Avertir le modérateur

lutte contre la corruption

  • En Chine, le dirigeant du Parti négocie en coulisse avec la faction rivale

    Xi Jinping, Chine, Politburo, parti communiste, lutte contre la corruption

    Analyse de l’information

    Xi Jinping, le nouveau dirigeant du Parti communiste chinois déguisé en promoteur d’une campagne de lutte contre la corruption pour sauver le Parti et l’Etat, a hérité de la mission inachevée de contrôle et de purge des forces rivales et des factions qui ont été, l’année dernière, à l’origine de scandales et de luttes intestines parmi les hauts dirigeants du Parti.

    En tête de liste se trouve Jiang Zemin, l’ancien chef vieillissant du Parti, qui a, telle une épée de Damoclès, la responsabilité de la persécution du Falun Gong suspendue au-dessus de sa tête. L’autre cible de Xi est le Comité des affaires politiques et juridiques (CAPL), un appareil de sécurité publique de la Chine, devenu l’organisation la plus corrompue et le second centre de pouvoir sous la conduite de son ancien chef Zhou Yongkang, qui est également l’un des plus proche allié de Jiang. La manière dont Xi traitera ces problèmes va déterminer le destin du Parti.

    Au cours des quelques semaines qui ont suivi la nomination de Xi en tant que chef du Parti, Jiang Zemin a déjà à plusieurs reprises défié ouvertement l’autorité de Xi.

    Le 4 décembre, huit règles visant à améliorer le travail du Politburo, connues sous le nom de Huit règles de Xi, ont été approuvées par le Parti. Une de ces règles interdit aux fonctionnaires de publier leurs propres écrits, monographies, lettres ou télégrammes de vœux ou encore toutes autres inscriptions, sans l’approbation préalable du gouvernement central.

    Cependant, selon un rapport d’un média d’Etat, sur une période de six jours,qui va du 22 au 28 décembre, Jiang a transgressé à quatre reprises les règles de Xi. Le 22 décembre, Jiang a écrit la préface d’un livre d’anciens poèmes. Deux jours plus tard, il a publié un livre intitulé Huang Ju, dédié à son partisan Huang Ju qui était aussi un personnage clé dans la persécution du Falun Gong et qui est décédé en 2007.

    Le 25 décembre, Jiang a fait une inscription qui a été dévoilée sur le Pont de Nanjin. Et, le 28 décembre , son dernier livre a été publié. Selon des analystes politiques, l’intention de Jiang était de rappeler à Xi, et à tout le monde, qu’il a encore une influence politique.

    Une personne bien informée du camp de Xi Jinping a dit à la Radio Nationale de Chine appartenant à l’Etat, que l’attitude distante de Jiang était dans une certaine mesure approuvée par Xi. Le fait de permettre à Jiang d’entretenir ces présences publiques a servi de couverture pour les vraies opérations – reconquérir le pouvoir de Jiang, tromper l’attention du CAPL et empêcher Zeng Qinghong, l’homme à tout faire de la faction de Jiang, d’entreprendre toutes sortes d’opérations «suicide» qui aurait pu mettre le Parti hors de contrôle.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/1/10/n3507783.htm

  • Xi Jinping maintient sa mise en garde contre la corruption

    Xi Jinping, le nouveau dirigeant chinois, poursuit sa bataille officielle contre la corruption. De nouvelles lois ont été créées pour empêcher les responsables chinois d'empocher de grosses sommes d'argent. Alors qu'il présidait une réunion du Politburo ce lundi, Xi Jinping a souligné la nécessité que les autorités punissent les responsables corrompus et que l'avenir du régime en dépend.

    Le Parquet et le Tribunal suprêmes du peuple assistaient à cette réunion. Le même jour, ils ont publié un document déclarant que verser une somme supérieure à 10 000 yuans, soit près de 1 600 dollars, est considéré comme un crime. Ceux qui seront pris dans une telle transaction auront affaire à la justice. Selon les observateurs, cette déclaration n'est pas suffisante.

    [Gong Shengli, Économiste et auteur]:
    «Si les responsables ne publient pas leurs avoirs, la nouvelle administration ne pourra pas établir sa crédibilité et ne pourra pas lutter contre la corruption.»

    Mais demander aux responsables de rendre publics leurs avoirs n'est pas chose facile. En novembre dernier, même wang Qishan, le directeur de la Commission centrale de l'inspection de la discipline du Parti communiste, a avoué que de telles mesures seraient difficiles à appliquer.

    [Tang Baiqiao, Militant pour la démocratie]:
    «La plupart des biens que les responsables possèdent n'ont pas été acquis légalement. Tous ceux dont la richesse sera inspectée risquent d'être punis par la loi. La publication de leurs avoir pourrait donc n'être qu'une loi inutile. Car si elle est appliquée, les responsables devront être jugés. Et ils ne vont donc pas prendre ce risque.»

    Le 26 décembre dernier, le groupe médiatique Bloomberg a publié des informations sur les richesses possédées par des proches et les enfants de huit hauts responsables du parti communiste. Les familles de Wang Zhen, Deng Xiaoping et Chen Yun, ont autrefois contrôlé ou contrôlent toujours des entreprises d'état d'une valeur de 1,6 trillions de dollars, soit plus d'un cinquième de la production économique annuelle de la Chine.»

    Le 27 décembre dernier, le quotidien officiel China Youth avançait qu'il faudrait au moins 20 ans avant que la publication des avoirs ne puisse être appliquée. Une loi similaire sur la déclaration officielle des avoirs avait déjà été introduite en 1994. Elle est toujours en suspens à l'heure actuelle.

    En avril 2012, la police a enquêté sur plus de 10 personnes de Guangzhou qui avaient publiquement appelé l'ancien dirigeant Hu Jintao et d'autres responsables chinois à déclarer leurs fortunes certains de ces citoyens de Guangzhou ont depuis disparu et leur trace n'a toujours pas été retrouvée aujourd'hui.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2013-01-02/793799776306.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu