Avertir le modérateur

ministre des affaires étrangères chinois

  • Pékin dénonce l'intervention militaire en Libye

    chinamfa_lybie.jpgQue ce soit par l'entremise d'appels aux chefs des gouvernements étrangers, par des grands titres dans les médias officiels ou des sections spéciales sur ses sites Internet, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une offensive diplomatique et médiatique contre l'intervention occidentale en Libye. Le PCC qualifie l'intervention militaire de jeu de pouvoir géopolitique violant la souveraineté, qui doit cesser immédiatement. Certains voient dans cette soudaine démarche le prolongement des tentatives du PCC de discréditer les soulèvements actuels au Moyen-Orient tout en protégeant ses intérêts substantiels en Libye.

    Une dépêche de l'agence officielle Xinhua le 25 mars indiquait que Yang Jiechi, ministre des Affaires étrangères chinois, a contacté son homologue allemand, Guido Westerwelle, pour lui signaler que «toutes les parties impliquées devaient cesser les hostilités immédiatement». Yang était «profondément préoccupé» par les pertes civiles, selon l'agence. Xinhua ainsi que d'autres médias officiels, comme le Quotidien du peuple, focalisent sur les problèmes qui sont, selon eux, causés par l'opposition à Kadhafi.

    «Le gouvernement chinois commence à adopter sa position typique de “plus blanc que neige”», observe Richard Fisher, chercheur sur les questions militaires asiatiques à l'International Assessment and Strategy Center. «Si la Libye est renversée, et particulièrement si quelque chose de pluraliste en émerge, alors ce sera une catastrophe majeure pour le Parti», a commenté M. Fisher en entrevue.

    Cela deviendrait un autre exemple où une révolte populaire amène du changement et démontrerait que «si les Chinois ne veulent vraiment plus du Parti alors eux aussi, avec assez de force, peuvent s’en débarrasser», affirme-t-il. Le Quotidien du peuple a écrit dans un article que les récents soulèvements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ne sont que des mauvaises nouvelles. Plutôt que de les qualifier de soulèvements contre la dictature, ce sont plutôt de «l'instabilité politique et des troubles sociaux».

    L'article conclut en disant que les Chinois devraient chérir «leur harmonie et leur stabilité» actuelles, selon une traduction publiée par Chinascope. «Chacun d'entre nous devrait faire de son mieux, atteindre un plus grand développement sous cette stabilité et récolter continuellement les fruits heureux [du labeur] durant notre développement.»

    Mais ces déclarations, comme celle au sujet d'une préoccupation pour les civils, sont trompeuses, selon Zhang Kaichen, un ex-responsable de la propagande à Shenyang, en Chine, qui a fait défection aux États-Unis. Il dit connaître les rouages de ces campagnes.

    «C'est hautement hypocrite», affirme M. Zhang en entrevue. «Lorsque Kadhafi utilisait ses avions et ses bombes pour attaquer sa population, le Parti n'a pas protesté.» Mais, lorsque l'Occident utilise la force contre un dictateur, le régime réagit, souligne-t-il.

    «Peuvent-ils déclaré “nous sommes tout simplement une dictature et soutenons les dictateurs”? Non. Ainsi, ils concoctent cette bouillie pour chats au sujet d'une certaine préoccupation pour la vie», assène M. Zhang.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Pekin-denonce-lintervention-militaire-en-Libye.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu