Avertir le modérateur

liberté religieuse en chine

  • Des centaines d'emprisonnement illégaux en Chine

    Depuis 1999, le régime chinois mène une campagne systématique contre la pratique spirituelle du Falun Gong. La détention arbitraire est souvent utilisée contre les pratiquants de Falun Gong et nombre d'entre eux ont été condamnés à de lourdes peines d'emprisonnement prononcées à l'issue de faux procès. Un site Internet basé outre-mer, qui dénonce régulièrement la persécution du Falun Gong, rapporte que des centaines de ces condamnations illégales ont été prononcés sur la seule année 2010.

    Le régime chinois viole toujours ses propres lois en poursuivant sa persécution à l'encontre de la pratique spirituelle du Falun Gong, selon les organismes défenseurs des droits humains outre-mer. Le site Internet Minghui fournit une plate-forme aux pratiquants de Falun Gong où ils peuvent poster des rapports sur la persécution. La semaine dernière, le site rapportait qu'au moins 550 pratiquants de Falun Gong en Chine avaient été illégalement condamnés à la prison.
    Chen Shizhong, porte-parole du Groupe de travail des droits de l'homme du Falun Gong, affirme que de nombreuses victimes sont enlevées et jugées sans aucune formalité légale

    Tiré de: http://www.youtube.com/user/NTDFrench#p/u/56/_BrfYH6nFKA

    NTD French.jpg
  • Sur la liberté religieuse en Chine - Entretien en 2002 entre W Bush et Jiang Zemin

    Rappel, nous sommes en 2002. La constitution chinoise autorise les religions et la liberté de croyance, mais dans les faits les religions et les croyances libres sont interdites en Chine et sévèrement reprimées

    BEIJING (AP) -- Le Président Chinois Jiang Zemin a affirmé Jeudi que les chinois avaient le libre choix de culte, et que les Evêques Catholiques Romains arrêtés devaient avoir enfreint la loi.

    Le Président Bush a aiguilloné Jiang sur le sujet, en disant, "Tous les peuples du monde, y compris le peuple de Chine, devrait être libre de choisir comment vivre, comment vénérer, et comment travailler."

    Jiang a été questionné deux fois lors d’une conférence d’information avec Bush sur les allégations de répression religieuse, et sur la détention et la surveillance des évêques.

    Au début il a deux fois refusé de discuter le sujet. Mais il est revenu là-dessus à la fin de la session avec les reporters.
    "Puisque les fondements de la République Populaire de Chine, toutes nos constitutions, les différentes versions, assurent la liberté de croyance religieuse,” a dit Jiang

    JIang a dit qu’il ne souscrivait personnellement à aucune croyance religieuse, mais qu’il avait lu les écritures du Bouddhisme, de la Chrétienté et de l’Islam. Il a cité une diversité de religions pratiquées dans son pays réitérant “Leurs croyances religieuses sont protégées par notre constitution.”

    La semaine dernière, les missionnaires de l’agence de presse du Vatican ont publié les noms de 33 évêques et prêtres qui étaient soit détenus en Chine soit sous la stricte surveillance de la police et interdits de culte. On disait qu’environ 20 prêtres de plus, dont les noms n’étaient pas connus, étaient également détenus.

    […]

    Bush et son entourage d’assistants écoutaient intensément lors de la très longue défense de Jiang, après que Bush ait dit “c’est le peuple chinois qui doit décider du futur de la Chine, mais aucune nation n’est exempte de l’exigence de dignité humaine.”

    A un moment, le Conseiller à la Sécurité Nationale de Bush, Condoleezza Rice, s’est tournée vers un collègue et a demandé si Jiang avait effectivement répondu à la question des droits de l’homme. "A t-il répondu à la question?" a-t-elle demandé?

    Bush, dans sa session portes closes avec Jiang, a pressé la Chine d’ ouvrir les communications avec le Vatican et avec le Dalai Lama, le chef bouddhiste Tibétain en exil.

    Bush n’a pas insisté sur le cas des évêques lors de la réunion, mais Rice a dit aux reporters, “Le Gouvernement Chinois doit les relâcher. Nous avons été clairs.”

    Rice, qui assistait aux discours du président, a dit qu’ils avaient eu une discussion amicale sur la liberté religieuse. Bush n’a soulevé le sujet que généralement et n’a pas insisté sur les cas spécifiques, a-t-elle dit.
    […]

    La Chine n’autorise que les églises approuvées et contrôlées par l’état, et réprime les groupes clandestins qui ont attiré des millions de fidèles ces dernières années. Ils incluent les Catholiques Romains qui demeurent loyaux au pape et rendent un culte au dehors à l’église officielle.

    La Chine a aussi arrêté des milliers de fidèles du mouvement spirituel Falun Gong dans une répression lancée en Juillet 1999.. […]

    […]


    http://www.al.com/newsflash/index.ssf?/cgi-free/getstory_ssf.cgi?a0476_BC_Bush-Jiang-Religion&&news&newsflash-international

  • Le son de la Justice

    1. Le rapport annuel du Congrès des EU sur la Chine

    La Commission Exécutive du Congrès des EU sur la Chine (CECC) a récemment publié son Rapport annuel 2008 sur la Chine. Le rapport conclut que le Parti communiste chinois (PCC) persécute les pratiquants de Falun Gong, les militants des droits humains et les citoyens qui tentent de faire appel. Le PCC contrôle également les médias en Chine. Pour la première fois, le rapport révèle et analyse le bureau 610 – l’organisme spécial en charge de la persécution du Falun Gong en Chine, les politiques et la mise en œuvre de la persécution et l’escalade systématique de la persécution du Falun Gong pendant la préparation des Jeux olympiques de Pékin.

    Crée en 2000, la Commission exécutive du Congrès des EU a pour but d’observer les situations des droits de l’homme et légales de la Chine. chine_pekin_limite432.jpgLa CECC est composé de 9 sénateurs, 9 députés et 5 fonctionnaires gouvernementaux expérimentés nommés par le Président Bush. Le Rapport annuel sur la Chine a été publié début décembre au moment du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Etats-Unis.

    2. Le Rapport annuel 2008 sur la liberté religieuse internationale du Département d’Etat des EU
    .
    Il y a trois mois, le Bureau de la Démocratie, des Droits de l'Homme et du Travail sous le Département d'État américain a publié son rapport annuel sur la liberté religieuse internationale. Le rapport souligne l'absence de liberté religieuse en Chine. Paru le 19 Septembre, le rapport souligne que le PCC réprime des groupes religieux et notamment le Falun Gong. Les décès dus à la torture et les mauvais traitements sont également mentionnés. Depuis 1999, la Chine se trouve sur la liste des pays qui nécessitent une attention particulière.

    Le Département d’Etat des EU publie un rapport sur la situation des droits de l’homme de 196 pays à travers le monde chaque année dans lequel la Chine a souvent été critiquée. En effet il a été souligné à plusieurs reprises que la situation des droits de l’homme en Chine décline car les groupes religieux, y compris les pratiquants du Falun Gong, sont surveillés, harcelés, arrêtés et tués. Le rapport déclare que les actions du PCC contre les droits de l’homme incluent la torture de détenus, l’exécution illégale, les interrogatoires forcés, les travaux forcés etc.

    3. Le rapport sur les droits de l’homme des NU prouve l’existence de la persécution par le PCC

    The Human Rights Watch des Nations Unies a également publié un rapport sur la persécution du Falun Gong dans ses multiples rapports de ces huit dernières années, qui est similaire aux rapports du Département d’Etat des US et du CECC.

    Le United National Human Rights Council (composé de différents groupes et rapporteurs qui traitent de différentes questions comme la liberté religieuse, la violence contre les femmes, la torture, etc.) présente ses rapports à plus de 3 000 participants de 53 pays membres du Conseil des droits de l’homme, 146 pays observateurs ainsi que des Organisations Non Gouvernementales. La persécution du Falun Gong est de plus en plus critiquée par les rapporteurs spéciaux. Manfred Nowak, le Rapporteur spécial sur les problèmes de la torture a déclaré en mars 2006 dans son rapport que 660 F des cas de tortures incluaient des pratiquants du Falun Gong.

    Dans les rapports présentés à la Conférence des droits de l’homme l’année dernière et cette année, ont été inclus plus de cas de persécution et de détails et la critique envers le PCC est plus évidente et directe.

    4. Un appel international pour la justice

    1016104-1275257.jpgUn certain nombre de fonctionnaires gouvernementaux et sénateurs de pays occidentaux ont parlé en faveur du Falun Gong et ont exhorté le PCC à mettre fin à la persécution.

    Le 4 octobre 2004, le Congrès des EU a adopté la Résolution numéro 304 pour exprimer les opinions du Sénat et de la Chambre des représentants : Le PCC doit cesser la violation de la liberté religieuse y compris le droit de pratiquer le Falun Gong ; le PCC devrait cesser de propager des mensonges diffamant le Falun Gong aux EU par le biais de ses fonctionnaires diplomatiques et ils devraient libérer les pratiquants du Falun Gong et les autres prisonniers de conscience.

    Fin janvier 2006, le Congrès de Los Angeles a adopté une résolution condamnant la persécution du Falun Gong par le PCC. Mi avril de la même année, à la deuxième conférence annuelle de la Commission européenne, 11 représentants ont déposé une motion pour une audience au sujet des camps de travail et les prélèvements d’organes sur des pratiquants du Falun Gong par le PCC et ont exhorté le gouvernement chinois de permettre une investigation internationale dans les camps de travail.

    5. Le consensus actuel au sujet de l'arrêt de la persécution du Falun Gong

    En juillet 2008 la Coalition pour Investiguer sur la Persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG) a présenté une pétition, avec des signatures collectées dans le monde entier, au quartier général du Comité International Olympique à Lausanne en Suisse. En six mois 1 215 793 personnes dans 131 pays ont signé la pétition pour demander au gouvernement chinois l’arrêt de la persécution du Falun Gong avant que les Jeux Olympiques n'aient lieu à Pékin.

    En Australie plus de 63 000 personnes ont signé avant le 9 juin ce qui a été un record pour une pétition des droits de l’homme de toute l’histoire de l’Australie. Le 24 juin, le Senat a adopté la 127ème motion pour exhorter le gouvernement chinois de mettre fin à la persécution du Falun Gong. La précédente déclaration du Sénat australien a été considérée comme un indicateur des résultats de la pétition mondiale.

    Conclusion

    Les droits de l'homme sont universels. L'Organisation des Nations Unies a proclamé il y a 60 ans que "la présente Déclaration universelle des Droits de l'Homme doit être un accomplissement commun pour tous les peuples et toutes les nationalités ». Cependant, la persécution du Falun Gong mis en place par le PCC est la période la plus sombre de l'histoire humaine. Les pratiquants de Falun Gong pacifiquement et sans relâche travaillent pour mettre fin à la persécution, permettant à la population mondiale de s’éveiller à la vérité et de soutenir la justice.

    Les rapports mentionnés plus haut montrent que la population mondiale désire l’arrêt de la persécution. Nous espérons que de plus en plus de gens se lèveront au côté de la justice et de la vertu et aideront à mettre fin à cette inhumaine persécution contre les droits de l’homme le plus vite possible.

    Tiré de Tribune Libre Vraiesagesse.net

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu