Avertir le modérateur

obama censuré par cctv

  • Le discours de Obama censuré en direct par CCTV

    La télévision d'état chinoise censure le discours de Obama

    Le discours d'investiture a été expurgé des références au communisme et à la corruption.

    Pour voir en direct la censure du discours de Obama par CCTV la chaîne du gouvernement chinois, voir le reportage de NTDTV:

    http://english.ntdtv.com/?c=145&a=7215

    Chine: des passages sensibles du discours d'Obama censurés, Pékin "pas au courant"

    PEKIN (AFP) — Le gouvernement chinois a affirmé jeudi tout ignorer de la censure apparente du discours d'investiture de Obama.jpgBarack Obama par les médias chinois qui ont soigneusement omis de citer ou retransmettre des passages politiquement sensibles.

    Ces médias audiovisuels et internet avaient notamment taillé dans ses déclarations sur le "communisme" ou la répression des "dissidences".

    "Je ne suis pas au courant de la question que vous soulevez mais je pense que les médias ont le droit de présenter l'information comme ils le veulent", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Jiang Yu, lors d'un point presse régulier.

    A la télévision chinoise, le discours et sa traduction en chinois avaient été hâtivement coupés lorsque le nouveau président avait rappelé que "les générations précédentes ont affronté le fascisme et le communisme pas seulement avec des missiles et des chars mais avec des alliances solides et des convictions fortes".

    Pareillement, les deux grands portails chinois Sina et Sohu ont coupé cette mention de communisme dans leurs retranscriptions en chinois, ainsi que tout un passage consacré aux dissidents.

    Toutefois, l'internet a véhiculé des versions bien plus complètes du discours en anglais.

    Le quotidien officiel China Daily, également en anglais et s'adressant principalement aux étrangers en Chine, a de son côté repris la déclaration visant "ceux qui font taire la dissidence" et sont "du mauvais côté de l'Histoire", selon le nouveau président américain.

    Quand Pékin censure le discours d'Obama

    Le discours d'investiture a été expurgé des références au communisme et à la corruption.

    Tout avait pourtant bien commencé dans la nuit de mardi à mercredi. La CCTV, chaîne nationale, retransmettait en direct le discours d’investiture du nouveau président américain, avec sous-titrage et traduction sonore simultanée. Mais rapidement, Barack Obama déclare : «Les générations précédentes ont affronté le fascisme et le communisme, pas seulement avec des missiles et des chars, mais avec des alliances solides et des convictions fortes.»

    Au mot «communisme», la voix du traducteur s’éteint et Obama disparaît de l’écran, remplacé par une présentatrice déconcertée qui appelle, en se trompant de nom, l’envoyée spéciale de la chaîne aux Etats-Unis : «Quelles sont les difficultés américaines face à l’économie ?» «Obama doit faire ses preuves mais il fait confiance à son peuple», répond la journaliste prise au dépourvu. Les autres médias chinois, sites et journaux ont coupé la phrase.

    Ainsi qu’une autre, qui ne visait pas nommément la Chine, mais dans laquelle Pékin s’est apparemment reconnu : «A ceux qui s’accrochent au pouvoir par la corruption, la tromperie et en faisant taire la dissidence, sachez que vous êtes du mauvais côté de l’Histoire, mais que nous tendrons la main si vous acceptez de desserrer les poings», a dit le Président au monde entier. Sauf aux Chinois.

    «Le droit éditorial» de Pékin

    Hier, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a défendu le «droit éditorial» de Pékin dans la coupe intempestive sur le communisme. Mais elle a refusé de commenter l’allusion aux régimes corrompus, préférant détailler les performances de son pays  : «Le gouvernement chinois respecte et protège les droits de l’homme. Mais nous sommes toujours au stade premier du socialisme, et beaucoup de choses doivent encore être améliorées.»

    Pékin a récemment fermé près de 200 sites web, accusés de propager un contenu «vulgaire» ou «pornographique». Parmi eux, le populaire Bullog.cn, plate-forme de débats de société créée par un professeur d’anglais, à la pointe des réformes.

    Tiré de Libération

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu