Avertir le modérateur

liberté de croyance chine

  • Des centaines d'emprisonnement illégaux en Chine

    Depuis 1999, le régime chinois mène une campagne systématique contre la pratique spirituelle du Falun Gong. La détention arbitraire est souvent utilisée contre les pratiquants de Falun Gong et nombre d'entre eux ont été condamnés à de lourdes peines d'emprisonnement prononcées à l'issue de faux procès. Un site Internet basé outre-mer, qui dénonce régulièrement la persécution du Falun Gong, rapporte que des centaines de ces condamnations illégales ont été prononcés sur la seule année 2010.

    Le régime chinois viole toujours ses propres lois en poursuivant sa persécution à l'encontre de la pratique spirituelle du Falun Gong, selon les organismes défenseurs des droits humains outre-mer. Le site Internet Minghui fournit une plate-forme aux pratiquants de Falun Gong où ils peuvent poster des rapports sur la persécution. La semaine dernière, le site rapportait qu'au moins 550 pratiquants de Falun Gong en Chine avaient été illégalement condamnés à la prison.
    Chen Shizhong, porte-parole du Groupe de travail des droits de l'homme du Falun Gong, affirme que de nombreuses victimes sont enlevées et jugées sans aucune formalité légale

    Tiré de: http://www.youtube.com/user/NTDFrench#p/u/56/_BrfYH6nFKA

    NTD French.jpg
  • Les dessous de la rencontre Hu Jintao Nicolas Sarkozy

    hu jintao sarkozy 3.jpg

    Du 4 au 6 novembre, Nicolas Sarkozy accueille le dirigeant chinois Hu Jintao pour une visite d’État de trois jours en France. Cette première visite du numéro un chinois en France fait l’office de tous les égards: accueil du président sur le tarmac de l’aéroport, honneurs militaires et réception à l’Élysée. Pendant cette rencontre le président de la République française espère obtenir le soutien de Pékin pour sa réforme du système monétaire lors de la présidence française du G20 et la signature de contrats de plusieurs milliards d’euros sur l’importation de pétrole et de centrales nucléaires.  Comme à chaque rencontre franco-chinoise, il est craint que la question des droits de l’homme soit sacrifiée au profit des intérêts économiques,. C’est la raison pour laquelle aucune conférence de presse n’est prévue entre le dirigeant chinois et les journalistes. Cependant la situation en Chine est-elle si alarmante que certains le prétendent?

    La Chine et la question des droits de l’homme
    Le gouvernement chinois a publié début octobre un rapport intitulé Progrès dans les droits de l’Homme, en Chine, en 2009. Selon NTD, le régime y affirme avoir amélioré les droits de l’Homme pour les Chinois. Ce n’est pourtant pas l’avis de James Zimmerman, expert sur la Chine d’Amnesty International, pour qui « le rapport donne la priorité à l’économie, aux droits sociaux et culturels, avec peu de mention aux droits civils et politiques ».

    Dans son dernier rapport annuel sur les droits de l’homme,  le département d’État américain dépeint effectivement un tout autre tableau. Selon Washington, Pékin a «intensifié sa répression sévère au plan culturel et religieux». Selon ce rapport, dans l'ensemble du pays «la détention et le harcèlement des militants des droits de l'homme se sont accrus». Selon le département d’État «les avocats et les cabinets juridiques qui ont défendu des affaires qualifiées de sensibles par les autorités ont fait l'objet de harcèlement, de radiations ou de fermeture.»

    À la suite du sommet UE-Chine début octobre, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a appelé la Chine à faire des progrès dans le domaine des droits de l'homme. Cette question des droits de l'homme «reste un élément important du dialogue avec la Chine», a souligné le président.

    La Chine et la liberté d’expression
    Le 8 octobre 2010, Liu Xiaobo est devenu le premier opposant chinois à obtenir le prix Nobel de la paix. Il avait été condamné à onze ans de prison pour incitation à la subversion du pouvoir de l'État, un chef d'accusation relativement vague, souvent utilisé à l'encontre des opposants politiques et défenseurs des droits de l'homme. Son crime? Avoir été l’un des membres signataires de la Charte 08, manifeste écrit par plusieurs intellectuels chinois appelant à plus de démocratie en Chine. Bien que certains dissidents chinois en exil aux États-Unis, dont Wei Jingsheng considéré comme le père du mouvement démocratique en Chine, modère l’attribution de ce prix, il n’en reste pas moins un témoignage de l’état de la liberté d’expression en Chine.

    La censure chinoise s’exporte d’ailleurs hors des frontières. Aucune conférence de presse n’est prévue lors du passage du président Hu Jintao en France. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé lors du dernier sommet UE-Chine à Bruxelles, lorsque la délégation chinoise a annulé la conférence de presse clôturant le sommet à cause de la présence de journalistes de The Epoch Times dans la salle.

    Cependant, il existe en Chine plusieurs mouvements qui commencent à se manifester en faveur de la liberté d’expression. En effet selon Courrier International vingt-trois membres du Parti communiste chinois, tous anciens hauts fonctionnaires ont publié le 11 octobre une lettre ouverte s'adressant au Comité Permanent de l'Assemblée nationale du Peuple pour demander la liberté d'expression en Chine. Dans ce texte il est mentionné que selon «l'article 35 de la Constitution chinoise de 1982, les citoyens chinois ont la liberté de parole, de publication, de création des associations, de manifestation», ce qui n’a jamais été appliqué en Chine depuis 28 ans.

    Un élan populaire a également lieu en Chine depuis 2005 suite à la publication des « 9 commentaires sur le parti communiste », qui a entraîné aujourd’hui plus de 82 millions de Chinois à démissionner des trois organes du parti.

    La Chine et la liberté de croyance
    D’après le journal The Epoch Times, le récemment nommé Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de croyance Heiner Bielefeldt, a hardiment prouvé qu'il n'ignorerait pas la Chine, membre permanent du Conseil de sécurité et violateur chronique de la liberté religieuse. Le 9 avril 2010, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel 2010 au Club national de la presse américain. Le rapport recommandait que 13 nations, dont la Chine, soient nommées Pays Particulièrement préoccupants (PPP) «à cause de ces violations des libertés religieuses systématiques, continues et flagrantes».


    Dans son rapport annuel 2004 sur la liberté de religion et de croyance, Asma Jahangir, ancien rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de croyance à l'Assemblée générale des Nations Unies, écrivait à propos de la persécution du Falun Gong (1), première communauté réprimée en Chine: «La cruauté et la brutalité de ces actes allégués de torture défient toute description.»
    En mars 2006, le Rapporteur des Nations Unies sur la torture Manfred Nowak, rapportait que ces pratiquants représentaient 66% des cas de torture pour lesquels il avait demandé à la Chine de s'expliquer.

    Dans son rapport de 2010, la CIFD notait que la torture des pratiquants de Falun Gong par l'État chinois demeurait toujours largement répandue et que leur assassinat pour leurs organes a été documenté dans l'ouvrage de 2009, Bloody Harvest, écrit par deux nominés au prix Nobel de la paix David Kilgour et David Matas.

    La Chine et les relations internationales
    Concernant l’implication de la Chine dans l’économie mondiale, Le Monde écrit dans son article «En Chine, plus de croissance et toujours moins de libertés» qu’en décernant le prix Nobel de la Paix à un dissident chinois, le comité a interpellé «le monde occidental et l'incite à se démarquer d'une idée dangereuse qui a fait son chemin depuis le massacre de Tiananmen, en 1989: le développement économique conduira tout naturellement la Chine à la démocratie.»

     

    Deuxième puissance mondiale et véritable atelier du monde, le gouvernement chinois a en effet basé sa croissance sur la répression des droits humains et des droits sociaux. D’après l’article « Pour le plus grand bonheur des petits et des grands » paru dans le journal La Grande Epoque l’arme secrète que le Parti communiste chinois utilise pour dominer le commerce mondial est le travail d’esclave. Les prisons et les camps de travaux forcés des autorités chinoises abritent d’énormes usines qui fabriquent des produits pour l’export. Dans d’autres entreprises, «les ouvriers payés 67 euros par mois, peuvent travailler jusqu’à seize heures par jour ».C’est dans ce contexte de crise économique mondiale que Paris a répété ces derniers mois «sans Pékin il n’y a pas de solution». C’est par la porte étroite de la réévaluation du yuan que le président Nicolas Sarkozy et la gouvernance du G20 veulent avancer avec la Chine. En effet, les pays occidentaux, pénalisés dans leurs exportations par un yuan trop faible, veulent faire pression sur la Chine pour qu’elle apprécie sa monnaie, sans braquer un partenaire avec lequel des contrats de milliards d’euros sont en perspective. L'Europe, à l'instar des États-Unis envisagent d’ailleurs des mesures de rétorsion commerciales, soupçonnant Pékin de faire de la dévaluation compétitive en maintenant sa monnaie à un niveau artificiellement bas pour doper les exportations et la croissance chinoises.


    Pour finir le tour complet du contexte de cette rencontre France-Chine, James Zimmerman, expert de la Chine, Amnesty International signalait l’assistance du régime chinois aux dictatures mondiales telles que la Corée du Nord, la Birmanie, l’Iran ou encore le Vietnam: «Le danger est qu’ils forment ce que vous pouvez appeler le bloc des "non droits de l’Homme". Ils ont des alliances diplomatiques avec des pays comme la Birmanie, la Corée du Nord et plusieurs pays d’Afrique. S’ils jouent ce rôle diplomatique qui permet à ces pays de violer les droits de l’Homme avec impunité, ce sera très mauvais, non seulement pour les Chinois mais pour les peuples dans de nombreuses parties du monde, en particulier en Afrique et en Asie.»


    Cette rencontre diplomatique entre Nicolas Sarkozy et Hu Jintao, en France, pays des droits de l’homme, pourra peut-être sensibiliser en tout cas informer les Français sur la position très délicate de la Chine dans l’échiquier mondial et la place des pays occidentaux dans l’histoire.



    (1) Le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa est une méthode bouddhiste de méditation et d’exercices, dont les enseignements soulignent l’importance de vivre selon les trois principes d’authenticité, de compassion et de tolérance. Prenant son origine en Chine dans les années 90, le Falun Gong est aujourd’hui pratiqué dans une centaine de pays. Le gouvernement chinois ayant évalué que 100 millions de gens en Chine pratiquaient le Falun Gong, en juillet 1999, le Parti communiste chinois a lancé une violente campagne à l’échelle nationale pour "éradiquer" cette pratique bouddhiste.

    Le Centre d’Information du Falun Dafa peut documenter 3.413 décès sous les persécutions aux mains des autorités et plus de 44.000 cas de torture, chiffres très inférieurs à la réalité dans le contexte de contrôle de l'information qui règne sous le régime communiste. Des millions sont toujours détenus ou envoyés dans des camps de travaux forcés où ils sont utilisés comme "banque d'organes" dans le cadre d'un vaste trafic d'humains organisé par les autorités communistes (voir article de L'Express).

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Nicolas-Sarkozy-rencontre-Hu-Jintao-avant-le-G20.html

  • Une femme interviewée par Gao Zhisheng meurt suite à la torture, une photo montre son corps émacié

    D'âge moyen, cette femme avait été détenue 12 fois en 11 ans et soumise à des violences répétées

    2010-11-02-sunshuxiang.jpg

    Mme. Sun Shuxiang, émaciée suite à une torture prolongée, photographiée dix jours après sa libération d'un camp de travaux forcés.

    NEW YORK-Une femme de 53 ans, dont le témoignage d'une torture suppliciante et professionnellement administrée a été relayé dans une des lettres ouvertes de l'avocat Gao Zhisheng aux dirigeants de la Chine, est décédée à la mi-octobre suite aux mauvais traitements en détention.

    Selon des sources provenant de Chine, Mme Sun Shuxiang (孙淑香), une pratiquante de Falun Gong de Changchun, est décédée le 10 octobre, quatre mois après avoir été libérée d'un camp de travail, où elle a reçu des décharges de matraques électriques, s'est vue injecter des drogues non-identifiées, et a été soumise à un travail forcé épuisant. Une photo prise immédiatement à son retour à la maison et clandestinement sortie de Chine montre son corps émacié.

    Sun est la troisième des personnes interviewées par Gao à avoir été par la suite torturée à mort. Gao lui-même a disparu depuis avril 2010, et beaucoup craignent qu'il puisse avoir été tué en détention. Cette dernière semaine, sa fille adolescente a fait appel au Président Barak Obama pour obtenir une information concernant la situation de son père à une prochaine rencontre avec Hu Jintao.("Please Return My Father," Wall Street Journal)

    Mme Sun avait été détenue 12 fois en 11 ans depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a lancé sa campagne pour éradiquer le Falun Gong. Comme Gao l'a décrit dans sa lettre, elle avait été torturé jusqu'à être à l'article de la mort à plusieurs occasions.

    "Au début de juillet 2002... quelques policiers en civil ont fait irruption [dans la maison de mon père) et m'ont arrêtée." Gao citait Sun témoignant dans sa lettre ouverte de décembre 2005 à Hu Jintao et Wen Jiabao appelant à la fin de la persécution des pratiquants de Falun Gong. "Ils m'ont emmené dans un sous sol obscur. ... [Un ] agent m'a giflée et m'a demandé quels pratiquants je connaissais. J'ai dit que je n'en connaissais aucun. Il a utilisé une matraque électrique pour m'administrer des décharges entre mes côtes inférieures.."

    "Puis il m'a demandé si je me souvenais de numéros de téléphone de pratiquants. J'ai refusé de le dire. Il m'a alors donné des décharges sur tout un côté allant de mes orteils à mes bras et jusqu'à ma tête puis a fait la même chose pour l'autre côté. Il allait et venait lentement deux fois. Il a changé pour une matraque à plus haut voltage et a commencé à l'appliquer de mes pointes d'orteils en remontant tout le long du corps deux fois. Voyant que je ne donnais toujours pas l'information sur mes compagnons de pratique, les agents ont pointé la matraque électrique sur mes yeux, j'ai eu l'impression que mes yeux sortaient de leur orbite et ne pouvais presque plus voir. Ils ont appliqué la matraque électrique sur mes côtes, ma poitrine, tout en continuant à me demander l'information ... j'ai cru mourir ." (full text of Gao Zhisheng's open letter to Hu Jintao and Wen Jiabao; La lettre ouverte de Gao Zhisheng à Hu Jintao et Wen Jiabao en français )

    Le dernier enlèvement de Sun s'est produit en septembre 2009. Elle venait juste de déposer son petit-fils à l'école lorsque, sur son chemin de retour, trois policiers l'ont entourée, lui ont bâillonné la bouche et l'ont emmenée au Département de police de Changchun. Trois jours plus tard, elle a été emmenée au Centre de détention N°3 à Changchun et en octobre 2009 au Camp de ré-éducation par le travail de Heizuizi.

    Selon le récit que Mme Sun a fait à ses proches à sa libération, elle avait été forcée à regarder des programmes vidéo calomniant le Falun Gong quotidiennement et était sous une pression permanente pour la faire renoncer à la pratique. À un moment, le chef de son unité au camp, Yan Lifeng, lui a administré des décharges électriques au visage parce qu'elle refusait de remplir un soi disant "formulaire d'examen" avec des questions anti-Falun Gong.

    Durant son séjour au camp, Sun a été soumise à un travail difficile, y compris pelleter la neige par moins trente degrés. Le personnel médical du camp lui a aussi injecté des drogues non-identifiées . Elle est devenue de plus en plus faible, pouvant à peine marcher, et souffrait de sérieuses douleurs abdominales après les nombreux coups reçus à l'estomac ou aux côtes.

    Les autorités l'ont finalement relâchée en juin 2010 après qu'on lui ait diagnostiqué de graves problèmes abdominaux à l'Hôpital Uni de la Chine et du Japon. Mais ce n'a été qu'après qu'ils aient fabriqué une vidéo dans laquelle ils analysaient ses déclarations pour créer l'impression qu'elle avait commenté positivement la façon dont elle avait été traitée dans les camps de travail. Elle ne s'est jamais remise des blessures contractées en détention et est décédée le 10 octobre.

    "L'épreuve de Sun illustre la cruauté de la persécution contre le Falun Gong et l'usage calculé que font les autorités de diverses méthodes de torture pour briser la volonté des personnes," selon le directeur exécutif du Centre d'information Levi Browde. "Que ce soit dans un camp de travail, un centre de détention, ou dans une chambre de torture à la montagne, Sun et d'autres comme elle à travers toute la Chine ne connaissent pas un moment de repos. Ils sont soumis à une torture physique et psychologique impitoyable et épuisante."

    "La détermination de Sun face à une telle brutalité de non seulement rester fidèle à ses croyances mais aussi protéger les pratiquants autour d'elle d'un sort semblable inspire le respect. Avec sa mort, le monde a perdu une femme véritablement admirable et défenderesse de la liberté humaine fondamentale."

    http://faluninfo.net/article/1094/?cid=84

    Tiré de : http://www.fr.clearharmony.net/articles/201011/53595.html

     

  • Le rapport annuel de l’USCIRF recommande la Chine comme ‘’pays particulièrement préoccupant’

    Le 9 avril 2010, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel 2010 au Club national de la presse. Le rapport recommandait que 13 nations, dont la Chine, soient nommés Pays particulièrement préoccupants (PPP). ‘’A cause de ces violations des libertés religieuses systématiques, continues et flagrantes", l’USCIRF recommande en 2010 que la Chine soit de nouveau désignée ‘’pays particulièrement préoccupant’’, ou PPP. Le département d’état a désigné la Chine comme PPP depuis 1999.’’

    Dans son rapport, l’USCIRF a fait des recommandations à l’administration et au congrès américain dans le but d’aider les conditions des droits de l’homme en Chine. En particulier, la commission a recommandé que le secrétaire d’état impose de nouvelles sanctions visant les fonctionnaires auteurs d’abus à l’encontre des libertés religieuses ou les provinces où les conditions de liberté de religion sont les plus extrêmes.

    Ci-dessous un extrait du rapport sur la persécution de Falun Gong:

    Le gouvernement chinois continue à maintenir une campagne sévère contre les adhérents du mouvement spirituel Falun Gong, considéré comme une ‘’secte perverse’’ et interdit en 1999. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement a mis en œuvre une campagne sans précédent contre le Falun Gong, emprisonnant un grand nombre de pratiquants et les maltraitant en détention. Les pratiquants qui ne renoncent pas à leurs croyances en détention sont soumis à la torture. Il existe des rapports récents, crédibles de décès lors de garde à vue. La campagne systématique visant à réprimer Falun Gong et autres ‘’sectes perverses’’ en utilisant des moyens extrajudiciaires est un grave problème des droits de l’homme.

    Des récits crédibles de première main issus de rapports d’adhérents de Falun Gong et les déclarations du gouvernement chinois confirment des arrestations à long terme et arbitraires, des conversions forcées de la foi, la torture et les mauvais traitements en détention. Bien qu’il soit difficile de déterminer avec précision le nombre de pratiquants de Falun Gong en détention au cours de l’année passée, selon certaines estimations ce nombre s’élèverait à 8 000, la plupart des arrestations s’étant déroulées avant les Jeux Olympiques de Pékin 2008. L’année précédant les Jeux Olympiques, la police a mené une campagne concertée pour harceler et détenir des pratiquants de Falun Gong connus et brutalement réprimé leurs activités. On estime que 8 037 adhérents de Falun Gong ont été détenus entre décembre 2007 et août 2008.

    Cibler les adhérents de Falun Gong continue à être une priorité pour les fonctionnaires de la sécurité du gouvernement chinois. Il reste une campagne à l’échelle de la nation afin de réprimer Falun Gong et ‘’transformer’’ ses pratiquants. Une directive de 2009 du Comité central sur la gestion exhaustive de la sécurité publique a incité les fonctionnaires de la sécurité à ‘’frapper fort contre les forces hostiles… [y compris par] l’infiltration, la subversion et le sabotage par ‘Falun Gong.’’’ Des instructions de sécurité similaires ont été émises dans les provinces de Jiangsu, de Hubei, de Jilin, de Guizhou, de Yunnan, de Hunan, de Anhui, de Sichuan et du Shandong, y compris des recommandations pour la surveillance, l’entretien d’informateurs rémunérés et les efforts de propagande.

    Des pratiquants de Falun Gong anciens et actuels restent incarcérés dans des camps de rééducation par le travail (RTL) et des institutions psychiatriques. Certains observateurs internationaux déclarent que les adhérents de Falun Gong pourraient composer la moitié des 250 000 chinois détenus dans les camps de RTL au cours de la décennie passée. Les fonctionnaires provinciaux auraient offert des récompenses importantes à quiconque fournirait des informations menant à l’arrestation d’un pratiquant de Falun Gong.

    Deux pratiquants de Falun Gong sont connus pour être décédés lors d’une garde à vue policière en 2008. La veuve de l’un deux, Xu Na, est restée emprisonnée, effectuant une peine de trois ans pour possession de matériaux de Falun Gong. De plus, en 2008, Chen Zhenping a été condamnée à huit ans d’emprisonnement parce qu’elle est pratiquante de Falun Gong. Elle a été jugée en secret sans représentation légale. En février 2009, les fonctionnaires de la sécurité publique d’une municipalité de la province de Sichuan ont rapporté détenir 114 pratiquants de Falun Gong. En avril 2009, Zhang Xingwu, professeur de physique en retraite de la province de Shandong, a été condamné à sept ans de prison après que la police a découvert des textes de Falun Gong dans son appartement. Fin novembre 2009, un tribunal de Shanghai a condamné Liu Jin à trois ans et demi de prison pour avoir téléchargé et distribué des informations sur Falun Gong sur Internet.

    Les Bureaux 610 dans toute la Chine ont pour mission de surveiller, enquêter, ‘’transformer’’ et détenir les pratiquants de Falun Gong. Le Bureau 610 aurait des installations de détentions extrajudiciaires utilisées exclusivement pour détenir les pratiquants de Falun Gong ayant effectué leurs peines de RTL, mais toujours considérés comme nuisibles.

    Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Torture a rapporté que les pratiquants de Falun Gong constitueraient les deux tiers des prétendues victimes de torture qui lui ont été présentées en Chine. De nombreuses allégations de collecte d’organes sanctionnées par le gouvernement sur des pratiquants incarcérés ont de même fait surface au cours des dernières années. Une enquête indépendante sur les pratiques d’un hôpital à Sujiatun, Shenyang s’est avérée non concluante. Cependant, en se basant sur un rapport de deux célèbres activistes canadiens des droits de l’homme, les organisations des droits de l’homme et le rapporteur spécial sur la torture ont appelé à une enquête indépendante et une attention internationale continue sur les allégations de collectes d’organes sur des prisonniers. Le Comité pour la torture, organisme de surveillance des traités des Nations Unies, a aussi appelé le gouvernement, lors de sa révision de la Chine 2008, à mener des enquêtes indépendantes pour clarifier les désaccords dans les statistiques relatives aux greffes d’organes et aux allégations de torture sur des pratiquants de Falun Gong.

    De plus, l’USCIRF a noté que le gouvernement chinois continue à harceler, détenir, battre et faire disparaitre des avocats qui tentent d’utiliser le système légal pour défendre les droits des citoyens chinois, tels les pratiquants de Falun Gong et les membres des églises souterraines. Par exemple, l’avocat renommé des droits de l’homme, Gao Zhisheng a disparu en 2009. En décembre 2009, l’avocat des droits de l’homme Wang Yonghang, a été détenu et condamné à sept ans de prison pour avoir représenté des pratiquants de Falun Gong.

    Créé par l’Acte de la liberté religieuse internationale de 1998 (IRFA), l’USCIRF est une commission américaine indépendante qui surveille la liberté religieuse dans le monde et présente des recommandations au Président, au Secrétaire d’état et au Congrès.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1005/07/E116640_20100503_fr.html

     

  • Comment Falun Gong a changé la Chine depuis le 25 avril 1999

    L'appel silencieux et pacifique des pratiquants du Falun Gong à Zhongnanhai le 25 Avril 1999 (Clearwisdom.net)
    L'appel silencieux et pacifique des pratiquants du Falun Gong à Zhongnanhai le 25 Avril 1999 (Clearwisdom.net)

    Le 25 Avril 1999, lorsque des dizaines de milliers de pratiquants du Falun Gong se sont rassemblés pacifiquement à Pékin pour demander au parti communiste chinois de mettre fin au harcèlement qu'il faisait subir au mouvement, ils ont sans le savoir commencé le plus grand et le plus durable des mouvements de désobéissance civil de la Chine actuelle.

    Le 20 juillet 1999, le régime chinois a commencé une persécution brutale et systématique du mouvement bouddhiste Falun Gong; celui-ci, en répondant de manière uniquement pacifique comme il l'avait fait le 25 avril 1999, est devenu une source d'inspiration pour les activistes démocratiques et intellectuels chinois.

    M. Zhong Weiguang, un spécialiste du totalitarisme qui vit actuellement en Allemagne dit avoir «commencé à réfléchir sur la nature effrayante de la société chinoise.» après le rassemblement du 25 avril. «A l'image de tous les partis communistes» indique-t-il, «le Parti communiste chinois (PCC), gouverne le pays par le mensonge et la terreur.»

    M. Zhong qui précise ne pas pratiquer Falun Gong, est venu à «admirer» l'impact des membres du mouvement sur la Chine. Il dit trouver, onze ans après l'événement, que l'appel du 25 avril avait «une portée tellement plus profonde» que ce qu'il pensait initialement. «Il n'y a jamais eu parmi les mouvements de dissidence chinois un mouvement comparable au Falun Gong» analyse-t-il.

    M. Guo Guoting, avocat chinois des droits de l'homme en exil au Canada, trouve comme M. Zhong que le Falun Gong est unique dans la  société chinoise. «Sous le joug d'un PCC violent et totalitaire, il y a eu des vagues et des vagues de persécution terrible et des attaques, mais il n'y a jamais eu d'autre organisation ou de groupe qui se soit dressé ouvertement et qui ait protégé ses droits» explique M. Guo, qui comme Zhong Weiguang précise n'être pas lui-même membre du mouvement. Selon lui, l'appel du 25 avril incarne «tout simplement l'esprit de la résistance pacifique.»

    Des pratiquants du Falun Gong sont rassemblés à l'extrémité nord de l'enceinte de Zhongnanhai, près du lac Beihai. (Photo courtesy Clearwisdom.net)
    Des pratiquants du Falun Gong sont rassemblés à l'extrémité nord de l'enceinte de Zhongnanhai, près du lac Beihai. (Photo courtesy Clearwisdom.net)

    L'avocat rappelle que depuis sa prise de pouvoir en 1949 (et même avant cette date), le PCC a régulièrement lancé des campagnes politiques sur base de propagande, de lavage de cerveau, de slogans, de pression sociale, de violence, voire de pure terreur; pour se maintenir stable, l'existence d'un ennemi intérieur lui est indispensable, car il permet au parti de stigmatiser une partie minoritaire de la population et d'appeler au nom du patriotisme le reste de la population à entrer «en lutte» contre cette partie. C'est cette même méthode, dit Guo Guoting, qui a été utilisée pour stigmatiser, attaquer et essayer de briser le Falun Gong. 

    Jusqu'à présent, aucun groupe, ni aucune profession incriminée de cette façon n'avait osé, ni même su comment défendre ses droits, rappelle M. Guo.  «Aussi lorsque le Falun Gong a commencé à faire cela, tous les chinois ont été pris au dépourvu» poursuit-il. Pour lui, la volonté du Falun Gong de ne pas se laisser intimider par le PCC est l'un des aspects qui a rendu ses efforts si extraordinaires.

    «L'autre aspect d'importance est qu'il ne s'agit pas d'une résistance agitée qui s'éteint peu de temps après» déclare M. Guo. «Cela a été un long processus, un processus extraordinairement solide pour protéger leurs droits à leurs croyances, une démonstration de persévérance et d'audace.»

    «Un modèle»

    D'après Zhong Weiguang, les méthodes pacifiques utilisées le 25 avril ont donné aux activistes chinois un grand précédent à suivre, une référence et une source d'inspiration. En outre, croit-il, l'exemple du Falun Gong peut aider les militants démocrates à mieux cerner leur propre mouvement: Selon M. Zhong, «A cause du désordre au sein de nos propres troupes, des conflits internes et de notre incapacité à travailler durement sur le long terme vers un même but, le mouvement démocrate à l'étranger est petit à petit devenu inefficace.»

    Les pratiquants de Falun Gong près de Zhongnanhai le 25 Avril 1999. (Photo courtesy Clearwisdom.net)
    Les pratiquants de Falun Gong près de Zhongnanhai le 25 Avril 1999. (Photo courtesy Clearwisdom.net)

    Plus que tout autre aspect, c'est la persévérance des membres du Falun Gong qui doit être pris en exemple par le mouvement démocratique chinois, pense M. Zhong, qui considère que l'exemple du Falun Gong a "ouvert la voie" pour ce qui a suivi au cours des dix dernières années. «On peut dire que sous différents points de vue, s'il n'y avait pas eu la résistance du Falun Gong, il n'y aurait pas aujourd'hui de si nombreux Chinois défendant leurs droits, ni le mouvement actuel de défense des droits».  A l'image d'un Martin Luther King ou d'un Gandhi qui ont appliqué la résistance non-violente, d'après M. Guo, «C'est le Falun Gong qui représente aujourd'hui ce mouvement de désobéissance civile non-violente en Chine. Et cette désobéissance a commencé le 25 avril 1999. Je crois que cela a donné à tous les secteurs de la société chinoise une voie efficace et pleine de sens: l'appel et la manifestation pacifique, la non coopération pacifique».

    Là serait donc l'espoir? «Ce mouvement… je crois, ce genre de chose est ce qui peut finalement mettre un terme au pouvoir violent du PCC. Et ça peut empêcher toute la société de sombrer dans le chaos, de tomber dans la barbarie, ou de sombrer dans la violence, ou le massacre, ou de faire 'couler des rivières de sang'.» Et pour M. Zhong, «avant que ne commence la résistance pacifique du Falun Gong, en tant qu'intellectuel chinois, je trouvais que nous étions très seuls» «En termes de culture communiste, tout ce truc du PCC, le mode de vie qu'il nous a imposé, je ne pouvais pas l'accepter. Et si vous n'acceptez pas ça dans la société chinoise, et bien vous êtes très seul.»

    Puis de poursuivre, «Mais avec l'apparition des pratiquants du Falun Gong, par leur croyance même, ils étaient à l'opposé du PCC, ils ont avec eux une sorte de nouvelle culture et en raison de son caractère inclusif et de sa signification intérieure, cela a donné à l'ensemble du mouvement dissident un énorme soutien». «Chaque chinois, tout le monde sait que dans la vie quotidienne au sein de la société chinoise, dans les rapports interpersonnels, l'éthique et la morale des gens ainsi que les valeurs morales de la société et l'éthique de ceux qui voyagent à l'étranger - tout est déjà pourri» d'après M. Zhong.

    Les pratiquants du Falun Gong réunis à Zhongnanhai le 25 Avril 1999. (Photo courtesy Clearwisdom.net)
    Les pratiquants du Falun Gong réunis à Zhongnanhai le 25 Avril 1999. (Photo courtesy Clearwisdom.net)

    «Le pouvoir du PCC n'est pas qu'une simple question de gouvernance par le PCC, mais cela à fait que chaque chinois s'est habitué aux mensonges et est devenu menteur. Or nous pouvons constater aujourd'hui, qu'il y'a de l'honnêteté et de la droiture dans la vie des pratiquants du Falun Gong dans la société chinoise, et qu'il y a des personnes avec des valeurs morales traditionnelles qui ont adopté ce mode de vie.».

     

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Comment-Falun-Gong-a-change-la-Chine-depuis-le-25-avril-1999.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu