Avertir le modérateur

parapluies tiantang

  • Nous sommes témoins de travailleurs-esclaves appelant à l’aide

    travailleurs-esclaves, Chine, camps de travail, parapluies Tiantang, Falun Gong, esclavage moderne, travail d’esclave dans les prisons

    Depuis la publication de l’article Un appel à l'aide venant d’un camp de travaux forcés en Chine pousse à une enquête du gouvernement américain (http://fr.clearharmony.net/articles/201212/111371.html),sur Minghui, de nombreux pratiquants de Falun Gong qui ont été soumis à la persécution en Chine et qui vivent à présent à l’étranger se sont manifestés et ont témoigné des pratiques de travail d’esclave dans les prisons et les camps de travail chinois.

    Voici des témoignages de première main de pratiquants de Falun Gong, rendant compte de leur expérience de travail forcé brutal dans les camps de travail et les centres de détention de la Chine.

    L’obscur secret des parapluies Tiantang

    Mme Huang Zhijiao, qui vit aujourd’hui au Canada, a été arrêtée trois fois en Chine pour sa pratique du Falun Gong. Elle a été détenue au Centre de détention Laodongyue durant ses deux arrestations les plus récentes. Elle a dû y fabriquer les fameux parapluies Tiantang (paradis célestes).

    Mme Huang Zhijiao a failli devenir professeur pour une célèbre académie des arts, mais après que la persécution du Falun Gong a commencé en 1999, elle n’a pas été autorisée à enseigner. En août 2000 des agents des Services de police du district de Shangcheng dans l’agglomération de Hangzhou, province de Zhejiang, sont entrés par effraction à son domicile sous le prétexte d’un recensement, et l’ont emmenée au Centre de détention de Laodongyue.

    “Je comprends fort bien la situation décrite dans lettre d’appel provenant du Camp de travail de Masanjia, car j’y ai moi aussi été soumise au travail forcé pendant ma detention,” a déclaré Mme Huang.

    “Les parapluies Tiantang sont protégés aux ultraviolets et l’intérieur est peint avec de l’argent colloïdal, qui est toxique. En fabriquant les parapluies, nos mains frottaient souvent l’intérieur des parapluies. Ayant à travailler constamment pour ne pas perdre de temps, nos mains étaient souvent tâchées de sang. Alors l’argent colloïdal pénétrait ainsi dans notre sang de cette façon ; Cela démangeait et était douloureux. On nous demandait de fabriquer 50 à 60 parapluies par jour et de travailler plus de 15 heures. Celle qui était lente était battue ou avait le corps aiguillonné avec une aiguille ou des ciseaux.

    " Tout est conduit par le profit en Chine. Les centres de détention y exploitent les détenus en les utilisant comme esclaves sans les payer, alors les entreprises en profitent en passant des contrats avec les centres de détention. Les gardiens de prison profitent de ces opérations de business. Les chefs des détenus supervisent d’autres détenus effectuant le travail d’esclaves en échange de réductions de peine. Les parties prenantes ne visent que le profit et travaillent dur en exploitant les détenus. Normalement, je devais fabriquer plus de 50 parapluies. Si je travaillais 15 heures par jour sans manger ni boire, je terminais un parapluie toutes les 18 minutes. Lorsque j’ai été emprisonnée [pour la pratique du Falun Gong) la première fois, les agents de police du district de Shangcheng de l’agglomération de Hangzhou ne me laissaient pas porter mes lunettes. Comme j’étais très myope, ils savaient que je serais forcée de coudre. C’était pour moi un défi de maintenir la qualité du travail en cousant sans mes lunettes. En conséquence, la chef des détenues m’attaquait souvent verbalement et physiquement. Une chef détenue en particulier était spécialement cruelle. Lorsque je n’arrivais pas à suivre ou ne cousais pas bien, elle me giflait au visage, me pinçait, ou m’aiguillonnait avec des aiguilles ou des ciseaux. Elle utilisait tout ce qu’elle avait à portée de mains pour me battre.

    “Une femme enfermée dans la même cellule que moi ne pouvait plus supporter le travail forcé. Un jour, alors que personne ne regardait après le travail, elle a avalé une paire de ciseaux pour en finir. La chef détenue n’a pas cru qu’elle avait avalé des ciseaux. Elle a continué à battre férocement ma compagne de cellule avec un bambou de la grosseur d’un bras jusqu’à ce que le bambou se fende. Sa tête saignait. Néanmoins, elle était déterminée à mourir, et elle n’a pas pleuré aussi durs fussent les coups. Une gardienne de prison lui a alors ordonné de faire des pompes jusqu’à ce que les ciseaux pointent de son estomac. Ensuite elle l’a forcée à s’accroupir. Finalement elle a cédé et demandé pitié alors qu’elle était accroupie. Les centres de détention, les prisons et les camps de travaux forcés sont un enfer sur terre sous les règlements du Parti communiste chinois. Chaque jour semblait un an dans de tels endroits. Mais les pratiquants de Falun Gong incarcérés étaient soumis à une torture mille fois pire que les détenus ordinaires."

    Mme Huang a ajouté que les parapluies Tiantang ont une grande part de marché. À la recherche de profits, la société des parapluies Tiantang a signé de nombreux contrats avec les centres de détention. Après avoir signé les contrats, les gardiens de prison assignent le travail à chaque cellule afin de s’acquitter de ces gros contrats. Afin de réduire leurs peines de prison, les chefs détenus doivent s’assurer que les contrats sont remplis à temps. Par conséquent, ils travaillent très dur en poussant les détenus à leurs limites.

    Mme Huang a assisté à une exposition de marques connues à Pékin, envoyée par son entreprise en décembre 2003. Lorsqu’elle a vu que les parapluies Tiantang y étaient un des exposants, elle s’est rappelée ses souvenirs douloureux dans le centre de détention.

    “Je me suis rappelée ce que les autres prisonniers m’avaient dit: 'Si nous avons une chance de sortir d’ici, nous devons révéler les crimes des parapluies Tiantang, lorsque nous en aurons l’occasion,'” a-t-elle dit.

    Lire l’article en totalité sur : http://fr.clearharmony.net/articles/201301/111488.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu