Avertir le modérateur

exposition des droits de l'homme

  • Royaume Uni - Les droits de l’homme s'exposent dans les chambres du Parlement

    Exposition d'art, parlement anglais, exposition des droits de l'homme, artistes chinois, répression, Chine

    La Cérémonie d’ouverture à la Salle d’attente supérieure, Chambre des Communes, le 18 Décembre 2012. (Simon Gross/The Epoch Times)

    Un jour normal, il n’y a pas beaucoup d’attente dans la Salle d’Attente Supérieure, au coeur même des Chambres du Parlement. Proche des 19 chambres du comité où plus de 700 sessions publiques sont tenues chaque année produisant 300 rapports, c’est un espace où les Députés, les personnalités, les responsables de gouvernements, les magnats du commerce, les représentants des corps de la communauté et les citoyens concernés se pressent pour en rencontrer d'autres.

    Le 18 décembre, et pour quatre jours, la 11ème et dernière présentation de la tournée de L’Art de Zhen-Shan-Ren de cette année s'est tenue à cet endroit où pendant des années n’ont été présentées que des expositions privées, visibles seulement pour ceux ayant affaire dans le Parlement.

    Andrew George, le député d’Ouest Cornouailles et des Iles de la circonscription Scilly de St Yves, a parrainé l’exposition. Il a dit qu’il " tenait à s’assurer que nous étendions l’amplitude de nos connaissances."

    Ajoutant que l’exposition est extrêmement puissante et que les Chambres du Parlement sont "le coeur démocratique du Royaume Uni et que [donc] nous devrions pouvoir recevoir l’information que peut-être dans d’autres chambres dans d’autres parties du monde ils ne reçoivent tout simplement pas. Il a parrainé la présentation de l’exposition parce qu’il voulait que les législateurs du RU "gardent nos yeux ouverts."

    "Je pense que cela ouvrira les yeux de beaucoup de gens parce qu’il y a manifestement un problème culturel et de foi et également, je pense, une sensibilité artistique" a-t-il dit.

    Sous différentes formes, L’Art de Zhen Shan Ren a tourné dans le monde depuis 2004. La collection, dont le titre se traduit par L’Art de Vérité, Bienveillance, Tolérance, a commencé lorsqu’un groupe d’artistes ont décidé d’utiliser leurs talents pour rendre compte de la nature de leurs expériences de la pratique spirituelle du Falun Dafa.

    La plupart des peintres sont Chinois et certains ont connu la torture et la persécution qui a été infligée à des millions de pratiquants de Falun Gong en Chine depuis 1999. Du fait de leur sujet international, l’acceptation des peintures a dû passer par un processus supplémentaire d’inspection du Foreign Office. Cela a pris plus d’un an, les relations avec la Chine étant pleines de points de vue diplomatiques, politiques et éthiques.

    Exposition d'art, parlement anglais, exposition des droits de l'homme, artistes chinois, répression, Chine

    Le membre du Parlement Andrew George, avec sa constituante des Cornouailles Yukari Werrell devant la peinture Les larmes d’une orpheline de Xiqiang Dong, huile sur toile, 48” x 48”, 2006. (Simon Gross/The Epoch Times)

    Les artistes participant savent que bien d’autres artistes capables ne peuvent pas se joindre à l’exposition étant privés des libertés fondamentales dont jouissent ceux qui vivent en Occident. Les œuvres présentées sont majoritairement dans la tradition Occidentale de peinture à l’huile réaliste. D’autres sont exécutées à l’aquarelle chinoise et dans des styles à l’encre, où l’essence du sujet est décrite plutôt que de se focaliser sur les textures de surface.

    M. George a admiré la peinture Les Larmes d’une Orpheline de Xiqiang Dong. Elle montre une fillette tenant une boite avec les cendres de ses parents. Elle porte un blouson de cuir, ayant appartenu à son père, sur ses épaules. Comme de nombreux pratiquants de Falun Gong, ses parents sont morts dans une prison d'état et ont été incinérés, possiblement après l'extraction de leurs organes.

    M. George a déclaré : "C’est extrêmement puissant, très expressif. Je ne pense pas qu’il soit possible pour quiconque de regarder cela sans considérer tout le symbolisme qui s’y trouve et sans reconnaître à quel point c’est poignant."

    Il a dit qu’il ressentait comme un privilège le fait d’être associé à l’exposition.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201301/111609.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu