Avertir le modérateur

le parti communiste chinois

  • Des principes toujours changeants

    Mao mensonge en Chine.jpgLors du débat télévisé présidentiel américain de 2004, un candidat a dit qu’on pouvait changer ses tactiques si nécessaire, mais qu’on ne devrait jamais changer ses «croyances» ou ses «valeurs essentielles» sans quoi «on n’est tout simplement plus crédible». Cette déclaration fait bien comprendre un principe général.

    Le Parti communiste est un exemple typique. Depuis sa création, il y a plus de 80 ans, le PCC, a tenu 16 congrès nationaux et modifié 16 fois la constitution du Parti. En plus de cinq décennies de pouvoir, le PCC a opéré cinq modifications majeures de la Constitution chinoise.

    L’idéal du Parti communiste est l’égalité sociale menant à une société communiste. Toutefois, sous le contrôle communiste, la Chine est devenue le pays où les inégalités économiques ont creusé l’écart le plus grand. Beaucoup de dignitaires du Parti sont devenus extrêmement riches tandis que 800 millions de gens vivent au-dessous du seuil de pauvreté.

    La ligne théorique directrice du PCC a évolué du marxisme-léninisme, auquel a été ajouté le maoïsme, en y incluant aujourd’hui les pensées de Deng Xiaoping et récemment celle de Jiang, les «Trois Représentations». Le marxisme-léninisme et le maoïsme ne sont pas du tout compatibles avec les théories de Deng et l’idéologie de Jiang, elles leur sont opposées. Ce méli-mélo de théories communistes utilisé par le PCC est en effet une rareté dans l’histoire humaine.

    Les principes du Parti communiste se sont largement contredits les uns les autres en évoluant. Depuis l’idée d’une intégration globale qui transcenderait l’Etat-nation jusqu’au nationalisme extrême d’aujourd’hui, de l’élimination de toute propriété privée et de toutes les classes exploitantes jusqu’au concept actuel qui encourage les capitalistes à rejoindre le Parti, les principes d’hier se sont inversés dans la politique d’aujourd’hui et on s’attend demain à d’autres changements. Peu importe combien de fois le PCC change ses principes, le but demeure clair : prendre et maintenir le pouvoir, prolonger le contrôle absolu de la société.

    Au cours de son histoire, à plus d’une dizaine de reprises, le PCC a connu des luttes internes «de vie et de mort». En réalité, tous ces conflits ont coïncidé avec le transfert de pouvoir à la suite de changements dans les principes de base du Parti.

    Chaque changement dans les principes est venu d’une crise inévitable rencontrée par le PCC, menaçant sa légitimité et sa survie. Que ce soit la collaboration avec le parti du Kuomintang, une politique extérieure pro-américaine, la réforme économique et l’expansion du marché, ou encore la promotion du nationalisme, chacune de ses décisions est survenue à un moment de crise et avait pour but de gagner ou de consolider le pouvoir. Chaque cycle de persécution d’un groupe, suivie d’un renversement de cette persécution, a été lié à des changements dans les principes de base du PCC.

    Un proverbe occidental dit que la vérité est immuable et que le mensonge est changeant. Il y a là une certaine sagesse.

    Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-Parti-communiste/Quest-ce-quest-le-Parti-communiste.html

    Tiré des 9 commentaires sur le Parti Communiste:

    En anglais: http://ninecommentaries.com/

    En français: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-P...

  • L’épouse de Gao Zhisheng : «Très raffiné, vraiment magnifique !»

     Mme Geng He, l’épouse de l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel
    Mme Geng He, l’épouse de l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel

    NEW YORK – Shen Yun Performing Arts est monté sur la scène du célèbre Radio City Music Hall de la ville de New York, le 14 février, devant un public enthousiaste. Les troisième et quatrième des sept représentations de son spectacle, ont été données pour le Nouvel An chinois, le premier jour de l’Année du Tigre.

    Mme Geng He, l’épouse de Gao Zhisheng l’avocat des libertés en Chine, nominé pour le Prix Nobel, a assisté avec ses deux enfants à la représentation en soirée, au Radio City. Mme Geng s’est enfuie de Chine vers les États-Unis en mars 2009, après des années de harcèlement et de multiples enlèvements de son mari par le Parti communiste chinois. Le 5 février, cela a fait un an que M. Gao a été kidnappé par la police. Il n'a pas été vu depuis, ni par sa famille, ni par ses supporters, ni par aucun observateur indépendant.

    Abstraction faite de sa situation difficile, Mme Geng a répondu avec empressement aux journalistes en leur souhaitant : « Bonne année ! »

    «Je suis très heureuse de pouvoir assister à ce spectacle d'aujourd'hui. C’est d’un grand raffinement, vraiment magnifique ! »

    Le tableau : «Tambours de l'Ouest, » a fait réfléchir Mme Geng sur le sort de son mari, ainsi que sur le sien : «l y avait un tableau, une danse du Nord-Ouest. Lorsque mon fils l'a vu, il a dit : «Maman, j'ai déjà entendu cette musique, dans la voiture de papa.» Le décor montrait un village qui ressemblait beaucoup au village de Gao Zhisheng, à Shanbei [dans la province du Shaanxi].

    Elle a été touchée par l’ensemble du spectacle – mais elle n’a pu s’empêcher de penser à son mari.

    «Vraiment, je pense que tout était tellement magnifique, sauf que mon mari n'était pas à mes côtés. Je n'ai toujours pas reçu de nouvelles de lui», a-t-elle poursuivi d’une voix tremblante.

    Mme Geng a perçu le niveau élevé de dévouement démontré par les interprètes de Shen Yun pour réaliser cette production : «J’ai pu voir que les artistes ont déployé beaucoup d'efforts, sur une longue période, pour produire un tel spectacle.»

     

    M. Gao est reconnu pour son travail acharné et son dévouement envers les causes qu'il défend. En 2001, il a été nommé l'un des dix meilleurs avocats du pays par le ministère chinois de la Justice. Mais en 2005, il a écrit trois lettres ouvertes aux hauts dirigeants chinois et au Congrès national du Peuple, contestant la persécution des pratiquants de Falun Gong et d'autres groupes par le Parti communiste chinois. Par la suite, les autorités du PCC, ont fermé son cabinet d'avocat, l’ont emprisonné plusieurs fois et l’ont de plus en plus harcelé, lui et sa famille.

    Le 5 février, un an après son dernier enlèvement, des supporters ont présenté une pétition avec le Groupe de travail des Nations-Unies sur les disparitions involontaires, réclamant la libération de M. Gao.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Lepouse-de-Gao-Zhisheng-Tres-raffine-vraiment-magnifique.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu