Avertir le modérateur

g20

  • Les pratiquants de Falun Gong en appellent à la fin de la persécution le premier jour du Sommet des Nations Unies

    Les pratiquants de Falun Gong ont tenu un rassemblement devant les bâtiments des Nations Unies le 22 septembre 2009, premier jour du Sommet du G 20, pour appeler la communauté internationale à ne pas se laisser berner par les mensonges du Parti communiste chinois (PCC) et à se montrer concernée par la persécution brutale infligée aux pratiquants de Falun Gong. Ils ont aussi appelé à soutenir les pratiquants de Falun Gong qui demandent la fin de la persécution et la protection de la dignité humaine et des droits de l’homme fondamentaux.

    Les chefs d’Etat d’environ une centaine de pays ont convergé pour assister aux quatre jours de rencontre aux Nations Unies dans la ville de New York.

    2009-09-25-2009-9-23-unrally922-01.jpg
    Le 22 septembre, premier jour du Sommet des Nations Unies les pratiquants se sont rassemblés devant les Nations Unies appelant au soutien pour mettre fin à la persécution du PCC. Gail Rachlin, porte parole du Falun Gong prend la parole au rassemblement


    Selon le site internet Clearwisdom, le 1er septembre 2009, des agents de division de la Sûreté intérieure ont traîné Wang Huilan, une pratiquante de Falun Gong de 53 ans hors de chez elle et l’ont emmenée au Centre de détention de Zhuozhou dans la province du Hebei, où elle a été violemment gavée. Elle est décédée six jours plus tard (l’après midi du 7 septembre) dans le centre de détention.

    Gail Rachlin, porte parole du Centre d’Information de Falun Dafa a dit au rassemblement, que le cas de Wang Huilan n’était qu’ un parmi beaucoup d’autres et que les pratiquants morts suite à la persécution ces dix dernières années en résultat de la torture et des mauvais traitements, étaient de toutes les couches de la société, des gens du bâtiment, des fonctionnaires ; des militaires, des juges, des ingénieurs, des professeurs, des agriculteurs et des étudiants.

    Selon le site Internet Clearwisdom, depuis que la persécution a commencé en 1999, on a pu vérifier la mort de 3305 pratiquants qui ont été illégalement détenus et enfermés dans des hôpitaux psychiatriques, soumis à la violence et à des mauvais traitements brutaux, et certains ont même eu leurs organes prélevés de leur vivant. La persécution s’est étendue à toutes les provinces, villes et régions rurales. Des dizaines de milliers de familles ont été déchirées.

    Erping Zhang, porte parole du Falun Gong a fait remarquer que la persécution n’avait jamais cessé et que les dirigeants du monde ne pouvaient ignorer le fait que le PCC méprise la moralité humaine et les droits de l’homme fondamentaux, ajoutant que la persécution du Falun Gong était une persécution de l’humanité. Il a appelé la communauté internationale à se lever pour protéger les droits de l’homme les plus fondamentaux.

    M. Zhang a espéré que ceux qui participent à la persécution du Falun Gong feront un choix avisé. Comme dit l’expression chinoise : " Le bien sera récompensé et le mal sera puni. "

    L’épouse de Zhang Mengye: La persécution du Falun Gong par le PCC est inhumaine
    Certains pratiquants de Falun Gong ont raconté leur propre expérience de la persécution ou celle de membres de leur famille. L’une d’entre eux était Luo Muluan, épouse de Zhang Mengye.

    Mme Luo a dit que son mari, Zhang Mengye, et Hu Jintao, l’actuel dirigeant chinois, étaient des camarades de college. M. Zhang et d’autres camarades ont expliqué les faits à propos du Falun Gong à Hu de nombreuses fois, Hu devrait donc avoir appris ce qu’il en est du Falun Gong.

    M. Zhang est sorti diplôme du Département de génie hydraulique de l’Université Tsinghua. Il travaillait comme conférencier à l’Institut d’énergie électrique de Guangdong. Il a souffert d’une Hépatite B pendant 20 ans et n’a pas pu être guéri. Il a complètement récupéré huit mois après avoir commencé la pratique du Falun Gong. Après que la persécution ait commencé en 1999, M. Zhang a été envoyé en camp de travaux forcés plusieurs fois. Dans leurs tentatives de le forcer à abjurer sa croyance en Falun Gong, les gardes l’ont brutalement maltraité, y compris forcé à boire de l’eau d’une serpillière sale, lui pousser la tête dans les toilettes, le privant de sommeil à long terme etc. M. Zhang a écrit à Hu de nombreuses fois, soulignant les mérites du Falun Gong et révélant la brutalité de la persécution du PCC.

    Mme Luo a souligné que la persécution du Falun Gong par le PCC était inhumaine. Zhang Mengye a été soumis à de graves maltraitances et sévices en dépit de son statut social, aussi a-t-elle reconnu que la persécution infligée à des pratiquants de Falun Gong ordinaires devaient être encore plus terrible.

    En appeler le monde à apprendre la vérité à propos du Falun Gong
    Wang Weidi, qui étudie aux USA, en a appelé la communauté internationale à aider à secourir sa mère, Qiu Shaojie. Mme Wang a parlé de sa mère, Qiu Shaojie, 46 ans, un professeur d’histoire du secondaire, qui a été dénoncée par les parents d’un étudiant pour avoir informé ses élèves à propos du Falun Gong et de la persécution. Elle a été emmenée brutalement de chez elle en Chine le 10 septembre par les autorités chinoises et envoyée à la prison pour femmes de la province du Shandong, situé dans l’agglomération de Jinan, pour y purger une peine de quatre ans. Mme Wang a fait un voyage spécial pour assister au rassemblement devant les Nations Unies, dans l’espoir que davantage de gens apprennent la persécution du Falun Gong.

    Mme Li Xiurong est venu à New York de la province du Yunnan. Elle avait une mauvaise santé et souffrait d’une maladie du cœur. Son amie lui a présenté le Falun Gong, et elle a entrepris la pratique en décembre 1997. Trois mois plus tard, ses épisodes quotidiens d’irrégularité cardiaque avaient disparu. Elle était pleine d’énergie et est devenue large d’esprit. Elle a cessé de se contrarier pour des choses triviales et son caractère est devenu égal. Mme Li a dit que le PCC a fabriqué de nombreux mensonges pour calomnier Falun Gong et de nombreuses personnes ont été trompés, elle espérait par conséquent que les gens apprennent les aspects positifs du Falun Gong.

    Des activitstes de la démocratie ; N’ayez pas d’illusions à propos du PCC et ne vous taisez pas sur ses crimes
    Parmi les autres intervenants au rassemblement se trouvaient Hu Ping, rédacteur en chef du journal Printemps de Pékin; Wang Jun et Zheng Kexue, président et vice président du Parti démocratique chinois et M. Zhiyuan Yang, porte parole de l’Organisation mondiale d’investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG). Ils ont indiqué que depuis que le PCC a pris le pouvoir il y a 60 ans, il n’a jamais cessé de persécuter et de tuer les Chinois. Le nombre de tués ces dix dernières années dépasse les 80 millions. Cependant, le PCC a continuellement raconté des mensonges à la communauté internationale afin de dissimuler ses crimes. Le PCC a même étendu sa persécution et son terrorisme en dehors de Chine. Les intervenants ont appelé la communauté internationale à être vigilante et à ne pas se faire d’illusions à propos du PCC et à cesser de se taire sur ses crimes.

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200909/47581.html

     

  • Pékin au sommet de la propagande

    Aux yeux de sa population, Pékin se place en grand régulateur émergeant de l’économie mondiale, tout en liant ses problèmes intérieurs aux erreurs des pays développés. Sur tous les médias, la contribution de la Chine au G20 est encensée. «La confiance économique chinoise s’est imposée aux grands pays développés», titrait vendredi le Quotidien du Sichuan, province de 70 millions d’habitants. CCTV, la télévision nationale, diffuse en boucle des débats d’experts sur le rôle du pays dans l’économie mondiale et les discours du président, Hu Jintao, selon qui «la Chine a déjà pris toutes les mesures nécessaires au maintien de sa stabilité».

    A Londres, Pékin s’est engagé à élargir de 40 milliards de dollars (29,7 milliards d’euros) sa contribution au Fonds monétaire international, tout en réclamant plus que les 3,7 % de votes qui lui sont alloués au sein de l’institution, alors que son pays représente 15 à 20 % du commerce mondial et au moins 6 % de la production. La crise frappe de plein fouet le pays devenu depuis un an la troisième économie mondiale en volume, mais dont la croissance dépend beaucoup des exportations vers les marchés occidentaux.

    Au G20, les officiels chinois ont - sans surprise mais avec force propagande - exhorté Européens et Américains à relancer leur croissance, mais surtout à développer leurs liens avec Pékin et à ne pas sombrer dans «l’isolationnisme protectionniste», hantise d’un régime dont la consommation intérieure halète, et à qui la crise a coûté une vingtaine de millions d’emplois. La croissance (9 %) a déjà été revue à la baisse pour 2009, d’un point selon les autorités, et de deux à trois points selon les institutions internationales. Le pays est aussi le premier bailleur de fonds de la dette américaine, dont il détient plus d’un tiers en bons du Trésor, raison de son implication actuelle. Les maîtres mots de Pékin en regard de la crise sont «coordination et stabilité» pour éviter les mouvements de capitaux incontrôlés.

    Autre point martelé au G20, la demande d’une participation accrue des pays en développement dans l’économie mondiale, pour permettre une «harmonisation» des solutions. La Chine assoit ainsi son rôle croissant de «grand frère» de nombreux pays du Sud qu’elle soutient financièrement en échange de matières premières et de votes à l’ONU.

    Tiré de Libération le 04/04/09

  • Et si les asiatiques demandaient des contreparties ?

    M. Sarkozy pensait sans doute à la Chine en évoquant, le 23 septembre, un "format à partir du G8, avec possibilité d'ouverture sur des pays émergents". Peu importe qui, au bout du compte, aura amené la Chine à Washington. Ce qui est stupéfiant, c'est qu'il ait fallu plaider pour qu'elle y soit. Et que les dirigeants occidentaux, plongés jusqu'au cou dans "la plus grave crise financière depuis 1929", n'aient pas jugé indispensable que des moteurs de croissance comme la Chine et l'Inde soient associés d'office à la recherche d'une solution durable.

    Car une chose est d'inviter la Chine, une autre est de savoir comment elle va se comporter. A la tête d'un pays plus ouvert, le premier ministre indien fait moins de mystères. Les Chinois, eux, se trouvent aujourd'hui projetés sur la scène internationale dans un rôle nouveau, face à des Occidentaux dont les attentes ne sont guère plus claires : refonte ou régulation ? Et si les Asiatiques, invités à participer au sauvetage du capitalisme mondial, demandaient des contreparties ? Comme un pouvoir accru au FMI, aux dépens des Européens ?

    Ces Asiatiques ont jusqu'ici eu le bon goût de ne pas accabler les responsables de la crise actuelle, du moins pas trop haut. "Critiquer le capitalisme ? Mais nous, on veut continuer à nous en servir !", réplique un Chinois, en marge de la réunion de l'ASEM à Pékin. "Critiquer les Occidentaux ? A quoi bon, ils représentent toujours près de 70 % de l'économie mondiale !", commente un Indien. "Pallier l'absence de leadership américain ? Mais il est essentiel que les Etats-Unis continuent d'assurer notre sécurité !", s'affole un Japonais...

    C'est un monde nouveau et inconnu. A Pékin, vendredi, le président Hu Jintao n'avait visiblement aucune envie d'y plonger à pieds joints. "Réglons d'abord nos propres problèmes, a-t-il dit. Maintenir une bonne dynamique pour notre développement économique est une importante contribution aux marchés financiers mondiaux." Le lendemain, le premier ministre Wen Jiabao, qui passe pour le plus réformateur des deux, avait un discours plus proactif, évoquant la nécessité de poursuivre "l'innovation financière", mais assortie de régulation.

    Tiré de L'Asie entre en scène, Le Monde, 27 10 08

  • Comment le régime chinois tire profit de la réunion du G20

    Ceux qui connaissent les méthodes du régime chinois ne sont pas étonnés de cette nouvelle manigance. Il est de reconnaissance publique que le chef de l'etat soudanais est à l'origine du génocide du Darfour. Sur fond de crise économique mondiale, le sommet Europe-Asie se termine et c'est la Chine qu'on invite à se réunir le 15 novembre auprès des Etats Unis et de l'Europe pour établir un plan économique mondial. Comprenant déjà son poid sur le commerce mondial, le parti communiste chinois profite de cette occasion pour nettoyer son image.

    Et comment le gouvernement chinois s'y prend t'il? Il demande la non reconnaissance du génocide du Darfour et la non condamnation du chef d'état soudanais pour crimes contre l'humanité. Rappelons que la Chine est le premier exportateur de pétrole et de matières premières du Soudan en même temps que son premier fournisseur d'armes. Rappelons que la communauté internationale, jouant d'une fausse innocence ou par diplomatie, a maintes fois demandée au gouvernement chinois de faire pression sur le gouvernement soudanais en tant que son premier partenaire économique. Sous pretexte d'une politique étrangère* d'ingérence la Chine n'a pas bougé le petit doigt. (* sous pretexte d'une politique étrangère d'ingérence le gouvernement chinois protège plusieurs dictatures mondiales pour garantir à la fois son pouvoir économique et sa dictature politique)

    Résumons: le régime de Pékin profite de sa position de force dans la crise économique mondiale pour faire passer sous silence un génocide et des crimes de l'humanité dont ils sont complices.  Cette utilisation d'une crise pour redorer son image est une des méthodes que le parti communiste chinois utilise depuis 50 ans. Avec le tremblement de terre du Sichuan et le scandale du lait frelaté il était prévisible que le gouvernement chinois allait une fois encore utiliser à sa manière cette demande de l'Europe de participer au G20. La manipulation est publique, et elle était prévisible.

    Tiré de AFP: http://afp.google.com/article/ALeqM5jdOI1Pj1pG13OD4R39vDswLmon9w

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu