhérentes à avoir pris la parole à la conférence de presse a été plus tard torturée à mort en détention.

    Jiang fait voter une loi qui rétroactivement justifie l'interdiction du Falun Gong. (Rapport de Human Rights Watch report)


    Hiver 1999-2000
    Alors que les séries d’arrestation continuent et que les premiers rapports de décès suite à la torture en garde vue voient le jour, les Falun Gong à travers la chine se rendent à Pékin pour faire appel à leur gouvernement et demander l'aide de la communauté internationale en faisant la méditation ou en déployant des banderoles sur la place Tienanmen. Les banderoles énoncent souvent simplement "Falun Dafa hao (Falun Dafa est bon).

    Les médias internationaux saisissent à répétitions des images de la police assaillant des gens en méditation sur la place et les frappant à terre avant de les emmener (report)


    Janvier 2001
    Les médias gérés par l'état affirment que les pratiquants de Falun Gong se sont immolés sur la place Tienanmen pour protester. La soi disant auto-immolation devient la pièce maîtresse de la propagande contre le Falun Gong et est utilisé pour donner du crédit à une campagne devenue de plus en plus impopulaire.

    Bien que la plupart des médias étrangers se contentent de faire un copier coller des rapports du porte parole du Parti l'agence Xinhua et de la Télévision Centrale de Chine, l'incident de l'auto immolation apparait de plus en plus suspect, notamment parce que les enseignements du Falun Gong considèrent le suicide comme un péché. Les enquêtes menées par le Washington Post et d'autres, notamment l'analyse au ralenti de la propre vidéo du Parti, font un trou après l’autre dans la version de l'histoire du Parti et soulève des questions alarmantes. ((http://faluninfo.net/tiananmen/immolation.asp) ).


    Le 20 novembre 2001
    Un groupe de 35 pratiquants de Falun Gong de 12 pays différents se rassemble la place Tienanmen pour méditer sous une banderole avec les mots: "Authenticité, Compassion, Tolérance". –les principes du Falun Gong. Ils ont arrêtés et battus dans les minutes qui suivent. Des manifestations similaires par des pratiquants du Falun Gong étrangers se poursuivent les années suivantes. (report1 / report2)


    Le 5 mars 2002
    Les pratiquants de Falun Gong du nord-est de Changchun interceptent le réseau télévisé officiel chinois. Ils diffusent une vidéo de 45 minutes qui n'aurait aucune chance d'être vue autrement en Chine, montrant notamment comment Falun Gong est librement pratiqué à l'extérieur de la Chine et pourtant persécuté sur le continent chinois.(news)

    De rage, Jiang Zemin donne l'ordre à la police de "tirer pour tuer" sur les pratiquants de Falun Gong attrapés entrain d’afficher des matériaux d'information.

    Pendant plus de trois jours, la ville de Changchun se transforme en scène de chaos, 5 000 personnes étant arrêtés, le nombre de décès pendant cette période reste toujours inconnu (news).. Parmi ceux qui participent à la diffusion, plusieurs sont par la suite torturés en garde à vue, y compris M. Liu Chengjun, objet d'une action urgente d'Amnesty International (news). Des interceptions similaires des signaux de radiodiffusion continuent de façon sporadique dans toute la Chine les années suivantes.


    Novembre 2002
    Hu Jintao commence officiellement à remplacer Jiang, bien que Jiang et ses partisans profondément attachés à la persécution du Falun Gong - principalement Luo Gan, Zhou Yongkang, Jing Liu, Li Lanqing, et Zeng Qinghong – continuent à pousser la campagne.


    Juillet 2004
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong décédés suite à la persécution la plupart suite à la torture en garde à vue, atteint les 1 000. Des estimations évaluent le nombre actuel de morts à 10 000.


    Novembre 2004
    Les "Neuf commentaires sur le Parti communiste" une série d'éditoriaux sur le Parti publié outremer par The Epoch Time (www.ninecommentaries.com), commencent à circuler clandestinement à travers la Chine. Les touristes ramènent des copies de Hong Kong, d'autres les téléchargent d’Internet ou les reçoivent dans des mails.

    Les Neuf commentaires incluent un chapitre sur la persécution du Falun Gong, et déclenchent une vague de dénonciations et de retraits du Pari et de ses organisations affiliées à travers toute la Chine et la diaspora chinoise


    Décembre 2004
    L'éminent avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng de Pékin écrit au Congrès national du peuple à propos de la persécution du Falun Gong. Les mois qui suivent le cabinet de Gao est fermé, il est radié du barreau, traqué, placé en résidence surveillée et finalement détenu- en grande partie pour sa position ouverte sur la question sensible du Falun Gong et parce qu'il a démissionné du PCC. Le procureur Guo Guoting (report ) s'était déjà prononcé contre la persécution et avait été radié ()


    Juin 2005
    Le nombre de cas documentés de pratiquants du Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 2 500. (news).

    L'ancien diplomate chinois Chen Yonglin et l'ancien policier du bureau 610 Hao Fengjun désertent pour l’Australie en faisant sortir clandestinement des documents. Chen affirme qu'il y a 1000 espions chinois actifs, rien qu'en Australie. Hao dit qu'il a quitté la Chine après avoir assisté à la torture d'une adhérente du Falun Gong (report ).


    Mars 2006
    Une femme ayant travaillé dans un hôpital chinois et un journaliste chinois révèlent que les pratiquants du Falun Gong dans le nord-est de Sujiatun sont tués par milliers pour leurs organes. Alors que les éléments d’enquêtes s’accumulent dans les semaines qui suivent un médecin militaire chinois se présente et révèle que les atrocités ont lieu dans tout le pays (pour en savoir plus Organ Harvesting).).


    Juillet 2006
    L'ancien secrétaire d'Etat canadien David Kilgour et l'avocat international des droits de l'homme David Mathas publient un rapport avec des preuves, montrant que le prélèvement d'organes de pratiquants du Falun Gong en Chine semble plus répandu qu’on imaginait jusque là. ( http://organharvestinvestigation.net/)


    Mars 2007
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (news)Selon les estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.


    Mai 2008
    Le nombre de cas documentés de pratiquants de Falun Gong tués suite à la persécution dépasse les 3 000 (Voir news)Selon des estimations, le nombre de décès réel serait beaucoup plus élevé.

     

    Article original : http://faluninfo.net/print/225/

  • L’Exposition de Shanghai : prétexte pour persécuter le Falun Gong

    13



  • Le gavage forcé est utilisé par le Parti communiste chinois pour torturer et tuer

     

    Attention cet article contient des descriptions de tortures par gavage forcé sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. Certaines scènes peuvent être choquantes pour des lecteurs non avertis. Le Falun Gong est une méthode traditionnelle de Qigong persécutée en chine depuis 1999. Basée sur les principes Zhen Shan Ren (Vérité, Compassion, Tolérance) elle subit une répression d’une rare violence en Chine après l’ordre de Jiang Zemin de « les éradiquer ». Rappelant les heures sombres de notre histoire pendant la seconde  guerre mondiale, une résolution a été votée par le Sénat américain début mars 2010, (http://campsd-extermination-en-chine.20minutes-blogs.fr/archive/2010/03/17/usa-la-chambre-vote-contre-la-persecution-chinoise-de-falung.html) demandant de mettre fin immédiatement à cette persécution. Plus qu’un simple fait de société, la résistance pacifique et bienveillante du Falun Gong face aux tortures et aux campagnes de diffamation du parti communiste chinois, montre un exemple de courage et d’espoir sans précédent dans l’histoire de l'humanité.

    ---

    D’après un article de The Epoch Times

    Le gavage forcé est employé dans les prisons chinoises pour persécuter et torturer les pratiquants de Falun Gong, bien que souvent les autorités de prison déclarent que cela est fait pour des raisons humanitaires. Les persécuteurs alternent entre deux méthodes différentes de gavage. La torture endommage sévèrement le corps et mène souvent à la mort.


    1. Le gavage direct par la bouche : Les gardes attachent fermement les jambes et les bras du pratiquant à un lit et pressent alors sur le torse et la tête de la personne. Ils lui pincent alors fermement le nez de sorte que lui ou elle ne puisse pas respirer. Ils ouvrent alors la bouche avec un outil pointu en métal. Pendant le processus, les bouches de quelques pratiquants sont déchirées. Parfois, les dents tombent et la bouche est pleine de sang et de chair coupée. A ce moment, le garde verse des substances dans la bouche du pratiquant.


    2. Le gavage en utilisant un tube gastrique : Les gardes attachent fermement les jambes et les bras du pratiquant à un lit et appuient alors sur le torse et la tête de la personne. Afin de rendre le processus aussi suppliciant que possible, ils utilisent délibérément les tubes gastriques les plus épais, et souvent les tubes sont sales des gavages précédents.


    Le tube gastrique est forcé à travers la cavité nasale, le pharynx, le larynx et l'œsophage. L'insertion du tube est une technique qu'il est difficile de maîtriser. La pratique est très risquée parce qu'il est facile d'insérer accidentellement ou délibérément le tube dans la trachée, ce qui peut causer la mort par asphyxie ou endommager sévèrement les poumons.


    Ils utilisent également les tubes à répétition sans appliquer d'huile ou de poudre pour lubrifier l'entrée. Ils insèrent le tube dans une narine, le ressortent, et le passent alors dans l'autre narine. Ils tirent intentionnellement sur le tube pour induire une sérieuse douleur. La cavité nasale, l'œsophage et l'estomac du pratiquant sont endommagés, ce qui a pour conséquence une grave hémorragie, le vomissement et une mauvaise toux. Après les gavages, très souvent le lit dans lequel la torture a eu lieu est plein de taches de sang


    3. La suffocation : Dans certains cas dans lequel la bouche est ouverte et les narines sont pincées, une grande quantité de nourriture est versée dans la bouche du pratiquant. Les gardes maintiennent le nez fermé longtemps, ce qui cause une grave douleur et dans certains cas la mort.


    4. Le gavage peut facilement expulser le fluide dans la trachée, ce qui endommage les poumons et peut mener à des infections représentant un danger pour la vie.


    5. Les substances forcées par gavage sont souvent toxiques ou caustiques, comme un fluide extrêmement salé, de l'eau pimentée et des drogues qui endommagent le système nerveux.


    6. Afin de gaver les pratiquants pendant des périodes prolongées, ils sont attachés à des lits et les tubes gastriques ne sont pas retirés. Les bras et les jambes des pratiquants s'atrophient et des dommages nerveux s'installent. Les pratiquants deviennent alors paralysés. La malnutrition peut facilement causer une insuffisance des poumons et une infection des poumons pouvant induire la mort. C'est une cause de décès importante parmi les patients paralysés. La prison torture souvent les pratiquants en bonne santé jusqu'à ce qu'ils soient comateux en les attachant à des lits, ils ne leur permettent même pas de se retourner une seule fois, en les gavant avec des tubes et en leur insérant même des cathéters.


    7. Le gavage forcé à long terme au lieu de nourrir peut facilement causer un désordre potentiellement mortel d'électrolyte.


    Les personnes suivantes ne sont que quelques uns des pratiquants de Falun Gong qui ont été tués par gavage :


    M. Gao Xianmin, 41 ans, était professeur à l'université Jinan de la ville de Guangzhou. En janvier 2000, il a été tué en étant gavé d'eau salée fortement concentrée par la police au centre de détention de région de Tianhe, ville de Guangzhou. Ses membres de famille ont été informés de sa mort le 18 janvier 2000.


    M. Liu Xuguo, 29 ans, était ingénieur à l'usine d'engrais de la ville de Zoucheng, province de Shandong. Le 10 février 2000, il a été tué quand un tube de gavage a été inséré dans sa trachée, causant des blessures mortelles.


    Mme Mei Yulan, 44 ans, était une pratiquante de Pékin. Le 23 mai 2000, elle a été tuée après avoir été gavé d'eau salée concentrée mélangée à du lait de soja.


    Mme Zhao Dongmei, 28 ans, était de la ville de Linfen, province de Shanxi. Le 27 décembre 2000, elle a été tuée par gavage au centre de détention de la ville de Linfen quand des substances ont été forcées dans sa trachée.


    Sun Guilan, 46 ans, était de la ville de Baoji, province de Shanxi. Le 9 octobre 2001, elle a été tuée par un gavage à l'hôpital militaire numéro 60 de la ville de Baoji quand un tube a été inséré dans sa trachée.


    Mme Liu Xiaoling, 37ans, était de la ville de Zhaodong, province de Heilongjiang. Elle a été tuée par gavage au centre de détention de la ville de Zhaodong.


    M. Wu Baowang, 36 ans, était de la ville de Shuangcheng, province de Heilongjiang. Le 17 mai 2002, il a perdu connaissance après avoir été gavé d'eau fortement salée par le personnel du centre de détention de Shuangcheng. Il est mort plus tard ce jour là.


    Mme Liu Guiying, 43 ans, vivait dans la ville de Mishan, province de Heilongjiang. Le 24 octobre 2002, elle a été tuée par un gavage effectué au centre de détention de la ville de Mishan.


    M. Li Huiwen, 32 ans, était médecin au bureau minéral de Yangquan, province de Shanxi. Le 26 février 2003, il a été tué par gavage au camp de travail forcé de Xindian de la ville de Taiyuan.


    M. Tan Chengqiang, 43 ans, vivait dans la ville de Shuangcheng, province de Heilongjiang. Le 19 juillet 2003, il a été gavé par le personnel au centre de détention numéro 2 de la ville de Shuangcheng et il est mort de blessures aux poumons.


    Mme Li Weihong était de Shanghai. À la fin 2000, elle a été gavée d'eau pimentée par la police de la ville de Wenzhou, province de Zhejiang. Elle se tordait sur le plancher dans d’ atroces douleurs. Son oesophage, son foie, ses intestins et son estomac étaient tous sévèrement endommagés. Elle a été condamnée à une peine d'un an d'emprisonnement, mais elle a été libérée sous caution pour un traitement médical. Elle a été envoyée à l'hôpital central de région Jingan de Shanghai. Le docteur a constaté de graves dommages d’organes. Le 19 avril 2003, Li Weihong est décédée.


    M. Chen Naifa, un pratiquant de Falun Gong d'environ 40 ans, était de la ville de Wenzhou, province de Zhejiang. Il a été emprisonné dans la prison numéro 4 de la province de Zhejiang. La police de la prison a ouvert sa gorge par incision pour le gaver. Il est mort le 11 avril 2004.


    M. Sun Xiaojun, 32 ans, était de la ville de Fuyang province de Zhejiang. Il était déjà à l’article de la mort suite à sa torture par gavage dans la prison numéro 4 de la province de Zhejiang. Le 30 juin 2009, après qu'il soit retourné chez lui, il ne pouvait plus rien manger. Il vomissait même l'eau qu'il buvait. Il était incontinent, et avait des convulsions continuelles. Il est mort vers 23H00 le 15 juillet 2009.


    D'après les données qui ont été confirmées, au moins 358 pratiquants de Falun Gong en Chine ont été tués par gavage forcé. On pense que le chiffre réel est beaucoup plus élevé.

     

    Tiré de Clartés et Sagesses : http://www.vraiesagesse.net/news/1003/21/E115427_20100318_fr.html

     

  • Le rapport 2009 du Département d'État des Etats-Unis : Le bilan de droits de l'homme de la chine reste médiocre et a empiré dans certaines régions

    Le 11 mars 2010, le Département d'État des États Unis a publié son Rapport de droits de l'homme 2009. On peut y lire : "Le bilan de droits de l'homme du gouvernement [chinois] reste médiocre et a empiré dans certaines régions ...La détention et le harcèlement des activistes des droits de l'homme ont augmenté, et les avocats d'intérêt public et les avocats et les cabinets d'avocats qui ont accepté des cas estimés sensibles par le gouvernement font face au harcèlement, à la radiation et à la fermeture. De plus, le gouvernement a limité la liberté de parole et contrôlé l'Internet et l'accès à Internet."


    Le rapport indiquait que le régime continuait à persécuter Falun Gong :


    "Dans le passé, la simple croyance en la discipline (même sans aucune pratique publique de ses principes) suffisait quelquefois pour que les pratiquants reçoivent des punitions allant de la perte d'emploi à l'emprisonnement. Les sources du Falun Gong ont estimé que depuis 1999 au moins 6000 pratiquants de Falun Gong avaient été condamnés à prison, plus de 10 000 pratiquants à la Rééducation par le travail (RPT) et que presque 3000 étaient décédés suite à la torture en détention. Des observateurs étrangers ont estimé que les adhérents du Falun Gong constituaient au moins la moitié des 250 000 détenus officiellement enregistrés dans les camps de RPT, tandis que les sources du Falun Gong outremer plaçaient le nombre encore plus haut."
    ...

    "La police a continué à détenir d'actuels et anciens pratiquants de Falun Gong et utiliser la possession de matériaux du Falun Gong comme prétexte pour arrêter des activistes politiques. Le gouvernement a continué son utilisation de tactiques à haute pression et de sessions obligatoires d'étude anti-Falun Gong pour forcer les pratiquants à renoncer au Falun Gong. Même les pratiquants qui n'avaient pas protesté ni fait d'autres démonstrations publiques de leur croyance ont été rapporte-t-on forcés à assister à des classes anti-Falun Gong ou directement envoyés dans des camps de RPT. Ces tactiques ont résulté en de grands nombre de pratiquants signant des déclarations renonçant au mouvement."

    ...
    "Selon le China News Weekly, le pays a 22 institutions "ankang" (hôpitaux psychiatriques de haute sécurité pour les criminellement déments) directement administrés par le Ministère de la Sécurité publique (MPS). Des activistes politiques, des croyants religieux clandestins, des personnes ayant pétitionné à répétition le gouvernement, des membres du Parti démocratique chinois interdit (CDP), et des adhérents du Falun Gong étaient parmi ceux enfermés dans ces institutions pour patients mentalement malades. Les réglements pour condamner une personne à une institution ankang n'étaient pas claires, et les détenus n'avaient aucun mécanisme permettant d'objecter à la détermination de maladies mentales par les fonctionnaires de la sécurité publique. Les patients dans ces hôpitaux ont reçu des médicaments contre leur volonté et été soumis de force à des traitements par chocs électriques. Des activistes condamnés à la détention administrative ont également rapporté qu'ils étaient ligotés à des lits ou d'autres instruments de torture pendant des jours d'affilée, battus, soumis à des injections forcées ou à l'absorption de médicaments, et privés de nourriture et de l'usage des toilettes."


    Le rapport listait aussi plusieurs cas de persécution individuels.


    "Durant la période de la compilation du rapport aucune information n'a été disponible concernant le décès du pratiquant de Falun Gong Yu Zhou, qui a été arrêté à Pékin en janvier 2008 et est décédé en février 2008."
    ...

    "Le 1er février, Zhu Lijin a été arrêtée pour avoir distribué des imprimés du Falun Gong. Elle a été condamnée à 15 mois en camp de RPT sans procès. Les autorités ont recouru à des centres de rééducation spéciaux pour prolonger la détention des pratiquants de Falun Gong qui avaient purgé des peines dans les RPT."


    Le rapport rendait compte également de plusieurs avocats ayant été persécutés pour avoir défendu le Falun Gong :


    "Le 4 février, les autorités ont détenu l'avocat des droits de l'homme Gao Zhisheng, qui avait représenté des chrétiens chinois et des pratiquants de Falun Gong. A la fin de l'année sa situation demeurait non confirmée, bien que selon des rapports d'ONG, en août, il avait rapportait-t-on été vu dans sa ville natale sous lourde escorte policière. Avant son arrestation Gao a publié une lettre détaillant sa torture durant une période antérieure de détention.


    En avril, l'avocat de Pékin Cheng Hai a été attaqué et battu alors qu'il était en chemin pour aller rencontrer un client du Falun Gong à Chengdu. D'après Cheng, ceux responsables pour l'attaque étaient des fonctionnaires du Bureau général de gestion de Jinyang, district de Wuhou, à Chengdu. En mai des agents de police de Chongqing ont arrêté et battu les avocats Zhang Kai et Li Chunfu lorsqu'ils ont interviewé la famille d'un pratiquant de Falun Gong supposé être mort en garde à vue."

    Source http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2009/eap/135989.html

  • Dix ans d'une vie vécue dans la peur

    Ces dix dernières années, le Parti communiste chinois a persécuté Mme Yang Jine pour sa seule croyance. La police a pillé son domicile six fois et l’a constamment harcelée. Elle a du vivre cinq mois loin de chez elle. Ils ont également forcé sa famille à leur verser 9 500 yuans . Son enfant tremble chaque fois qu’il croise un policier ou une voiture de police et craint de rentrer à la maison de peur d'une descente de police.


    Mme Yang, âgée de 49 ans vit dans l’agglomération de Datai dans le canton de Fuping, province de Hebei. Elle souffrait de nombreuses maladies, dont une maladie de cœur, d’hépatite, d’engourdissement du côté gauche de son corps et d'une douleur au bas du dos. Elle devait suivre un traitement médical à long terme. Après avoir commencé la pratique du Falun Gong en février 1998, ses maladies ont disparues. Elle a fait l'expérience du pouvoir de guérison miraculeux du Falun Gong et a vécu désormais sa vie en accord avec les principes de Vérité, Compassion et Tolérance.

    Début de la persécution
    Au printemps 2002, Mme Yang et une pratiquante du même village sont allées dans le canton de Laiyuan pour distribuer des dépliants et ont été dénoncées à la police. Plus tard la police s’est rendue dans l’agglomération de Datai, a arrêté l’autre pratiquante et l‘a envoyée dans le camp de travail de Baoding pour trois ans.


    Le lendemain, le policier Luo du canton Laiyuan et le policier Ma Baoding du canton de Fuping se ont rendus à la maison de Yang Jin et ont essayé de l’arrêter. Elle ne se trouvait pas chez elle, aussi ils se son rendus à l’usine de béton de Jinlongdong où son mari travaille et l’ont forcé à les amener chez lui. Ils ont mis la maison sens dessus dessous mais n’ont rien trouvé qui soit lié au Falun Gong, ils sont donc repartis après avoir menacé son mari.


    Cinq jours plus tard, les policiers Luo et Ma Baoding avec des policiers de leurs cantons se sont de nouveau rendus chez Mme Yang quelques minutes après 17h00. D’abord ils ont entouré la maison, puis plusieurs policiers sont montés sur le toit, ont enlevé quelques tuiles, fait un trou et jeté un regard dans la maison. Puis ils y sont entrés en force. Ils n’ont rien trouvé de ce qu’ils cherchaient, ils ont alors menacé le mari, le fils et la grand-mère.


    Pendant la troisième incursion dans la maison, seul le fils s’y trouvait. N’ayant pas trouvé Mme Yang ils lui ont crié dessus et sont partis.
    Lors de la quatrième intrusion, son mari était à la maison. La police lui a donné un ultimatum : soit livrer son épouse ou vivre avec le harcèlement continu de la police.

    L’été 2002, Mme Yang a subi un accident traumatisant. Elle manipulait un poteau métallique sur son toit quand elle a accidentellement heurté une ligne électrique qui se trouvait au dessus de la maison. Elle a été aspirée dans l’air et s’est écrasée au sol. Du sang a jailli de son nez, sa bouche et ses oreilles. Sa famille l’a emmenée rapidement aux urgences. Le médecin a fait une radio et a dit : « Elle a une fracture de la mâchoire. Je dois faire une incision et maintenir les os brisés avec des plaques d’acier. Il me faut un dépôt de 8 000 yuans pour ce faire. » Quand Yang Jine a repris connaissance, elle a retiré le tube d’intraveineuse et a insisté pour rentrer chez elle.


    Sa famille l’a ramenée chez elle et elle n’a plus reçu de traitement médial. Miraculeusement, sa mâchoire s’est rétablie en 20 jours, sans garder aucune cicatrice. Alors qu’elle était en convalescence, la police du canton de Laiyuan a de nouveau essayé de l’arrêter. Quand ils ont interrogé les résidents d’un village voisin sur l’endroit où elle se trouvait, les villageois ont répondu : « Pourquoi l’embêtez-vous tout le temps ? Ne savez vous pas qu’elle est dans un très mauvais état ? En tout cas elle n’a jamais rien fait d’illégal. » La police est alors partie.


    Plus tard, la police a dit à son époux d’aller au poste de police du canton de Laiyuan et réclamé 5 000 yuans en échange de la fin du harcèlement. Son mari a dit : " Mon épouse n’a rien fait pour mériter cela. Vous avez créé un chaos constant dans notre vie et aujourd’hui vous demandez encore plus d’argent. Je n’ai pas cet argent. Si vous insistez je vous l'amènerai. " La police les a alors laissés tranquille pour une courte période de temps.

    Cinq mois de vie loin de chez soi
    Une autre série de persécution a commencé en novembre 2005. La police a mené des recherches approfondies sur les pratiquants de Falun Gong dans le canton, en portant une grande photo d'elle dans l’espoir que les gens allez la dénoncer.


    Li Yanjun du poste de police de Datai et d’autres policiers du département de police du canton de Fuping et du gouvernement du canton de Datai se sont rendus de nouveau dans la maison de Mme Yang le 16 novembre 2005. Elle ne se trouvait pas chez elle, alors ils ont confisqué des livres et du matériel du Falun Gong. Huit policiers, dont Li Yanjun et des policiers du département de police du canton, se sont introduits de nouveau chez elle quelques jours plus tard. Personne ne se trouvait à la maison, aussi ils sont allés au collège et ont arrêté son fils. Puis ils ont pillé leur maison. La façon brutale dont ils ont traité l’adolescent lui a laissé des séquelles psychologiques. Il tremble de façon incontrôlable chaque fois qu’il voit un policier ou une voiture de police.


    La police a continué à harceler la famille et a demandé à son époux de la livrer. La famille vivait dans une peur constante. Mme Yang a quitté le domicile pour éviter la police et a vécu loin de chez elle pendant cinq mois. La police a quand même harcelé la famille pendant ces cinq mois. Une fois ils sont allés chez elle deux fois le même jour. Ils ont extorqué 9 500 yuans à sa famille.
    Des fonctionnaires du Bureau TV et de diffusion du canton de Fuping et Han Leimei, un fonctionnaire du gouvernement de l’agglomération du Datai se sont rendus chez Mme Yang le 25 septembre 2007 et ont détruit l’antenne parabolique qui se trouvait sur le toit. Ils ont dit qu’ils auraient pris la télévision et le lecteur de VCD si quelqu’un s'était trouvé dans la maison.


    La police et les fonctionnaires du PCC l’ont harcelée ainsi que sa famille quatre fois juste avant les Jeux olympiques de 2008. Une fois, les policiers Yang Shujun, Han Meilei du gouvernement de l’agglomération et le policier Liu Zhihai du poste de police du gouvernement de l’agglomération de Datai l’ont forcée à remettre sa pièce d’identité. Han Leimei a levé le poing et amenacé de l’arrêter si elle refusait de remettre sa pièce d’identité. Une autre fois, le fonctionnaire Zhang Guoli du gouvernement de l’agglomération de Datai et trois policiers du poste de police se sont rendus à son domicile pour la prendre en photo et ils l’ont de nouveau menacée.

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/201001/49130.html

  • Un fonctionnaire chinois de la propagande quitte publiquement le Parti communiste chinois (PCC) et dénonce la persécution du Falun Gong par le PCC

    L'après-midi du 1er janvier 2010, Zhang Kaichen, Directeur de la Branche de liaison du département de la propagande, du Comité du Parti communiste chinois (PCC) a tenu une conférence de presse à Flushing, New York, et démissionné publiquement du PCC.

    2010-01-04-2010-1-2-zhangkaichen.jpg

    Zhang Kaichen (à gauche), Directeur de la Branche de liaison du département de la propagande, comité du parti communiste de Shenyang accepte un certificat marquant sa démission du PCC

    La propagation de mensonges a précédé la persécution de Falun Gong

    En tant que fonctionnaire au département de la propagande du PCC, Zhang Kaichen connaît bien les méthodes du Parti dans la persécution de Falun Gong. M. Zhang a déclaré : "Le régime du PCC dépend de deux moyens : les mensonges et la violence. Il prête donc une attention toute spéciale à la propagande. En particulier lorsque Jiang Zemin a voulu persécuter Falun Gong, tous les médias, y compris les principaux médias d'outre-mer en faveur du PCC, ont lancé immédiatement une campagne de propagande à grande échelle. Le PCC a utilisé la propagande pour diffamer Falun Gong et monter un coup contre lui, bien qu'ils n'avaient rien à voir avec quoi que ce soit de mauvais. Le but était d'inciter à la haine envers Falun Gong."

    Zhang Kaichen a dit qu'il avait été initialement confondu par la propagande, et avait eu des préjudices envers Falun Gong. "La chose qui m'a choqué était le fait que le PCC ait mis en scène l'incident d'auto-immolation. J'allais visiter la Place Tiananmen chaque année et jamais je n'avais vu des policiers aller et venir en portant des extincteurs. La victime de l'incident, Wang Jindong, avait une bouteille de plastique intacte entre les jambes après le feu. La fillette dans l'incident a pu parler même après une trachéotomie. Toutes ces choses suggèrent que l'incident entier était une manipulation du PCC pour en inculper Falun Gong." *

    "Persécution" et "Torture" ces mots ne suffisent pas à décrire la gravité de la persécution

    M. Zhang a dit : "Persécution et torture" sont de faibles mots pour décrire le degré de sévérité de la persécution [de Falun Gong] par le PCC. Le PCC veut éliminer Falun Gong. Il bat, maltraite, et torture les pratiquants de Falun Gong physiquement pour les forcer non seulement à renoncer à leur croyance, mais pour les faire succomber et détruire leur esprit."

    D'après M. Zhang, le Parti communiste chinois est pire que les Nazis?. "Les Nazis ont perpétré ouvertement le génocide des juifs, mais le PCC tente d'éliminer Falun Gong en secret. Après une propagande initiale omniprésente diffamant Falun Gong, il semble à présent ne plus en parler. Mais la persécution est plus grave qu'avant. Comme l'a dit JIang Zemin, les pratiquants de Falun Gong qui sont battus à mort sont considéré comme ayant commis le suicide. " M. Zhang a poursuivi : "Mais le PCC a totalement échoué. Falun Gong s'est propagé dans plus d'une centaine de pays. En Chine, on trouve partout les matériaux d'information de Falun Gong que les pratiquants distribuent, y compris dans les couloirs et aux portes des appartements. Comment Falun Gong pourrait-il être vaincu."

    M. Zhang a dit : "Les pratiquants de Falun Gong ne font que pratiquer pour obtenir une meilleure santé. Mais le PCC les persécute brutalement. Quiconque laisse faire une telle cruauté, sa moralité est tout simplement trop inférieure. Comment considérer Falun Gong, c'est une question morale. Les malfaiteurs seront traduits en justice"

    Version chinoise disponible à :
    http://www.minghui.org/mh/articles/2010/1/2/215581.html

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/201001/49055.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu