Avertir le modérateur

liberté de croyance en chine

  • Sur la liberté religieuse en Chine - Entretien en 2002 entre W Bush et Jiang Zemin

    Rappel, nous sommes en 2002. La constitution chinoise autorise les religions et la liberté de croyance, mais dans les faits les religions et les croyances libres sont interdites en Chine et sévèrement reprimées

    BEIJING (AP) -- Le Président Chinois Jiang Zemin a affirmé Jeudi que les chinois avaient le libre choix de culte, et que les Evêques Catholiques Romains arrêtés devaient avoir enfreint la loi.

    Le Président Bush a aiguilloné Jiang sur le sujet, en disant, "Tous les peuples du monde, y compris le peuple de Chine, devrait être libre de choisir comment vivre, comment vénérer, et comment travailler."

    Jiang a été questionné deux fois lors d’une conférence d’information avec Bush sur les allégations de répression religieuse, et sur la détention et la surveillance des évêques.

    Au début il a deux fois refusé de discuter le sujet. Mais il est revenu là-dessus à la fin de la session avec les reporters.
    "Puisque les fondements de la République Populaire de Chine, toutes nos constitutions, les différentes versions, assurent la liberté de croyance religieuse,” a dit Jiang

    JIang a dit qu’il ne souscrivait personnellement à aucune croyance religieuse, mais qu’il avait lu les écritures du Bouddhisme, de la Chrétienté et de l’Islam. Il a cité une diversité de religions pratiquées dans son pays réitérant “Leurs croyances religieuses sont protégées par notre constitution.”

    La semaine dernière, les missionnaires de l’agence de presse du Vatican ont publié les noms de 33 évêques et prêtres qui étaient soit détenus en Chine soit sous la stricte surveillance de la police et interdits de culte. On disait qu’environ 20 prêtres de plus, dont les noms n’étaient pas connus, étaient également détenus.

    […]

    Bush et son entourage d’assistants écoutaient intensément lors de la très longue défense de Jiang, après que Bush ait dit “c’est le peuple chinois qui doit décider du futur de la Chine, mais aucune nation n’est exempte de l’exigence de dignité humaine.”

    A un moment, le Conseiller à la Sécurité Nationale de Bush, Condoleezza Rice, s’est tournée vers un collègue et a demandé si Jiang avait effectivement répondu à la question des droits de l’homme. "A t-il répondu à la question?" a-t-elle demandé?

    Bush, dans sa session portes closes avec Jiang, a pressé la Chine d’ ouvrir les communications avec le Vatican et avec le Dalai Lama, le chef bouddhiste Tibétain en exil.

    Bush n’a pas insisté sur le cas des évêques lors de la réunion, mais Rice a dit aux reporters, “Le Gouvernement Chinois doit les relâcher. Nous avons été clairs.”

    Rice, qui assistait aux discours du président, a dit qu’ils avaient eu une discussion amicale sur la liberté religieuse. Bush n’a soulevé le sujet que généralement et n’a pas insisté sur les cas spécifiques, a-t-elle dit.
    […]

    La Chine n’autorise que les églises approuvées et contrôlées par l’état, et réprime les groupes clandestins qui ont attiré des millions de fidèles ces dernières années. Ils incluent les Catholiques Romains qui demeurent loyaux au pape et rendent un culte au dehors à l’église officielle.

    La Chine a aussi arrêté des milliers de fidèles du mouvement spirituel Falun Gong dans une répression lancée en Juillet 1999.. […]

    […]


    http://www.al.com/newsflash/index.ssf?/cgi-free/getstory_ssf.cgi?a0476_BC_Bush-Jiang-Religion&&news&newsflash-international

  • Li Heping, un avocat chinois qui a défendu des pratiquants de Falun Gong répond à une interview téléphonique

    Le 31 octobre 2008, l'avocat Li Heping a défendu Wang Sanying, un pratiquant de Dalun Gong, au tribunal du district de Xinhua, ville de Shijiazhuang, province du Hebei. Li Heping a précisé que selon la loi chinoise, la pratique du Falun Gong n'avait rien d'illégal. Mais que c’était en fait la persécution qui était illégale.

    Un journaliste du site web Minghui a interviewé Li Heping au téléphone. Ce dernier a indiqué que la persécution du Falun Gong est une attaque qui vise la conscience des gens et un acte criminel qui viole le pouvoir public.

    Li a expliqué que le Falun Gong peut être considéré comme une croyance religieuse et a ainsi le droit légal d'exister. Il a dit : "Puisque la constitution chinoise stipule que les gens ont la liberté de croyance religieuse, tout ce qui est lié aux religions, y compris faire connaître une religion et exercer des activités en rapport, est légal, de mon point de vue".

    Selon les informations rassemblées par Minghui, issues d'articles rédigés par des pratiquants de Chine, les tribunaux du parti communiste chinois (PCC) citent souvent l'article 300 du droit pénal comme base pour condamner les pratiquants de Falun Gong à de lourdes peines d'incarcération. Cependant, comme Li le voit, l'article 300 lui-même viole la loi. Il a dit : "Il y a une phrase dans l'article 300 définissant 'l'usage d'un culte pervers pour interférer avec l'application de la loi' comme un crime. Mais 'culte pervers' n'est pas un terme légal du tout car la loi n'a aucun moyen de définir ce qu'est réellement 'un culte pervers'. Par conséquent, en soi, cela va contre la loi de définir une religion comme un culte. L'article 300 a violé la constitution chinoise et je pense qu'il ne devrait jamais être inclus dans le droit pénal".

    Au début de la persécution, le PCC a interdit aux avocats de défendre les pratiquants de Falun Gong. Li Heping estime que la situation est maintenant bien meilleure : "Il y a quelques avocats qui peuvent défendre les pratiquants de Falun Gong qui plaident non coupable. L'interférence du gouvernement est relativement moindre. Mais les avocats font toujours face à une certaine pression. Par exemple, ceux qui défendent les pratiquants parfois ne peuvent pas renouveler leurs permis et rencontrent divers ennuis. Naturellement, l'interférence du PCC n'est plus aussi évidente. Dans le passé, la police nous suivait lorsque nous défendions les pratiquants. Maintenant cela va beaucoup mieux".

    L'après-midi du 29 septembre 2007, Li Heping a été enlevé et détenu six heures durant par plusieurs personnes d'identité inconnue. Il a été verbalement maltraité et brutalement battu. Ses ravisseurs l'ont menacé de quitter Pékin ou d’exercer simplement sa profession d’avocat sans se mêler de certaines choses. Ils ont emporté son disque dur portable et la clef de son bureau. Le disque dur de son ordinateur de bureau a été formaté et de nombreuses données ont ainsi été détruites. Le PCC est selon toute apparence le fomenteur de l’incident. Li a supposé que son enlèvement devait être lié à son engagement pour la sécurité d'un autre éminent avocat, M. Gao Zhisheng. Gao a ouvertement fait appel trois fois au chef du régime communiste au nom des pratiquants de Falun Gong, et a été arrêté et détenu de nombreuses fois en conséquence. L'avocat Gao et sa famille sont toujours assignés à domicile.

    Malgré la pression du PCC, Li n'a aucune intention de changer ses principes. Il a dit : "Le traitement injuste des pratiquants de Falun Gong est vraiment choquant. En tant que personne de conscience, je ne pourrais pas me regarder en face si je ne me levais pas pour les défendre".

    Me Li a exprimé sa conviction que la Chine ne pourra jamais réaliser l’ "état de droit" si elle ne recourt pas à des moyens légaux établis pour s'occuper du Falun Gong.

    Il estime également que la persécution du Falun Gong ne touche pas seulement les pratiquants, mais blesse également tous ceux qui ont une conscience. Selon ses propres termes : "[La persécution] porte gravement atteinte à la dignité des êtres humains. L'injustice largement prodiguée aux pratiquants de Falun Gong a nuit à quiconque ayant encore une conscience. Si un avocat a encore une conscience ou pense que les gens ont droit à la dignité, il doit être peiné d'une telle persécution et il espèrera certainement mettre un terme à la persécution le plus tôt possible".

    Me Li a qualifié la persécution du Falun Gong d' "acte criminel violant le pouvoir public".

    Pour conclure son entretien, Li Heping a dit : "J'espère voir plus de gens prêter attention au Falun Gong. L'injustice qui leur est infligée est barbare et inique, une attaque visant la conscience et la nature humaine. Je pense que chaque Chinois, quelle que soit sa classe sociale ou sa profession, devrait se soucier de la situation difficile du Falun Gong. C'est seulement en se souciant du groupe le plus vulnérable que vous pourrez vraiment servir votre propre intérêt. C'est seulement en défendant les droits du groupe le plus vulnérable que vous pourrez vraiment garantir vos propres droits. Je souhaite que les gens ne pensent pas que la persécution est juste la condition du seul Falun Gong. À mon avis, c'est la condition de tout le peuple chinois et du monde entier. Cette persécution doit prendre fin très vite et ne peut plus durer".

    Formé comme avocat d'affaires, Li Heping a participé à de nombreuses activités afin de préserver les droits de différents groupes de gens. Il a fait appel au nom de l'avocat Gao Zhisheng, qui s’est vu retirer sa licence d’avocat pour avoir soutenu Falun Gong. Me Li a également défendu Wang Bo, une pratiquante de Falun Gong et étudiante à l'école de Musique de Pékin.

    [Site Clartés et Sagesse]

  • Je comprends pourquoi les pratiquants du Falun Gong persistent dans leurs croyances

    Ci dessous le témoignage d'une employée de bureau en Chine, concernant sa collègue Li une pratiquante du Falun Gong:

    Li et moi travaillons dans le même bureau. Elle est gentille et honnête et tout le monde l’aime. Cependant, elle a été emprisonnée et torturée quatre fois parce qu’elle pratique le Falun Gong. Ayant été soumise au lavage de cerveau par l'athéisme et la propagande du Parti communiste chinois (PCC) , je ne pouvais pas comprendre pourquoi Li persistait à pratiquer le Falun Gong et pensait qu’elle était trop têtue.

    Une fois Li m’a parlée du Falun Gong et de renoncer au PCC et à ses affiliations. Je lui ai dit: "Je sais que les pratiquants du Falun Gong sont de bonnes personnes. Tout le monde dans ce bureau est d’accord avec moi et dis que tu es généreuse et gentille mais trop stupide et égoïste ! Pourquoi ne peux-tu pas pratiquer autre chose ? Chaque fois que tu es emprisonnée, as ton avis dans quel état sont ton mari et ton enfant ? Tu es une bonne personne même si tu ne pratiques pas le Falun Gong ! "

    Li a dit: "Avant que je ne commence à pratiquer, je n’étais pas une criminelle mais j’avais beaucoup de mauvaises pensées. Je me mettais souvent en colère, étais rancunière et matérialiste. Simplement cela était bien caché . Après avoir appris les enseignements du Falun Gong, je savais que je ne pouvais pas juste les cacher mais devais les éliminer. Le Maître m’a donné un corps en bonne santé et des principes que je peux suivre avec mon cœur. Que les autres puissent le voir ou pas, les pratiquants ne devraient pas avoir de mauvaises pensées ou faire de mauvaises choses. Ma gentillesse et générosité viennent de mon Maître. La douleur et la souffrance que mon mari et mon enfant ont à endurer sont causées par le PCC ! Ma famille bénéficie le plus du fait que je sois une bonne personne parce je suis une bonne mère et une bonne épouse. Toi-même, étant ma collègue, bénéficies de ma générosité et de ma gentillesse. Si je suis seulement intéressée à acquérir une bonne santé par ma pratique sans dire aux gens ce qui est arrivé au Falun Gong et si je savais que des ennuis allaient arriver sans alerter les gens, ne serais-je pas égoïste" ?

    J’étais d’accord avec elle mais continuais à penser que Li prenait tout trop sérieusement. J’ai essayé de ne pas discuter avec elle et j'ai accepté de renoncer au PCC, tout en croyant que cela ne changerait pas grand-chose. A la fin, Li m’a dit de réciter "Falun Dafa Hao" ("Falun Dafa est bon !") et que je serai bénie.

    Un jour au travail, je me suis tout à coup retrouvée en train de suffoquer et je ne pouvais plus respirer. J’ai réalisé que j’avais une grave attaque d’asthme et que je mourrai si on ne venait pas vite à mon aide. Il y avait cinq personnes dans le bureau mais j’ai appelé Li d'une voie faible. Elle m’a vite emmenée dehors et on a pris un taxi pour aller à l’hôpital. Dans le taxi, elle me tenait la main et m’a dit doucement mais avec fermeté : "N’aies pas peur. Récite ‘Falun Dafa Hao ’ maintenant et tout ira bien. " Je l’ai fait. Après l’avoir récité deux fois, je me suis sentie mieux. J’ai continué et peu après j'ai pu à nouveau respirer. Quand le taxi s’est garé devant l’hôpital, j'ai pu sortir de la voiture et marcher seule.

    Le docteur a dit que ma situation était être mauvaise et que j’avais de la chance d’être encore en vie. Je suis rentrée chez moi trois heures plus tard.

    J’ai été témoin du miracle de Falun Dafa. Je comprends maintenant pourquoi, en dépit de la persécution, la torture, l’emprisonnement, la perte de leur famille et de leur travail et les prélèvements d’organe ces dix dernières années, les pratiquants du Falun Gong sont restés inébranlables dans leurs croyances et leur dévouement à "clarifier les faits" de la persécution. Je sais pourquoi Li respecte son Maître. Je sais que les pratiquants bienveillants tentent de sauver les gens quand ils clarifient les faits. Ce sont les gens les plus altruistes du monde.

    J’ai raconté à mon mari et mes proches mon histoire et à quel point Falun Dafa est miraculeux. Quand ma famille et moi-même avons voulu remercier Li, elle a dit : "Remercie mon Maître. Il t’a sauvée. "

    À cette occasion je veux transmettre toute ma reconnaissance à Maître Li, qui m’a sauvé la vie.


    Aujourd’hui tous les gens qui connaissent mon histoire sont plus disposés à parler à Li et l’écouter comme si cela allait leur porter chance.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu