Avertir le modérateur

eutelsat

  • Le PCC interfère avec le signal de NTDTV sur le satellite Koreasat-5 alors que le nombre de téléspectateurs augmente de façon spectaculaire

    Télévision, Chine, Corée, médias, NTDTV, Wang Lijun, EutelsatActuellement, le monde regarde avec un intérêt certain les changements se produisant en Chine. Plus que jamais, les gens en Chine continentale aspirent à la vérité. NTDTV est un média indépendant qui fournit des informations dignes de confiance et par conséquent son audience s’est accrue de façon spectaculaire en Chine. Le PCC a peur de cette chaîne et a recouru à tous les moyens pour bloquer l’information. Il a interféré avec le signal d’émission de NTDTV sur le satellite Koreasat-5 sur la Chine continentale dans l’espoir d’empêcher les citoyens chinois d'accéder aux chaînes de la vérité.

    Le 9 mai 2012, NTDTV a publié une annonce publique condamnant toutes les tentatives d’interférer avec la libre circulation de l’information. La chaîne recherche activement des façons de dépasser les interférences dans ses diffusions afin que les Chinois du continent puisse recevoir des informations fiables, libres de la censure de l’information par régime communiste.

    "Actuellement, des changements historiques se produisent en Chine. Les crimes odieux commis par le régime dirigé par Jiang Zemin sont dévoilés et les scandales sont exposés les uns après les autres. Le régime communiste fait face à une crise sans précédent. Durant cette période de grands bouleversements dans la société Chinoise, le plus grand désir du public est d’obtenir une information libre et fiable", a dit Carrie Hung, porte-parole de NTDTV. "NTDTV est la seule chaîne de TV Chinoise qui diffuse des programmes libres de la déformation des nouvelles et de l'influence du PCC, 24 heures sur 24. De fait, elle est devenue pour le public en Chine continentale, la seule source d’informations fiable de diffusion télévisée."

    Depuis que Wang Lijun a fui en février à l’Ambassade des Etats-Unis, selon des sources de Chine continentale, le nombre de Chinois du continent installant la télévision par satellite pour regarder NTDTV s’est considérablement accru. Parmi eux de nombreux fonctionnaires, membres du Parti communiste. Carrie Hung a dit : "Ceci a certainement énervé la faction de Jiang Zemin et le PCC. Il n’est pas difficile de voir l’implication du PCC en arrière plan dans les perturbations des services de NTDTV sur le satellite Koreasat-5. Ils veulent empêcher que les Chinois aient accès à une information non filtrée."

    Depuis la création de NTDTV, et spécialement depuis que la chaîne diffuse ses programmes par satellite en Chine continentale en 2004, des dizaines de milliers de personnes en Chine qui ont des antennes satellites ont eu accès à une information non filtrée via les programmes TV par satellite. Cependant, depuis le tout début, les interférences venant du PCC ont été incessantes. En 2005, une Société Européenne de satellites a annoncé son intention de mettre fin à son contrat avec NTDTV. En 2008, juste avant les Jeux Olympiques de Pékin, Eutelsat a brusquement mis fin à la diffusion de NTDTV en Chine via son satellite W5. En 2009, la diffusion de la chaîne NTDTV dans la zone Asie-Pacifique fut bloquée autour du 1er octobre, date du 60ème anniversaire de la révolution de la Chine communiste. Ces incidents donnent une idée de l'influence du PCC en arrière plan.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/201205/61095.html

  • Ouverture d'enquête sur la coupure de NTDTV

    Ouverture d'enquête sur la coupure de NTDTV par NTDFrancais

    NTDTV a gagné son appel sur la cessation de diffusion en Chine d'Eutelsat, une compagnie française de satellites. La semaine dernière, NTDTV a tenu une conférence de presse au Parlement français pour discuter de la récente décision de la Cour d'Appel de Paris. Voyons cela en détails.

    Le 16 juin 2008, la retransmission de NTDTV en Chine a été soudainement interrompue. À cette époque, la compagnie française de satellites Eutelsat avait prétendu que la coupure avait été provoquée par une « anomalie de puissance. » Plus tard, Reporters sans Frontières a révélé que la coupure était en fait due à une décision d'Eutelsat, politiquement motivée pour satisfaire le régime communiste chinois..
    Aujourd'hui, deux ans plus tard, la Cour d'Appel de Paris a décidé de nommer deux experts pour révéler ce qui se cache réellement derrière cette interruption.



  • Eutelsat renoue-t-elle avec la censure politique ?

     

    logo-5 Eutelsat.gifLe premier opérateur européen de satellites, Eutelsat, a-t-il renoué avec la censure en refusant de diffuser les émissions de la chaîne publique géorgienne Pervyi Kakvazkyi , en violation de l’article 3 de sa convention ? C’est ce que nombre d’éléments pourraient amener à penser. Et une question à laquelle la justice française donnera une première réponse le 22 mars prochain.

    La chronologie des relations entre les deux parties opposées, la société de droit français d’une part, et l’audiovisuel public géorgien (GPB) d’autre part, soulève des interrogations.

    Pourquoi, alors qu’elle avait transmis à la direction de GPBS un contrat stipulant un début de diffusion au 31 janvier 2010 sur son satellite W7, Eutelsat a-t-elle subitement décidé de se rétracter ? Cette décision est-elle liée au lucratif contrat signé, le 15 janvier, entre la société de droit français et l’opérateur russe Interspoutnik, certes partenaire commercial de longue date, mais aussi client de la filiale média de Gazprom, contrôlée par l’exécutif russe et l’un des plus importants groupe de presse de Russie ?

    Malgré les dénégations d’Eutelsat, revenons sur quelques aspects :

    Pervyi Kakvazkyi, est une chaîne publique géorgienne, en langue russe, qui aurait du être diffusée dans l’ensemble du Caucase, y compris en Russie.

    Dans le cadre de la guerre de communication que se livrent la Russie et la Géorgie, il ne fait aucun doute que cette initiative est très mal perçue côté russe. Ce d’autant que les intentions de la chaîne géorgienne sont claires. A savoir, concurrencer la parole de l’Etat russe, lui opposer un autre discours. Ainsi, la chaîne géorgienne se présentant comme la "première chaîne russophone du Caucase hors du contrôle du Kremlin" prétend-elle dire la "vérité". Par ailleurs, parmi les présentateurs vedettes de la chaîne on compte Alla Doudaïeva, la veuve du dirigeant séparatiste tchétchène Djokhar Doudaïev.

    Les explications avancées par Eutelsat pour justifier la fin de la retransmission de Pervyi Kakvazkyi sont peu claires. Tout d’abord, il est fait mention de la nécessité d’une "discussion urgente" sur le contenu de la chaîne, ce qui est illégal puisque les opérateurs ne peuvent contrôler le contenu des émissions.

    Puis les représentants de la société mentionnent des "interférences", mettant en danger le satellite W7 et proposent que le contenu de la chaîne soit encrypté. Très vite, cette option est abandonnée et selon GPB, Eutelsat ne voit plus d’autre alternative que le changement de satellite. Ce qui aurait pour conséquence de ne plus assurer la même couverture géographique à la chaîne et contraindrait ses téléspectateurs à s’équiper en antennes. GPB refuse. Sa retransmission est suspendue.

    Ces éléments éveillent d’autant plus les soupçons qu’en 2008 Eutelsat a déjà été impliquée dans une affaire présentant de grandes similarités avec celle-ci. L’opérateur de satellite avait ainsi cessé de transmettre la chaîne NTDTV, cédant aux pressions de Pékin et prétextant des "problèmes techniques".

    En début d’année, les émissions télévisées en farsi de la BBC (BBC Persian TV) ont, elles aussi, cessé d’être transmises par Eutelsat. C’est dans ce cas l’Iran qui a fait l’objet de critiques et d’une plainte pour avoir brouillé, par des interférences répétées, la transmission des programmes . Mais là aussi, Eutelsat s’est trouvée dans la position d’obtempérer aux pressions politico-commerciales d’un Etat qui viole régulièrement les droits fondamentaux de ses citoyens, à commencer par le droit à être informé.


    Tiré de Reporters sans frontières: http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=36535

     

    Vous pouvez aussi consultez cet article de La Grande Epoque: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/International/Eutelsat-pas-de-capacites-techniques-pour-les-medias-libres.html

  • Eutelsat, le meilleur des ondes

    Eutelsat, opérateur satellitaire européen, détenue à 25% par la Caisse des Dépôts, joue les Faust et coupe la retransmission de chaînes étrangères. Chinoise et iranienne hier, géorgienne aujourd’hui ….

    Bakchich s’était intéressé de près à la coupure de NTDTV, une chaîne dissidente chinoise, par Eutelsat à trois semaines des Jeux Olympiques à Pékin en 2008. Grâce à une ruse de Reporters Sans Frontières, les excuses pseudo-techniques d’Eutelsat, pour expliquer l’arrêt de la diffusion de la chaîne, volèrent en éclat. Pas assez pour que la France et l’Europe soient scandalisées par l’affaire. Sauf qu’aujourd’hui la colère d’un Président provoque une onde de choc. Mikhaïl Saakachvili, le chef de l’Etat géorgien, a accusé le 2 février l’opérateur d’avoir créé un « dangereux précédent en matière de censure politique internationale ». Saakachvili oublie le précédent chinois pourtant riche d’instructions. Car même cause, même effet, l’arrêt de la diffusion de la chaîne géorgienne par Eutelsat ressemble comme deux rayonnements d’ondes à l’histoire de NTDTV.


    Télévision : Eutelsat à la botte de Pékin
    envoyé par bakchichinfo. - Regardez les dernières vidéos d’actu.

    Premier enseignement

    Eutelsat, encore aujourd’hui, n’a toujours pas rétabli le fonctionnement du satellite W5 qui diffusait Eutelsat en Chine. En juin 2009, NTDTV a demandé au tribunal de Paris de nommer un expert pour enquêter sur l’incident. Cependant le 17 novembre, le tribunal a refusé la demande en stipulant qu’il n’y avait pas de relations contractuelles entre Eutelsat et NTDTV. Déception de Joseph Baham, avocat de NTDTV, qui avait répliqué que « jamais Eutelsat ne passe de contrat directement avec une chaîne. L’entreprise passe des contrats avec des grossistes qui eux-mêmes ensuite passent des contrats avec les chaînes. Si jamais on suit le raisonnement du tribunal de commerce, Eutelsat ne peut jamais être rendu responsable de la moindre coupure subit par la moindre chaîne. » NTDTV a fait appel.

    Une communication parallèle

    Comme avec NTDTV, Eutelsat dément l’existence d’un contrat conclu avec la chaîne géorgienne. Elle assure que les négociations continuent pour trouver une solution. « Nous sommes une entreprise commerciale et n’agissons pas sous des pressions politiques », affirme Vanessa O’Connor, directrice de la communication d’Eutelsat.

    Tiré de Backchich.info: http://www.bakchich.info/Eutelsat-le-meilleur-des-ondes,09936.html

  • Eutelsat, relais satellite des régimes autoritaires?

    banner-rambouillet-copie.jpg

    L’histoire commence comme une petite révolution audiovisuelle et se termine comme un scandale politique teinté de revirements de dernière minute et de compromissions.

    Le 1er janvier 2010, naît la chaîne de télévision Perviy Kavkazskiy, « Première Caucase». Cette antenne se fonde à partir d’une vocation élémentaire ; être la première télévision transcaucasienne, russophone et indépendante du Kremlin. Elle est hébergée par la télévision publique géorgienne, irréductible adversaire du gargantuesque voisin russe. Dans une région où le bras de Poutine semble s’étendre à l’infini, Première Caucase décide de regrouper 25 jeunes journalistes indépendants au Kremlin. De Tchétchénie, d’Ingouchie, d’Arménie ou du Kazakhstan les idées affluent. Alla Dudaeva, veuve de Djokhar Dudaev, leader historique tchétchène assassiné en avril 1996 par l’armée russe, y anime un talk-show donnant la parole à des figures politiques caucasiennes. Le slogan de la chaîne « seulement les faits, mais tous les faits », est d’une simplicité inquiétante pour un pouvoir russe nostalgique de l’empire soviétique.

    Très rapidement les dirigeants de cette chaîne se posent la question de sa diffusion. Internet est un outil puissant, mais insuffisant dans une région où les foyers disposant d’un accès web sont rarissimes. Des négociations sont engagées depuis 2008 avec la compagnie européenne Eutelsat. L’opérateur européen dispose en effet d’un monopole fructueux ; il est le seul acteur étranger à disposer d’un satellite, W7, permettant d’émettre dans tous les foyers de Russie et d’Europe Centrale.

    Après un an de négociations, un accord est enfin trouvé il y a quelques jours, le 14 janvier 2010, entre l’hébergeur géorgien et Eutelsat. Il prévoit clairement la retransmission de la chaîne Première Caucase, pour une durée de 5 ans. L’opérateur européen propose même, au titre d’un geste commercial, d’émettre gratuitement jusqu’au 31  janvier 2010, date d’entrée en vigueur du contrat.

    Le succès est immédiat. La chaine séduit les foyers du Caucase et de Russie, assommés par des années de propagande pro-Kremlin. Une heure après son lancement, le site Internet de Première Caucase recense déjà le chiffre record de 40 000 clicks. Les e-mails affluent. De Grozny, Moscou ou Saint-Petersbourg, des journalistes free-lance proposent de travailler pour l’insubordonnée, malgré les menaces et les intimidations dont ils sont coutumiers.

    C’est là que les relations entre Eutelsat et son client géorgien se gâtent. Le 21 janvier 2010, un responsable commercial de la compagnie satellitaire entre en contact par écrit avec Maya Bichikashvili, directrice générale de la chaîne géorgienne abritant Première Caucase. Il l’invite à se parler d‘urgence, invoquant « un problème sur le contenu de la chaîne ». Le 15 janvier 2010, soit au lendemain de son engagement avec Première Caucase, Eutelsat a signé un contrat mirobolant avec Intersputnik, filiale médias du géant russe Gazprom.

    Une rencontre est organisée le 26 janvier à Paris, où Eutelsat a son siège. Une délégation de représentants de Première Caucase est dépêchée en urgence. Trop tard. Pendant leur trajet, le satellite européen a cessé de diffuser Première Caucase.

    Immédiatement une rencontre a lieu. Eutelsat argue de problèmes techniques. Des hackers se seraient attaqués à la chaîne, menaçant les fréquences satellitaires d’autres clients.  Au terme d’une négociation de près de 8 heures, un compromis est enfin trouvé. Eutelsat continuera d’émettre Première Caucase mais en crypté, régime réservé d’ordinaire et conformément à la loi, aux chaînes à contenu pornographique. Le coup est rude pour les dirigeants de Première Caucase ; même si un accord a déjà été ratifié, même s’ils savent qu’Eutelsat ne peut légalement se prononcer sur le contenu d’une chaîne qu’elle diffuse sur ses réseaux, les dirigeants de Première Caucase décident de se soumettre au pis-aller imposé par leur diffuseur. Une rencontre destinée à ajouter cette clause au contrat est programmée pour le lendemain.

    On devine déjà la suite des évènements. Le 27 janvier, les dirigeants d’Eutelsat changent à nouveau les termes de leur proposition. Une alternative impossible est proposée à Première Caucase. Ils devront choisir d’émettre en russe via un autre satellite ne couvrant que la Turquie (sic !) ou continuer d’être diffusés sur les aires russes et caucasiennes mais dans une autre langue. Problème technique ? Censure russe dont Eutelsat se fait le relais ? Le doute n’est plus permis. Dès lors Première Caucase décide d’attaquer Eutelsat en justice. Cette dernière option est la moins bonne, mais elle est inévitable pour ne pas faire perdre à Perviy Kavkazskiy sa raison d’être. Cette décision sera rendue publique dans quelques heures à l’occasion d’une conférence de presse à la Maison du barreau à Paris.[1]

    L’affaire serait tragique si elle était inédite.  Pourtant, il semblerait qu’Eutelsat soit devenu ces dernières années un multirécidiviste de la compromission. En 2008, l’opérateur européen prétextait déjà de problèmes techniques pour cesser la diffusion de la chaine dissidente chinoise NTDTV. Lors d’une enquête à l’issue éloquente, Reporters sans Frontières apportera la preuve des pressions chinoises devant lesquelles Eutelsat a cédé[2]. Rebelote en 2009. Eutelsat impose à l’édition Farsi de la BBC, destinée au public iranien, d’être redirigée vers un autre satellite pour pouvoir continuer à émettre. Elle arguait alors d’interférences produites par des hackers favorables au régime d’Ahmadinejad.

    L’affaire pourrait sembler dérisoire au lecteur français. Mais la lâcheté se niche toujours dans les détails. Il en va de notre capacité à ne pas céder aux régimes autoritaires de tous poils. Car sinon nous choisissons le plus sûr chemin pour renforcer les Poutine et Consorts dans le mépris qu’ils nous portent et auquel régulièrement ils nous rappellent.

    Hasard du calendrier, le contraste avec les choix d’une autre compagnie soumise aux mêmes impératifs risque d’être sans appel.  A l’heure ou Google choisit de s’opposer à la censure chinoise, la décision de l’un de nos fleurons technologiques reste une tragique illustration de ce dont par crainte ou par appât du gain, les compagnies européennes sont parfois capables. Eutelsat, nouveau relais satellites des régimes autoritaires ?


    [1] Conférence de presse lundi 1er février 2010 à 12h à la Maison du Barreau, 2 rue de Harlay, 75001 PARIS

    [2] http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=27817

    Tiré de La Règle du Jeu: http://laregledujeu.org/2010/02/01/829/eutelsat-relais-satellite-des-regimes-autoritaires/

  • Réunions d’actionnaires mouvementées pour Eutelsat

    eutelsat_lyon.jpgLes dernières réunions d’actionnaires d’Eutelsat organisées en province ne sont pas passées inaperçues. Le 29 septembre à Lyon et le 8 octobre à Nantes, des manifestations de soutien à la chaîne de télévision chinoise libre New Tang Dynasty Television (NTDTV) ont été organisées devant les locaux où se rassemblaient les actionnaires d’Eutelsat.

    En effet, l’opérateur de satellites a interrompu la diffusion de NTDTV en Chine depuis juin 2008 en prétextant des problèmes techniques, mais d’après un rapport d’enquête de Reporters sans frontières, la raison de cette suspension relevait d’une décision politique pour complaire aux autorités chinoises. NTDTV est la seule chaîne de télévision chinoise libre qui permette un accès à une information non censurée pour des millions de citoyens chinois.

    En janvier 2009, le Parlement européen a adopté une résolution demandant à Eutelsat de rétablir la diffusion des programmes de NTDTV et d’expliquer les raisons de l’interruption.  Plus de 300 élus français ont interrogé le gouvernement français, à l’instar du député jurassien Jean-Marie Sermier: «La Caisse des Dépôts et Consignations – outil d’intervention de l’État – est le deuxième actionnaire d’Eutelsat. Avec 26% du capital, la France est en mesure de peser de manière déterminante sur les choix d’Eutelsat – en l’espèce pour reprendre la retransmission de NTDTV en direction de la Chine». Sans aucun résultat à ce jour.

    «Je ne connaissais pas du tout ce problème», a signalé l’un des actionnaires d’Eutelsat lors de sa venue à la réunion à Lyon. «J’ai trouvé inadmissible qu’un citoyen ne puisse pas s’exprimer en toute liberté et je vous soutiens de tout mon cœur». «J’ai demandé des explications à Gilles Janvier [responsable des relations investisseurs d’Eutelsat], mais il ne m’a pas répondu, ce qui a réduit ma confiance en lui», a-t-il confié. Lors de l’assemblée, un autre actionnaire a demandé: «Pourquoi Eutelsat n’a pas fourni un autre moyen de transmission à NTDTV depuis tout ce temps?». En guise de réponse, le représentant d’Eutelsat s’est contenté de prononcer trois fois comme une formule magique: «problème technique», sans donner plus de détails.

    Opacité du comportement d’Eutelsat

    Dans son dernier communiqué, Eutelsat déclare que sa politique actuelle ne l’autorise à diffuser que des signaux à faible portée en Asie Centrale, ce qui exclut NTDTV. Lorsqu’Eutelsat a été interrogé sur les dates et motivations d’une telle politique, il n’y a pas eu de réponse.

    Après plus d’un an d’efforts restés vains pour restaurer la diffusion par le satellite W5 d’Eutelsat, NTDTV a saisi le tribunal de commerce de Paris  par l’intermédiaire de son avocat William Bourdon pour faire la lumière sur les faits concernant le dysfonctionnement prétendu du satellite. L’audience a eu lieu le mardi 13 octobre 2009. Cette requête est la dernière action en date de NTDTV pour reprendre sa diffusion en Chine.

    La Grande Époque a interrogé Eutelsat pour connaître sa position au sujet des manifestations et du procès. «La situation est la même, elle n’a pas changé, il n’y a pas d’information à ajouter», a déclaré la Direction de la communication d’Eutelsat.

     Tiré de : http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Reunions-dactionnaires-mouvementees-pour-Eutelsat.html

  • Déclaration du Parlement Européen pour la liberté de la presse en Chine sur le sol européen

    Ci dessous la déclaration écrite signée par 477 députés du Parlement Européen et adoptée pour étude par la Commission Européenne. Il s'agit pour le Parlement Européen d'inviter expressement le Pdg d'Eutelsat à rétablir sans délai le signal de NTDTV vers la Chine.

    Déclaration 0086/2008 http://www.europarl.europa.eu/news/public/default_fr.htmDéclaration Ecrite 1.JPG

     

    Déclaration Ecrite 2.JPG

  • Regardez NTDTV en français, et restez informé sur l'actualité de la Chine

    NTDTV New Tang Dynasty Television est une télévision chinoise indépendante diffusée dans le monde entier. Des reportages sur la culture chinoise traditionnelle à des informations qui sortent rarement de Chine, cette télévision a pour objectif de montrer un autre visage de la Chine, plus humain, plus culturel et moins contrôlé par la propagande du parti communiste chinois. Elle diffuse notamment de nombreux reportages sur la persécution du Falun Gong, sujet tabou pour le gouvernement chinois, notamment avec le commerce d'organes à leur encontre.

    Regardez NTDTV en français, et restez informé sur l'actualité de la Chine

    http://english.ntdtv.com/ntdtv_en/ns_french/index.html

    Regardez NTDTV en français, et contribuez à la liberté de la presse chinoise en France. En effet, depuis le 16 juin 2008, Eutelsat, 1er opérateur satellite européen basé à Paris, a coupé le signal satellite de NTDTV vers la Chine. Cela est intervenu 1mois 1/2 avant les JO, et des enquêtes de Reporters sans Frontières et de Députés Européens ont apporté les preuves que cette coupure était orchestrée pour répondre aux pressions politiques du parti communiste chinois et à la condition de futurs contrats commerciaux avec la Chine.

    Depuis 477 députés Européens ont adopté une résolution demandant à Mr Beretta Pdg d'Eutelsat de rétablir le signal au nom de la liberté de la presse, du pluralisme des médias et du respect des droits de l'homme défendus dans la définition même de l'Europe. Mr Beretta n'en a rien fait, refusant même une invitation au Parlement Européen.

    En effet, Eutelsat se cache derrière une erreur technique qu'ils savent non vérifiable et falsifiable. La situation devient plus intéressante encore lorsque l'on apprend que 27% de son capital appartient à la Caisse des Dépôts et Consignations, c'est à dire le contribuables et le gouvernement français et que l'entreprise vient de choisir un lanceur chinois avec la collaboration de Thalès plutôt qu'Ariane Espace pour effectuer le prochain envoi de satellites.

    Nous avons donc d'un côté le régime chinois qui est un régime repressif et de propagande envers sa population, et de l'autre la "diplomatie française de l'autruche". Une diplomatie française qui ferme les yeux sur les toujours graves et intolérables violations des droits de l'homme sur des millions et de millions de chinois qui sont emprisonnés dans des camps de travaux forcés et des camps de lavage de cerveaux pour avoir voulu agir autrement que la ligne du parti unique, pour avoir voulu penser par eux mêmes ou pour avoir voulu croire en autre chose que le parti communiste chinois.

    Pour vous tenir informé sur la Chine d'aujourd'hui et sur la Chine de demain, regardez NTDTV en français

    Laurent Gey

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu