Avertir le modérateur

héros

  • Les célèbres chevaux de l'histoire chinoise

    Chine, chinois, nouvel an, calendrier, cheval, année, histoire, légende, héros

    À travers l’histoire, les chevaux évoquent un sentiment de fierté et de dignité. Il est reconnu qu’ils ont constitué le meilleur atout de l’homme. On retrouve l’héroïsme, la force et la fidélité du cheval dans de nombreux classiques de la littérature et livres historiques en Chine, car ceux-ci ont porté à l’honneur les chevaux en les associant à certains personnages historiques.

    Le cheval noir Zhui

    Xiang Yu (232-202 av. J.-C.) était un célèbre seigneur de la guerre du pays de Shu, on l’appelait le roi Xiang. Il fut l’une des figures importantes parmi celles qui ont renversé la dynastie des Qin (259-210 av. J.-C.). C’est avec courage et noblesse qu’il a dirigé un vaste territoire suite à la chute de la dynastie Qin.

    Pour l’accompagner lors des batailles, Xiang Yu avait un cheval noir nommé Zhui. Avant que ne survienne la mort de Xiang, ce cheval  lui a permis de remporter toutes les victoires. Xiang traitait Zhui comme son ami le plus fidèle. Avant que Xiang ne se rende seul pour son dernier combat face à des milliers et des milliers d’ennemis, il ordonna à ses hommes restés à ses côtés de le faire descendre de cheval. Ensuite, il ordonna au passeur de prendre Zhui son cheval et de le ramener à domicile. Zhui hennit de douleur, refusant de le quitter.

    Triste et ému par le hennissement de Zhui, Xiang bredouilla une chanson devenue célèbre sous le nom de La Chanson de Gaixia (1).

    «Ma force pourrait arracher les collines et mon pouvoir obscurcir le monde;

    le temps est maintenant contre moi et mon cheval Zhui refuse de partir.

    Quand mon cheval Zhui refuse de partir, il n’y a rien que je puisse faire!

    Oh Yu Ji, ma chère femme, il y a peu que je puisse faire pour changer votre destin!»

    Le cheval blanc Dilu

    Liu Bei (161-223 av J.-C.) fut le fondateur et le premier souverain du pays de Shu, durant la période des Trois Royaumes. Liu surmonta ses nombreuses défaites et mit en place son propre royaume.

    En plus d’un grand nombre de frères d’armes et d’amis qui ont consacré leur vie à Liu et au pays de Shu, Liu avait un cheval blanc du nom de Dilu (aussi connu comme le cheval à la marque ensorcelée). On prétend que Dilu était tout blanc, avec des marques en forme de larmes et une flamboyante tâche plus blanche encore sur le front. Il pouvait galoper extrêmement vite et sauva la vie de Liu à plusieurs reprises.

    Alors que Liu fuyait une tentative d’assassinat, il arriva au niveau d’une rivière. Il poussa son cheval pour traverser la rivière agitée, à une distance apparemment impossible à atteindre pour ses poursuivants. Quand il sentit les pattes de Dilu revenir vers le rivage, il cria au cheval de ne pas le trahir. Au même instant, Dilu accomplit un saut énorme malgré le courant et permit à Xiang d’atteindre la rive opposée. La manière dont Liu a eu l’impression que Dilu s’envolait est décrite dans le roman historique Les Trois Royaumes.

    Le cheval roux Chitu

    Guan Yu (mort en 219 av. J.-C.) était un général au service du seigneur de la guerre Liu Bei. Il joua un rôle important dans l’établissement du pays de Shu. Durant toute sa vie, il s’est appliqué à observer le serment fait à ses frères. Les générations futures ont gardé de lui le souvenir du guerrier sacré, loyal et juste.

    Guan avait un cheval roux unique du nom de Chitu qui lui était très fidèle.

    Alors que Guan était séparé de Liu, il servit temporairement Cao Cao en attendant des informations sur la localisation de Liu. Il remporta alors la bataille de Baima pour Cao Cao. C’est dans ces conditions qu’il obtint Chitu en récompense. Plus tard, il retrouva Liu et lutta contre les rivaux de son seigneur durant vingt ans, jusqu’à sa mort.

    En l’an 219, Guan fut capturé et exécuté par l’armée du pays de Wu. Après sa mort, son cheval Chitu refusa de boire, de manger et de marcher. Il mourut peu de temps après son maître.

    Le cheval jaune Huangbiao

    Qin Qiong était un général de la dynastie des Tang. Il servait l’empereur Taizong. Il remporta 200 batailles. L’empereur rendit de grands honneurs à Qin. Sa date de naissance est inconnue, mais on sait qu’il mourut en 638, et il fut enterré près de la tombe de l’empereur Taizong.

    Il existe une histoire célèbre concernant Qin et son cheval jaune nommé Huangbiao. Durant la période où Qin fut envoyé en exil à la fin de la dynastie Sui, il était extrêmement pauvre et manquait d’argent pour pouvoir s’offrir un lieu pour dormir et de la nourriture. À la fin il n’eut pas le choix et dû se résoudre à vendre son cheval. Réalisant qu’ils allaient être séparés, Qin et le cheval, étaient très tristes. Un vieil homme passa et vit le cheval. Il suggéra à Qin de le vendre à Shan qui était en quête d’une bonne monture.

    Sans dire son vrai nom, Qin vendit le cheval à Shan et s’en alla. Cependant, l’un des amis de Shan reconnu Qin et annonça à Shan l’identité du propriétaire du cheval. En entendant qu’il s’agissait du cheval de l’héroïque Qin, Shan couru derrière lui pour lui rendre et l’aida à sortir de ses difficultés.

    À travers l’Histoire chinoise, nombreux sont les héros qui ont été célébrés et avec eux leurs chevaux pour leur loyauté, leur courage et leur ardeur au travail. On se souvient d’eux non seulement dans les ouvrages historiques, mais aussi à travers les livres littéraires, les opéras et les films.

     

    (1). Le chant de Gaixia (垓 下 歌), également traduite par la Lamentation de la domination fut une chanson composée par Xiang Yu, alors piégé à Gaixia.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/14/1/30/n3509328.htm

  • 化干戈為玉帛 Transformer les épées en socs de charrues

    CHine, conte chinois, légende, histoire, traditionnel, inondation, héros, morale化干戈為玉帛 “Transformer les épées en socs charrues” est une expression qui remonte à il y a 4000 ans, et provient d’une histoire à propos du dirigeant légendaire Xia Yu, également connu sous le nom “Yu le Grand.”

    Il y a quelques 4000 ans, il y avait de nombreuses tribus qui vivaient près du Fleuve Jaune et les inondations affligeaient fréquemment la Chine, l’Empereur Yao appointa Gun, le père de Xia Yu, pour mettre fin aux inondations. Gun ordonna la construction de murs de 2,4 mètres de haut tout autour de la ville pour arrêter les eaux. Craignant pour la sécurité de la ville, il creusa aussi des douves autour des fortifications.

    La tentative de Gun d’arrêter les inondations dura neuf ans, mais alors les gens perdirent confiance en lui et les autres tribus y virent une opportunité d’attaquer la Tribu de Xia. Gun fût plus tard exécuté par le successeur de l’empereur Yao, Shun. Cependant, l’empereur avait une grande confiance en Xia Yu et l'appointa pour poursuivre le travail de son père.

    Xia Yu avait beaucoup appris des échecs de son père. Gun avait perdu la confiance des dirigeants et le soutien du peuple en construisant de hauts murs de protection. Xia Yu ordonna que les murs soient démolis et que les douves soient comblées, et il partagea les trésors qui lui étaient donnés avec le peuple.

    Avec un caractère moral droit, Xia Yun unifia les peuples des différentes tribus et leur ordonna de l’aider à construire des canaux dans tous les principaux fleuves responsable des inondations afin d’évacuer les eaux vers la mer. Il fît cela jour et nuit sans retourner dans son village natal 13 années durant. La légende dit que pendant ces 13 ans, il passa trois fois devant sa maison sans y entrer, signe de sa persévérance dans son travail. Finalement, il réussît à stopper les inondations, ce qui amena la paix et le contentement parmi la population.

    Le caractère désintéressé de Xia Yu gagna les cœurs. Sous sa gouvernance, ils travaillaient dur et diligemment, avec très peu d’incidents de vol. La tribu Xia devint par conséquent forte et prospère. Les autres tribus voyant les vies paisibles et heureuses des gens de la tribu Xia, voulurent aussi devenir les sujets de Xia Yu. Lorsque Xia Yu tint sa première rencontre avec tous les chefs des états à Tushan, dix mille personnes vinrent avec des trésors qui lui étaient destinés. En conséquence, l’Empereur Shun nomma Xia comme successeur.

    Telle est l’origine de l’expression “transformer les épées en socs de charrues ”. Gouverner un pays nécessite de la sagesse et un dirigeant désintéressé avec un caractère moral droit. C’est la fondation de la paix et de la prospérité.

    [Interprétation: Transformer des épées en socs de charrues]

    Les “Epées” évoquent les armes et représentent la guerre; les “socs de charrues” peuvent également signifier des instruments de paix (tels que le jade et les soies précieuses) et représentent l’amitié et la paix.
    “Transformer les épées en socs de charrues” signifie par conséquent le fait de se tourner vers des buts pacifiques et se détourner de la guerre.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201307/113839.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu