Avertir le modérateur

mark zuckerberg

  • Facebook flirte-t-il avec la Chine?

    Chine, Facebook, réseau sociaux, Mark Zuckerberg, mandarin, université chinoise, internet, censure

    Nous aurions probablement déjà du voir certains signes lorsqu’en octobre 2012, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, et sa nouvelle épouse sont apparus par accident dans un reportage de la télévision chinoise sur la police. Ou lorsqu’en octobre 2014, M. Zuckerberg s’est exprimé en mandarin au cours d’une séance de questions-réponses dans une université chinoise.

    Les signes étaient peut-être devenus encore plus clairs quand il a invité le responsable de la censure d’Internet en Chine et a commencé à distribuer la biographie du dirigeant chinois Xi Jinping dans les bureaux de Facebook en décembre 2014, ce qui  a été sévèrement condamné, y compris par les internautes en Chine. Ou lorsque Facebook a supprimé  le message d’un Tibétain au sujet des auto-immolations protestataires au Tibet, ce qui selon la presse spécialisée dans les nouvelles technologies, indique que Facebook utilise deux poids deux mesures pour déterminer le genre de messages à censurer. Facebook a également entièrement bloqué le compte d’un écrivain chinois vivant en Allemagne.

    Le désir du leader des réseaux sociaux de s’implanter en Chine n’est pas nouveau. Dès 2010 et 2011, Mark Zuckerberg a visité des entreprises de technologie Internet en Chine et s’est même entretenu avec le PDG de Sina. Des rumeurs ont circulé selon lesquelles Facebook cherchait à offrir ses services en Chine par le biais de Sina.

    Cela ne s’est jamais réalisé et probablement  pour une bonne raison: personne ne peut librement gérer un réseau social ouvert en Chine sans l’intervention des autorités. En Chine, Twitter est bloqué, LinkedIn a eu beaucoup de mauvaise presse pour avoir censuré du contenu à l’étranger afin d’entrer  sur le marché chinois, tandis que Google a quitté la Chine en 2010 suite au piratage de ses réseaux sécurisés par des hackers chinois.

    Facebook a donc de bonnes raisons de se lancer avec prudence. Cependant, il semble clair que son fondateur Mark Zuckerberg observe le marché chinois avec grand intérêt.

    La Chine offre en effet plus d’un milliard d’utilisateurs potentiels et plus de 600 millions sont déjà connectés à Internet. Mais la dernière chose dont ils ont besoin est un Internet encore plus censuré que celui dont ils ont souffert pendant plus d’une décennie.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/5/n3510831/facebook-flirte-t-il-avec-la-chine-.htm

  • Facebook: Mark Zuckerberg contre la censure mais pour les profits en Chine

    A la suite des attentats de Paris, le patron de Facebook a fait des déclarations contre la censure. Pourtant, son réseau social la pratique parfois lorsqu'il s'agit de la Chine ou du Tibet, proteste une poétesse tibétaine.

    Chine, Facebook, Mark Zuckerberg, censure, profit, courrier international, réseau social, Tibet, charlie Hebdo

    Le 9 janvier, deux jours après l’attaque contre Charlie Hebdo, Mark Zuckerberg figurait parmi les nombreuses personnalités qui se sont prononcées contre la censure. Le patron de Facebook a dit ne pas avoir peur des menaces de mort, et il s’est engagé à ce que le réseau social continue à laisser poster les opinions les plus diverses, se félicite la poétesse tibétaine Woeser sur le site de défense des droits China Change.

    “Pourtant, il y a deux semaines, Facebook a censuré une vidéo que j’avais postée sur une immolation au Tibet, et à peu près au même moment, le compte Facebook de l’écrivain chinois en exil Liao Yiwu a été suspendu, car il avait posté la photo d’un artiste se dénudant à Stockholm, en signe de protestation contre la détention du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo.”

    Or ces deux cas de censure malheureuse sont survenus peu après la visite de Zuckerberg en Chine en octobre 2014 et celle du responsable de l’Internet chinois Lu Wei au siège de Facebook (en décembre), souligne Woeser. Bien que la société ait expliqué ces deux incidents par des causes techniques, et nié qu’ils aient été motivés par des considérations politiques ou commerciales, la poétesse ne peux pas s’empêcher de "faire le lien entre ces incidents et la tentative claire de Zuckerberg de se faire bien voir des autorités chinoises”.

    La vidéo a été à nouveau postée avec succès, et le compte de Liao Yiwu rouvert. “Certains de mes amis pensent que Zuckerberg voulait marquer des points à la suite des attaques terroristes contre les dessinateurs français, mais nous devons lui rappeler ceci : si vous dites préférer risquer la mort qu’attenter à la liberté d’expression, vous ne devriez pas avoir peur du Parti communiste chinois pour faire de l’argent en Chine.”

    Tiré de: http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/16/mark-zuckerberg-contre-la-censure-mais-pour-les-profits-en-chine

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu