Avertir le modérateur

manifestation en chine

  • La main de fer chinoise sur la Mongolie

    La police militaire est présente partout en Mongolie intérieure.
    La police militaire est présente partout en Mongolie intérieure. (NTD)

    Ces dernières semaines, des manifestations ont éclaté en Mongolie intérieure et le régime chinois a pris des mesures rapides pour éviter tout autre débordement. Lundi 30 mai, Hu Jintao, dirigeant du parti communiste chinois, a appelé à une réunion du PolitBuro, le corps décisionnaire du régime. Ils ont conclu que le système de sécurité publique et le contrôle de la société devaient être renforcés.

    Les dirigeants du PCC ont rapidement mis cette politique en œuvre. Ainsi, depuis le week-end dernier, la police militaire est présente partout en Mongolie intérieure. Les écoles ont été fermées et les connexions Internet interrompues. Certains analystes doutent de l'utilité de ces mesures, surtout si le régime ne laisse au public aucune possibilité pour s'exprimer.

    Zhang Zanning, professeur de droit de l’Université du sud-est, a déclaré: «Il y a beaucoup de conflits entre le peuple et le régime chinois. Je pense que le problème vient du fait que les autorités ont perdu leur crédibilité. Le peuple devrait avoir la liberté de manifester, de faire appel et de pouvoir exprimer ses sentiments. Sinon, d'autres conflits se produiront à l’avenir».

    Les manifestations en Mongolie intérieure ont été déclenchées par la mort d'un berger qui avait participé à un mouvement de protestations contre les activités minières qui ont bouleversé le mode de vie des Mongols. L'incident s’inscrit parmi de nombreuses manifestations sociales dans tout le pays où les intérêts économiques l'emportent sur le droit des citoyens.

    «Ces manifestations s'expliquent par le retard des réformes politiques. La réforme économique a été un succès, mais ce n'est pas le cas des avancées politiques. Les conflits sociaux n'ont pas été pris en compte et se sont accumulés. C'est la cause fondamentale. Le régime ne peut sincèrement pas répondre aux attentes du public, il n'est pas au service du peuple», a dit Mao Yushi un économiste.

    Selon Xinhua, l'agence de presse officielle du parti, les autorités mongoles ont lancé une campagne visant à améliorer les pratiques de l'industrie charbonnière, dans le but d’apaiser la population de la région. Malgré cet effort, la région reste sous haute surveillance militaire et tout signe de manifestation est rapidement écarté.

    Pour avoir accès à cette information en vidéo:
    http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2011-06-16/708217010637.html

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-main-de-fer-chinoise-sur-la-Mongolie.html

  • La manifestation qui a changé la Chine, Le 25 avril 1999

    Un film produit par NTD: http://fr.ntdtv.com/

    Dix ans après la Place Tienanmen, nous sommes à la veille du millénaire, et 10.000 personnes se sont silencieusement rassemblées devant les quartiers des dirigeants de la Chine. Ils sont venus tranquillement, et sont repartis tranquillement. Mais leurs voix ont été entendues.

    Trois mois plus tard ―la répression—des milliers de personnes sont arrêtées, torturées et tuées. Le début d'un génocide qui se poursuit aujourd'hui.

    Mais comment se fait-il que ces contestataires silencieux aient fait un appel pacifique en ce jour d'avril? Qu'est ce qui a déclenché la brutale répression qui s'en est suivie? Et pourquoi le monde est-il resté tant silencieux devant la détresse endurée par de si nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des dix dernières années?

    En Chine, sous les yeux du monde entier, un drame à la vie à la mort est en train de se dérouler.

    En 1999, le régime communiste chinois lançait sa campagne de répression visant la pratique spirituelle Falun Gong. Dix ans plus tard, cette campagne a détruit des dizaines de millions de vies par l'usage de la torture, des mauvais traitements, de la persécution politique et des prélèvements d'organes. Dix ans plus tard, les pratiquants de Falun Gong ont enduré des douleurs et des souffrances inimaginables et initié un mouvement planétaire pour mettre un terme à la persécution.

    À travers des entretiens exclusifs avec des réfugiés chinois et des experts sur la Chine, « Dix ans de courage » étudie quatre des périodes qui ont bouleversé la Chine moderne : le 25 avril 1999, jour où 10 000 pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés près du Bureau national des plaintes et appels. Le 13 mai 1992, premier jour de l'enseignement public du Falun Gong. Le 10 juin 1999, jour de la création de l'agence de police secrète du régime chinois avec la mission de détruire Falun Gong. Le 20 juillet 1999, jour où des pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés dans tout le pays et début de la campagne contre Falun Gong.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=96rnuzm1jSc

     

  • La capitale du Xinjiang est à nouveau le théâtre de manifestations

    Des dizaines de milliers de Chinois Hans ont manifesté le 3 septembre à Urumqi. "Ils demandent la démission de Wang Lequan, le chef provincial du Parti communiste", titre le quotidien de Hong Kong. Ils accusent les autorités d'être incapables d'assurer leur sécurité. Après les affrontements interethniques de juillet, une série d'attaques à la seringue sème la panique ; 476 personnes auraient été hospitalisées après avoir été agressées avec des seringues. Aucune n'aurait cependant été infectée ou contaminée.

    Tiré de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/breve/2009/09/04/la-capitale-du-xinjiang-est-a-nouveau-le-theatre-de-manifestations

  • Manifestation contre des violences policières

    Le 20 octobre, près de 10.000 habitants de la province du Jiangsu se sont rassemblés au collège Suyu à Suqian, dans la province du Jiangsu pour protester contre les mauvais traitements infligés par des policiers aux parents d’un élève qui s’était suicidé.

    L’élève âgé de 13 ans s’est suicidé suite au harcèlement violent et constant de son professeur. Quand les parents de l’élève sont allés à l’école pour avoir des explications, les représentants de l’école ont refusé de les rencontrer. L’école a appelé la police, qui s’en est prise aux parents en les attaquant.
    Ces violences policières ont provoqué la colère des habitants de Jiangsu dans les environs. Des milliers d’habitants sont venus encercler et attaquer près de cent policiers. Lors des affrontements, au moins un véhicule de police a été détruit. D’après la télévision New Tang Dynasty (NTDTV), avant de se pendre, l’étudiant a écrit son testament où il demandait à ses parents de porter plainte contre le professeur qui l’aurait frappé de manière constante.

    Des témoins ont dit que les policiers ont tenté d’emmener la dépouille de l’élève pour l’incinérer. C’est quand les parents ont refusé de leur en donner l’autorisation que les policiers les ont attaqués.Un étudiant nommé Zhu a dit: «L’école a été fermée et aucun média n’a eu le droit de rentrer. C’est la raison pour laquelle il n’y a eu aucun reportage sur le sujet. Notre professeur nous a aussi mis en garde de ne rien dire à personne, parce que si la réputation de l’école venait à en pâtir, l’école aurait des difficultés à attirer d’autres étudiants.»

    Un étudiant des environs a expliqué combien le système éducatif en Chine ne se base que sur les diplômes pour juger quelqu’un. L’élève est soumis à une pression immense. Cet étudiant a révélé qu’il y avait eu d’autres cas de suicides auparavant par défenestration, mais que les autorités avait tenté de dissimule rl’information.

    Tiré de La Grande Epoque

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu