Avertir le modérateur

persécution du falun gong

  • Un média chinois annonce le procès de Bo Xilai

    Selon l'article, Bo Xilai a été transféré aux instances juridiques, mais la date du procès n'a pas été précisée. Beaucoup pensent cependant que cela arrivera avant le prochain Congrès national du peuple en mars prochain, période à laquelle Hu jintao et Wen Jiabao quitteront définitivement leurs fonctions au sein du parti. Le média chinois mentionne les graves violations commises par Bo Xilai, sans faire le détail des offenses commises. En septembre dernier, l'agence de presse Xinhua annonçait qu'il était détenu après avoir été accusé de corruption, d'abus de pouvoir, de relations sexuelles inconvenantes et de népotisme.

    Bo Xilai pourrait aussi être poursuivi pour son implication dans le meurtre de l'homme d'affaires britannique Neil Heywood, pour lequel son épouse Gu Kailai a été condamnée. En-dehors de ces accusations officielles, Bo Xilai est identifié comme l'un des principaux acteurs de la persécution du régime chinois envers le Falun Gong, une répression lancée en 1999 par Jiang Zemin, ancien dirigeant chinois et allié politique de Bo Xilai.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=MhAply872xg&list=UUIWw8PPP5OPNkDCLBrG9zVA&index=15
     

  • La lutte pour le pouvoir à Pékin annonce la fin du Parti communiste chinois

    lutte de pouvoir à Pékin, parti communiste chinois, Censure, Chine, Bo Xilai, persecution du Falun Gong

    La persécution du Falun Gong tire à sa fin, établissant la fondation d’une Chine stable

    Lorsque l’ancien chef de police de Chongqing, Wang Lijun, s’est réfugié au Consulat américain de Chengdu, le 6 février, parce qu’il craignait pour sa vie, poursuivi par le chef du Parti communiste de Chongqing, Bo Xilai, avec 70 voitures de police et des véhicules blindés, le premier signe d’une lutte de pouvoir aux plus hauts niveaux du Parti communiste chinois (PCC) est apparu.

    Depuis cet évènement, le monde a eu un aperçu de la manière dont les dirigeants du PCC opèrent derrière les portes closes. Le monde a aussi eu la possibilité de comprendre comment l’imposant et puissant organe du PCC appelé le «Commission des affaires politiques et législatives» (CAPL) a violé les lois qu’il était chargé d’appliquer.

    En même temps, les luttes intestines derrière les hauts murs rouges de Zhongnanhai, l’enceinte de la direction du PCC, ont attiré l’attention sur le chapitre le plus sombre de l’histoire de la Chine actuelle : la persécution du Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa. Il apparaît désormais que cette persécution est au cœur du problème qui se cache derrière les luttes qui rongent le sommet du PCC.

    Fonctionnement illégal
    Le 20 juillet 1999, celui qui était à l’époque le chef suprême du PCC, Jiang Zemin, a lancé la persécution du Falun Dafa. Après cette date, il lui a été difficile de porter seul la responsabilité de cette persécution impopulaire et considérée comme absurde parmi les autres dirigeants du PCC. Plutôt que de changer de cap, Jiang a choisi de continuer à intensifier la persécution en donnant de plus en plus de pouvoir au CAPL.

    Avant Jiang, le CAPL s’occupait principalement des renseignements intérieurs, de la sécurité publique, de la sécurité des dirigeants du PCC, de la rééducation par le travail ainsi que d’autres systèmes judiciaires et de l’application de la loi.

    Sous le règne de Jiang, les pouvoirs du CAPL ont été énormément amplifiés. Le secrétaire du CAPL a été promu au rang de membre du Comité permanent du Politburo, comité de neuf hommes à la tête du PCC, et on lui a donné l’autorité d’utiliser les ressources de la Cour suprême, du Parquet suprême (organe suprême de contrôle du pouvoir judiciaire en Chine, surveille les autres organismes d'État et les fonctionnaires), du ministère de la Sécurité publique, du ministère de la Sécurité d’État, du ministère de la Justice, de la police armée ainsi que d’autres agences à différents niveaux.

    En même temps, le CAPL a développé la Police armée du peuple chinois, lui donnant la capacité d’affronter les militaires. Comme le commentateur de The Epoch Times Wang Hua l’a expliqué : le CAPL est devenu le deuxième centre du pouvoir du PCC.

    Lorsque l’ancien secrétaire du PLAC, Qiao Shi, était en poste, il lui est arrivé d’utiliser la police armée une seule fois sur une période de 10 ans, et elle dépendait du service de police à l’époque.

    Quand l’homme de confiance de Jiang Zemin, Zhou Yongkang, l’a remplacé, il a utilisé la police armée 15 fois l’an, et la force des actions entreprises par la police armée a pris de plus en plus d’importance. Des démolitions forcées des maisons habitées aux vérifications de sécurité lors de réunions, la police armée en est venue à être utilisée fréquemment. Comme le pouvoir du CAPL devenait de plus en plus grand, l’organe s’est permis d’agir totalement au mépris de la loi.

    Jiang Zemin avait peur que ses crimes concernant la persécution du Falun Dafa puissent être punis un jour, c’est pourquoi il ne pouvait faire confiance qu’à ceux qui partageaient sa culpabilité. Il savait que les fonctionnaires qui exécutaient sa persécution ne pourraient jamais le dénoncer sans se condamner eux-mêmes par la même occasion.

    Les règles et les politiques étaient ignorées, et Jiang a, de son propre chef, mis en poste ses hommes de confiance et ses complices aux plus hauts niveaux du Parti. De cette façon, ils pouvaient contrôler directement tout le système légal et maintenir la persécution.

    Au sujet des pratiquants de Falun Dafa, Jiang a donné les ordres de «les diffamer, de les acculer à la faillite et de les détruire physiquement». L’ampleur et l’intensité de la persécution, la quantité de ressources utilisées, la sévérité, la cruauté des méthodes dont ils se sont servis – tout cela était sans précédent.

    Pourtant la seule façon pour Jiang de faire progresser son irrationnelle campagne était de tromper l’opinion publique. Utilisant la capacité du PCC à contrôler toute l’information et à envahir la société avec de la propagande, Jiang a fabriqué de l’information diffamant le Falun Dafa. Deux leurres ont joué ce rôle en particulier : le «1400 cas» et la fausse auto-immolation de la place Tiananmen.

    Propagande
    La machine de propagande du PCC prétendait que le Falun Dafa était la cause de la mort de 1400 personnes décédées par suicide, homicide, alcoolisme, usage de la drogue, refus de soins médicaux, maladies mentales et ainsi de suite. Cette fausse information a été utilisée comme tactique pour introduire la persécution afin que les Chinois s’opposent à cette pratique traditionnelle et pacifique.

    Lire la suite de l'article sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Opinion/La-lutte-pour-le-pouvoir-a-Pekin-annonce-la-fin-du-Parti-communiste-chinois.html

  • Persécution du Falun Gong: plus de victimes en 2011

    Falun Gong en chine, persécution du Falun Gong, parti communiste chinois, tortures, mauvais traitements, Chine,traitements psychologiques, génocide ,  En 2011, la persécution des pratiquants du Falun Gong menée par le parti communiste chinois a continué de faire des victimes. Des groupes de défense des droits de l'homme ont recensé des dizaines de morts dans tout le pays, suite à la torture et aux mauvais traitements.

    De nombreux pratiquants de Falun Gong sont morts au cours de détentions illégales, le plus souvent dans des centres de lavage de cerveau. Les auteurs de ces crimes utilisent des méthodes brutales pour forcer les pratiquants à renoncer à leur croyance.

    Un homme de la province du Shandong est mort en moins d’un mois après avoir été détenu dans le centre de lavage de cerveau de la mine d’or de Lingnan. D’après le site web Clearwisdom.net qui publie les détails de la persécution, Zhang Guihao, âgé de 48 ans, a été gravement torturé entre le 11 et le 30 novembre2011, date de son décès.

    En plus des tortures physiques, les mauvais traitements psychologiques sont aussi fréquents. Dans la province du Hubei, Guo Min, âgée de 38 ans, a passé 8 ans dans cet institut psychiatrique, parce qu’elle ne voulait pas renoncer à ses croyances. Elle est morte en juin 2011 après avoir été forcée à prendre des substances psychiatriques pendant des années.

    Selon le Professeur Wang Zhiyuan, de la Coalition d'Investigation sur la Persécution du Falun Gong, la persécution du régime est un génocide.

    Wang Zhiyuana déclaré: «Les preuves que nous avons rassemblées montrent que les crimes du parti communiste chinois contre le Falun Gong incluent le génocide et la torture. Ce sont des crimes contre l’humanité. Nous allons comme toujours enquêter à fond sur toutes les organisations et les individus impliqués dans cette persécution, où qu'ils se trouventet nous prendrons le temps de les conduire devant la justice».

    Le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa, enseigne les principes d’Authenticité, de Bienveillance et de  Tolérance. Cette méthode inclut cinq exercices dont deux de méditation. Cette pratique est devenue très populaire dans toute la Chine dans les années 90 grâce à ses effets bénéfiques sur la santé. Le 20 juillet 1999, le parti communiste chinois, conduit par Jiang Zemin, a déclenché une campagne brutale d’éradication du Falun Gong.

    Le Centre d’information du Falun Dafa a documenté plus de 3.400 morts confirmées suite à la persécution et plus de 55 morts en 2011. Selon le CIFD, des centaines de milliers de pratiquants seraient toujours illégalement détenus.

    Tiré de:

    La Grande Epoque, Epoch Times France, média français, presse , actualité Chine, Chine

  • Nouvelles au plus proche de la persécution en Chine

    rapport persécution en Chine, CHine, persécution du Falun Gong, nouvelles sur les persécutions en Chine, carte des persécutions en Chine, carte Chine, droits de l'homme en Chine Chine

    Les nouvelles de persécution en provenance de Chine aujourd'hui incluent des incidents de persécution ayant eu lieu dans 15 agglomérations ou cantons dans 9 provinces. Dans ce bulletin, 13 pratiquants ont subi des mauvais traitements durant leur détention et au moins 17 pratiquants ont été illégalement arrêtés.

    1. [agglomération de Yushu, province du Jilin] M. Yang Zhanjiu et Mme Zhang Chunli arrêtés

    M. Yang Zhanjiu et Mme Zhang Chunli ont été arrêtés à la maison le matin du 27 septembre 2011. La police a pris leurs imprimantes, ordinateurs de bureau, ordinateurs portables et d'autres biens personnels. M. Yang a été relâché à 16 heures le même jour mais Mme Zhang est toujours détenue.

    Auparavant, M. Yang a été détenu au Centre de détention de Yushu pendant l'automne 1999 et a été condamné à un an dans un camp de travaux forcés à l'automne 2000. Il a été de nouveau arrêté pendant l'été 2002 et condamné à sept ans d'emprisonnement. En 2009, il a été relâché et est retourné chez lui. Cependant, la police de la Division de sécurité publique de Yushu l'a arrêté le 5 mars 2010 et ne l'a pas relâché avant plusieurs jours.

    La femme de M. Yang, Mme Li Shuhua, est morte en résultat des sévères abus physiques et mauvais traitements au Centre de détention de Yushu en octobre 2003. Sa belle-mère, Mme Cui Zhanyun, a été arrêtée de nombreuse fois.

    Fan Hongkai, Division de sécurité publique: +86-431-83618238, +86-15904409088
    Yan Chongjie: +86-13364511552
    Li Xiao: +86-15904408883


    2. [agglomération de Jiaohe, province du Jilin] M. Liu Zhaofu arrêté : on ne sait toujours pas où il se trouve

    M. Liu Zhaofu a été arrêté à son logement de location au Palais culturel de Jiangji dans le district de Longtan, agglomération de Jilin le 22 septembre 2011. On ne sait pas où il se trouve actuellement.


    3. [province du Hunan] M. Yang Shiyi de nouveau arrêté

    M. Yang Shiyi a été libéré le 9 mars 2011 après avoir été détenu à la Prison de Wangling dans la province de Hunan pendant huit ans. Cependant, la Division de sécurité publique l'a de nouveau arrêté l'après-midi du 26 septembre et a saccagé son domicile.


    4. [agglomération de Wuhan, province du Hubei] Mme Li Shuzhen et M. Leng Yongrong arrêtés à domicile

    M. Leng Yongrong et Mme Li Shuzhen ont été arrêtés au domicile de Mme Li par la police du commissariat rue Minyi l'après-midi du 22 septembre 2011. Ils sont actuellement détenus au Centre de lavage de cerveau de Erdaopeng.


    5. [agglomération de Huainan, province d'Anhui] M. Guo Guanghua arrêté dans la rue

    M. Guo Guanghua a été arrêté dans la rue le 20 septembre 2011 et envoyé dans un camp de travaux forcés.

    Lire l'ensemble des 20 rapports de persécution en CHine du Falun Gong pour le mois de septembre:http://fr.clearharmony.net/articles/201110/58212.html

  • La persécution du Falun Gong est illégale selon la législation chinoise

    2010-07-23-fr100720-paris-protest1.jpgEn juillet 1999, le parti communiste chinois a annoncé via les média contrôlés par l'état que Falun Gong était une ''organisation illégale'', lançant une persécution inégalée à l'encontre de 100 millions de ses citoyens les plus remarquables. Les laquais du PCC ont arrêté, humilié, harcelé et torturé les pratiquants de Falun Gong sans aucun processus légal ni leur accorder le droit à se défendre eux-mêmes par voie légale. Mais ils ne se sont pas arrêtés à ces atrocités, et ont assassiné au moins 3.292 pratiquants qui refusaient de renoncer à leur croyance. Le PCC a commis des crimes immenses, déclarant imperturbablement agir ''comme stipulé par la loi''. Après recherche et étude des lois chinoises, aucune loi semblable n'a été promulguée ni avant ni pendant les dix ans depuis le début de la persécution.


    1. La persécution a commencé avant l'annonce officielle
    La persécution du Falun Gong par le PCC a débuté le 20 juillet 1999. Mais les annonces du régime du PCC de ''Bannir l'organisation du Falun Gong'' et ''Interdire tout appel'', par le Ministère des Affaires Civile et le Ministère de la Sécurité Publique, n'ont pas été publiées avant le 22 juillet, deux jours plus tard. Ces annonces ne sont elles-mêmes pas légales, car le Ministère des Affaires Civiles et le Ministère de la Sécurité Publique ne sont pas des institutions légalement désignées pour faire de telles annonces selon la Constitution chinoise.

    2. Les ordres changent de direction
    Sans s'appuyer sur un précédent légal ou une loi établie, le régime du PCC a commencé sa persécution systématique, et l'atmosphère politique a pris des allures de Révolution Culturelle. Mais malgré tous les efforts mis dans la destruction de Falun Gong, en utilisant toutes les ressources du pays, malgré les déclarations de l'ancien dirigeant Jiang Zemin ''d'éliminer Falun Gong en trois mois'', rien de la sorte n'a été accompli. Ainsi, le 30 octobre 1999, le Comité siégeant du PCC au Congrès National du Peuple a publié une ''Décision d'interdire les cultes pervers, et de se protéger et de punir les activités des cultes pervers''.

    Cette ''Décision'' a été rendue publique cinq jours après que Jiang Zemin ait diffamé Falun Gong et l'ait qualifié de ''culte pervers'' dans un entretien écrit avec le journal français Le Figaro le 25 octobre 1999, dans une tentative de faire de la persécution de Falun Gong une affaire publique. Selon l'idée de Jiang, et non selon la loi, le régime du PCC a changé la directive de la persécution du Falun Gong d' ''interdire une organisation illégale'' en ''punir un culte pervers''. Cette décision est devenue la ''base légale'' pour commettre d'horribles crimes contre les pratiquants de Falun Gong, en déclarant que c'était agir ''selon la loi''. S'il s'agissait de la soit-disant ''loi'', les actions d'éliminer Falun Gong trois mois plus tôt étaient illégales. Mais lorsqu'on se penche sur la signification de ''culte pervers'' publié comme partie de la décision, on ne peut trouver aucune mention du Falun Gong.

    En examinant systématiquement la ''Décision'', on peut voir qu'en plus de slogans politiques tels que ''maintenir la stabilité sociale'', elle dénonce les activités criminelles, incluant des incidents tels qu' ''organiser des rassemblements de masse pour perturber l'ordre social, duper autrui, causer la mort, violer des femmes, escroquer financièrement de l'argent et des biens, ou commettre d'autres crimes causés par la superstition et l'hérésie''. Les crimes listés dans la ''Décision'' et les punitions associées faisaient déjà partie de la loi criminelle chinoise, en application depuis longtemps. Il n'y avait aucun besoin d'une nouvelle ''Décision'' du corps législatif. En fait, la ''Décision'' a été rédigée pour donner crédit à la répression et à la persécution de Falun Gong. Mais du point de vue de la loi, la ''Décision'' n'a rien à voir avec Falun Gong.


    3. Les deux ''Explications'' développées en disgrâce judiciaire sans précédant
    Avant la publication de la ''Décision'', la Cour Suprême du Peuple et le Parquet Suprême du Peuple du régime du PCC ont autorisé les ''Explications de la Cour populaire suprême et du Parquet populaire suprême sur certaines questions relatives à l’application concrète de la loi pour régler les affaires criminelles d'organisation et d'utilisation de cultes hérétiques'' (''Explication 1'') les 9 et 8 octobre respectivement. En comparant ''l'Explication 1'' avec la ''Décision'' ci-dessus, il est visible que le langage se ressemble dans le contenu et la pensée. Seule ''l'Explication 1'' a été rédigée comme document légal, et contient plus de vocabulaire légal. En fait ''l'Explication 1'' a été rédigée avant la ''Décision'' du corps législatif. Et la ''Décision'' a été écrite pour donner pouvoir et crédit à ''l'Explication 1''. A nos yeux, cela est devenue une disgrâce judiciaire.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/200908/46984.html

  • Histoire de la Chine "moderne"


    Un livre dénonce les prélèvements forcés... par NTDFrancais

    Rendons-nous maintenant à Taiwan où deux défenseurs des droits ont présenté leur ouvrage sur les prélèvements forcés d'organes en Chine continentale. David Kilgour et David Matas viennent de publier leur livre "Prélèvements meurtriers" en chinois. Selon eux, cette étude prouve que le régime chinois tue systématiquement les gens pour leurs organes. Plus de détails dans ce reportage.

    Les défenseurs des Droits de l'Homme Canadiens David Kilgour et David Matas sont à Taiwan afin de susciter des prises de conscience concernant les prélèvements d'organes forcés qui ont lieu en Chine continentale. Leur livre : “Prélèvements Meurtriers: Prélèvements d'organes de Falun Gong” a récemment été publié en chinois. Cette semaine, ils sont en tournée à Taiwan pour parler de leur livre.

    Tiré de New Tang Dynasty Television: http://fr.ntdtv.com/

    http://www.dailymotion.com/video/xjvhcd_un-livre-denonce-les-prelevements-forces-d-organes-en-chine_news

  • La Fanfare Céleste Tianguo Marching Band


    La Fanfare Céleste Tianguo Marching Band par NTDTV

    Tiré de: http://www.dailymotion.com/video/x7hfiw_la-fanfare-celeste-tianguo-marching_news

    La « Fanfare Céleste » européenne est une fanfare qui a été créée fin 2006. Elle fait suite à la constitution de deux fanfares du même nom aux Etats-Unis et au Canada.

    Elle compte à l’heure actuelle 160 musiciens d’âges et d’horizons différents. Tous pratiquent le Falun Gong, une méthode traditionnelle de méditation chinoise connue également sous le nom de Falun Dafa. Enseignée depuis 1992, celle-ci est pratiquée par plusieurs dizaines de millions de personnes à travers le monde.

    En tant que méthode de cultivation, le Falun Gong est basé sur les principes d’ « Authenticité », de « Bonté » et de « Tolérance », des principes qui représentent la nature même de l'Univers et qui, par delà, renvoient aux valeurs de paix et de bienveillance. Le nom de « Fanfare Céleste » y fait directement référence.

    Ces principes positifs et non-violents contrastent singulièrement avec ceux prônés à l’heure actuelle par le régime communiste au pouvoir en Chine pour qui liberté de croyance et d’expression n’existe pas.

    Depuis 1999, les personnes qui pratiquent le Falun Gong en Chine font l’objet d’une persécution d’une extrême violence. Des centaines de milliers d’entre elles ont été jetées en prison ou internées dans des camps de travaux forcés: des milliers ont été torturées à mort, d’autres encore - comme cela a été révélé plus récemment - sont les victimes d’un vaste et très lucratif réseau de prélèvements d’organes organisé avec l’accord des autorités.

    Nombre de musiciens de la fanfare ont été personnellement victimes de tortures ou ont des proches, des amis ou des connaissances persécutées en ce moment même. Pour eux, participer à la fanfare est une manière non seulement de sensibiliser plus de gens à la situation du Falun Gong en Chine mais aussi de faire sentir à travers la musique la signification de ces principes du Falun Dafa qui leur tiennent à cœur: « Authenticité, Bonté et Tolérance ».

    Tiré de: http://www.tianguomarchingband.eu/fr/introduction.html

  • Le congrés US contre la persécution du Falun Gong


    Le congrés US contre la persécution du Falun Gong par NTDFrancais

    Vidéo parue le 24 mars 2010

    Nous nous rendons aux Etats Unis maintenant ou la Chambre des représentants qui avec avec le Sénat compose le Congrès des États-Unis a passé ce mardi une résolution exigeant que le régime chinois cesse de persécuter le Falun Gong. La résolution 605 a été acceptée par 412 voix contre 1
    C'est la membre du congrès Ileana Ros-Lehtinen de Floride qui a initié cette résolution.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2010-03-21/677610400355.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu