Avertir le modérateur

fonctionnaire

  • Un fonctionnaire communiste dit des médias sociaux en Chine, c’est la «guerre»

    fonctionnaire, communiste, Chine, Médias sociaux, guerre, Weibo, microblogs, opinion, psychologique

    En mentionnant l’influence des plates-formes de microblogging chinois du genre Twitter sur l’opinion publique, un officier de l’Armée Populaire de Libération (APL) a déclaré, dans une récente interview, que les microblogs Weibo mettent en danger la sécurité nationale, car ils propagent des idées de gouvernement constitutionnel, de liberté d’expression et d’autres ‘dangereux’ concepts de l’Occident.

    Lors d’une interview avec «Chinese Social Sciences Today», Li Dianren, un général de corps d’armée enseignant à l’Académie militaire d’État – l’Université nationale de Défense de l’APL – a considéré l’Internet comme le nouveau front dans la guerre de propagande contre les avis dissidents. Il a nommé le constitutionalisme, le néolibéralisme économique et le «nihilisme historique» comme les trois principales menaces pour l’idéologie du Parti.

    Li a présenté ce dernier comme des versions de l’histoire qui «nient la révolution, la voie du socialisme choisie par la Chine ou le rôle historique du Parti communiste chinois».

    Li a condamné des idées comme un système multipartite ou séparation des pouvoirs qui provient de l’Occident, en disant qu’elles «diffament et refusent d’admettre le système politique du pays».

    L’interview avec Li a été initialement publiée dans le journal idéologique du Parti mais, a été reprise d’une manière probablement assez ironique par Caijing, un magazine d’affaires avec des penchants libéraux. Les éditeurs ont indiqué, en gras, les parties les plus colorées de l’entrevue, tandis que près de 9.000 internautes ont fait des commentaires.

    À un moment donné, l’interviewer a demandé: «Attaquer et se défendre en ligne est devenu une partie importante de la guerre moderne et mener la bataille sur des microblogs est devenue une partie importante de la guerre en ligne. Alors, quel est l’effet des microblogs sur la défense et la sécurité nationale?»

    Li a donné la réponse suivante: «La guerre psychologique, la guerre juridique et la guerre de l’opinion publique sont toutes des outils importants de la guerre moderne. La bataille sur les microblogs fait également partie des ‘trois guerres’».

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/7/2/n3508562.htm

  • En Chine, la justice n'atteint pas les fonctionnaires

    Deux responsables communistes chinois viennent de retrouver leur poste, alors qu'ils avaient été licenciés l'an dernier après une affaire d'auto-immolation. Leur retour a déclenché de nombreux doutes sur le système disciplinaire chinois. Son application aux fonctionnaires d’état semble inefficace.

    En septembre 2010, trois personnes du canton de Yihuang dans la province du Jiangxi,  s'étaient immolées en signe de protestation contre un projet de démolition. Un homme était décédé.

    Qiu Jiangou, alors dirigeant du Parti communiste du canton de Yihuang, avait essayé d'interdire à la famille de la victime de parler de la tragédie. Su Jiangou, alors directeur du canton, avait confisqué le corps de la victime. Tous deux avaient été licenciés après l'incident et les autorités avaient promis une enquête.

    L’enquête n'a rien donné et les médias chinois ont rapporté, ce mois-ci, que les deux hommes avaient été promus à de nouveaux postes élevés dans la province du Jiangxi. Qiu Jiangou sera chargé de la gestion d'une zone économique et Su Jiangou dirigera l’administration des autoroutes. Ces nouvelles nominations ont agacé le public, qui a mis en doute la responsabilité publique.

    Qin Yongmin, un critique, a expliqué: «Sous la dictature, les citoyens n'ont aucun moyen de contrôler les responsables. Ils n'ont aucun moyen de poursuivre les fonctionnaires qui détiennent le pouvoir ou ceux qui outrepassent leurs responsabilités».

    Selon Tang Jingling, un avocat, cette affaire met en évidence un système disciplinaire inefficace.
    «Nous observons que notre pays repose sur un système vide et refuse d'accuser ses responsables. Tout est apparence. Ils peuvent demander aux responsables de mentir pendant un moment avant de les faire revenir», a-t-il commenté.

    En septembre 2011, Zeng, un responsable communiste de la province du Hunan, avait été invité à démissionner après des manifestations causées par des démolitions forcées en avril dernier. Les médias chinois ont rapporté que Zeng Kanrong était toujours en fonction la semaine dernière. Les autorités affirment qu'il a été exclu récemment. Il a simplement fallu plusieurs mois pour finaliser les formalités administratives.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-justice-natteint-pas-les-fonctionnaires.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu