Avertir le modérateur

histoire enregistrée la plus longue dans le monde

  • À propos de l'histoire chinoise

    Chine_grandemuraille.jpg

    La Chine en tant que nation a l'histoire enregistrée la plus longue dans le monde. Liu Zhiji, un historien officiel de la dynastie Tang, a dit : « Le but de l'histoire est d'enregistrer les réalisations, de souligner les erreurs, de promouvoir le bon et de réprimer le mauvais. Ainsi les réalisations et erreurs d'une dynastie peuvent devenir la gloire et la honte qui vont être transmis pendant des milliers d'années. » (Shi Tong – Étude sur l'histoire) En lisant ces lignes, il est donc impératif que les historiens enregistrent l'histoire avec honnêteté.

    Il y avait des historiens officiels même au temps de l'Empereur Jaune (Huangdi). Ju Song et Cang Jie étaient deux historiens officiels de l'Empereur Jaune. Ils ont été responsables de la création des caractères chinois. Il est dit qu'à travers l'observation de la forme des objets naturels et en imitant leurs sons et leurs formes, Cang Jie a créé les pictogrammes et les caractères picto-phonétiques. En comprenant les significations que certains objets naturels pouvaient transmettre, il a créé les idéogrammes.

    « L'histoire, cela signifie enregistrer les choses d'une façon impartiale et honnête. » (Shuo Wen Jie Zi – Expliquer les caractères simples et analyser les caractères composés) Ces mots décrivent clairement les exigences envers les historiens datant de l'ancienne Chine. De plus, il y avait une règle concernant l'enregistrement de l'histoire, qu'un empereur n'est pas autorisé à lire les rapports historiques officiels de la dynastie présente.

    Après la mort de Wei Zheng, un fonctionnaire de la dynastie Tang connu pour critiquer l'empereur, l'Empereur Li Shimin a dit : « Les gens utilisent du bronze pour fabriquer des miroirs qui puissent aider les gens à arranger leurs vêtements. Avec l'histoire comme miroir, on peut voir la montée et le déclin, la prospérité et la disparition des dynasties. Avec les individus comme miroirs, on peut évaluer ce qu'untel a fait correctement et non correctement. Puisque Wei Zheng s'en est allé, j'ai perdu un miroir parfait. » À travers ces paroles, nous savons que Li Shimin a utilisé l'histoire et les paroles des autres gens pour évaluer quelles erreurs il avait faites. Dans la deuxième année de la période Zhen Guan (qui représente la période où Li Shimin a gouverné la Chine pendant la dynastie Tang), Li Shimin a nommé deux chroniqueurs impériaux (Qi Ju Lang) pour noter les paroles et les actes de l'empereur. Dans la dixième année de la période Zhen Guan, Chu Suiliang a été nommé chroniqueur, responsable pour noter les paroles et comportements de l'empereur.

    Le livre de Shi Guan Za Lu (un livre d'histoire) raconte une histoire sur Li Shimin et Chu Suiliang (dont le père était Chu Liang, un des dix-huit érudits du centre littéraire de l'Empereur Li Shimin). Un jour, l'empereur voulait lire le journal des activités et repos (Qi Ju Zhu) le concernant, afin d'apprendre quelles erreurs il avait faites et ensuite les corriger. Il a dit : « L'empereur peut-il lire les choses que vous avez enregistrées ?

    Chu Suiliang répondit : « Qi Ju Lang est le même que l'historien officiel de l'empereur dans le passé. Ils ont tout noté, bon ou mauvais. Je n'ai jamais entendu parler d'un empereur qui veuille lire ces choses. »

    L'empereur a alors demandé : « Si j'ai fait quelque chose de faux, l'avez-vous assurément écrit ? » Chu répondit : « C'est ma responsabilité. J'écris chacune de vos paroles et chacun de vos actes. »

    Liu Ji, qui était Men Shi Lang (un fonctionnaire responsable de prendre soin de l'empereur et de transmettre les ordres et instructions de l'empereur) a dit : « Même si vous aviez ordonnée à Chu Suiliang de ne pas le noter, les gens de la nation l'auraient enregistré. »

    L'empereur demanda à Fang Xueling (un autre fonctionnaire connu et érudit) : « Pourquoi un empereur ne peut-il pas lire l'histoire de sa dynastie ? »

    Fang répondit : « Les enregistrements historiques comprennent tout ce qui est bon ou mauvais. Si les historiens avaient le souci que ce qu'ils ont noté puisse offenser l'empereur, ils pourraient alors vouloir modifier l'enregistrement historique. Alors il y a cette règle de ne pas autoriser l'empereur à lire les enregistrements historiques de la dynastie présente. »

    Li Shimin répliqua : « Mais mon désir de lire les enregistrements est différent des autres empereurs du passé. Si l'enregistrement parle de mes réalisations, je ne veux pas en faire mention. Mes erreurs doivent, bien sûr, être enregistrées, mais j'espère simplement que vous pouvez me dire les erreurs, afin que je puisse faire attention à mes paroles et à mes actes et ne pas répéter ces erreurs. »

    L'histoire chinoise est très complète, en partie à cause des nombreux historiens qui ont osé enregistrer impartialement l'histoire, même s'ils étaient pénalisés et même s'ils ont perdu la vie pour avoir fait ainsi. À cause de cette règle, que les empereurs ne pouvaient pas lire l'histoire de leur dynastie respective, les historiens ont pu enregistrer honnêtement l'histoire. C'est à cause de cette règle que nous pouvons aujourd'hui voir les véritables enregistrements de l'histoire, connaître les vertus des anciens et voir les changements, la montée et la chute des nombreuses dynasties.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1001/25/E113912_20100115_FR.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu