Avertir le modérateur

kuomintang

  • L'histoire de Taiwan attire les touristes

    Le nombre de touristes chinois venant du continent en visite à Taiwan est en croissance constante. Beaucoup de Chinois veulent en savoir plus sur la période de 1949 et la guerre entre le Kuomintang et le parti communiste chinois qui a conduit à la fondation de Taïwan.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/

  • Pékin lance une propagande hollywoodienne

     

    À cause révolutionnaire, dévouement artistique. Pour la gigantesque fresque historique réalisée spécialement pour le 60e anniversaire de la République populaire (RPC) qui a envahi les cinémas de Chine, 172 acteurs célèbres et patriotes ont accepté de jouer bénévolement.

    La nouvelle superproduction chinoise, The Founding of a Republic, retrace la période 1945-1949, avec la victoire communiste sur le Kuomintang à l'issue de la guerre civile puis la création de la RPC. En phase avec le réchauffement des relations entre la Chine et Taïwan, le film insiste sur l'union des troupes communistes et nationalistes lors de la guerre contre le Japon. Et bien qu'il glorifie Mao, dépeint en bon vivant, paternel, à l'écoute du peuple, pour la première fois, Tchang Kai-chek n'est pas stigmatisé. Interprété par le célèbre Zhang Guoli, il apparaît plutôt comme une victime de son temps, un être tourmenté mais digne, même devant l'échec.

    Arme glamour

    Plus qu'un film, il s'agit d'une arme glamour et modernisée mise au service de l'unité nationale. Habilement, pour séduire un public jeune, les réalisateurs ont su jouer sur un grand style hollywoodien et mobiliser un nombre considérable de stars. L'énumération historique un peu fastidieuse est ainsi compensée par l'apparition décalée des plus grandes étoiles du cinéma chinois incarnant les personnages fondateurs de la RPC.

    Certains bloggers dénoncent l'hypocrisie du réalisateur, patron de la puissante société d'État China Film Group, chargée aussi du contrôle des films importés. Profitant du faible coût de la production, Han Sanping a su marier patriotisme cinématographique et profit commercial. Une équation qui rappelle il est vrai celle du pays, où l'idéologie communiste s'accommode fort bien de l'économie capitaliste.

    D'un côté, on promeut les films patriotiques, de l'autre, on censure les voix dissonantes. La semaine dernière, les autorités chinoises ont tenté en vain de bloquer la publication à Hong Kong du livre d'un journaliste, Xiao Jiansheng. Pourtant peu subversif, The Rethinking of Chinese Civilization avait d'ailleurs reçu l'aval de l'officielle Académie des sciences sociales de Pékin, avant d'être interdit en 2007. La raison ? L'auteur s'attaque au sujet délicat de la soumission historique du peuple aux autorités et à la centralisation du pouvoir.

    Tiré du Figaro : http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/31/01003-20091031ARTFIG00001-pekin-lance-une-propagande-hollywoodienne-.php

     

  • Qu'est ce que le parti communiste chinois? Partie 2

    Au début le Parti communiste chinois (PCC) a commencé comme une branche du Parti communiste soviétique lors de la Troisième Internationale communiste. Il a donc naturellement hérité de sa propension à tuer. Lors de la première guerre civile entre les communistes et le Kuomintang (KMT), en Chine de 1927 à 1936, la population de la province de Jiangxi est passée de plus de vingt millions à une dizaine de millions d’âmes. Ces seuls chiffres en disent long sur les ravages causés par l’usage de la violence.

    La violence est peut-être un moyen inévitable pour conquérir le pouvoir politique, mais jamais il n’y a eu un régime aussi enclin à tuer que le PCC, notamment lors de périodes par ailleurs paisibles. Depuis 1949, le nombre de morts causées par la violence du PCC a dépassé le total des victimes de la guerre civile entre 1927 et 1949.

    3202-victime-des-khmers-rouges [640x480].jpgLe soutien fourni aux Khmers rouges cambodgiens est un exemple éclatant des méthodes violentes du Parti communiste. Sous les Khmers rouges, plus d’un quart de la population cambodgienne, incluant la plupart des Chinois immigrés et leurs descendants, a été assassiné. La Chine continue à empêcher la communauté internationale de poursuivre les Khmers rouges en justice dans le but de tenir caché le rôle notoire joué par le PCC dans ce génocide.

    Le PCC entretient des liens étroits avec les forces armées révolutionnaires et les régimes despotiques les plus brutaux au monde. Outre les Khmers rouges, les Partis communistes d’Indonésie, des Philippines, de la Malaisie, du Vietnam, de Birmanie, du Laos et du Népal ont tous été soutenus par le PCC. Beaucoup de dirigeants de ces partis sont chinois, certains d’entre eux se cachent encore en Chine aujourd’hui.

    Les atrocités d’autres groupes communistes se réclamant du maoïsme, comme le Sentier lumineux en Amérique du Sud et l’Armée rouge au Japon, ont été condamnées par la communauté internationale.

    Une des théories qu’emploient les communistes est le darwinisme social. Le Parti communiste applique aux relations humaines et à l’histoire humaine la compétition des espèces selon Darwin, prétendant que la lutte des classes est la seule force motrice pour développer la société. La lutte est donc devenue le premier « dogme » du PC, un outil pour obtenir et maintenir le contrôle politique. Les fameuses paroles de Mao trahissent clairement cette logique de la survie des plus aptes : «Avec 800 millions de gens, comment cela pourrait-il marcher sans lutte ?»

    Selon une autre affirmation tout aussi fameuse de Mao, la Révolution culturelle devrait être menée «tous les sept ou huit ans» . Le PCC a utilisé la force de manière répétitive pour terroriser et soumettre la population chinoise. Chaque lutte, chaque mouvement a été un exercice de terreur, faisant trembler le cœur du peuple chinois et le réduisant peu à peu à l’esclavage sous le contrôle du PCC.

    Aujourd’hui, le terrorisme est devenu le principal ennemi du monde libre civilisé. Le PCC a exercé un terrorisme violent, grâce à l’appareil d’Etat à une échelle bien plus vaste, bien plus longtemps, et avec des résultats bien plus dévastateurs. Aujourd’hui, au 21e siècle, gardons-nous d’oublier ce trait héréditaire du Parti communiste, car ce que le Parti a été, assurément détermine ce qu’il pourra être dans le futur.kuomintang-5.jpg


    II. L’utilisation de mensonges pour justifier la violence

    On peut mesurer le niveau de civilisation par le degré de violence qu’un régime utilise. En recourant à la violence, les régimes communistes représentent clairement un immense pas en arrière dans la civilisation humaine. Malheureusement, le Parti communiste a été considéré comme progressiste par ceux qui croyaient que la violence est un moyen nécessaire pour faire avancer la société.

    L’acceptation de la violence doit être observée à la lumière du deuxième trait héréditaire du Parti communiste : l’usage habile et inégalé de la tromperie et des mensonges.

    «Depuis notre plus jeune âge, nous avons considéré les Etats-Unis comme un pays sympathique. Cette idée est due en partie au fait que les Etats-Unis n’ont jamais occupé un autre pays, ni lancé d’attaques contre la Chine. Plus fondamentalement, la bonne impression qu’ont les Chinois des Etats-Unis repose sur leur caractère ouvert et démocratique.»

    A suivre

    Tiré des 9 commentaires sur le Parti Communiste

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu