Avertir le modérateur

internet en chine

  • La Chine renforce le contrôle de l'internet en 2013

    Le régime chinois prévoit de renforcer son contrôle d'Internet et forcer les utilisateurs à s'enregistrer avec leurs véritables noms auprès des fournisseurs d'Internet et autres services de télécommunications. Selon les médias officiels, cette nouvelle réglementation vise à protéger les informations personnelles des utilisateurs d'Internet. Mais la plupart des utilisateurs n'y voient qu'un nouveau moyen de réprimer les discussions en ligne.

    [Gu Chuan, Intellectuel invité, Université de Columbia]:
    «Ils veulent effrayer les utilisateurs du web pour qu'ils ne parlent pas en ligne. En réalité, cette loi veut contrôler les internautes. Pourquoi se pressent-ils dans cette direction ? C'est cause du récent mouvement anti-corruption qui pourrait dénoncer des responsables en ligne.»

    Les médias officiels chinois comme le Quotidien du Peuple ont récemment publié des articles soulignant la nécessité de contrôler les informations non vérifiées en ligne. Cette décision suit la dénonciation embarrassante de plusieurs responsables chinois. Des observateurs ont posté en ligne des preuves de corruption et d'autres scandales qui ont rapidement circulé sur l'Internet chinois.

    Ces nouvelles règles vont-elles intimider ces utilisateurs du Net ?

    [M. Zhou, Un citoyen chinois]:
    «Si ils veulent vraiment me traquer, qu'il en soit ainsi. Ils peuvent faire toutes les lois qu'ils veulent, je n'ai pas peur. Mais cette nouvelle loi va définitivement avoir un impact sur la lutte anti-corruption, c'est-à-dire, elle va protéger ces responsables corrompus.»

    Selon les médias officiels, les nouvelles réglementations demanderont aux utilisateurs de présenter une pièce d'identité officielle lors de la signature de contrats pour un accès à une ligne d'Internet fixe ou mobile. La proposition de loi devrait être approuvée aujourd'hui par le Congrès national du peuple. Plus tôt cette année, d'autres lois ont imposé aux utilisateurs d'utiliser leur vrai nom pour s'inscrire sur des services de microblogging comme Tincent ou Weibo.

    Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2012-12-28/464949675211.html

  • Le régime chinois menace Google de représailles


    Le régime chinois menace Google de représailles par NTDFrancais

    L’armée chinoise accuse le gouvernement américain d’avoir délibérément lancé une « guerre Internet » mondiale afin de faire tomber la Chine. Cela après que Google ait accusé la Chine d'avoir piraté des comptes Gmail.

    Il y a 17 mois, Google avait retracé et localisé l’origine des attaques informatiques dans la ville de Jinan, qui abrite une école militaire professionnelle. Les responsables chinois ont à plusieurs reprises nié avoir mené ces attaques, affirmant  que Google servait d'« outil politique. »

    [David Gewirtz, Directeur exécutif, Stratégie américaine]:
    « La Chine prétend que Google,  en tant qu'entreprise américaine, répond aux désirs du gouvernement américain. Franchement, connaissant Google, c’est probablement l’inverse. Je pense que, dans de nombreux cas, Google a beaucoup plus d’influence que le gouvernement américain dans ce genre d’affaires. »

    Les autorités chinoises ont menacé Google de représailles, sans cependant en préciser la nature. Les observateurs prennent ces menaces au sérieux.

    [Gordon Chang, Auteur, « L’effondrement imminent de la Chine »] :
    « Toutes les menaces chinoises devraient être prises au sérieux. Pékin a sapé les opérations de Google depuis que l'entreprise a mis le pied en Chine et nous avons clairement vu Google perdre des parts de marché. Il s’agit donc d’une menace sérieuse. »
    Wikileaks a confirmé que les attaques pirate venaient de Chine. Et d’autres gouvernements affirment avoir été aussi victimes de pirates chinois. Le régime chinois réfute ces attaques et déclare en être aussi victime.

    [Gordon Chang, Auteur, « L’effondrement imminent de la Chine »] :
    « La Chine tire des informations fiables à partir de comptes Gmail de responsables haut-placés. Ce ne sont peut-être pas des informations confidentielles, ils obtiendront des informations qui mèneront à des informations confidentielles. »
    Les allégations de Google font l’objet d’une enquête du FBI. Aucun compte de responsable du gouvernement américain n’a été gravement compromis.

  • La Chine dérangée par les Chinois

    Ce n'est plus un grand événement, comme Tiananmen en 1989, mais il jalonne la naissance en Chine d'une opinion publique, c'est-à-dire qui s'exprime. A Canton, des centaines de manifestants ont protesté contre les projets du gouvernement central de multiplier les émissions télévisées en mandarin, au détriment de la langue cantonaise, parlée dans la province et à Hong Kong. La manifestation a été naturellement réprimée brutalement, ce qui n'enraye en rien la « contamination démocratique », l'expérience l'a prouvé. Certes, depuis quelques années, les révoltes n'ont pas manqué dans les provinces pour dénoncer les injustices, la corruption et l'oppression des potentats locaux, ou l'insupportable exploitation de la main-d'oeuvre industrielle. Ces dernières ont d'ailleurs abouti à des relèvements substantiels de salaires. Mais il s'agit cette fois d'une revendication d'identité, et non d'émeutes de la misère. Aux révoltes pour la nécessité de survivre succède ainsi la manifestation pour la liberté d'être.

     

    L'apparition d'Internet en 1994 a infligé au gouvernement un grand dérangement de son entreprise de formatage collectif. Après de vaines tentatives pour tarir le flot il a habilement opté pour l'endiguement, à travers son « bureau d'Internet » et son « centre d'étude de l'opinion publique ». Ces euphémismes désignent un dispositif de contre-intoxication, de domestication et d'influence dont la compétence technique est reconnue par les experts. Mais le demi-milliard d'internautes de la Chine se canalise aussi difficilement que ses grands fleuves. Hu Jin Tao, dit-on, reçoit de ces officines des rapports périodiques qu'il examine avec attention. Cela au moins le rapproche de nos politiques affamés de sondages, même si l'objectif est ici non de suivre, mais d'espionner l'opinion. Il n'empêche : quand un Premier ministre est contraint d'ouvrir un dossier « opinion publique », c'est que sa Chine commence à être dérangée par les Chinois.

     

    Tiré de: http://www.lesechos.fr/info/analyses/020704936546-la-chine-derangee-par-les-chinois.htm

  • Chine et USA à claviers tirés

    cyvercafé.jpgLa réplique n'a pas tardé. Après les révélations du Washington Post, affirmant que les Etats-Unis envisageaient de subventionner ouvertement un groupe contre la censure sur internet proche du mouvement interdit Falun Gong, Pékin a lancé sa mise en garde. En déclarant « s'opposer fermement » à ce que « tout gouvernement ou organisation soutienne les forces antichinoises dans leurs activités antichinoises». Une passe d'armes le même jour où les deux pays reprennent leur dialogue sur les droits de l'Homme suspendu depuis deux ans. Tout en affirmant que la décision n'avait pas encore été prise, le Département d'Etat a confirmé que Washington étudiait une telle subvention.

    Il s'agirait de verser 1,5 million de dollars au Global Internet Freedom Consortium, (GIFC). Cette organisation propose des programmes informatiques permettant de contourner la censure. Falun Gong y est très impliqué et le GIFC est de fait très en pointe dans ce type de produits. Ils circulent sous le clavier en Chine et sont aussi utilisé ailleurs, par les opposants iraniens notamment. Au moment de l'affaire Google, en janvier dernier, la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, avait fermement pris position contre la censure sur internet et déclaré que les Etats-Unis soutiendraient la recherche technique pour assurer la liberté sur le Web au plus grand nombre. Certains diront que le fait que la subvention soit ouvertement donnée par la diplomatie américaine, sans transiter plus discrètement par la CIA ou la NSA, relève de la provocation. D'autres y verront une saine transparence...

    Le sujet était évoqué dans cet article publié au début de l'affaire Google : Internet contrôle.pdf

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu