Avertir le modérateur

herta müller

  • La chute du dernier dictateur communiste d’Europe

    Nicolae_Ceausescu.pngBeaucoup se rappellent la rediffusion du corps inanimé de Nicolae Ceauşescu au journal de 20h le 26 décembre 1989. Vision macabre d’une barbarie provoquée par les crimes d’un dictateur autrefois adulé. L’Europe a pu en tirer une leçon historique et dramatique du communisme à l’intérieur de ses frontières. Avant cette date la vie en Roumanie devenait de plus en plus insoutenable tant les restrictions étouffaient le peuple. Ce sont les répressions sanglantes du gouvernement dans la ville de Timisoara qui ont amené le Tribunal militaire de Roumanie à prononcer la sentence d’exécution du dictateur, le 25 décembre 1989.

    La vie quotidienne sous la dictature communiste

    Les victimes des régimes communistes disent souvent que seuls ceux qui ont vécu sous un tel régime peuvent réellement comprendre l’atrocité de cette politique. Voici quelques témoignages montrant dans un dé à coudre la vie quotidienne à l’intérieur de la dernière dictature de Roumanie.

    Un enfant participait aux grands défilés communistes, des spectacles montés de toute pièce à la gloire du dictateur et à celle du nationalisme en Roumanie. A la télévision et dans les journaux, on voit partout des milliers de personnes dans les rues applaudissant et scandant des slogans en faveur de Ceauşescu. Cet enfant maintenant adulte se souvient : « c’était une gigantesque mise en scène, qui ne manquait pas de qualité, avec 22 millions de personnes qui applaudissaient ». Derrière ce spectacle monté de toutes pièces pour glorifier l’idéologie socialiste et le culte de la personnalité de Nicolae Ceauşescu, il y avait une population prête à tout croire pour sortir de l’orbite soviétique.

    De cette histoire roumaine sombre, le prix Nobel de littérature 2009, Herta Müller, romancière allemande d’origine roumaine, en a aussi été le témoin. Herta Müller s’est toujours opposée au régime de Ceausescu et n’a eu de cesse de décrire les conditions de vie sous la dictature, avec leur cortège “de corruption, d’intolérance et d’oppression”. Ses œuvres d'une extraordinaire force poétique, qualifiée d’ « esthétique de la résistance », évoquent souvent la violence contre les plus faibles, l'injustice et les terreurs de la dictature. Ses deux premiers livres (Niederungen et Drückender Tango), parus à Bucarest avant la chute du régime furent censurés. Elle immigra en Allemagne en 1987.

    L'un des psychologues sociaux les plus connus de Roumanie, Adrian Neculau, décrit en ces termes dans « La vie quotidienne sous le communisme » le climat politique d’alors. « L’éducation idéologique et politique constituait une préoccupation majeure de la dictature communiste. La propagande marxiste-léniniste-staliniste débordait littéralement de tous les médias. […]. L’esprit de grande exigence scientifique était sapé par l’endoctrinement ininterrompu et grossier et le manque d’information de qualité [...]». L’oppression sous le régime se manifestait aussi par les manques de nourriture et de chauffage, et l’obligation des ménages à se plier tous les jours aux longues files d’attente pour se rationner. La peur, la faim et le froid prennait au fur et à mesure le pas sur l’espoir d’une nouvelle société. Cette peur était aussi alimentée par un climat d’oppression et de délation omniprésent, caractéristique des régimes communistes, et la menace constante de l’emprisonnement par le régime de Ceauşescu.

    L’exemple pris sur la Corée du Nord et la Chine

    En 1971, Ceauşescu se rend en visite officielle en république populaire de Chine puis en Corée du Nord. Il y manifesta un grand intérêt pour l'idée de la transformation nationale totale telle que développée dans le programme politique du parti des ouvriers coréens ou telle que l'avait mise en œuvre la Chine durant la Révolution culturelle. « Sa conception de l'"homme nouveau", empruntée à Mao Zedong, et que le Khmer rouge Pol Pot mettra en pratique à travers le génocide de son propre peuple, consistait à réduire en esclavage des millions de Roumains. Il les humilierait en les affamant, en les terrorisant, en les abêtissant, en détruisant leurs racines, en rasant leurs villages. En en faisant des robots soumis au seul et absolu pouvoir du clan Ceausescu. Sa chute ne pouvait être qu'atroce »(1). Peu après son retour en Roumanie, il commença à imiter la dictature nord-coréenne, influencé par la « philosophie du Juche » du président Kim Il-sung, faisant traduire en roumain, et largement distribuer dans le pays, divers ouvrages consacrés au Juche et à la création idéologique de l'Homme nouveau roumain façonné à la fois par le communisme et l'héritage national(2).

    La fin chaotique du régime

    Le pouvoir de Nicolae Ceauşescu en Roumanie dura 25 années pendant lesquelles il fut adulé puis détesté. Il a été estimé que 8.000 à 10.000 personnes ont été exécutées illégalement par la Securitate, la police de l’état, sans avoir été jugées. Le 15 décembre 1989, des manifestants commencent à se rassembler à Timisoara pour protester contre l'expulsion de pasteur Laszlo Tokes par les autorités communistes, puis à Bucarest. Le 17, l'armée roumaine sur ordre de Nicolae Ceausescu tire sur la foule. Devant la détermination et la pression de la rue pour en finir avec la dictature, c’est la fuite de Ceauşescu et de sa femme le 22 décembre, et leur exécution le 25, après un procès expéditif de moins d’une heure.

    Aujourd’hui, vingt ans après la chute de ce régime communiste, les Roumains tentent de comprendre leur passé et de tirer les leçons de l’histoire. Ils sont nombreux à regretter qu’aucun véritable procès public n’ait pu avoir lieu afin de donner des éclaircissements sur les différents niveaux de corruption au sein de l’appareil d’état. Cela aurait permis tout du moins de refermer complètement tous les volets de cette triste période historique.

    (1) Tiré de l’Express du 29/12/1989

    (2) Wikipédia

  • Le Prix Nobel de littérature 2009 donne son appui aux dissidents chinois

    La lauréate du prix Nobel de littérature en 2009, Herta Müller (gauche)
    La lauréate du prix Nobel de littérature en 2009, Herta Müller (gauche) et l’écrivain dissident chinois Bei Ling (droite) ont fait un arrêt devant l’emplacement de La Grande Époque au Salon du livre de Francfort. Charlotte Cuthbertson/La Grande Époque)

    FRANCFORT – Herta Müller, Prix Nobel de littérature 2009, a déclenché une rafale de flashs en se rendant au stand de La Grande Époque lors du Salon du livre de Francfort dernièrement.

    L'écrivaine timide a gardé son sang-froid durant le bombardement médiatique alors qu'elle saluait les auteurs dissidents chinois Bei Ling, qui habite maintenant aux États-Unis, et Zong Weiguang, résidant en Allemagne, ainsi que Lea Zhou, rédactrice en chef de La Grande Époque en Europe.

    «Je suis heureuse de pouvoir les appuyer d'une manière ou d'une autre. Si je pouvais utiliser le prix [Nobel] pour leur offrir un sanctuaire... Je sais, toutes les dictatures traitent les êtres humains de la même façon. L'individualité est immatérielle, aucun individu n'a le droit à sa propre opinion.»

    Appui aux dissidents chinois
    Herta Müller, qui a grandi en Roumanie sous le régime de Ceausescu, ne parle pas à travers son chapeau. Elle a perdu son emploi en 1979 après avoir refusé de travailler pour la Securitate, la police secrète roumaine.

    «Je réitère toujours que j'ai été très chanceuse d'avoir survécu à vivre sous une dictature», affirme-t-elle. Elle s'est dite convaincue que la dictature chinoise pourrait s'effondrer, ajoutant «qu'il serait lamentable qu'une vie humaine périsse avant que cela se produise. J'ai beaucoup d'amis qui n'ont pu témoigner de la chute du régime de Ceausescu.»

    Le Prix Nobel Herta Müller signe une pétition pour libérer l’avocat de droits de l’homme Gao Zhisheng
    Le Prix Nobel Herta Müller signe une pétition pour libérer l’avocat de droits de l’homme Gao Zhisheng au kiosque de La Grande Époque lors du Salon du livre de Francfort. (Jason Wang/The Epoch Times)


    Elle a été applaudie lorsqu'elle a souligné comment de nombreux gouvernements totalitaires ont tué des gens pour conserver leur pouvoir. «Avec la Chine, il y a Cuba par exemple, ou l'Iran, ou la Corée du Nord. Il faut avoir du courage, des tripes et [un sens des] responsabilités.»

    Mme Müller s'est adressée directement aux auteurs dissidents chinois : «Le courage est à l'opposé de la peur. Vivre dans une dictature demande d'être courageux et responsable.»

    Lea Zhou a qualifié Herta Müller d'«écrivaine contre l'oubli» lorsqu'elle lui a offert un exemplaire chinois de La Grande Époque. Ce numéro mettait en vedette un extrait, traduit en chinois, de son roman Atemschaukel (La balançoire du souffle).

    Herta Müller sourit alors que la foule se bouscule et que les flashs l'assaillent. Dans un état de santé moins qu'idéal, l'auteure avait dû annuler certains rendez-vous la veille. Tout au long de l'évènement, une expression mélancolique marquait son visage, mais ses mots étaient tout de même portés vers l'avenir plutôt que prisonniers du passé.

    En s'adressant encore aux auteurs chinois et au personnel de La Grande Époque, elle a ajouté : «J'espère que quelqu'un vous félicitera pour votre travail et j’espère que la Chine se sentira peut-être bientôt pressée de changer la terrible situation des droits de l'homme.»

    Un journaliste de Radio Free Asia, bannie en Chine continentale mais néanmoins très appréciée, lui a demandé si elle écoutait Radio Free Europe en Roumanie. «J'écoutais Radio Free Europe plusieurs fois par jour et ceux qui ne le faisaient pas étaient des idiots.»

    Au stand de La Grande Époque, une pétition lui est présentée et elle la signe, pour qu'un jour Gao Zhisheng  avocat chinois défenseur des droits de l'homme persécuté – puisse témoigner de la chute du régime chinois.

    Tiré de:

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Le-Prix-Nobel-de-litterature-donne-son-appui-aux-dissidents-chinois.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu