Avertir le modérateur

guangdong

  • Les Réformistes Chinois croisent le fer avec la ligne dure du Parti

    Chine, Réformistes, Parti, politique,Wang Yang, Guangdong, démocratie D’ordinaire le régime communiste chinois exige de ses cadres une certaine obéissance et une adhésion sans faille à la ligne du Parti, tout écart pouvant être fatal pour le fonctionnaire coupable. Cependant, dans la dynamique région méridionale du Guangdong, Wang Yang, le secrétaire du Parti se fait connaître ouvertement comme un réformateur, ouvert aux nouvelles idées. 

    Cette attitude détonne avec les autres cadres qui se contentent de garder le statu quo et la mainmise du Parti sur le pouvoir. Wang s’est étroitement aligné sur la position du leader actuel Hu Jintao et de son Premier Ministre Wen Jiabao, qui a indiqué clairement qu’il souhaite une plus grande liberté en Chine. Seulement cette position réformiste constitue une menace pour les cadres qui ont bâti leurs carrières en sévissant contre le peuple.

    A présent les personnages clés du «clan de ceux qui ont les mains pleines de sang» affrontent la censure. Ces cadres ont gravi les échelons en participant avec zèle au projet d’éradication de la méthode de méditation Falun Gong, conformément aux ordres de leur leader de l’époque Jiang Zemin.
     
    Dans la tempête politique qui secoue la direction du parti communiste chinois (PCC), la province du Guangdong est devenue un champ de bataille important. C’est dans cette province que Hu et Wen ont essayé les réformes pour une Chine plus ouverte et c’est là aussi que les membres restant du «clan de ceux qui ont les  mains pleines de sang»  se sont attelés à les bloquer.

    Hu et Wen ont déjà pris les mesures pour contraindre Zhou Yongkang, le plus haut responsable de la ligne dure. Zhou – qui est le chef de la Commission des Affaires Politiques et Législatives du régime (PLAC) – a dirigé tout l’appareil de la sécurité intérieure du régime, les millions de policiers des forces de l’ordre, les tribunaux et des millions de forces de police paramilitaires. Zhou qui est actuellement l’objet d’une enquête, a été contraint de rendre les clés du pouvoir du PLAC à un de ses anciens subordonnés.  

    Cela déplaît fortement aux deux alliés les plus puissants de Zhou, à savoir Li Changchun, l’actuel chef de la propagande du Parti et Zeng Qinghong, le chef du Congrès National du Peuple. Les deux alliés ont agit dans les coulisses dans une démarche de vengeance, d’autoprotection, mais aussi pour contrer les avancées de Hu et Wen. 

    Propagande et liberté de la Presse, dos à dos
    Avant la tenue du 18ème Congrès National qui aura lieu cette année, Li se sert de sa position de chef de la propagande pour monter les médias contre Wang dans le Guangdong. Lors de ce Congrès, sept des neuf membres du tout-puissant Comité Permanent du Politburo seront remplacés, dont Zhou et Li. Une source bien placée a révélé à Epoch Times que le Congrès pourrait marquer le début de la fin du régime communiste, d’où les jeux de coudes pour se positionner avantageusement avant un Congrès critique pour tous.

    Récemment, Li a dépêché Tuo Zhen, vice-président de l’Agence Xinhua, l’un des médias officiels du Parti Communiste Chinois à la tête du Ministère de la Propagande de la Province du Guangdong. Yang Jiang, adjoint de Li à la Propagande, en provenance également de Xinhua est devenu Secrétaire du Parti pour le Southern Media Group et les onze journaux qu’il contrôle au Guangdong.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Les-Reformistes-Chinois-croisent-le-Fer-avec-la-Ligne-Dure-du-Parti.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu