Avertir le modérateur

média chinois libre

  • Coutançais, terre de dissidents chinois

    Michal et Rémi Blebtreu, journalistes installés près de Coutances, écrivent pour un journal dissident chinois.

    C'est un couple tranquille installé depuis six mois dans une maison charmante du Coutançais, à Hauteville-sur-Mer, pas très loin de la plage et à 10 000 kilomètres de la Chine. Un jardin fleuri, des jouets sur le sol, une tasse de café pour vous accueillir, tout laisse à penser qu'ils mènent une vie paisible.
    Pourtant, Michal et Rémi Blebtreu ont une vie très occupée. Ils sont en effet les correspondants français d’un des journaux dissidents chinois les plus importants au monde, La Grande Epoque.

    Traduit en 18 langues
    Edité à 1,7 million d’exemplaires, publié en 18 langues dans 30 pays, le journal a été créé en 2000 par deux doctorants chinois installés aux Etats-Unis. “Ils ont décidé de dire ce que les médias chinois taisaient, indique Rémi Blebtreu, là où le seul média autorisé reste l’organe de presse du parti, de la propagande en soi”.
    Petit à petit, leur réseau de correspondants s’étend. Ils trouvent des rédacteurs courageux en Chine, aux Etats-Unis. Le journal se distribue sous le bras, mais surtout sous peine de lourdes représailles. Très vite, les communautés étrangères, souvent des sinologues amateurs, s’intéressent à cette presse libre, porteuse d’informations capitales sur le régime et la société. Des éditions allemandes, russes, canadiennes naissent. En 2005, Michal et Rémi Blebtreu se lancent dans l’aventure française au côté d’Isabelle Chaigneau, Hélène Tong, Mathieu Sirvins et Alexis Genun, le rédacteur en chef.

    Journaliste agressé à New York
    La Grande Epoque se fait le défenseur des pratiquants de la méthode du Falun Dafa, une technique de méditation chinoise dont les adeptes sont persécutés en Chine.
    C’est justement en pratiquant cette méthode que Rémi Blebtreu a découvert le journal. Au cours d’un voyage à Tel-Aviv, ce passionné d’arts martiaux se perfectionne au Falun Dafa. Il rencontre alors Michal, à l’époque étudiante en littérature française. Ensemble, ils participent à des manifestations contre les répressions en Chine.
    De retour en France, leur engagement ira crescendo. Ils se rapprochent d’autres Français tout aussi motivés. Une secrétaire, un doctorant en physique, une responsable média, autant de profils différents qui sont les plumes de l’édition française.
    Le 1er janvier 2005, le premier numéro est diffusé gratuitement en ligne ou dans le métro parisien, mais “surtout auprès des grandes instances et des personnalités politiques”, pour les convaincre “de ne pas se laisser influencer par la pression chinoise”.
    Côté financement, l’édition française bénéficie de fonds propres venus des éditions américaines et de la publicité. Voilà six mois, les deux journalistes ont quitté Paris pour la Normandie. Dans leur bureau d’Hauteville-sur-Mer, ils restent en contact direct avec les autres membres de la rédaction internationale via le réseau Skype, “branché en permanence” sur leur ordinateur. Cette activité pourrait leur apporter des ennuis… “A New York, le rédacteur en chef s’est déjà fait agresser”, raconte Rémi Blebtreu.
    “Une seule fois j’ai eu peur en refermant la porte. La minute d’après, j’avais oublié”. Quant à Michal, elle n’a jamais “tremblé”. La Normandie, ils la considèrent comme une région “très ouverte sur l’extérieur”. Dans la dernière parution, on trouve d’ailleurs un article de Michal sur deux jeunes femmes qui restaurent des meubles récupérés.
    “Une initiative écologique que je trouvais intéressante à décrire dans nos pages”.
    À côté de témoignages accablants envers le gouvernement chinois, comme celui d’un avocat prisonnier et torturé pour avoir dénoncé la situation des droits de l’homme dans son pays, l’actualité nationale et même locale y est décrite. Une vision internationale de la Normandie.

    Un peu de biographie, elle...
    Michal est Israélienne. Elle est l’auteur d’une thèse sur le mouvement surréaliste. Aujourd’hui, elle effectue de nombreuses traductions dans plusieurs langues.

    ... lui
    Après avoir suivi le cours Florent, Rémi devient comédien et réalisateur de courts métrages et documentaires. Il a également travaillé auprès de sa tante, Denise René, célèbre galériste parisienne spécialisée ans l’Art moderne et cinétique.

    La Grande Epoque sur internet
    La Grande Epoque est distribuée gratuitement à Paris. On peut également télécharger gratuitement l’édition en format PDF sur le site www.lagrandeepoque.com. En surfant sur les onglets des pays, l’internaute peut consulter les éditions correspondantes.

    De nombreux prix
    La Grande Epoque a reçu de nombreux prix. En 2005, l’édition allemande a reçu un prix en tant que média de l’International Society for Human Rights (IGFM) pour son apport régulier d’informations sur la violation des droits de l’homme en Chine. En 2005, l’édition anglaise a été récompensée du meilleur prix de l’Asian American Journalists Association, et l’édition chinoise a été reconnue comme “défenseur des droits de l’homme et des valeurs démocratiques libres”.

    Tiré de La Manche Libre

    http://www.lamanchelibre.fr/Coutancais--terre-de-dissidents-chinois-,1.media?a=2413

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu