Avertir le modérateur

médias sociaux

  • La Police d’Hong Kong arrête les manifestants utilisant les réseaux sociaux

    Chine, Hong Kong, médias sociaux, révolution, étudiant, manifestation, censure, Occupy Central

    La Police Honk Kongaise a décidé de se servir d’une Loi destinée à prévenir les crimes informatiques. Assez vague dans ses termes, celle ci a été citée dans l'arrestation des manifestants pro-démocratie s’organisant à travers les réseaux sociaux. Selon les autorités, les individus utilisent Internet pour s’encourager mutuellement à mener des opérations comme le blocage du trafic et les rassemblements illégaux.

    L’article 161 de l’ «ordonnance pénale» de Hong Kong stipule qu’il est illégal de se servir d’un ordinateur avec l’intention de «commettre une infraction»,  de nuire délibérément, de tromper ou de causer préjudice à autrui. Les contrevenants risquent jusqu’à cinq ans de prison.

    La police Hong Kongaise n’en est pas à  son coup d’essai: à plusieurs reprises, des arrestations furent menées sous le couvert de lois assez vagues dans leur définition de l’infraction.

    D’après Quartz, deux jours avant que le mouvement Occupy Central ne se forme, la police a arrêté Joshua Wong, co-fondateur du groupe d’étudiants Scholarism. Ce dernier recommandait sur les réseaux de percer les barricades bloquant l’entrée du siège du gouvernement. Un garçon de 15 ans a également été arrêté en Juin pour avoir affiché en ligne un guide sur l’assaut du bâtiment du Conseil législatif.

    Plus récemment, le 18 octobre, police de Hong Kong a arrêté un homme de 23 ans. Celui-ci avait posté un message sur le Golden Forum d’ Hong Kong,  couramment utilisé par les manifestants pro-démocratie, pour encourager les gens à rejoindre les manifestations du 17 au 19 octobre.

    «Tard dans la soirée du 18 Octobre, un affrontement violent entre la police et les manifestants s’est déroulé à Mongkok, faisant plus d'une douzaine de blessées. Tôt le lendemain matin, la police a arrêté l'internaute dans son appartement», expliquait Keyboards Warrior, un groupe d’avocat  spécialisé dans la défense des droits civiques.

    Dans un communiqué de Presse, la police s’est expliquée: «grâce à Internet, certaines personnes ont tenté d'en inciter d’autres à réoccuper Mong Kok et à paralyser la circulation dans l'ouest de Kowloon».

    La police a déclaré avoir arrêté un individu sans nom pour «avoir utilisé un ordinateur avec une intention malhonnête, ou criminelle» et avoir provoqué un «rassemblement illégal». A leurs yeux, il s’agissait d’une «infraction criminelle très grave».

    «Nos premières enquêtes ont révélé que le suspect a incité d'autres personnes,  sur un forum en ligne, à  se joindre un rassemblement illégal à Mong Kok, à charger les forces de police et à paralyser les chemins de fer» soutiennent-ils.

    Le groupe Keyboard Warrior, qui milite pour l'ouverture d'Internet, a dénoncé l’attitude des autorités qui auraient utilisé une Loi visant à prévenir les crimes informatiques dans le but d’étouffer les protestations.

    Le groupe affirme que depuis le début des manifestations pro-démocratie, plus d’une douzaine d’internautes ont été arrêtés en vertu de cette Loi. Et de citer Charles Mok, membre du Conseil législatif, expliquant que la Loi contre les crimes informatiques est comme une «prise universelle que l’on pourrait connecter à toutes sortes de «crimes», si l’acte implique l’utilisation d’ordinateurs, de téléphones mobiles, ou même d’appareils photos numériques».

    Il affirme que plus d'une douzaine internautes de Hong Kong ont été arrêtés en vertu de la loi depuis le début des manifestations pro-démocratie.

    Il cite membre du Conseil législatif de Hong Kong Charles Mok comme disant que la loi sur la criminalité informatique «est comme une prise universelle qui peut être attaché à toutes sortes de crimes, si l'acte implique l'utilisation d'ordinateurs, de téléphones mobiles ou même des appareils photo numériques.»

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/10/28/n3510419/la-police-dhong-kong-arrete-les-manifestants-utilisant-les-reseaux-sociaux.htm

  • Un fonctionnaire communiste dit des médias sociaux en Chine, c’est la «guerre»

    fonctionnaire, communiste, Chine, Médias sociaux, guerre, Weibo, microblogs, opinion, psychologique

    En mentionnant l’influence des plates-formes de microblogging chinois du genre Twitter sur l’opinion publique, un officier de l’Armée Populaire de Libération (APL) a déclaré, dans une récente interview, que les microblogs Weibo mettent en danger la sécurité nationale, car ils propagent des idées de gouvernement constitutionnel, de liberté d’expression et d’autres ‘dangereux’ concepts de l’Occident.

    Lors d’une interview avec «Chinese Social Sciences Today», Li Dianren, un général de corps d’armée enseignant à l’Académie militaire d’État – l’Université nationale de Défense de l’APL – a considéré l’Internet comme le nouveau front dans la guerre de propagande contre les avis dissidents. Il a nommé le constitutionalisme, le néolibéralisme économique et le «nihilisme historique» comme les trois principales menaces pour l’idéologie du Parti.

    Li a présenté ce dernier comme des versions de l’histoire qui «nient la révolution, la voie du socialisme choisie par la Chine ou le rôle historique du Parti communiste chinois».

    Li a condamné des idées comme un système multipartite ou séparation des pouvoirs qui provient de l’Occident, en disant qu’elles «diffament et refusent d’admettre le système politique du pays».

    L’interview avec Li a été initialement publiée dans le journal idéologique du Parti mais, a été reprise d’une manière probablement assez ironique par Caijing, un magazine d’affaires avec des penchants libéraux. Les éditeurs ont indiqué, en gras, les parties les plus colorées de l’entrevue, tandis que près de 9.000 internautes ont fait des commentaires.

    À un moment donné, l’interviewer a demandé: «Attaquer et se défendre en ligne est devenu une partie importante de la guerre moderne et mener la bataille sur des microblogs est devenue une partie importante de la guerre en ligne. Alors, quel est l’effet des microblogs sur la défense et la sécurité nationale?»

    Li a donné la réponse suivante: «La guerre psychologique, la guerre juridique et la guerre de l’opinion publique sont toutes des outils importants de la guerre moderne. La bataille sur les microblogs fait également partie des ‘trois guerres’».

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/2/n3508562.htm

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu