Avertir le modérateur

l'éducation et la morale

  • Respecter les enseignants et chérir la vertu

    Respecter les enseignants et chérir la vertu fait partie de l'éthique traditionnelle pratiquée par le peuple chinois. Les enseignants, qui transmettent la morale, la connaissance et les valeurs enseignent aux gens les moyens corrects d’interagir mutuellement et, de façon plus globale, dans la société. Ils donnent la vertu en exemple. On trouve dans le chapitre ‘’Les classiques des Rites’’ dans Annales sur l’éducation :

    ‘’En observant le respect qui convient pour le maître, la vertu qu’il incarne est considérée comme honorée. Lorsque cela est accompli, les gens savent comment respecter l’apprentissage.’’

    Afin de maintenir le respect pour l'enseignant et révérer la vertu, l’élève doit non seulement montrer du respect et de la courtoisie mais aussi maintenir le respect dans son cœur et suivre sincèrement les enseignements qui lui sont donnés. Prenons quelques exemples de la façon dont les anciens montraient du respect envers leurs enseignants et la vertu.

    Yin Xi effectue le rituel d’honorer Lao Zi comme Maître

    On disait que Yin Xi était un érudit sous la dynastie Zhou de l’Ouest (1100 av. J.C – 711 avant J.C). A un âge précoce, il était passionné de livres anciens. Il était expert en astronomie et en d'autres nombreux domaines d’intérêt. Un jour, il observa le climat céleste et vit une brume pourpre à l’horizon qui ne se dissipait pas. Il pensa qu’un sage devait venir de cette direction et traverser la passe Hangu. Parce qu’il était chargé d'autoriser le passage du col à qui se rendaient vers l’ouest, il ordonna aux gardes de l’informer immédiatement si dans les jours suivants ils voyaient quiconque d’apparence peu commune.

    Il envoya aussi des gens nettoyer les routes et brûler de l’encens pour accueillir le sage. Quelques jours plus tard, il reçut des rapports selon lesquels un homme âgé aux cheveux blancs et au physique divin conduisait un chariot tiré par des bœufs en direction de la passe menant à l’ouest. Il alla immédiatement saluer le vieux sage.

    Il s’agenouilla à une dizaine de mètres du chariot et déclara: ‘’Yin Xi, officier en chef du col Hangu, salue le sage !’’ L’homme âgé répondit : ‘’Je ne suis qu’un simple citoyen. Pouvez-vous me dire pourquoi vous avez mis en place ce rituel extraordinaire ?’’ Yin Xi expliqua : ‘’J’attendais votre arrivée depuis des jours, après avoir vu des signes indiquant l'arrivée prochaine d' un être divin. Mon souhait sincère est que votre sainteté m’éclaire.’’

    L’homme âgé demanda: ‘’Quels signes avez-vous vu?’’ Yin xi répondit : ‘’Au cours du dixième mois de l’année passée, l’étoile du Sage a traversé le ciel de l’ouest en hiver. Tôt, ce mois-ci, une douce brise est passée, alors qu’une éclosion de brume pourpre s’est levée à l’horizon oriental. Ainsi, j’ai su qu’un sage passerait ici, se dirigeant vers l’ouest.

    ‘’La brume pourpre était si vaste qu’elle s’étendait sur plus de 16 000 kilomètres, ce qui ma indiqué qu’il ne s’agissait pas d’un sage ordinaire. La brume pourpre était conduite par l’étoile du Bœuf, ce qui signifiait que le sage arriverait dans un chariot tiré par un bœuf. Aujourd’hui, en voyant votre sainteté avec cette contenance extraordinaire, transcendante, je serais incapable d’exprimer ma gratitude si vous vouliez bien me conseiller sur ma ‘cultivation pratique.’’ L’homme âgé était content de voir la sincérité de Yin ainsi que son cœur bon et son comportement courtois. Il sourit : ‘’Vous m’avez reconnu, moi, le vieil homme. Moi, aussi, je savais qui vous étiez. Je suis là pour vous offrir le salut.’’ Yin fut heureux et s’inclina devant le sage.

    Lorsqu’il demanda son nom au vieux sage, ce dernier répondit : ‘’Mon nom est vaste. En ce moment, mon nom est Li, mon prénom Bo Yang. Les gents m’appellent Lao Dan.’’ Yin brûla de l’encens, s’inclina, et effectua le rituel pour honorer Lao Zi comme son professeur. Zi est un titre courtois utilisé au lieu du nom de quelqu’un.

    Lao Zi demeura brièvement à la passe Hangu, juste le temps suffisant pour consigner quelque chose de difficile à définir ou décrire, qu’il appela Tao. A l’intérieur, il enseigna ses points de vue sur l’univers, l’homme et la société. Il donna à Yin, un manuscrit de 5000 mots appelé Tao Te Ching. Yin Xi suivit les instructions de Lao Zi pour cultiver son esprit et son corps, promut les enseignements de l’école du Tao dans le gouvernement du pays, en fit bénéficier le monde, et réussit sa ‘cultivation’. Il fut honoré par les générations suivantes en tant que Yin, l’Homme Vrai.

    Confucius et ses disciples

    Confucius, environ 551 av. J.C – 479 av. J.C, était un penseur renommé, un philosophe, et un éducateur. La légende veut qu’il ait eu plus de 3000 étudiants, dont 72 étaient des disciples le suivant de prés. Confucius mettait en pratique ses propres enseignements. Sa quête de vérité, d’idéaux, et d’intégrité personnelle, ainsi que sa bienséance, sa gentillesse, son humilité et sa courtoisie, sa loyauté et son souci des personnes ordinaires ont inspiré ses étudiants et les générations futures.

    Les étudiants de Confucius le respectaient profondément, le traitaient comme leur père, exécutaient ses résolutions comme les leurs, et considéraient le fait de s’engager dans des causes honorables comme le but le plus élevé. Son étudiant, Yan Hui était ‘’content de rester pauvre tout en se focalisant sur sa recherche du Tao’’, se cultivait lui-même et suivait strictement les enseignements de Confucius. Un autre étudiant, Mi Zijian, maintenait la loi et l’ordre en jouant d’un instrument à corde, répandant la vertu grâce à une musique harmonieuse, et encourageant les gens à s'établir et à travailler dur. Encore un autre étudiant, Zi Xia, a compilé les analectes(recueil de morceaux choisis d'un auteur littéraire.) , promu l’éducation, et guidé les gens avec bonté.

    Les étudiants de Confucius l’ont suivi le long d’un voyage long et ardu pour diffuser ses enseignements dans différents pays. Lorsque d’autres calomniaient leur professeur, ils le défendaient et soutenaient son noble caractère. Zi Gong a solennellement indiqué le manque de conscience de ses propres failles de l’un des attaquants. Zeng Can a loué Confucius comme étant une personne de grande vertu, ‘’aussi pure que s’il était lavé par les grandes vagues d’un fleuve, sur lequel le soleil d’automne brille, et aussi sacré que l’univers sans limite.’’ Il a exécuté et mis en œuvre les politiques bienveillantes que prêchait Confucius . Il a été cité comme disant :

    ‘’Un érudit doit avoir force et détermination, parce qu’il endosse de sérieuses responsabilités et a un long voyage devant lui. Ses responsabilités ne seront-elles pas sérieuses s’il a pour but de mettre en œuvre des politiques bienveillantes à travers le pays ? Son voyage ne sera-t-il pas long, s’il doit soutenir la justice jusqu’à l’éternité ?’’

    L’Empereur Taizhong de Tang instruit ses princes pour qu’ils respectent leurs professeurs

    L’Empereur Taizhong de Tang, 599-649, a été largement reconnu comme un dirigeant sage dans l’histoire chinoise. Il a prêté une attention particulière à l’éducation et a soigneusement choisi les professeurs des princes comme Li Gan, Zhang Xuansu, Wei Zhang et Wang Gui, tous hommes de grande vertu qui étaient hautement estimés.

    En une occasion, Li Gang souffrait d’un problème aux pieds, qui l’empêchait de marcher. La cour impériale avait des règles strictes à l’encontre des fonctionnaires qui se déplaçaient dans un chariot portés à épaules d’hommes. On attendait des fonctionnaires qu’ils marchent avec grand soin.

    Lorsque l’Empereur Taizhong eut vent des problèmes de pieds de Li Gang, il décréta que ce dernier avait le privilège de se déplacer dans un chariot à la cour impériale. Plus tard, il ordonna au prince de saluer le professeur lors de son arrivée à la cour.

    En une autre occasion, il apprit que son quatrième fils, Li Tai, n’avait pas été respectueux envers son professeur, Wang Gui. Il critiqua son fils devant celui-ci : ‘’La prochaine fois que tu verras ton professeur, tu dois être aussi respectueux envers lui que tu l’es envers moi. Même l’écart le plus léger n’est pas permis.’’ Dés lors, Li Tai fut courtois et respectueux envers son professeur. Ses devoirs scolaires s'améliorèrent aussi. Les règles familiales strictes de l’Empereur Taizhong appelaient tous les princes à respecter leurs professeurs et à valoriser les enseignements qu’ils recevaient.

    L’Empereur Taizhong émit un décret qui déclarait: ‘’J’ai mené une étude comparative soigneuse des empereurs et des rois sages. Ils ont tous eu, sans exception, de grands enseignants. L’Empereur Jaune a appris de Tai Dian, Zhuanxu a appris de Lu Tu, Yao a appris de Yin Shou, Shun a appris de Wu Chengzhao, Tang a appris de Wei Zibo, le roi Wen de Zhou a appris de Ziqi, et le roi Wu de Zhou a appris de Guo Shu… Si l’on n’apprend pas, il n’y a pas moyen de comprendre les principes transmis depuis les anciens temps. Il n’existe pas d’homme qui manquant d’une telle compréhension peut diriger le pays et maintenir la paix.’’

    Il décréta que ses fils devaient respecter leurs enseignants autant qu’ils le respectaient lui. De plus, il encouragea les professeurs à être directs en pointant les manquements des princes. La capacité des professeurs à réaliser leurs grandes responsabilités le devaient en grande part à la compréhension, au soutien et aux encouragements de l’empereur Taizhong. Lorsque son neuvième fils, Li Zhi fut nommé prince héritier, l’Empereur Taizhong émit des règles encore plus strictes envers lui. Il devait se lever dés que son professeur ou son père s’exprimait, et il devait garder leurs paroles en mémoire et exprimer plus tard, sa gratitude.

    Il existe un ancien dicton qui affirme que ‘’celui qui est votre professeur pour un jour est votre père pour le reste de votre vie.’’ Des histoires au sujet d'anciens qui respectaient leurs professeurs et valorisaient les vertus qu'ils incarnaient, se sont transmises comme des contes inspirants. De telles histoires sont admirées par les gens d’aujourd’hui ayant un sens moral et adhérant à de nobles idéaux. Tout a commencé avec le respect des enseignants et l'amour de la vertu.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1004/15/E115996_20100409_fr.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu