Avertir le modérateur

liu xiaobo

  • La Chine, dictature sous ecstasy? - Interview de Chan Koonchung par le Nouvel Observateur

    chine,dictature,ecstasy,politique-fiction,amnésie collective,liu xiaobo,ai weiwei,chan koonchung,livre interditLe Nouvel Observateur Votre livre, « les Années fastes », est une saisissante politique-fiction. Nous sommes en 2013, la Chine a réussi à se hisser à la première place mondiale en mettant à profit un second krach financier qui a emporté les économies occidentales. Les Chinois sont euphoriques et applaudissent leur gouvernement à poigne - qui, lui, n'a pas changé d'un iota. Mais cette réussite doit beaucoup à l'ecstasy présente dans l'eau du robinet, et à l'amnésie collective qui a fait « disparaître » un mois entier de répression sauvage juste avant l'avènement de cet âge d'or.

    Chan Koonchung J'ai voulu développer un « assez bon » scénario pour la Chine de 2013 confrontée à une seconde crise qui risquerait de balayer le pouvoir. Mais ce pouvoir a une longue expérience de la gestion des chocs : il commence toujours par une campagne sans merci contre les « fauteurs de troubles ». Puis il prend des mesures radicales de réajustement économique, ce qui lui permet de s'en sortir. Et pour finir, il « achète » les gens par des avancées purement matérialistes. Il existe des scénarios bien pires, où le pays pourrait sombrer dans le fascisme après une période de chaos. Mais la Chine réussira à résoudre certains de ses problèmes internes tout en restant intraitable vis-à-vis des dissidents. Le pouvoir ne voudra jamais rendre compte de ses crimes passés.

    Le système que vous décrivez dans le livre n'est pas une dictature pure et simple...
    En effet, le pouvoir n'est plus capable de faire taire toutes les voix dissidentes, il y en a trop. Mais ses méthodes sont de plus en plus sophistiquées. Voyez les universitaires ou les artistes, longtemps dans la rébellion, et aujourd'hui couverts d'argent, de bourses, de perspectives alléchantes... Du coup, ils sont tout à fait acquis au système. Les dirigeants ont compris que ce n'est pas nécessaire d'être aimé. L'obéissance suffit. Bien sûr, il leur arrive aussi de pécher par excès : en 2008, après les JO, ils ont pensé qu'ils étaient « arrivés », que rien ne devait leur résister, et ils ont voulu donner une bonne leçon aux dissidents. D'où la lourde condamnation de Liu Xiaobo, et l'affaire Ai Weiwei. Echaudés par la réaction internationale, ils se tournent de nouveau vers des méthodes plus douces : ils veulent à présent « séduire » les journalistes - un groupe qui leur donne du fil à retordre...

    L'ecstasy dans l'eau rappelle pourtant « le Meilleur des mondes ».
    En fait, c'est le scandale du « lait mélaminé » en 2008 qui m'en a donné l'idée. On a appris plus tard que l'annonce avait été sciemment retardée pour ne pas ternir les JO ! La nourriture est très frelatée ici, avec une foule de substances plus ou moins toxiques qui sont ajoutées illégalement. Et on voit qu'il est très difficile de stopper la tendance car la bureaucratie en retire trop de profit. Même chose avec la drogue dans l'eau de mon livre : prévue à l'origine pour « calmer les gens » pendant quelques jours au moment le plus critique de la crise, elle devient un ingrédient habituel. Pourquoi s'en priver, si tout le monde en profite ?

    Lire la suite de l'article sur:http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20120131.OBS0231/la-chine-dictature-sous-ecstasy.html

  • L'avocate chinoise des Droits de l'homme Ni Yulan risque de nouveau la prison

    chine,ni yulan,avocate paralysée,avocate des droits de l'homme,gao zhisheng,liu xiaobo,journalistes,emprisonnementIl y a dix ans, Ni Yulan  avait été brutalement battue par des policiers et est restée handicapée à vie. Récemment, un tribunal l’a accusée, elle et son mari, d'avoir frappé les employés d’un hôtel, en réalité une prison secrète où la police les avait enfermés. Le couple a plaidé non coupable.

    Les médias étrangers n’ont pas été autorisés à assister au procès jeudi 29 décembre 2011. Un porte-parole a lu une déclaration préalablement préparée. Le Porte-parole, du tribunal du district de Xicheng, a lu: «Les défendants Ni Yulan et Dong Jiqin sont accusés d’avoir provoqué des troubles, d’avoir volontairement endommagé et volé les biens d'une société et d’avoir abusé à plusieurs reprises d’autres personnes».

    Ni Yulan n’a plus le droit d’exercer sa profession et elle a été envoyée deux fois en prison pour avoir défendu les droits de personnes illégalement expulsées de leurs domiciles. Cette fois, le tribunal n’a pas réussi à rendre de verdict. Mais la fille de Ni Yulan s'inquiète que sa mère puisse être condamnée plus tard à une peine de prison.

    Dong Xuan, fille de Ni Yulan, a déclaré:  «Oui, cela est très possible parce qu’elle avait été condamnée deux ans la dernière fois. Cette fois-ci, ils ont ajouté d’autres accusations, il est très probable qu’elle soit condamnée pour plus de trois ans».

    Condamner les dissidents pendant que les journalistes étrangers ont pris leurs vacances de Noël est devenu une tradition en Chine. Gao Zhisheng, le célèbre avocat des droits de l'homme, avait été condamné pour subversion trois jours avant Noël 2006. Le Prix Nobel Liu Xiaobo, un autre militant des droits de l'homme, avait aussi été condamné deux jours avant Noël, en 2009. Cette année, deux autres dissidents ont été lourdement condamnés à des peines respectives de 9 et 10 ans de prison, quelques jours avant le 25 décembre 2011.

    Tiré de:

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • Gao Zhisheng condamné à 3 ans de prison

    Le régime chinois a condamné officiellement l'avocat Gao Zhisheng à trois ans de prison. Gao Zhisheng a passé la majeure partie de ces deux dernières années en détention. Mais le régime semble vouloir s'assurer que l'avocat n'aie plus aucun contact avec le monde extérieur.

    Tiré de:

    CHine, television, New Tang Dynasty Television, médias chinois, médias chinois indépendants

  • Twitter annonce la mort de Gao Zhisheng

    twitter,chine,gao zhisheng,dissident chinois,avocat chrétien,avocat chinois,avocat,répression,conscience,liu xiaobo,prix nobel de la paix,mouvement tuidang,communiste,régimeGao Zhisheng, un célèbre avocat chinois des droits de l'homme, pourrait être mort. La rumeur de son décès est partie du compte Twitter d'une personne surnommée GuaDai. C'est la plus grande peur de la communauté internationale des sympathisants qui l’ont toujours soutenu depuis sa disparition en 2010, après qu'il ait été torturé et maltraité par le régime chinois.

    Gao, appelé la «conscience des avocats chinois», avait été condamné pour subversion en 2006. Il avait été emprisonné pendant 3 ans et en sursis pendant 5 ans. Depuis il a été enlevé plusieurs fois par les autorités chinoises. Dans un entretien avec Associated Press, Gao avait révélé les tortures répétées qu’il avait subies en prison. AP avait promis de garder cet entretien confidentiel, à moins qu’il ne disparaisse encore une fois. Le 6 avril 2010, Gao a disparu et l’entretien a été publié.

    Gao Zhisheng était l’avocat de tous ceux qui n’avait personne pour les défendre ou qui avaient dû subir la fureur du régime chinois. Il défendait les groupes persécutés comme les Chrétiens clandestins ou les gens dont les terres avaient été saisies par des responsables du régime.

    Ces dernières années, la Chine est reconnue pour deux choses : une économie en pleine expansion et la répression sévère des dissidents. Mais le cas de Gao Zhisheng est différent des autres dissidents. Liu Xiaobo, décoré du prix Nobel de la paix, est emprisonné, mais il a été autorisé à communiquer avec sa famille et ses amis. Gao Zhisheng n’a pas eu cette chance.

    Une différence importante est que Gao Zhisheng a défendu les pratiquants du Falun Gong que le régime chinois persécute depuis le 20 juillet 1999. Une autre différence est le mouvement Tuidang. Tuidang signifie « Quitter le parti communiste chinois ». Les participants à ce mouvement renoncent à leur adhésion au parti communiste chinois. Le mouvement Tuidang a commencé en 2004. Depuis, plus de 100 millions de personnes ont quitté le parti communiste. Gao Zhisheng avait démissionné en 2005.

    Geng He, l'épouse de Gao et leurs deux enfants vivent actuellement aux États-Unis. Ils ont fui la Chine pour échapper aux harcèlements.

     

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Twitter-annonce-la-mort-de-Gao-Zhisheng.html

  • Vladimir Poutine, lauréat du prix Confucius pour la paix

    Vladimir Poutine, lauréat du prix Confucius pour la paix, prix Confucius pour la paix, dictateur Mouamar Kadhafi, premier ministre russe,guerre de Tchétchénie,Liu Xiaobo, prix nobel de la paix, protecteur des régimes syrien et iranien, soutien de la russie à la SYrie, Soutien de la russie à l'Iran Un prix invraisemblable, le prix Confucius pour la paix, a été attribué à un candidat tout aussi invraisemblable : l'homme fort russe Vladimir Poutine.Le premier ministre russe, envahisseur de la Géorgie et protecteur des régimes syrien et iranien, s'est fait attribuer ce prix par un comité qui avait d'abord été mis sur pied, puis aboli, par le ministère de la Culture chinois.

    La sélection a été annoncée lors d'une conférence de presse à Pékin le 13 novembre. Un des organisateurs, le poète Qiaocheng Dharma, a commenté à Radio France Internationale qu'une des raisons pour lesquelles Poutine avait gagné le prix était à cause de son opposition à la campagne de l'OTAN en Libye pour soutenir les rebelles.

    Il est très peu probable que les rebelles auraient pu venir à bout du dictateur Mouamar Kadhafi, aux commandes d'un régime brutal depuis des décennies, sans l'assistance de l'OTAN. Certains commentateurs ont suggéré que l'attribution du prix à Poutine était une manière d'envoyer un autre genre de message : qu'il est correct d'envahir et de soumettre des régions habitées par des minorités.

    Zhao Pei, commentateur sur la chaîne New Tang Dynasty, considère plutôt ironique l'attribution du prix à Poutine. Ce dernier était au cœur de la deuxième guerre de Tchétchénie, république rebelle qui fut reprise par Moscou en début 2000, qui a causé des milliers de morts. En plus, Poutine est loin d'être reconnu pour son respect des droits de la personne et de la liberté de la presse.

    Selon une déclaration émise par le comité du prix, le rôle de Poutine dans la guerre de Tchétchénie explique en partie pourquoi il est lauréat : «Sa main de fer et sa sévérité révélées dans cette guerre ont grandement impressionné les Russes et il a été vu comme étant capable d'apporter sécurité et stabilité à la Russie.»

    Le prix Confucius pour la paix a été mis sur pied initialement par le ministère de la Culture afin de contester l'attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo, un dissident chinois incarcéré. Le comité a plus tard été officiellement dissous, mais a refait surface cette année de manière non officielle.

    Le premier lauréat du prix Confucius est Lien Chan, le président honoraire du Parti nationaliste de Taïwan. Selon les observateurs, cette attribution était un coup politique visant à renforcer l'idée de «réunir» Taïwan démocratique et la Chine communiste.

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Vladimir-Poutine-laureat-du-prix-Confucius-pour-la-paix.html

  • La Chine annule le Prix Confucius de la paix

    Prix nobel de la paix, CHine, Prix Confucius de la paix , prix nobel chinois, Liu Xiaobo,Ministère de la Culture du régime chinois ,

    Le Prix Confucius de la Paix a été initié en 2010 en Chine, en concurrence du prix Nobel de la Paix suédois qui avait été attribué au défenseur de la démocratie Liu Xiaobo, actuellement enfermé dans les prisons chinoises pour «subversion du pouvoir de l’État». (NTD)

    Le Ministère de la Culture du régime chinois a remis en question l'avenir du Prix Confucius de la paix. Liu Haofeng, président exécutif du prix, a maintes fois assuré que le ministère appuyait toujours l'attribution de ce prix. De son côté, le ministère a affirmé que le Prix Confucius de la Paix, n'avait jamais reçu l'approbation de l'état.

    Dans un entretien avec Associated Foreign Press, Liu a clairement indiqué que le prix continuerait et que: «Il ne s'agit que du retrait de l'organisateur précédent». Le Ministère de la Culture a ensuite réitéré que le prix avait bien été annulé.

    Le Prix Confucius de la Paix a été initié en 2010 en Chine, en concurrence du prix Nobel de la Paix suédois qui avait été attribué au défenseur de la démocratie Liu Xiaobo.  Ce dernier purge toujours une peine de 11 ans de prison pour soi-disant «subversion du pouvoir de l’État».

    La première édition du Prix Confucius avait été remise l'an dernier à Lien Chan, ancien Vice-président de Taiwan. Celui-ci n'ayant jamais entendu parler du prix, ne s'est donc jamais présenté à la cérémonie.

    Parmi les nominés au Prix Confucius de cette année se trouvaient: le premier Ministre russe Vladimir Poutine, Gyaincain Norbu, le Panchen Lama désigné d'office par le régime chinois et le président sud-africain Jacob Zuma.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-Chine-annule-le-Prix-Confucius-de-la-paix.html

  • En Chine, la répression de la dissidence la plus dure depuis de ces dernières années

    repression dissidence chine.jpgPEKIN - Inquiet des insurrections dans les pays arabes et de la caisse de résonance qu'offre l'internet, Pékin a lancé la répression la plus dure de ces dernières années contre les dissidents, anéantissant les timides avancées en faveur des libertés, selon les groupes de défense des droits de l'Homme. Au moins 26 militants ont été placés en détention depuis le début des mouvements de révolte en Afrique du Nord et au Proche-Orient, qui ont fait naître en Chine des appels sur l'internet à des rassemblements, ont indiqué plusieurs organisations. Plus de 30 autres ont été assignés à résidence ou placés en garde à vue, sans avoir été inculpés, notamment des avocats et des blogueurs connus, jusqu'alors tolérés, selon Défenseurs des droits de l'Homme en Chine (CHRD - Hong Kong).

    "La situation des défenseurs des droits de l'Homme et des critiques du gouvernement est sombre, et une grande partie des avancées réalisées par une génération de militants courageux a été anéantie en très peu de temps", déclare Nicholas Bequelin, de Human Rights Watch (HRW). La répression marque une intensification de la politique de la "main de fer" adoptée depuis les jeux Olympiques de Pékin en 2008, ajoute-t-il. La Chine avait obtenu les JO en promettant une amélioration de la situation. Le tour de vis constaté déja amorcé depuis que l'intellectuel Liu Xiaobo a obtenu le prix Nobel de la Paix en octobre, a réduit au silence quasiment tous les opposants vivant en Chine.


    Cette semaine, la police du sud-ouest du pays a inculpé Ran Yunfei, Ding Mao et Chen Wei, des vétérans, pour "subversion", selon les groupes de défense. Un motif souvent utilisé pour baillonner les critiques du gouvernement --Liu avait été condamné sous ce chef d'inculpation en décembre 2009. "Personne ne sait quand cela va finir et tous ignorent quel sera le prochain", déclare Wang Songlian, de CHRD. "C'est la répression la plus dure de ces 15 dernières années. Chaque jour, quelqu'un disparaît, est amené, détenu ou inculpé".

    Parmi ceux détenus sans inculpation depuis mi-février figurent Teng Biao, Jiang Tianyong et Tang Jitian, des avocats qui s'appuyaient sur la loi chinoise pour lutter contre les abus de pouvoir. Interrogée jeudi sur cette vague de répression, Jiang Yu, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a assuré que la Chine respectait la liberté d'expression, tout en ajoutant que ses citoyens ne devaient "pas nuire à l'intérêt public".
    Les autorités ont réagi sans ménagement lorsque ...

    Lire la suite: http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/en-chine-la-repression-de-la-dissidence-la-plus-dure-depuis-des-annees_978238.html

  • En Chine, Confucius recyclé en anti-prix Nobel

    2010-12-09T095030Z_2101895862_GM1E6C91D4Q01_RTRMADP_3_CHINA_0.JPGVoici un article de RFI (Radio France Internationale), sur les manoeuvres du parti communiste chinois, qui à des fins de propagande envers le peuple chinois utilise le nom de Confucius et met en scène une parodie d'anti-prix nobel alors que le prix Nobel de la Paix sera officiellement remis à Liu Xiaobao ce 10 décembre 2010 à Oslo.

    (Sur la photo la petite fille n'a pas l'air très contente de cette cérémonie du prix Confucius)

    Un prix Confucius pour la paix… C’est la parade qu’à trouvé la Chine au prix Nobel de la paix attribué cette année à un dissident chinois emprisonné, Liu Xiaobo. Le prix Nobel sera remis le vendredi 10 décembre 2010 à Oslo, en Norvège. Le prix Confucius a lui été remis ce jeudi 9 décembre à Pékin par une ONG. Les autorités ont déclaré n’être pas intervenu dans ce prix. Une cérémonie qui a très vite tournée à la parodie.

    Les micros ne sont pas encore au point et les journalistes s’impatientent dans cette salle de conférence bondée du 4e étage d’un hôtel du centre de Pékin. « 1er prix Confucius pour la paix » dit la banderole rouge sur le mur du fond. Quatre professeurs et un attaché militaire font partie du comité de sélection, dont Zhou Guidian, enseignant de philosophie à l’Ecole normale de Pékin : « On n'a rien contre le Nobel et ça n’a rien à voir avec Liu Xiaobo. L’Occident a le prix Nobel, nous on a le prix Confucius », affirme-t-il.

    Comme pour le prix Nobel de vendredi à Oslo, la chaise du lauréat en Chine est restée vide. L’ancien vice-président taiwanais, artisan du rapprochement entre Taipei et Pékin, Lian Zhan ayant refusé l’invitation. Le président du comité : « Ce n’est pas un anti-prix Nobel » répète alors le président du comité sans prononcer les mots qui fâchent. « On n’a jamais fait le lien, jure-t-il, avec San Ke Zi », ces « trois mots » littéralement en chinois, trois mots évidement pour : Liu Xiao Bo.

    La cérémonie vire alors à la parodie. Les journalistes étrangers, seuls présents dans la salle avec quelques confrères chinois, bombardent le comité de questions. -Qui finance les 100 000 yuans, plus de 13 000 euros, du prix ? Pas de réponse. -Combien d’internautes ont voté pour le lauréat ? Pas de réponse. -Quand est-ce que ces votes seront visibles sur internet. Toujours pas de réponse...

    Enfin, une dernière question : « Jimmy Carter figurait dans la liste des candidats. L’ancien président américain a pourtant appelé à la libération de Liu Xiaobo ? Est-ce que ça veut dire que vous soutenez le dissident lance une consœur ? ». « Si vous tenez absolument à ce que je parle de Liu Xiaobo finit par soupirer le président du comité. Alors on verra bien qui, dans 500 ans, finira par rester dans l’Histoire »...

    Voir l'article en entier sur: http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20101209-chine-confucius-recycle-anti-prix-nobel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu