Avertir le modérateur

moine tibétain tué par la police militaire dans le ganzi en chin

  • Aujourd'hui en Chine

    La police de San Ming accusée de prélèvement d’organes

    Xu Nianyi, un habitant du village Meiliexi de la ville de San Ming, accuse la police d’être responsable du décès de son fils de 17 ans, Xu Luwang, que les autorités locales disent avoir découvert mort. De façon troublante, les organes internes du jeune homme – sans antécédent judiciaire – ont été prélevés durant son autopsie, rapidement suivie d’une crémation expéditive. Interrogée sur les raisons faisant que la famille n’avait pas été informée de « l’autopsie », la police a répondu que le ministère de la sécurité publique avait tout pouvoir pour agir sans recours possible de la famille. D’après un proche de M. Xu Nianyi, un policier s’est vanté devant lui d’avoir vendu les organes du jeune homme pour 1,2 million de yuans [120.000 euros]. La famille tente, sans grand espoir, d’obtenir l’ouverture d’une enquête. Le commerce d’organes est une réalité chinoise dont l’ampleur a été largement sous-estimée jusqu’au rapport Kilgour de 2007, estimant à plusieurs dizaines de milliers par an le nombre de prélèvements. D’après ce rapport, les premières victimes seraient, avec les condamnés à mort, les membres emprisonnés du mouvement bouddhiste Falun Gong.

    Un moine tibétain tué par la police militaire dans le Ganzi

    Un moine tibétain est mort et huit ont été blessés quand la police militaire communiste chinoise a ouvert le feu sur des manifestants tibétains le 27 mars, la veille de la « journée de libération du servage ». Les Tibétains de la préfecture Luhuo dans la région autonome tibétaine de Ganzi étaient en grève pour protester contre l’oppression cruelle des Tibétains par le régime communiste. Face à des manifestants silencieux, la police militaire a commencé à tirer. La région habituellement stable du Ganzi est maintenant en pleine tension, avec l’arrivée de nouvelles troupes militaires par hélicoptère. Les communications internet ont été coupées et ne seront rétablies, d’après les autorités locales, que dans deux mois.

    Emeutes à répétition dans la province de Hainan

    Les émeutes deviennent quasi-quotidiennes dans la province de Hainan en Chine, au point que le gouvernement central a décidé de l’envoi de milliers de policiers dans le secteur. Le 23 mars, des étudiants de deux villages différents de la communauté rurale de Gan se sont battus avec tellement d’énergie qu’ils ont réduit en cendres des bâtiments administratifs et le commissariat de police de la défense aux frontières. Puis, le 25 mars, des milliers d’habitants de deux villages se sont affrontés, provoquant un décès et de nombreux dégâts matériels. Les experts attribuent la forte augmentation des émeutes au décalage croissant entre population générale et responsables politiques, dans un contexte de corruption endémique.

    Une militante handicapée arrêtée à Shanghai

    La pétitionnaire Zhou Minchu, de « l’Alliance publique contre l’injustice » a été arrêtée par les autorités shanghaïennes. La militante handicapée distribuait des formulaires d’enquête populaire devant la mairie de la ville. Pour Shen Ting, président de l’Alliance, cette arrestation est due au fait que Zhou Minchu a publiquement annoncé qu’elle démissionnait du Parti communiste chinois.

    Des anabolisants dans le porc chinois

    A la mi-février, 70 cas d’empoisonnement alimentaire liés à la consommation de porc ont été rapportés, ce qui est d’après des spécialistes de l’agro-alimentaire attribuable aux pratiques douteuses des producteurs de viande de porc. Parmi celles-ci, l’ajout de clenbuterol, employé pour le traitement de maladies respiratoires allergiques chez les chevaux, qui permet aux producteurs chinois d’obtenir une viande plus maigre qu’ils vendent à meilleur prix. En février, plusieurs plaintes ont été déposées dans la province de Henan contre des producteurs de porcs de la province de Guangzhou, au Sud du pays. Six producteurs ont été arrêtés, ce qui d’après un industriel du secteur qui demande à rester anonyme ne reflète pas l’importance de la pratique. D’après lui, depuis le milieu des années 90 tous les producteurs reçoivent par les universités de la province du clenbuterol. La drogue est donnée aux porcs jusqu’à une dizaine de jours avant leur passage à l’abattoir – ce qui permet de passer les contrôles sanitaires avec des niveaux de clenbuterol indétectables.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu