Avertir le modérateur

gong

  • L’armée chinoise joue un rôle clé dans la persécution de Falun Gong

    Chine, armée chinoise, militaire, répression, persécution, Falun, Gong, Dafa, Jiang Zemin, torture, Pékin

    En Chine, contrairement aux autres pays, l’armée opère sous le commandement direct des hauts responsables du Parti, non de l’état lui-même. C’est pourquoi l’armée a joué un rôle crucial lorsqu’en 1999, Jiang Zemin, chef du Parti à l'époque, a décidé de persécuter le Falun Gong.

    Profitant de son pouvoir en tant que chef de l’armée il a mis en œuvre sa politique de persécution tripartite : diffamer les réputations des pratiquants, les ruiner financièrement et les détruire physiquement.

    L’implication militaire a rendu la persécution encore plus brutale et secrète qu’elle ne l’aurait probablement été autrement. Comme décrit dans le reportage ci-dessous, les forces armées chinoises se sont lourdement impliquées, pavant la voie à la persécution, intensifiant la répression et perpétrant terrorisme et cybers attaques en dehors de Chine.

    Le rôle critique de l’armée dans le lancement de la persécution

    Falun Gong est devenu largement populaire en Chine peu après sa transmission publique en 1992. Lorsque le nombre de personnes le pratiquant a commencé à dépasser celui des membres du Parti, le président d’alors Jiang Zemin, et Luo Gan, alors Secrétaire du comité des Affaires Politiques et Légales, ont initié plusieurs séries d’investigations secrètes entre 1997 et 1998, dans une tentative de trouver des preuves suffisantes pour interdire le Falun Gong et mettre fin à sa popularité croissante.

    Cependant, non seulement ces investigations n’ont pu mettre à jour aucun comportement illégal parmi les pratiquants de Falun Gong, mais les rapports ont conclu que le Falun Gong "renforçait la santé, aidait les gens à rester en forme et était capable de soigner les maladies."

    Des dizaines de pratiquants ont été illégalement arrêtés à Tianjin -ville " directement gouvernée" à environ 160 km de Pékin - le 23 avril 1999. Afin de protester silencieusement contre l’arrestation illégale, plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong se sont rendus au Bureau des Appels du Conseil d’État à Pékin, le 25 avril.

    Zhu Rongji, premier ministre d’alors, a rencontré leurs représentants et demandé aux autorités de Tianjin de libérer immédiatement les pratiquants détenus. Après quoi, les pratiquants ont calmement quitté la place. Cette résolution pacifique a été documentée dans un mémo publié par le Bureau des Appels le 14 juin.

    Surpris par le comportement paisible et auto discipliné des pratiquants, Jiang a néanmoins écrit une lettre au Comité Permanent du Bureau Politique dans la nuit du 25 avril, cataloguant le Falun Gong comme ennemi de l’état. Il a ordonné à Zhang Wannian, vice-président de la Commission Centrale Militaire de préparer immédiatement l’armée et les forces de la police armée de la nation pour une campagne contre le Falun Gong.

    Sous les directives de Zhang, le Département Général du Personnel et le Département Général de la Politique ont émis un ordre urgent interdisant aux personnels en service actif, aux personnels militaires retraités et à leur famille de pratiquer le Falun Gong. Zhang a également insisté à plusieurs reprises sur l’ordre d’éradiquer le Falun Gong au sein du système de l'ALP (Armée de Libération du Peuple).

    Mais la plupart des fonctionnaires du Parti étaient au courant de la nature pacifique et non politique du Falun Gong. Lorsque Jiang a discuté avec les six autres membres permanents du Bureau Politique de la persécution du Falun Gong qu’il proposait, tous ont manifesté leur désaccord.

    Jiang s’est alors tourné vers Liao Xilong, Commandant de la Région Militaire de Chengdu et Secrétaire adjoint de la Commission du Parti. Liao a travaillé avec la division des renseignements de la Région Militaire de Chengdu et fabriqué des informations affirmant que le Falun Gong voulait renverser le PCC. Jiang s'est servi de cette information pour exercer des pressions sur tous les membres permanents du Bureau Politique afin qu’ils le soutiennent dans sa répression du Falun Gong.

    Mobiliser l’armée durant la répression

    On estime que des millions de pratiquants se sont rendus à Pékin chaque mois, après que la persécution a commencé en juillet 1999. Ils y allaient pour réclamer justice pour le Falun Gong, pratique qui avait apporté une santé et un bien-être renouvelés à des dizaines de millions de citoyens chinois.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/a116852-L%E2%80%99armee-chinoise-joue-un-role-cle-dans-la-persecution-de-Falun-Gong.html

  • Interview de Alain Tong de l'association Falun Dafa France par Jean-Claude Carton de Web TV Etoiles du Coeur le 3 avril 2014

    Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) est une pratique bouddhique avancée, transmise pour la première fois au public par M. Li Hongzhi. C'est une discipline dans laquelle "l'assimilation à la caractéristique la plus élevée de l'univers —Zhen, Shan, Ren (le Vrai, le Bien, la Patience)— est la base de la pratique. La pratique est guidée par ces caractéristiques, et basée sur les mêmes lois qui sous-tendent le développement de l'univers.” Les enseignements de Maître Li Hongzhi se trouvent dans de nombreux textes, parmi lesquels Falun Gong, Zhuan Falun, La grande voie d'accomplissement Falun Dafa, Points essentiels pour un avancement assidu, et Hong Yin. Ces ouvrages et d'autres ont été traduits dans trente-huit langues, et sont publiés et distribués dans le monde entier.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=-kNc50z4u5M&feature=youtu.be&a

  • Une excuse pour un génocide

    Chine, Falun, Gong, Dafa, 25 avril 1999, appel, Zhongnanhai, Li Hongzhi On se souvient de certains événements dans l'histoire comme d' étincelles déclenchant des évènements plus grands. L'assassinat de Franz Ferdinand, archiduc d'Autriche, aboutissant à la Première Guerre mondiale, et l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, conduisant finalement à l'effondrement de l'Union soviétique, n'en sont que deux exemples.


    Parmi de tels événements il y a un tournant peu compris dans l'histoire chinoise récente- "L’appel de Zhongnanhai" du 25 avril 1999. Certains observateurs chinois considèrent l' événement comme étant le catalyseur d'une des répressions spirituelles les plus violentes de notre époque contemporaine.


    Seulement sept ans avant l'appel de Zhongnanhai, M. Li Hongzhi, nominé pour un Prix Nobel de la paix, a transmis la pratique spirituelle du Falun Gong au public. Falun Gong, une combinaison d'exercices, de méditation et de principes moraux, est rapidement devenu populaire dans toute la Chine. C'est cette popularité que le régime communiste chinois, connu pour avoir une une tolérance zéro vis à vis de toute voix alternative, allait percevoir comme un dilemne.

    Une protestation silencieuse

    Zhongnanhai, le complexe du gouvernement central dans la capitale Pékin, a été le site du premier appel public majeur des pratiquants de Falun Gong [Note du rédacteur : les pratiquants de Falun Gong sont allés faire appel au Bureau des Appels central, qui se trouve être près du complexe.] C'était aussi le plus grand rassemblement public spontané depuis le massacre de la place Tiananmen en 1989.


    Sur la base de preuves vidéo, au moins 10.000 manifestants de Falun Gong se sont rassemblés devant Zhongnanhai afin de remettre une pétition aux dirigeants du Parti communiste - un taux de participation sans précédent, compte tenu des efforts du régime pour museler toute expression publique.


    Les images capturées par les cameramen d’ABC montrent un rassemblement ordonné, les manifestants se tenant debout par rangées de plusieurs personnes, s'étendant sur deux kilomètres le long des trottoirs bordés d'arbres à côté de la Cité Interdite. Certains pratiquaient les exercices de Falun Gong, tandis que d'autres étaient assis ou lisaient. Cette manifestation silencieuse unique entendait d'une part regagner la reconnaissance officielle du Falun Gong par le régime communiste, et également pétitionner pour la libération des pratiquants de Falun Gong arrêtés dans la ville côtière de Tianjin

    Les elements déclencheurs

    Deux semaines auparavant, le périodique Youth Science and Technology Reader publiait un article de He Zuoxiu, connu pour son opposition aux pratiques alternatives. Le journal Ming Pao basé à Hong Kong a rapporté que He Zuoxiu - beau-frère de Luo Gan, le ministre de la Sécurité publique, qui allait être ultérieurement le fer de lance de la campagne anti-Falun Gong – diffamait la pratique en présentant une vision "déformée" de ses principes.


    En réponse, un certain nombre de pratiquants de Falun Gong étaient allés au Bureau de Youth Science and Technology Reader demander aux éditeurs de retirer l'article erroné.


    Le magazine a refusé et a appelé la police - en conséquence, 45 pratiquants ont été battus et détenus En réponse, les pratiquants locaux ont lancé un appel au gouvernement municipal de Tianjin qui les a redirigés vers le Bureau central d'appels à Pékin..


    En 1999, le régime chinois estimait le nombre de pratiquants de Falun Gong à Pékin à entre 400 à 500.000 : le nombre dans l'ensemble du pays était estimé à entre 70 à 100 millions.


    Des rapports du Washington Post ont déclaré que la majorité des manifestants à Zhongnanhai était de Pékin. Cependant, certains avaient voyagé d'aussi loin que la province du Zhejiang, à plus de 1.000 kilomètres (621 miles) au sud de Pékin. Les principaux systèmes de transport menant à la capitale avaient reçu l’ordre de fermer.


    Quand les manifestants sont arrivés à Zhongnanhai tôt dans la matinée, quelque 1.000 agents de la sécurité publique et des policiers en civil avaient déjà été déployés.


    Bien que les craintes d'émeutes se soient avérées infondées, la police a refusé de laisser les pratiquants s’approcher du principal Bureau des Appels. En fait, ce sont les autorités qui les ont dirigés à un endroit opposé à Zhongnanhai qui semblait entourer le complexe. Cette tactique était un geste calculé utilisé afin d’accuser à tort les pratiquants de Falun Gong d’avoir "encerclé"le bâtiment .


    Après des heures de négociations entre les manifestants et les fonctionnaires de Pékin, cinq représentants du groupe ont été invités à parler avec le Premier ministre Zhu Rongji. M. Zhu a rapidement donné l'ordre de libérer les pratiquants arrêtés à Tianjin et la foule s’est dispersée tranquillement entre 10h30 et 11 h30.

    La persécution commence

    En dépit de cette résolution, il y a eu des remous au sein du Bureau politique. Afin de consolider son pouvoir personnel, Jiang Zemin, alors chef du Parti communiste chinois, a illégalement proscrit la pratique trois mois plus tard, le 20 juillet 1999 ;


    Ceci a marqué le début d’une campagne à l’échelle nationale pour calomnier et éliminer le Falun Gong. Les livres, vidéos et cassettes de Falun Gong ont été confisqués et détruits à grande échelle. Les sessions d’exercices dans les parcs publics étaient régulièrement harcelées, des témoins se souvenant de pratiquants soulevés par la police alors qu’ils étaient encore les jambes croisés en méditation et jetés à terre.


    Des milliers de personnes ont été parquées dans des stades avant d’être transférées dans des camps de travail. Il n’y a eu aucuns jugements officiels; les morts de pratiquants de Falun Gong en détention étaient comptées comme "suicides."


    Près de 3000 décès de pratiquants de Falun Gong sous les coups et la torture ont été vérifiés depuis 1999; cependant, des experts des droits humains en ont estimé le chiffre à 10 000. On pense que pas moins d’un million sont encore illégalement détenus dans les camps de travail à travers toute la Chine.


    Une répression aussi draconienne a amené les observateurs à questionner les motifs derrière la persécution du Falun Gong. Ce pourrait être pour des raisons historiques. Il reste encore au régime en Chine à admettre que le massacre de la place à Tiananmen a eu lieu. En réalité, toute référence à l’assassinat mondialement dénoncé des étudiants pro-démocratie a été effacée des manuels scolaires de la Chine et l’accès en est bloqué sur l’Internet.


    La célèbre séquence d’une silhouette solitaire essayant d’arrêter les tanks à Tiananmen sert de rappel des sacrifices que le peuple de Chine a du faire toutes ces années pour faire entendre sa voix. Bien que l’identité du courageux étudiant n’ait jamais été confirmée, son message est intemporel. Peut-être que l’héritage de Zhongnaihai figurera un jour dans les livres d’histoires comme un évènement donnant en exemple le courage et la dignité du peuple chinois.

    Tiré de: http://www.theepochtimes.com/news/6-4-25/40825.html

  • Mettre fin à un crime contre l’Humanité en Chine

    crime contre l’Humanité, Chine, civilisation, David Kilgour, Falun, Gong, Dafa, prelèvements d'organes

    La civilisation multimillénaire de la Chine mérite le respect du monde entier. Cette présentation va s’occuper de la manière dont elle est gouvernée et de la violence commise par son actuel Parti-État depuis 1949, sur ceux considérés comme ses opposants, ce qui, récemment a résulté en un pillage à grande échelle d’organes à partir de pratiquants de Falun Gong, dans un but de transplantation commerciale. Aucun «donneur» de Falun Gong ne survit aux opérations de transplantation, où que ce soit en Chine, parce que les deux reins et tous les autres organes vitaux sont invariablement prélevés et les corps sont ensuite incinérés.

    David Matas et moi avons depuis 2001 repéré 52 sortes de preuves, directes et circonstancielles, que ce commerce a cours. Pour la seule période 2000-2005, nous avons conclu que pour 41.500 transplantations, la seule explication plausible sur l’origine des prélèvements était les pratiquants de Falun Gong. Nous sommes arrivés à ce chiffre en déduisant du chiffre gouvernemental de 60.000 greffes sur cette période de six ans – lequel semble correct – a meilleure estimation disponible concernant les détenus exécutés (18.550) au cours de ces mêmes années.

    Organes d’État

    Dans son livre de 2012, Organes d’État, l’approximation la plus basse du chercheur/auteur Ethan Gutmann est qu’environ 65.000 pratiquants de Falun Gong ont été tués pour leurs organes durant les années 2000-2008, sélectionnés sur quelque 1.2 millions de pratiquants qu’il estime avoir été internés dans le système de travaux forcés de la Chine (Laogai). Une signature de police est suffisante pour envoyer n’importe qui dans les camps pour jusqu'à trois ans. Ainsi que Mark Mackinnon du Globe and Mail canadien l’exprimait récemment: «Pas d’accusation, pas d’avocat, pas d’appel». En 2007, un rapport gouvernemental des U.S. estimait qu’au moins la moitié des internés dans 340 camps était des pratiquants de Falun Gong. Une gouvernance léniniste et une économie «permissive» a créé les conditions pour qu’un trafic d’organes existe et persiste à ce jour.

    Falun Gong (ou Falun Dafa) est une discipline spirituelle qui recherche l’amélioration de la santé et de l’éthique. Elle contient des éléments de systèmes traditionnels, tels que le qigong chinois, le bouddhisme et le taoïsme, combinés à un ensemble d’exercices doux. Du fait que cette discipline a grandi en popularité incroyablement rapidement dès ses débuts en 1992, l’ancienne tête du Parti Jiang Zemin y vit une menace, la décréta culte et commença une persécution contre ses pratiquants à partir du milieu de l’année1999.

    Après 1980, le Parti post-Mao se mit à retirer les fonds du système de santé à travers toute la Chine, exigeant de ce dernier qu’il compense le manque à gagner sur les frais de service facturés, à des patients pour l’essentiel non-assurés. La vente des organes de condamnés exécutés devint une source de revenus pour les chirurgiens, l’armée et d’autres participants. Après 1999, les prisonniers de conscience Falun Gong devinrent une vaste banque vivante d’organes pour les patients chinois fortunés et les «touristes d’organes»  de l’étranger, ces derniers préférant souvent que leurs «donneurs» soient du Falun Gong, ceux-ci étant normalement des personnes en bonne santé.

    Matas et moi avons visité une douzaine de pays pour interviewer des pratiquants de Falun Gong envoyés dans les camps de travaux forcés de Chine, qui réussirent plus tard à quitter les camps et le pays. Ces pratiquants nous ont parlé du travail, dans des conditions épouvantables, dans les camps jusqu'à seize heures par jour, sans salaire, et avec très peu de nourriture, de conditions difficiles pour dormir dans des lieux bondés et de torture. Ils fabriquaient une gamme de produits pour l’exportation, en tant que sous-traitants pour des compagnies multinationales. C’est à la fois une irresponsabilité majeure de la part des grandes sociétés et une violation des règles de l’OMC (1); cela lance un appel criant à une réponse effective des partenaires commerciaux de la Chine. Tous les gouvernements devraient bannir les exportations provenant du travail forcé en promulguant une législation qui place sur les importateurs dans chaque pays l’obligation de prouver que leurs biens ne sont pas fabriqués par des esclaves.

    Un engagement constructif

    Une communauté internationale responsable devrait cependant s’engager de façon aussi constructive que possible auprès du nouveau gouvernement de Pékin, tout en le poussant à mettre fin au pillage d’organes.

    Une démocratie aux caractéristiques très chinoises est probablement plus proche que bien des sino-cyniques le pensent. Les valeurs des sociétés démocratiques sont universelles et comprennent l’égalité de tous les citoyens, la force suprême de la Loi et des juges indépendants, une démocratie multipartite, une responsabilité sociale des grandes entreprises et le besoin d’emplois industriels partout. Il faut que le peuple chinois sache que tous les démocrates du monde sont à leurs côtés, non avec leur gouvernement, exactement comme cela fut le cas avec les Européens centraux de l’est pendant la Guerre Froide et avec les Africains du Sud durant la période menant à la sortie de prison de Nelson Mandela et à son élection comme président d’une nation démocratique.

    Lire la suite de cet article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/4/24/n3508264.htm

  • Le cas du Falun Gong

     

    falun,gong,dafa,secte,antisecte,chine,propagande

    Le cas du Falun Gong est un exemple contemporain de ce que peut faire un appareil d'État décidé à éradiquer certaines formes de la quête spirituelle. La Chine, avec laquelle certains activistes anti-sectes Français entretiennent de bonnes relations et collaborent sur la question des sectes, n'est pas un pays démocratique. Avec la répression au Tibet, elle a déjà fait connaître ses méthodes au monde. Elle affiche donc sans grand détour ses ambitions alors que les "antisectes" en France, par calcul, tentent encore de présenter leur croisade comme une oeuvre démocratique. Mais l'inspiration des deux combats est similaire.

    Les extraits de l'historique de la répression du Falun Gong, ci-dessous, révèlent les grandes similitudes entre leurs arguments.

    Une immolation de cinq personnes présentées comme membres du Falun Gong en Janvier 2001 a été diffusée en boucle par toutes les télévisions du monde, il y a quelques temps. Ce nouveau faux "suicide collectif" est clairement présenté par le Falun Gong comme une mise en scène du gouvernement chinois pour discréditer leur mouvement.

    Tout le long de ces deux années de persécutions extrêmement cruelles, ses élèves ont maintenu la même attitude bienveillante et pacifique, et pourtant résolue et courageuse, face à l’oppression. Sans selaisser intimider par les menaces, ils ont cherché à expliquer, à leur gouvernement et au reste du monde, leur innocence. Pour cette seule raison, des dizaines de milliers de personnes ont été envoyées en camp de travail et torturées

    Pour une répression d’une telle ampleur, il fallait trouver des motifs, pour la justifier aussi bien aux yeux du peuple chinois que de l’opinion internationale. Oubliant le soutien autrefois accordé et les résultats positifs des enquêtes nationales sur le Falun gong en 1997 et 1998, les instigateurs de la répression ont articulé leur campagne sur deux mots : Xie Jiao, religion perverse, secte.

    Pendant près de 6 mois, la propagande chinoise contre le Falun Gong a occupé près de 4 heures de programme par jour , dans un rabâchage proche du lavage de cerveau national : le Falungong a ainsi été accusé d’être responsable de la mort de 1400 personnes qui auraient refusé des soins médicaux, d’accumuler de l’argent, de conduire à des maladies mentales et à des comportements suicidaires… En Europe aussi, tous les médias, tous les ministères et tous les députés ont reçu des documents de propagande haineuse.

    Les médias occidentaux, s'ils ont tous clairement su que la propagande chinoise fabriquait des accusations, n’ont cependant pas suffisamment remis en cause ces affirmations, acceptant même parfois l’idée de certaines comme raisonnable. Ken Roth, directeur de l’association Human Rights Watch a commenté cette tendance en ces termes :

    « Le gouvernement chinois s’est déterminé à utiliser le terme secte. Pour classifier le Falungong au rang des pires organisations qu’on puisse imaginer ? Mais la classification ne marche pas vraiment. Parce que si vous regardez de près ce qu’est le Falun Gong, ce ne sont que des gens ordinaires. Ce n’est pas une secte … ce sont des gens qui veulent aller dehors pratiquer leurs exercices en groupe […], c’est un groupe de personnes ordinaires qui méritent de pouvoir se rassembler comme ils l’ont choisi – mais ceci en lui-même est si menaçant pour le gouvernement chinois qu’il recourt à cette insulte.
    Je pense qu’une partie du problème c’est que la presse […] ne sait pas vraiment comment appeler le Falungong. Ce n’est pas une religion. Ce n’est pas vraiment seulement un exercice de groupe. On ne peut pas facilement le classer dans une catégorie. Et donc peut-être par paresse, de nombreux journalistes occidentaux ont simplement commencé à utiliser la terminologie utilisée par le gouvernement chinois. Qui est celle de secte. C’est un autre exemple – si vous répétez un mensonge suffisamment souvent, on finit pas le prendre pour la vérité. Et c’est ce qui est en train d’arriver. »

    Lire l'ensemble de l'article sur: http://www.sectes-infos.net/Falun_Gong.htm

  • Zhen-Shan-Ren. « Authenticité-Compassion-Tolérance » : Présentation du Falun Dafa

    Falun Dafa, Gong, Qigong, corps et esprit, Chine, bouddhisme, taoïsme, histoire chinoise, moralité, amélioration de soi, méditation, paix intérieure, Li Hongzhi

    Me Li HongZhi, le fondateur du Falun Dafa

    Le Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) est une forme ancienne de qigong pour raffiner le corps et l'esprit par des exercices spéciaux et de la méditation. Comme le tai chi, le qigong est une part essentielle dans la vie de nombreuses personnes en Asie. Au lever du jour, dans presque tous les parcs chinois des gens s'installent pour pratiquer ces arts.


    L'enseignement du
    Falun Dafa utilise certaines terminologies bouddhistes et taoïstes, mais il n'est pas une religion comme le taoïsme ou le bouddhisme. Il n'y a dans le Falun Dafa ni formalisme, ni rituel, ni cérémonie dévotionnelle.


    Elle consiste en la pratique de cinq séries d'exercices (énergétiques, relaxants, aux mouvements lents et souples),  et la compréhension à travers les pensées et les actions quotidiennes de la caractéristique de l'Univers :
    ZHEN, VÉRITÉ
    SHAN, COMPASSION
    REN, TOLÉRANCE

    Depuis son lancement public (1992), le Falun Dafa est devenu la forme de qigong la plus populaire dans l'histoire chinoise. La raison principale, c'est qu'il se distingue des autres pratiques de qigong en agissant non seulement sur l'aspect physique, mais aussi sur l'aspect moral dans la vie quotidienne selon des principes très élevés enseignés par Me Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa.


    L'efficacité du Falun Dafa pour l'amélioration de la santé et ses principes profonds expliquent l'immense popularité qu'il a rapidement acquise dans le monde entier. Depuis la présentation du Falun Dafa au grand public en 1992 par Me Li Hongzhi, il a attiré des dizaines de millions de gens dans plus de 40 pays. La plupart des grandes villes et universités aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Europe ont des groupes de pratique de Falun Dafa.


    Les gens qui pratiquent le Falun Dafa proviennent de tous les milieux, car la méthode traverse les frontières culturelles, sociales, économiques et nationales. La pratique s'est répandue en grande partie de bouche à oreille, de cœur à cœur, car ceux qui l'apprennent veulent faire profiter aux autres de ses immenses bénéfices.


    1. Les livres et les exercices La pratique du Falun Dafa est simple, profonde et efficace. Elle a deux composantes principales : l'amélioration de soi-même en étudiant les enseignements de Me Li et la pratique de cinq exercices harmonieux. Ces exercices faciles à apprendre, qui comportent une méditation, sont à la fois relaxants et stimulants. Beaucoup d'étudiants du Falun Dafa aiment pratiquer en groupe au grand air dans un parc. Les enseignements sont présentés dans deux livres, Falun Gong et Zhuan Falun disponibles dans plus de douze langues.

    2. Les principes de la pratique Les bénéfices de la pratique du Falun Dafa sont nombreux et divers : meilleure santé, énergie nouvelle, clarté mentale, détente, paix intérieure. En plus, le Falun Dafa diffère de la plupart des autres qigong car son but dépasse largement la santé et la forme : il nous emmène vers la sagesse et l'éveil. Au cœur de la pratique résident les principes suprêmes de l'univers, Vérité, Compassion et Patience. En combinant l'étude des livres et la pratique des exercices, les pratiquants s'efforcent de devenir de meilleures personnes en incarnant ces principes dans tout ce qu'ils font.

    3. Est-ce que c'est pour moi ? Des millions des gens dans le monde ont choisi de pratiquer le Falun Dafa en l'intégrant dans leur vie quotidienne. Pour eux c'est simple : le Falun Dafa est manière agréable d'investir son temps pour la santé, le bonheur et une vie qui a un sens. Tout ce qu'il faut est un esprit ouvert et un cœur disposé à le faire. Chacun est bienvenu. Le Falun Dafa est apolitique, informel et complètement gratuit, il n'y a aucune obligation ni adhésion.


    Toutes les activités de
    Falun Dafa sont toujours gratuites et menées par des bénévoles. Le Falun Dafa n'a aucun rituel religieux, ni inscription, ni obligation d'aucune sorte. Les dons en nature ou en argent ne sont pas acceptés. Tous les supports d'enseignement sont disponibles gratuitement sur Internet.


    Plus d'informations sur: http://www.falundafa.org/

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu