Avertir le modérateur

méditation

  • La méditation entraîne une transformation des émotions dans le cerveau

    méditation, chine, neurologue, émotion, santé, cerveau, positif, science, chercheurs

    Des neurologues américains ont découvert que huit semaines d’entraînement à la méditation de la compassion peuvent produire des changements à long terme dans le cerveau et entraîner le développement de traits de caractère positifs.

    L’équipe a observé que la méditation améliore la stabilité affective ainsi que la réponse au stress en modifiant l’activité de l’amygdale – une région du cerveau impliquée dans la régulation des émotions et de l’attention.

    «Cette étude vient s’ajouter à un nombre croissant de preuves, provenant d’études scientifiques, confirmant que la pratique de la méditation a des effets mesurables sur le corps et le cerveau», c’est ce que confirme à Epoch Times, par courriel, Dre Gaëlle Desbordes du Massachusetts General Hospital.

    Pour observer les effets de la méditation, des participants adultes ont été formés pendant huit semaines soit avec la technique de la méditation de la compassion, soit avec la technique de la pleine conscience ou de la conscience attentive (pour développer une conscience vigilante de sa respiration, de ses pensées et de ses émotions). Un troisième groupe, un groupe témoin, a reçu pour sa part une formation sur la santé.

    Trois semaines avant et après l’entraînement, on a procédé à un examen scintigraphique du cerveau des participants pendant qu’on les soumettait au visionnement d’une série d’images à contenus émotionnels variés. 

    Le groupe formé à la technique de la conscience attentive a démontré une réduction de l’activation de la fonction du complexe amygdalien face à tous les stimuli émotionnels.

    «Ceci suggère que l’entraînement à la technique de la pleine conscience a réduit la réactivité émotionnelle, ce qui est cohérent avec l’hypothèse principale selon laquelle la méditation de la pleine conscience réduirait la perception du stress et améliorerait la stabilité émotionnelle», répond Dre Desbordes à Epoch Times.

    Dans le groupe de la méditation de la compassion, le contenu émotionnel positif a généré des résultats similaires en ce qui a trait aux scintigraphies cérébrales; par contre, les participants qui ont médité de manière accrue ont démontré une augmentation des activités du complexe amygdalien en réponse à des images de gens se trouvant dans différentes situations de souffrance.

    «Nous pensons que ces deux formes de méditation cultivent différents aspects de l’esprit», a affirmé Dre Desbordes dans un communiqué de presse. «Parce que la méditation de la compassion est faite pour renforcer les sentiments de compassion, le constat de l’augmentation de l’activité du complexe amygdalien à la vue de la souffrance paraît logique.»

    «Il y a aussi eu corrélation entre l’augmentation de l’activité de l’amygdale et une diminution des données concernant les symptômes de dépression dans le groupe de la méditation de la compassion, ce qui suggère qu’avoir plus de compassion envers les autres peut aussi présenter des avantages pour soi-même», ajoute-t-elle.

    Aucun effet n’a été observé chez les participants du groupe témoin.

    «En tout et pour tout, les résultats sont cohérents avec l’hypothèse principale selon laquelle la méditation peut générer des changements bénéfiques durables dans la fonction neurologique, spécifiquement dans la région régissant les processus affectifs», stipule-t-elle dans le communiqué.

    Les chercheurs concluent que la pratique de la méditation a des impacts sur les processus affectifs dans la vie de tous les jours – pas seulement pendant la méditation – et peut aussi entraîner, à long terme, le développement de certains traits de caractère.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/6/n3510836/la-meditation-entrane-une-transformation-des-emotions-dans-le-cerveau.htm

  • De tous premiers vestiges de la vie du Bouddha découverts dans le temple Maya Devi, à Lumbini, Népal

    Chine, histoire, bouddha, Inde, méditation, Lumbini, naissance, archéologie, Inde

    Des archéologues au Népal ont mis à jour une structure située sur le lieu de naissance du Bouddha et remontant au sixième siècle av.J.C.

    La période de la vie du Bouddha a été jusque-là établie au 3ème siècle av.J.C ou plus tard d’après les écritures et d’autres structures sur le site. L'emplacement du site excavé se trouvait à l’intérieur du Temple Maya Devi à Lumbini, depuis longtemps identifié comme étant le lieu de naissance de Siddharta Gautama, simplement connu comme étant le "Boudha".

    Les archéologues ont mis à jour des vestiges d’une structure d’un bois inconnu sous une série de temples de brique. Le professeur Robin Coningham, chercheur principal du Département d’Archéologie de l’Université de Durham a expliqué aux Presses universitaires de Durham : On sait très peu de chose concernant la vie du Bouddha si ce n’est à travers la tradition orale et des textes ultérieurs. Certains érudits ont maintenu que le Bouddha était né au 3ème siècle av.J.C.”

    La découverte contribue à une meilleure compréhension des premiers développements du Bouddhisme, des débuts de la vie du Bouddha, ainsi que de l’importance spirituelle de Lumbini.

    D’anciennes racines d’arbre ont été découvertes dans le temple, remontant aussi au 6ème siècle av.J.C. Ces racines correspondent au récit décrivant la naissance de Bouddha dont la Reine Maya Devi aurait accouché en se tenant à la branche d’un arbre dans le Jardin de Lumbini.

    La datation du sanctuaire de bois et de la structure de brique au-dessus, a été faite en utilisant des techniques de mesure des radiations – des fragments de charbon de bois et des grains de sable ont été examinés en utilisant le radiocarbone et des techniques de luminescence optiquement stimulées. La naissance du Bouddha a souvent été un sujet de débat entre lettrés et historiens s’agissant de l’époque et du lieu.

    Lumbini n’est pas le seul endroit possible pour la naissance du Bouddha. Certains disent aussi qu’il a pu naître à Odisha, en Inde. De nombreux Bouddhistes ont fait des pèlerinages à Lumbini, y compris l’Empereur Asoka, le roi Indien promoteur du Bouddhisme, en 249 av.J.C. Lors de sa visite, Asoka a érigé un pilier de grès – une colonne avec des inscriptions identifiant Lumbini comme le lieu de naissance du Bouddha. Ce pilier a été découvert dans les jungles du Népal en 1896, et est un des éléments de preuve les plus convaincants désignant Lumbini comme le lieu de naissance du Bouddha.

    Le temple Maya Devi à Lumbini demeure un sanctuaire vivant : les archéologues travaillent aux côtés de moines, de nonnes et de pélerins en méditation. La structure nouvellement découverte est en train de se développer comme un centre de pèlerinage bouddhiste.

    On doit l’étude archéologique aux gouvernements du Japon et du Népal avec le soutien de la Société nationale géographique et de l’Université Stirling. La recherche est publiée dans le journal international Antiquité du 25 novembre.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a115015-De-tous-premiers-vestiges-de-la-vie-du-Bouddha-decouverts-dans-le-temple-Maya-Devi-a-Lumbini-Nepal.html

  • À quoi pensait Jiang Zemin le 25 avril 1999 ?

    Chine, 25 avril 1999, Falun Gong, jiang zemin, méditation, Parti communiste

    Le raisonnement, pour ainsi dire, de l’ancien chef du Parti communiste chinois Jiang Zemin dans la nuit du 25 avril 1999, restera dans les annales de l’histoire.

    Du bureau central du Parti, il produira ce fameux soir la lettre destinée aux autres cadres du Parti, le document qui justifiera l’arrestation et la torture d’une communauté de près de 100 millions de croyants pacifiques en Chine, leur endoctrinement, l’obligation à renoncer à leur croyance.

    Beaucoup au sein même du PCC étaient déjà opposés à l’idée de devoir éliminer le Falun Gong, cette pratique chinoise traditionnelle de méditation, cette cultivation spirituelle qui jouit dans les années 1990, d’une popularité sans précédent. Mais Jiang voyait les choses sous un angle différent de la majorité des personnes.

    Le 25 avril 1999, le rassemblement silencieux de 10.000 pratiquants de Falun Gong hors de l’enceinte du gouvernement est accueilli par l’ex-Premier ministre, Zhu Rongji, par une réunion. Il tient à connaître la nature de leurs préoccupations, le pourquoi de leur venue.

    Depuis plusieurs années, les pratiquants sont harcelés par la police, leurs livres sont interdits de publication et, plus récemment, un certain nombre d’entre eux ont été arrêtés et battus lors d’une manifestation pacifique dans une ville voisine. Ils cherchent à obtenir réparation.

    En Chine, où le contrôle et la «gestion» du Parti communiste s’étendent de haut en bas sur l’ensemble de la société, nul moyen de mener à terme une médiation efficace lors d’un quelconque désaccord avec le régime; de ce fait le plus souvent, l’unique solution consiste à se tenir dans la rue pour se faire entendre. Voilà ce que faisaient les pratiquants de Falun Gong.

    Mais pour Jiang, l’existence même d’un groupe aussi vaste représente un affront.

    «Je me sens très profondément désolé que nous n’ayons pas été avertis plus tôt de l’existence d’un tel type d’organisation nationale, comprenant de nombreux membres du Parti communiste, des fonctionnaires, des universitaires, des soldats, ainsi que des ouvriers et des paysans», écrit-il.

    Il relèvera «le plus grand rassemblement à Pékin depuis l’événement politique de 1989», faisant référence aux manifestations pro-démocratiques de la place Tienanmen ayant abouti à une répression militaire sanglante.

    Jiang soulignera le défi idéologique que représentent, selon lui, les croyances du Falun Gong: «L’apparition de cet événement illustre le mauvais travail de certains de nos bureaux et gouvernements locaux sur l’idéologie et les personnes!»

    La réponse de Jiang pour le Falun Gong? Un autre répression sanglante- malgré le fait qu’il ait déjà mis en place avec la police secrète des confessions forcées, des séances de propagande massive en prime time à la télévision, des études idéologiques sous la contrainte, des gages d’allégeance au Parti communiste chinois et l’endoctrinement à l’athéisme et au marxisme-léninisme, en outre pour tous ceux qui ne renieront pas leurs croyances, de longues peines de prison, des chambres de torture et des camps de travaux forcés.

    Le résultat: 14 ans plus tard, des milliers d’innocents torturés ou battus à mort, le nombre réel est probablement plus élevé, des dizaines de milliers de personnes soupçonnées d’avoir été assassinées pour leurs organes, une société fracturée, une destruction incommensurable, des atrocités et tragédies sur l’ensemble de la Chine sans aucune raison.

    «Nous devons pourvoir à l'éducation des fonctionnaires et des personnes dans une perspective correcte du monde, de la vie et des valeurs», poursuit-il dans sa lettre.

    «Le marxisme, le matérialisme et l’athéisme que nos membres du Parti communiste respectent peut-il perdre la bataille avec ce que promeut le Falun Gong?»

    La lettre poursuit: «C’est absolument ridicule!»

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/4/26/n3508272/a-quoi-pensait-jiang-zemin-le-avril-.htm

  • Apaiser son esprit pour trouver le bonheur

    bouddhisme, méditation, quête, bonheur, heureux, bien être, docteur, psychologie, paix intérieure

    Les psychologues confirment ce que les bouddhistes orientaux savent depuis des siècles: l’excès de pensées est l’un des plus grands ennemis du bonheur.


    Pourquoi pensons-nous trop?
    Avoir un esprit actif n’est pas propre à notre époque actuelle, mais le monde est devenu plus complexe et la quantité d’informations que nous recevons chaque jour a augmenté de façon exponentielle. Nos esprits sont alors entraînés dans une spirale de pensées à laquelle il est difficile d’échapper. La méditation peut guider l’esprit hors de cette spirale, au moins brièvement, dans un premier temps en limitant le nombre de stimuli externes auxquels nous sommes exposés.


    Il est normal que notre cerveau génère des pensées internes même lorsque les apports extérieurs sont réduits. Mais avec le temps et la pratique, le cerveau se calme, ce qui nous donne une chance de vivre des moments de sérénité que nous n’aurions probablement pas en menant une vie normale et active.


    Cette méditation peut être difficile (j’insiste sur ce point tout le temps), parce que c’est l’antithèse de la façon dont le monde fonctionne. C’est, en un sens, un autre monde intemporel.Ainsi, nous devons accepter cela afin d’aider l’esprit à penser moins, nous devons «quitter le monde» dans un sens symbolique ou littéral pour entrer en méditation.Dans cette optique, je vous suggère ce petit exercice auquel vous pourrez vous exercer durant vos vacances:


    1. Choisissez un endroit très différent de votre vie quotidienne et qui sera relativement dépourvu d’activité pour que vos sens primaires (auditifs, visuels, olfactifs) soient autorisés à se reposer. Quelques suggestions incluent une maison de culte, la plage ou une salle de repos dans un musée ou une bibliothèque.


    2. Une fois sur place, fermez les yeux et suivez votre respiration à l’aide de la respiration diaphragmatique profonde de style méditation. Durant les dix premières minutes, regardez où vos pensées vagabondent, acceptez qu’au départ, elles puissent prendre le chemin de l’épuisement pour compenser le manque d’informations externes.


    3. Durant les dix minutes suivantes, si encore plus de pensées surgissent, dites-leur doucement que vous appréciez leur présence, mais demandez-leur d’être tranquilles pour quelques instants.


    4. Après vingt minutes, décidez si vous souhaitez rester dans cette méditation ou si vous êtes prêt à partir. Chaque fois que vous quittez cet état, prenez le temps d’apprécier en tout premier lieu la manière dont vous vous sentez.


    5. Enfin, chuchotez ou parlez-vous à voix haute en vous promettant de retourner dans un mois dans un endroit tranquille pour vous asseoir et respirer à nouveau. Une recherche récente suggère que vous êtes plus susceptible de mener à bien un but si vous le dites à voix haute ou que vous vous le chuchotez plutôt que de simplement le dire en silence dans votre tête. Si vous pouvez le faire plus souvent, c’est très bien. Essayez au moins de vous accorder la permission de faire une rétrospection une fois par mois.

    Cet article est inspiré d’une question/réponse de la psychologue Sonja Lyubomirsky publié sur un site internet. Elle est l’auteure de l’ouvrage Comment être heureux… et le rester publié en français en 2008.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/8/23/n3508714.htm

  • Liens entre le corps et l'esprit

    Science, méditation, guérir, corps, esprit, médecine, vertu, culture, chine, cerveau,lao Tseu, asie On arrive à démontrer scientifiquement que les relations entre l'esprit et le corps ne font qu'un. Les grands sages chinois savaient bien de quoi ils parlaient! L’expérience de la méditation et de cultiver la vertu, comme celle de pardonner, rendent le corps et le mental de l’être humain plus performant.

    Les sages de la Chine ancienne et d'autres sages d'Asie, par exemple les yogis, connaissaient le lien entre l'esprit et le corps, alors que les traditions occidentales ont tendance à les dissocier. Ils connaissaient aussi le pouvoir d’une vertu comme le pardon.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, le pardon était considéré comme une grande vertu. De grands hommes tel l'empereur Wu de la dynastie Liang (464-549), étaient réputés pour être honnêtes envers les autres, faire peu de cas de leurs propres sentiments ou ressentiments et cependant avoir nombre de personnes distinguées et avisées autour d'eux.

    Une équipe de l'université d'Harvard s'est penchée sur les effets que pouvaient avoir la vengeance. Elle a porté son étude sur la relation entre un individu et une équipe mais aussi entre différents individus. Le rapport a été publié dans la revue Natural en mars 2008. Ils ont découvert que la vengeance, non seulement n'apporte aucun bénéfice à la personne qui veut se venger, mais de plus, affecte négativement l'équipe ou le groupe dont fait partie cette personne. «En fait», explique David Rand, un des co-auteurs de l'étude, «quand quelqu'un assouvit sa vengeance, il se forme une réaction en chaîne et tout le monde en pâtit.»

    Martin Nowak, le directeur de recherche, en conclut que les gens qui réussissent sont ceux qui ne s'emportent pas durant les conflits. Au contraire, prendre sa revanche n'apporte rien de bon, ni à soi ni aux autres.

    Dans les sociétés qui pratiquent la vengeance comme la vendetta en Corse au siècle dernier ou encore en Albanie de nos jours, c'est toute une famille, voire tout un clan ou un village entier qui tombent dans le malheur.

    Mais ceux qui arrivent à sourire, à ne pas se préoccuper du conflit ou de l'affront, vont établir un champ positif autour d'eux. On va admirer leur sang-froid et leur détachement. L'empereur Wu, qui appliquait ces principes, a su ainsi créer l'une des dynasties les plus stables et les plus prospères de l'histoire de la Chine.

    La méditation

    Notre second sujet de réflexion porte sur la méditation, largement pratiquée en Asie par les bouddhistes notamment. La méditation pour vous, qu'est-ce que cela signifie? Vous relaxer, faire le vide, acquérir la paix intérieure?

    Le magazine New Scientist publiait en novembre 2005 un article intitulé «La méditation construit le cerveau», relatant les travaux de scientifiques de l'université du Kentucky. Ils avaient voulu vérifier les assertions suivantes souvent entendues dans la bouche de ceux qui pratiquent la méditation: «J'ai plus d'énergie, j'ai besoin de moins de sommeil, je me sens mieux». Dix volontaires ont participé à l'étude et ont été testés, avant et après 40 minutes d'activités différentes: sommeil, méditation, lecture ou conversation légère et agréable. Chaque sujet a été placé dans toutes les situations.

    Les chercheurs se sont aperçus qu’après ce moment écoulé, tous les sujets étaient plus reposés ; mais pour certaines personnes, sortir du sommeil, être pleinement éveillé et en forme pouvait prendre un certain temps. La seule méthode qui pouvait conduire à une amélioration immédiate des performances était la méditation, sans qu'aucun des sujets ne l'ait pratiquée auparavant.

    Une autre étude publiée par le New Scientist le 2 septembre 2005 va encore plus loin. L'article s'intitule «Si la méditation est bien, Dieu y arrive encore mieux». Des chercheurs ont réparti des étudiants en trois groupes qui devaient se concentrer de la façon suivante:

    -    le premier sur l'idée «je suis content»,

    -    le deuxième devait simplement se détendre,

    -    le troisième devait se concentrer sur l'idée que Dieu est amour et paix.

    Le premier et le deuxième groupe sont sortis de leur méditation tout simplement détendus. Les étudiants du troisième groupe ont connu des améliorations sensibles de leur santé physique et mentale. Certaines douleurs ont été atténuées par exemple.

    Pour quelle raison? Cela reste encore un peu mystérieux. Le docteur Richard Davidson de l'université de Wisconsin-Madison relève que de nombreuses études scientifiques ont montré qu'une attitude positive pouvait avoir une répercussion sur l'état de santé d'une personne. Son équipe est arrivée à déterminer qu'une activité plus importante de la zone gauche du cortex préfrontal, par rapport à la zone droite, menait à une meilleure immunité. Son hypothèse : le cortex préfrontal est une région du cerveau où est gérée l'affectivité, c'est-à-dire la manière dont une personne répond émotionnellement à une situation. «Les émotions jouent un rôle important en modulant les systèmes corporels qui influencent votre santé», explique Davidson.

    Une nouvelle étude établit ce lien. 52 personnes ont été vaccinées contre la grippe. On a commencé par étudier leur activité cérébrale en leur demandant notamment de se souvenir durant une minute de deux évènements: un qui les a rendus très heureux et l'autre qui les a submergés de chagrin. Les scientifiques ont mesuré pendant ce temps leur activité cérébrale, des deux côtés du cortex, puis ont fait la même mesure après que les sujets ont consigné leurs souvenirs par écrit durant cinq minutes. Le résultat est que les personnes avec une activité plus importante du coté droit du cerveau étaient celles qui étaient davantage négatives.

    Pendant les six mois qui suivirent, les chercheurs prélevèrent à trois reprises du sang de chaque personne pour établir le taux d'anticorps développés par le vaccin, afin de voir l'immunité. A la fin des six mois, il s'est avéré que les personnes ayant une activité cérébrale côté gauche plus importante avaient une meilleure immunité.

    Article de Sound Of Hope: http://www.soundofhope.org/

  • Les chercheurs découvrent en 2005 que la méditation développe le cerveau

    méditation, 5ième exercice, bienfait, cerveau, qigong, bien être, relaxation, cortex, développement, cérébral

    D'après un rapport du New Scientist du 15 novembre 2005, les chercheurs ont découvert que la méditation fait plus que simplement vous faire vous sentir bien et vous calmer, elle vous fait mieux fonctionner - et modifie la structure de votre cerveau.

    Un groupe de chercheurs de l'université du Kentucky à Lexington ont tiré une conclusion basée sur leur récentes experiences. Ils ont utilisé un "psychomotor vigilance task" bien rodé, qui a longtemps été utilisé pour quantifier les effets du sommeil sur l'acuité mentale. Le test implique de regarder fixement un écran LCD et presser un bouton dès qu'une image apparaît. Typiquement, les personnes prennent 200 à 300 millisecondes pour répondre, mais les gens privés de sommeil prennent plus de temps, et quelque fois manquent complètement le stimulus. Dix volontaires ont été testés avant et après 40 minutes, soit de sommeil, de méditation, de lecture ou une légère conversation, tous les sujets essayant toutes les conditions. Les 40-minutes de sieste sont connus pour améliorer la performance (après une heure environ pour récupérer de la somnolence). Mais ce qui a surpris les chercheurs a été que la méditation était la seule intervention conduisant immédiatement à une performance supérieure, malgré qu'aucun des volontaires n'ait jamais pratiqué la méditation.

    " Chaque sujet individuel a montré des améliorations, " A dit O'Hara, un des chercheurs. L'amélioration était encore plus surprenante après une nuit sans sommeil. Mais, il a admis : " Pourquoi cela améliore la performance nous ne le savons pas. " L'équipe est maintenant en train d'étudier des sujets expérimentés en méditation , et qui passent plusieurs heures chaque jour à pratiquer.

    Bâtisseur de cerveau

    L'effet que la méditation a sur la structure du cerveau a aussi été matière à quelques débats. Maintenant Sara Lazar de l'hôpital général du Massachusetts à Boston USA, et des collègues ont utilisé L'IRM pour comparer 15 personnes qui méditent, avec une expérience s'étalant de 1 à 30 ans et 15 personnes qui ne méditent pas.

    Ils ont découvert que la méditation en réalité augmente l'épaisseur du cortex dans les zones impliquées dans l'attention et le traitement sensoriel, tel que le cortex pré frontal et l'insulaire antérieur droit.

    "Vous l'entraînez lorsque vous méditez, et il devient plus gros, " a-t-elle dit. La découverte est dans la ligne de l'étude qui montre que les musiciens accomplis, les athlètes et les linguistes ont tous un épaississement dans la zone appropriée du cortex.

    Reference:
    http://www.newscientist.com/channel/being-human/dn8317.html

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200511/23452.html

  • La méditation améliore l’humeur en seulement cinq semaines

    méditation, relaxation, qigong, bien être, stress, Chine, gymnastique chinoise, loisirs, santé, désordes affectifs

    Selon une nouvelle étude parue dans la revue Psychological Science qui associe de courtes périodes de méditation à l’amélioration de l’humeur, l’expérience «relaxez-vous les yeux fermés...» devrait être essayée par tous.

    Intitulée «l’asymétrie frontale associée aux émotions positives est produite par une pratique rapide de la méditation», cette étude postule et indique que l’activité cérébrale se transforme après seulement cinq semaines de méditation.

    Des études antérieures ont déjà analysé les bienfaits de la méditation sur le plan neurologique. Un article est également paru en 2010 concernant les effets de la méditation sur la capacité d’attention.

    Jane Anderson, une étudiante à l’université de Wisconsin-Stout a été inspirée pour réaliser une nouvelle étude, après avoir essayé la méditation pendant un mois et avoir remarqué des changements positifs sur son état de santé.

    «J’ai expérimenté un sentiment de calme, une meilleure capacité à réguler mes émotions», a t-elle déclaré dans une publication de l’Association des Sciences de la Psychologie (Association for Psychological Science, APS) .

    Avec une équipe d’étudiants et de membres du corps professoral, Anderson a mesuré l’activité électrique des cerveaux de 21 personnes en méditation, utilisant des électroencéphalogrammes (EEG), alors qu’ils étaient invités à méditer.

    Onze des participants se sont vu offrir deux cours de méditation d’une demi-heure par semaine, et ont été encouragés à pratiquer entre les sessions de formation; tandis que les dix autres n’ont pas reçu de cours.

    En moyenne, les onze participants ont acquis sept heures de cours de méditation et de pratique au cours des cinq semaines. À la fin des cinq semaines, de nouveaux enregistrements EEG ont été réalisés.

    Ces onze sujets ont montré une activité neuronale différente de celle des dix personnes sans cours de méditation. Ceux qui ont reçu les cours ont indiqué une plus grande activité du cerveau gauche frontal lors des essais ultérieurs.

    Des recherches antérieures ont démontré que les émotions positives étaient liées à ce type d’activité cérébrale.

    Le coauteur de l’étude, Christopher Moyer, a déclaré: «Cela ne peut pas nuire et peut en revanche faire beaucoup de bien», en décrivant les bienfaits de la méditation.

    «Si quelqu’un songe à commencer la méditation mais qu’il se dit ‘c’est un engagement trop lourd qui demandera trop d’entraînement avant que cela fonctionne sur mon esprit’, eh bien qu’il change d’avis car cette recherche prouve que ce n’est pas le cas».

    Avant Jane Anderson éprouvait des désordres affectifs saisonniers alors qu’elle vivait dans le Minnesota, dans les années 90. Ses résultats personnels concordent avec ceux de son étude.

    «Je pense que cela implique que la méditation est de nature à créer un changement dans les perspectives de la vie», a t-elle conclut en ajoutant: «Cela a vraiment fonctionné pour moi».

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/12/8/7/n3506809.htm

  • À propos de la tranquillité: signification en chinois

    Chine, tang, paix, tranquillité, intérieur,temple, lotus, méditation, caractères, explication, signification

    En lisant le poème Tang “Lire les classiques bouddhistes avec Chao à son temple, au petit matin " de Liu Zongyuan, une phrase a attiré mon attention "Dans la tranquillité de la cour du temple taoïste, la mousse ajoute de la couleur au vert du bambou. " En considérant le mot " tranquillité" me sont venues quelques pensées qui m'ont donné envie d’écrire un essai " À propos de tranquillité. "

    Le mot jing (tranquillité) se compose de deux caractères”vert” et “dispute”. Il est facile d’expliquer le mot "vert," comme les pentes vertes des collines, mais comment " dispute" devrait-il être expliqué ? Je pense que cela vient de 'ne pas avoir de dispute avec le monde' ! La tranquillité ne réfère pas à un environnement silencieux avec un air propre et frais. Il y a des différences de degré de tranquillité. Un environnement paisible n’est pas égal à la pureté de coeur, où au fait de résister à l’influence du mal extérieur. Pourtant il n’est pas facile de résister à l’interférence extérieure. Si une personne a été bonne et bienveillante toute sa vie, alors il y a une relation prédestinée avec le monde, et le mal extérieur n’a pas de place pour interférer avec cet être. Il y aura dans cette vie paix et tranquillité. Cependant, ceux avec peu de compassion auront de la difficulté à atteindre la tranquillité. Non seulement la tranquillité sera difficile à atteindre, mais il y aura aussi beaucoup d’interférences extérieures et d’obstructions.

    Les mots “Dans la tranquillité de la cour du temple taoïste" n’ont pas été écrits au hasard. Il n’est pas possible pour une personne ordinaire d’atteindre le degré de tranquillité que peut avoir un taoïste. Le champ d'un tel pratiquant est complètement pur ! Les pratiquants diligents peuvent purifier leurs environnements où qu’ils se trouvent. Ils peuvent accomplir de tels résultats sans lever le petit doigt, sans rien dire, ni n’utiliser aucune pensée. Ce type de tranquillité est d’un ordre très élevé. Ils sont capables de faire que toutes les vies autour d’eux s’apaisent.

    À ce point, j’ai commencé à réflêchir, écrire et à lire des essais, à propos des couleurs, des sons et des saveurs des différentes choses. Je suis en contact avec le quotidien. Un essai ou une composition est une complète effusion du cœur de l’auteur. C’est une complète représentation de l’état de cultivation de l’auteur. Il contient les convictions de l’auteur. En fait chaque objet contient toutes les représentations de lui-même. Si on devait être en contact continu avec des choses impures, on deviendrait impur et incapable d’atteindre la tranquillité.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200506/20623.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu