Avertir le modérateur

jo de pékin

  • Les jeux sont terminés, la persécution continue Partie 2

    Suite de l'article du 23 octobre

     

    "Quelle est la gravité de la situation ? Nous ne le savons pas totalement. Nous n'avons aucune idée, par exemple, du nombre exact de chinois dans les camps de « rééducation par le travail » parce que c’est un secret d'état. On estime que le nombre de détenus se situe entre 400.000 et quatre millions.

    Nous savons que le plus grand groupe parmi les détenus est le groupe des pratiquants de Falun Gong. Ils sont victimes de la persécution d’état depuis 1999, quand leur discipline spirituelle de méditation est devenue trop populaire au goût du parti. Par exemple, l'année dernière, le camp de travail pour femmes de Pékin contenait 700 pratiquantes de Falun Gong et il y a seulement 140 vraies criminelles. Le parti gère des centaines de camps semblables, incluant chaque province chinoise.

    Tout comme le ministère de la propagande et les comités qui contrôlent les cours de justice, ces goulags sont une preuve que peu de choses ont changé depuis l'époque de Mao. La police d’aujourd'hui peut prendre n'importe quel citoyen chinois et le faire disparaître dans un camp de travail. Les victimes n'ont aucun média national à qui parler ; les avocats qui se battent pour eux sont souvent emprisonnés à leur tour.

    Et nous savons ce qui se produit dans ces camps. Un collègue et moi avons passé l'année dernière à rassembler de nouveaux témoignages de pratiquants de Falun Gong qui ont survécu à la détention chinoise.

    Dai Ying habite maintenant en Norvège et elle est assez âgée pour être ma mère. En 2003, elle faisait la sieste chez elle quand des policiers ont fait irruption et l'ont enlevée. Elle a été condamnée à deux ans dans le camp de travail de San-Shui.

    Elle a été privée de sommeil pendant des jours. « Après un long moment, j'étais simplement embrouillée et confuse. Parfois, je ne savais même pas où j'étais, » a-t-elle dit. « Ils ne me laissaient pas aller aux toilettes, à moins que je n'ai insulté [le fondateur de Falun Gong] Maître Li. »

    Les gardiens ont demandé à Dai d’écrire des déclarations de diffamation contre le Falun Gong et de renonciation à sa croyance. Quand elle a refusé, ils l'ont emmenée au sous-sol.

    « Il y avait un groupe de criminels qui m'ont appuyé dessus et les policiers m'ont électrocutée, » a-t-elle dit. « Ils ont électrocuté mon visage et je suis devenue aveugle d'un œil. J'avais tellement mal à la tête que je ne pouvais pas le supporter. Je ne faisais que pleurer. » Le but de tout ceci est de « transformer » les prisonniers -- idéalement en des athées qui adorent le parti communiste."

  • Tortures: l'autre visage de la Chine

    Ci dessous un témoignage des tortures subies par Mme Tang 68 ans, emprisonnée avant les Jo de Pékin

    "Mme Tang Liwen, une pratiquante de Falun Dafa de 68 ans, de la région autonome de Mongolie intérieure, a été arrêtée par le personnel du Parti communiste chinois (PCC). Elle a été emprisonnée pendant neuf mois. Sa santé et son état mental ont été dévastés. Il y a quelques jours, le 26 septembre 2008, elle a été condamnée à sept ans de prison et conduite à la prison pour femmes de la ville du Hohhot, dans la région autonome de la Mongolie intérieure.

    Mme Tang a été brutalement torturée pendant les neuf mois qu’elle a été emprisonnée. Les gardes ont employé diverses méthodes de torture pour essayer d'obtenir le mot de passe de son ordinateur. Ils lui ont fait porter un grand panneau et l'ont menottée à un tuyau de chauffage en acier de sorte qu'elle ne pouvait ni rester debout ni s'asseoir. Elle a dû garder  le dos courbé pendant plusieurs jours. Elle a refusé de manger. Les gardes l'ont gavée avec une solution concentrée d'eau salée et des substances inconnues. À  la  mi-septembre 2008, elle ne pouvait plus le supporter. Elle a été conduite  à l'hôpital de la ville de Tongliao pour des maladies infectieuses et on lui a  injecté des drogues inconnues. Elle est devenue incontinente et mentalement instable. Elle crierait, hurlerait, pleurerait et rirait sans aucune raison.

    Environ 20 à 30 pratiquants du district de Tongliao ont été arrêtés avant les jeux olympiques. Toutes leurs maisons ont  été fouilléee et leurs affaires ont été confisquées par la police. Seulement un pratiquant a été libéré. Actuellement, ces pratiquants détenus ont été dispersés à de divers centres de détention du niveau de canton. "

    Tiré d'un site d'information sur la persécution du Falun Gong

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu