Avertir le modérateur

lettre

  • Ban Zhao, la première historienne chinoise

    femme, lettre, historien, Chine, culture, dynastie des Han de l’Est, Préceptes des femmes, vertu, harmonieBan Zhao (45-120 ap. J.-C.) est connue pour avoir été la première historienne et femme de lettres de la dynastie des Han de l’Est. Mariée à l’âge de 14 ans, elle se consacra à la littérature et à sa famille après la mort de son époux.

    Son père avait débuté des recherches pour le HanShu (Le Livre des Han), pour compléter le Shiji (Mémoires historiques) de Sima Qian qui avait relevé l’histoire de la dynastie des Han de l’Ouest jusqu’à l’empereur Wu. Malheureusement, il mourut  avant d’avoir achevé son œuvre. La tâche fut ensuite poursuivie par son fils, Ban Gu, qui rencontra le même destin, après avoir consacré près de deux décennies à transformer le travail de recherche en une nouvelle histoire de la dynastie des Han, plus complète. Finalement ce fut Ban Zhao, une femme talentueuse qui avait assisté son frère des années durant, qui finalisa la première édition de ce grand livre. Par la suite, Le Livre des Han fut considéré comme un modèle pour les écrits historiques par les historiens chinois.

    Ban Zhao fut par la suite autorisée à enseigner et expliquer le livre aux chercheurs au sein de la bibliothèque royale. Grâce à ses connaissances approfondies, elle reçut à la cour le titre de «Personne de talent».

    L’impératrice fut très impressionnée par ses connaissances et son sens de l’éthique en tant que veuve, et souvent la sollicita pour enseigner auprès des dames de la famille royale.

    À soixante-dix ans, Ban Zhao écrivit Préceptes des femmes, aussi appelé Leçons à l’usage des femmes, de manière à transmettre des règles au sein de sa propre famille et immédiatement le livre circula dans tout le pays. Il donnait un aperçu des vertus que les femmes devaient respecter pour maintenir l’harmonie au sein de leur famille. Il fut considéré, des siècles durant, comme un guide pour la conduite des femmes.

    Quand Ban Zhao mourut, l’impératrice et le peuple lui rendirent un profond hommage.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/30/n3508412.htm

  • Respecter un professeur comme un père

    Chine, Professeur, lettré, éducation, père, respect, enseignement, apprendre, enfants, culture traditionnelle

    "Un professeur est celui qui parle des principes, enseigne des techniques, et dissipe la confusion." C’est l'explication donnée par Han Yu de la Dynastie Tang. La vie est donnée par les parents. Comment vivre sa vie et comment se conduire dépend la plupart du temps des professeurs. En chinois, "professeur" (Shi) et "père" (Fu) sont combinés dans l'expression " maître " (Shi Fu). Un ancien dicton disait : "Celui qui m'enseigne un jour, est mon père pour la vie." C'est-à-dire, on devrait traiter son professeur avec respect et humilité.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, on accordait de l’importance au respect pour les professeurs. Des inscriptions sacrées figuraient dans toutes les familles traditionnelles, lesquelles comprenaient le ciel, la terre le roi, les ancêtres et les professeurs. Ceci montre à quel point le respect était dirigé vers les professeurs.

    L'histoire suivante est tirée de Zizhi Tongjian, des archives historiques.

    Wei Zhao était un disciple accompli dans la dynastie orientale des Han. Quand il était jeune, Wei admirait Guo Tai et demanda à servir Guo en nettoyant les salles et la cour de Guo. Guo en fut d'accord.

    Un jour, Guo ne se sentait pas bien. Il demanda à Wei de cuisiner un peu de porridge. Quand cela fut fait, Wei servit le porridge à Guo. Guo l'invectiva, "Quand tu fais la cuisine pour une personne âgée, tu ne lui montre pas suffisamment de respect. Tu m'as fait perdre totalement mon appétit." Guo jeta le bol par terre.

    Wei revint afin de cuisiner à nouveau et essaya de resservir Guo. Cependant, il fut de nouveau grondé. Ceci arriva à trois reprises. Wei ne changea pas son attitude ni ne montra même le plus léger mécontentement.

    Alors Guo s'exclama, "Avant je ne te connaissais qu'en surface. Maintenant, je connais ton cœur !"

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200510/22775.html

  • Une lettre d'un camp de travail chinois retrouvée dans une décoration pour Halloween

    lettre, camp de travail chinois, décoration halloween,lettre d'un prisonnier chinois, Chine, Falun Gong

    Le 23 décembre 2012, une histoire poignante a été publiée dans The Oregonian à propos d’une résidente des Etats Unis qui a ouvert un paquet de décorations de Halloween pour y trouver à sa grande surprise une note introduite à l'intérieur de l'emballage, écrite moitié en anglais moitié en chinois par un prisonnier dans un camp de travail chinois. Le message était un cri d’appel à l’aide – comme une bouteille lancée à la mer appelant à l’aide d'un autre rivage.
    Julie Keith habitante de l’Oregon aux Etats Unis a trouvé le message à l’intérieur d’un paquet qu’elle a acheté à Kmart. Le Département de la sécurité intérieure des E.U. a ouvert une enquête concernant cette affaire.

    Une lettre du camp de travail de Masanjia en Chine

    La lettre dit : “Monsieur, si à l’occasion vous achetez ce produit, veuillez avoir l’obligeance de faire suivre cette lettre à une organisation des droits de l’homme. Des milliers de personnes ici qui sont persécutés par le gouvernement du Parti communiste chinois vous remercieront et se rappelleront de vous éternellement [sic].”
    Le camp de travail de Masanjia est connu comme le plus brutal des camps de travail en chine particulièrement envers les pratiquants du Falun Gong.
    “Les gens qui travaillent ici doivent travailler 15 heures par jour sans repos le samedi ni le dimanche, ni jours fériés. Sinon ils sont torturés, battus et insultés. Ils ne sont pratiquement pas payés ! (10 yuans par mois)
    “Les gens qui travaillent ici sont punis de 1 à 3 ans en moyenne, sans condamnation d’un tribunal ( une punition illégale). La plupart sont des pratiquants du Falun Gong qui sont des gens totalement innocents simplement parce qu’ils ont une croyance différente de l'idéologie du Gouvernement du PCC. Souvent ils sont punis plus sévèrement que les autres.
    Mme Keith a été choqué et ne pouvait qu’imaginer le désespoir de celui qui a écrit et le courage qu'il lui a fallu pour mettre la lettre dans cette boîte. S’il avait été pris, les conséquences auraient été inimaginables.


    The Oregonian a rapporté qu’après avoir diffusé la lettre sur Facebook ils ont reçu un grand nombre de réponses. Beaucoup de gens avaient déjà entendu parler des horreurs se déroulant dans les camps de travail en Chine mais personne n’avait reçu une lettre en venant directement. Ses amis écrivaient avoir été très tristes en lisant la lettre et avoir mesuré le courage de celui qui l’a écrite et comment nous aux Etats Unis prenons nos libertés pour acquises.
    The Oregonian a rapporté que Sophie Richardson, la directrice de Human Rights Watch a déclaré “Nous ne sommes pas en mesure de confirmer la véracité ou l'origine de cela. Je pense qu'il est juste de dire que les conditions décrites dans la lettre sont certainement conformes à ce que nous savons sur les conditions des camps de rééducation par le travail. ”
    Si une enquête plus poussée détermine que ces produits ont en effet été fabriqués dans un camp de travaux forcés, les décorations d'Halloween de Kmart pourraient porter un coup à la chaîne américaine de magasins discount, parce que l’article 19, Section 1307 du Code des EU interdit l'importation de tous les produits fabriqués dans un pays étranger par le travail forcé.

    The Oregonian a informé que le U.S. Immigration and Customs Enforcement (ICE) de cette lettre et le département de la Sécurité intérieure d’ICE a initié une enquête sur l’affaire. La maison mère de Kmart, Sears Holding Corporation a publié une déclaration qu’ils allaient enquêter sur l’affaire et s'il s'avère que leurs sociétés coopératives en Chine utilisent les camps de travail ils vont résilier le contrat.


    Travaux forcés pour les pratiquants du Falun Gong en Chine

    Selon un rapport sur le site Web Minghui du 23 décembre, l'une des tâches de travaux forcés dans le camp de travaux forcés de Masanjia est de fabriquer des vestes et des pantalons pour enfants. Les doudounes sont connus par de nombreuses marques, y compris "Webster" et "Bosideng." L'intérieur de la veste est rempli de duvet, ce qui entraîne de graves problèmes de qualité de l'air dans l'espace de travail. Le camp de travaux forcés a mis en place une salle spéciale, appelée la "maison d’en bas." Les murs de l'atelier sont très élevés, et les murs extérieurs sont encore plus élevés et très peu de soleil pénètre dans l'atelier. La poussière est toujours visible en suspension dans l'air.


    Selon un autre rapport sur le site Web Minghui publié le 28 novembre 2012, la prison N ° 1 de Shenyang dans la province du Liaoning force les pratiquants de Falun Gong et les détenus criminels à faire de longues heures de travail d'esclave toute l'année pour gagner de l'argent pour la prison. L'habillement est un produit principal du travail d’esclave réalisé dans la prison. La plupart des produits sont destinés à l'exportation.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201212/111371.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu